Le shopping va débarquer sur WhatsApp, comme sur Instagram

25 juin 2021 à 10h42
3
Logo de Whatsapp © © Unsplash / Alexander Shatov
© Unsplash / Alexander Shatov

Dans un billet de blog, Facebook a annoncé plusieurs nouveautés liées à son outil Shops, lancé sur Instagram en juillet 2020. Le réseau social a notamment dévoilé qu’il serait prochainement disponible sur WhatsApp

Shops, ou « boutiques » en français, est une plateforme d’e-commerce directement intégrée à Instagram, à travers laquelle les utilisateurs peuvent consulter les produits vendus par une marque ou une entreprise. Un lien les mène ensuite sur le site de cette dernière s’ils souhaitent se le procurer. 

Facebook veut atteindre davantage d’utilisateurs

Facebook explique avoir accéléré le lancement de Shops durant la pandémie pour « aider » les commerces à vendre leurs produits en ligne. Selon la firme, l’essor de l’e-commerce durant cette période n’est pas éphémère, avec des habitudes de shopping qui ont évolué et des consommateurs qui continueront donc de se tourner vers le commerce en ligne. Sans surprise, Facebook compte bien en profiter. 

Revendiquant d’ores et déjà 300 millions de visiteurs mensuels sur Shops et plus d’1,2 million de boutiques actives par mois, la plateforme veut atteindre davantage d’utilisateurs. Pour cela, elle va lancer Shops sur WhatsApp dans « certains pays », laissant ainsi entrevoir ce qui est prévu pour l’avenir de la messagerie instantanée…

Shops devrait également être déployé sur la marketplace de Facebook, mais aux États-Unis seulement. Cette dernière est en effet sujette à une enquête en Europe actuellement, soupçonnée de pratiques anticoncurrentielles pour la promouvoir. 

La réalité augmentée et l’IA pour booster l’e-commerce

En plus de cela, Facebook annonce le lancement de publicités encore plus personnalisées : « Nous introduisons des solutions publicitaires pour les boutiques qui offrent des expériences uniques basées sur les préférences d'achat des gens. Par exemple, nous testons la possibilité pour les entreprises d'envoyer les acheteurs là où ils sont le plus susceptibles de faire un achat en fonction de leur comportement d'achat, comme des produits sélectionnés qui pourraient vous intéresser dans une boutique ou sur le site Web d'une entreprise. À l'avenir, nous étudierons les moyens d'aider les marques à personnaliser davantage leurs publicités dans les boutiques en proposant des offres spéciales ou des promotions à certains acheteurs ».

Enfin, Facebook explique qu’il sera bientôt possible de rechercher un produit sur Instagram en prenant une photo avec l’appareil de son smartphone grâce à la réalité augmentée : « La recherche visuelle permet de trouver des produits similaires, comme des robes à imprimé floral, en tapant simplement sur l'image d'une robe qui leur plaît. À l'avenir, il sera possible de prendre des photos avec l'appareil photo pour lancer une recherche visuelle ». 

Ces différentes annonces illustrent les importants efforts fournis par la firme pour étendre sa présence dans le secteur de l’e-commerce, au détriment, parfois, des besoins des utilisateurs.

Sources : Facebook , Neowin

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Google enregistre des bénéfices impressionnants sur la recherche et sur YouTube
Pegasus : Macron demande des clarifications aux autorités israéliennes
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
Cyberattaque : la France est dans le viseur de hackers chinois
Vous pouvez vérifier si votre mobile a été infecté par le logiciel Pegasus, voici comment !
Intel serait en pourparlers pour racheter GlobalFoundries, deuxième plus gros fondeur au monde
Xbox : une mise à jour de l'application familiale pour mieux contrôler les dépenses des enfants
PrintNightmare : le patch ne suffit pas, il faut éditer la base de registre...
La Commission européenne repousse son projet de taxe numérique à octobre
Droits voisins : l'Autorité de la concurrence inflige une amende de 500 millions d'euros à Google
Haut de page