🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Avis Dreamstime (2022) : une banque d'images qui a du mal à suivre la cadence

10 juin 2022 à 14h00
0
Dreamstime © sdx15 / Shutterstock.com
sdx15 / Shutterstock.com

22 ans après sa création, Dreamstime indique avoir 41 millions de membres enregistrés, 800 000 photographes contributeurs et 183 millions d’images et autres contenus multimédia disponible sur le site. Avec ces chiffres, la banque d’images revendique le titre de plus grande communauté de photos de stock en ligne du monde.

Quand on parcourt le site, on se rend vite compte que l’entreprise a concentré ses efforts sur le fait d’augmenter le nombre de ses contributeurs et d’images disponibles, mais sans réussir à suivre l’évolution du marché des photos de stock. Là où les banques d’images préfèrent mieux sélectionner les contenus qu’elles proposent à la vente, Dreamstime accueille tout le monde… au détriment de la qualité.

Dreamstime
  • Recherche par image très efficace
  • Beaucoup d'images proposées
  • Abonnements confus
  • Images de qualité très variable
  • Recherche par mot-clé inefficace

Dreamstime : comment ça marche ?

Dreamstime accueil © Dreamstime

Dreamstime offre deux types de licences. Une licence « Royalty Free », qui correspond aux licences standard des autres services et des licences « Extended ». Ces dernières sont divisées en plusieurs groupes selon l’usage qui sera fait de l’image. Les licences Royalty Free permettent d'utiliser les images :

  • Pour illustrer un site, des articles, des couvertures de magazine, des couvertures de livres et CD ;
  • Pour illustrer un emballage de produits ;
  • A des fins promotionnelles ;
  • Pour créer des présentations en entreprise ;
  • Pour décorer son intérieur.

Si vous souhaitez vendre des produits physiques ou virtuels qui contiennent l’image, il faudra opter une licence étendue. Quatre de ces licences sont disponibles :

  • La licence « Unlimited Seats » permet à la licence « Royalty Free » d’être étendue à un nombre illimité de personnes au sein d’une entreprise ;
  • La licence « Web Usage » permet d’utiliser l’image dans des produits virtuels destinés à la vente, comme des templates de site web, des fonds d’écran ou des cartes de vœux virtuelles. Octroie un nombre illimité de copies ;
  • La licence « Print Usage » permet d’utiliser l’image dans des produits physiques destinés à la vente, comme des t-shirts, des cartes de vœux, des calendriers ou des posters. Octroie un nombre illimité de copies ;
  • La licence « Sell the Rights » : cette licence octroie la propriété entière de l’image. Dès qu’un client achète une image sous cette licence, l’image est retirée du site et il possède son exclusivité à partir du moment de l’achat. Il est libre de l’utiliser comme il le souhaite, sous conditions de ne pas s’attribuer sa création et de ne pas la revendre en tant que photo.

La recherche d’images sur Dreamstime

Recherche par mot-clé

La page d’accueil de Dreamstime n’est pas des plus accueillantes, puisque le site est proposé en français mais que l’on voit au premier coup d’œil que nous avons affaire à une traduction automatique de mauvaise qualité. Les paragraphes sont bourrés de fautes, certains termes ne veulent rien dire et, en explorant un peu plus le site, des sections de pages entières ne sont pas traduites. Si vous êtes un adepte de la langue de Shakespeare, on ne peut que vous conseiller de changer au plus vite la page en anglais. Autre problème : les pop-ups intempestifs proposant de profiter de diverses offres, toujours agaçants. Enfin, le site nous fera vérifier régulièrement que l’on est bien un humain si nos interactions sont trop fréquentes à son goût, et aura tendance à geler lors de certaines actions comme la création d’un compte.

Une fois ces premiers obstacles surmontés, il est temps d’explorer ce que Dreamstime a à nous proposer. Dans sa barre de navigation, la banque d’images détaille les contenus qu’elle héberge. On y trouvera donc des photos de stock, des photos éditoriales, des illustrations, des vidéos et de l’audio ainsi que des images gratuites. En cliquant sur ces menus, on a accès à des collections sur des thèmes populaires, classiques mais assez limitées. 

Dreamstime collection © Dreamstime

Pour les recherches par mot-clé, il faudra faire dans le court ou dans le classique. Si vous utilisez des termes habituels pour ce genre de services, vous pourrez vous permettre d’être un peu plus précis dans votre recherche, en ajoutant des adjectifs par exemple. Cependant, dès que la recherche sort ne serait-ce que légèrement du cadre étroit des recherches comprises par le site, les résultats deviennent très vite peu fiables. Dans ce genre de cas, il faudra limiter ses mots-clés au minimum ou les modifier pour réussir à obtenir le résultat souhaité. Si vous avez suivi notre précédent conseil et avez passé le site en anglais, vous serez obligé de réaliser vos recherches dans cette langue. Sinon, il faudra repasser le site en français.

Filtrage des résultats

Une petite barre d’options au-dessus des résultats permet de les affiner. Dreamstime propose tout le nécessaire : des paramètres pour choisir les modèles que l’on souhaite dans les images, de quoi choisir un niveau de prix et sélectionner la licence voulue, sans oublier des options pour les images pour régler leurs orientation, résolution et couleurs. Dans le menu « More », on peut entrer le nom d’un contributeur en particulier et choisir d’exclure certains mots-clés de nos résultats. Un menu à droite de la barre de recherche permet de sélectionner le type de média souhaité. Ces options de filtrage permettent de compenser correctement la faiblesse de la recherche par mot-clé.

Dreamstime filtres © Dreamstime

Recherche par image

Si vous voulez profiter de la recherche par image sur Dreamstime, il faudra disposer d'une qualité personnelle : la patience. L’opération est assez longue par rapport à ce que proposent les autres services. Et une fois la recherche enfin effectuée, les résultats sont assez aléatoires. Le service s’en sort parfois brillamment, comme lorsqu'il s'agit de reconnaître la personnalité publique présente sur la photo de départ et de suggérer d’autres photos de cette personne. Idem pour certains objets, comme une image de manette : Dreamstime est l’un des seuls services à avoir identifié la marque du produit et à avoir fourni d’autres images de produits du même constructeur. Mais à d’autres moments, c’est la catastrophe et on se retrouve avec des suggestions de paysage alors que notre photo de base était un portrait d’une personne.

Dreamstime recherche par image © Dreamstime

Cependant, ce dernier cas semble plus être l’exception que la règle. Si votre image de départ a un fond neutre ou discret, vos résultats seront de meilleure qualité. A tenter, donc, si la fonctionnalité vous intéresse.

Les images proposées par Dreamstime

Images proposées et téléchargement

Côté images, le service propose des photos de stock, des illustrations ainsi que des images éditoriales. Pour ces dernières, elles semblent provenir de contributeurs indépendants plutôt que d’agences de presse comme c’est le cas pour des banques d’images concurrentes. Cependant, leur qualité est bonne pour l'essentiel et certains journalistes trouveront sûrement leur bonheur parmi ces contributions.

Quant aux photos de stock et aux illustrations, on est ici sur le fond du panier. Nos recherches ont régulièrement produit des résultats représentant le pire des photos de stock : daté, figé, caricatural et d’une qualité assez médiocre. Quelques photos se détachent de la masse et tentent une approche plus moderne, mais elles restent rares. Nos modèles sont toujours figés dans des sourires parfaits ou des réactions artificielles sur des fonds neutres, les animaux sont mignons, rigolos ou dans des montages grotesques… Et les illustrations ne sont pas vraiment mieux loties : les propositions sont très hétéroclites et oscillent du design du début des années 2000 à des illustrations plus modernes. Un contenu beaucoup trop inégal pour pouvoir recommander cette banque d’images plutôt qu’une autre…

Dreamstime illustrations © Dreamstime

Sur la page de téléchargement de l’image, le service se contente du minimum d’informations : le nom de l’artiste, le niveau de l’image, le nombre de téléchargements et une description. En dessous, on peut voir des œuvres similaires et d’autres images tirées du portfolio du contributeur. Le reste de la page est consacrée aux différentes options d’achat de l’image. C’est ici que l’on choisira la taille et la licence que l’on souhaite pour la photo. Une fonctionnalité de collections aurait été un ajout apprécié.

Dreamstime page image © Dreamstime

Pour les photographes

Dreamstime permet à tout le monde de soumettre ses œuvres afin de devenir contributeur. Après acceptation du dossier initial, les photos commencent au niveau 0, et montent de niveau et de prix de vente au fur et à mesure des téléchargements, jusqu’au niveau 5. Le service promet 25% à 50% du prix de vente des images aux artistes, et même jusqu’à 60% pour ceux qui décideraient de devenir des contributeurs exclusifs.

Dreamstime : prix et essai gratuit

Dreamstime propose une semaine en essai gratuit, ce qui correspond d’après eux à quinze images. Cependant, impossible pour nous de trouver comment en profiter, le site nous redirigeant toujours vers la page des paiements. Dreamstime possède également une sélection de photos gratuites sous licences CC0 - ce qui ne les empêchera pas d’essayer de vendre un abonnement à 4,80€/mois pour accéder en illimité à des images qui sont donc censées être gratuites.

La confusion ne s’arrête pas là, car les offres d’abonnements et d’achats de crédits de la banque d’images ne sont pas beaucoup plus claires.

Dreamstime abonnements © Dreamstime

Les abonnements

Rien n'est très clair dans le fonctionnement de ces abonnements : celui qui permet d’accéder à 15 images semble moins cher que celui pour 10, et d’après leur foire aux questions, souscrire à un abonnement ne permet pas de télécharger gratuitement un certain nombre d’images par mois mais offre juste une grosse réduction sur l’achat des images. C'est effectivement ce que semblent signaler les pages de téléchargement des photos, qui nous indiquent que les images coûtent tant de crédits ou quelques centimes si l’on possède un abonnement.

  • 5 images par mois : 23€ par mois
  • 10 images par mois : 36€ par mois
  • 15 images par mois : 24€ par mois
  • 25 images par mois : 37€ par mois
  • 100 images par mois : 46€ par mois
  • 750 images par mois : 180€ par mois
  • 750 images par mois : 150€ par mois dans le cadre d’un abonnement sur 12 mois

D’autres abonnements sont proposés pour les licences étendues, les vidéos ou tout type de média.

Les crédits

Le service vend des packs de crédits pour les achats ponctuels. Si Dreamstime sous-entend qu’un crédit = une image, la réalité est toute autre. Le seul cas où un seul crédit vous permettra d’acheter une image, c’est si vous choisissez une image de niveau 0 et que vous la prenez en taille XS. Pour une image en taille L, qui sera la taille la plus courante, les prix sont tout autres :

  • Image en taille L de niveau 0 : 5 crédits
  • Image en taille L de niveau 1 : 5 crédits
  • Image en taille L de niveau 2 : 11 crédits
  • Image en taille L de niveau 3 : 13 crédits
  • Image en taille L de niveau 4 : 15 crédits
  • Image en taille L de niveau 5 : 17 crédits

Plusieurs packs de crédits sont proposés. Les prix indiqués ici correspondent à ce que le site proposait au moment où nous l’avons testé, mais il semblerait que ces tarifs soient soumis à des variations régulières :

  • 11 crédits : 14,41€ (1,31€ par crédit)
  • 15 crédits : 17,29€ (1,15€ par crédit)
  • 30 crédits : 33,63€ (1,12€ par crédit)
  • 60 crédits : 66,30€ (1,10€ par crédit)
  • 120 crédits : 120,12€ (1,00 € par crédit)
  • 260 crédits : 240,26€ (0,92€ par crédit)
  • 500 crédits : 451,68€ (0,90€ par crédit)
  • 1000 crédits : 864,93€ (0,86€ par crédit)
  • 2000 crédits : 1691,41€ (0,84€ par crédit)

Dreamstime

6

Difficile de recommander objectivement Dreamstime. Les images ne sont pas d’une qualité satisfaisante, en plus d’être chères pour ce qui est fourni et par rapport à d’autres services similaires. Les formules d’abonnement sont incompréhensibles et le site est déplaisant à utiliser, avec sa traduction automatique et ses interruptions régulières. Seul point positif : la recherche par image qui fonctionne très bien la plupart du temps, mais qui ne sera pas suffisante pour justifier l’utilisation de cette banque d’images.

Les plus

  • Recherche par image très efficace
  • Beaucoup d'images proposées

Les moins

  • Abonnements confus
  • Images de qualité très variable
  • Recherche par mot-clé inefficace

Recherche 7

Images 4

Diversité de l'offre 7

Prix 6

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Lectures liées

Samsung Pay retirée des smartphones non Samsung ?
Des employés de SpaceX se plaignent du comportement d'Elon Musk dans une lettre ouverte... et se font virer
Rachat de Giphy : Meta peut bien attendre, le Royaume-Uni bloque toujours
Comment la Grande-Bretagne compte devenir une super puissance de la tech
Pourquoi la société mère de TikTok veut-elle investir massivement dans la réalité virtuelle ?
Rétropédalage pour Elon Musk : finalement, pas de licenciements chez Tesla à prévoir ?
Meta : qui est Sheryl Sandberg, et pourquoi son départ est un tournant ?
La French Tech s'engage pour l'égalité entre les femmes et les hommes
Victime de problèmes informatiques, easyJet a dû annuler de nombreux vols ce week-end de l'Ascension
Twitter veut quand même conclure son rachat par Elon Musk
Haut de page