La Nouvelle-Zélande considère désormais les revenus en Bitcoin comme légaux (et imposables)

Yvonne Gangloff Contributrice
18 août 2019 à 14h04
0
Bitcoin

C'est par le biais d'un bulletin d'information fiscale que les Néo-Zélandais ont appris que, désormais, les revenus qu'ils généraient grâce aux Bitcoins étaient légaux, mais aussi imposables.

Le Inland Revenue Department de la Nouvelle-Zélande s'est adapté aux nouvelles pratiques en matière de cryptomonnaies. Il a ainsi pris des dispositions quant au traitement fiscal à appliqué aux revenus en Bitcoins.

Pour être imposable, le revenu en cryptomonnaie doit être disponible sur-le-champ

Le 4 juillet dernier, le Inland Revenue Department néo-zélandais a adopté de nouvelles dispositions qu'il résume dans un bulletin d'information. Cela concerne notamment l'administration fiscale du pays.

Il est notamment conclu que les directives relatives au traitement fiscal des actifs cryptographiques sur le revenu s'appliquent aussi aux revenus en cryptomonnaie.

En Nouvelle-Zélande, il est ainsi devenu légal pour un employeur de rémunérer ses salariés en Bitcoins. Ce n'est cependant pas le premier pays à rendre légal ce moyen de rémunération.

Au Japon, déjà en 2017, les employés volontaires pouvaient recevoir une fraction de leur salaire en cryptomonnaies.

Pour être imposables, les salaires en cryptomonnaies doivent donc être directement disponibles et ne pas être soumis à une période de blocage : le bulletin d'informations précise exactement que « dans l'environnement actuel où les actifs cryptographiques ne sont pas facilement acceptés comme moyen de paiement pour des biens et services, le Commissaire est d'avis que les actifs cryptographiques qui ne peuvent pas être convertis directement en monnaie fiduciaire sur un échange (...) ne sont pas suffisamment "monétaires" pour être considérés comme un salaire ».


Les autorités de nombreux pays veulent lutter contre la fraude en cryptomonnaie

Les cryptomonnaies et les salaires payés de cette façon sont de plus en plus les préoccupations des autorités de nombreux pays. Ils souhaitent en effet lutter contre la fraude et l'évasion fiscale.

En prenant ces mesures, la Nouvelle-Zélande s'assure de pouvoir garder un œil sur les transactions réalisées en cryptomonnaie.


Le Royaume-Uni, lui aussi, se préoccupe de possibles fraudes, c'est d'ailleurs pour cela que ses autorités fiscales auraient demandé à ce que les bureaux de change de cryptomonnaie les informent des noms des clients et des transactions que tous ont réalisées.

Source : Crypto New Media
9 réponses
10 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Un démantèlement des GAFA ?
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top