IoT : les arnaques 2.0 vont se multiplier

le 03 novembre 2017
 0
Ce n'est pour l'instant qu'une alerte dirigée essentiellement vers les utilisateurs les moins habiles avec les nouvelles technologies, mais le risque est réel. Le département britannique chargé de la surveillance du secteur du commerce, le National Trading Standards (NTS), a mis en garde les consommateurs : les vieilles arnaques ne vont pas disparaître avec les nouvelles technologies.

La mise à jour des arnaques classiques est une réelle tendance ces dernières années : les mails frauduleux sont légion. Mais les nouveaux usages et les objets connectés vont donner de nouvelles idées aux arnaqueurs.

De plus en plus d'objets connectés, de plus en plus d'arnaques



Selon le NTS, c'est simple : dès 2018, les arnaqueurs devraient commencer à cibler de plus en plus les nouveaux objets connectés qui entrent dans les maisons des particuliers. Par exemple, les services des assistants personnels comme Alexa d'Amazon ou Google Assistant du géant de Mountain View pourraient être des cibles de choix.

L'alerte a été lancée dans le cadre de son rapport annuel sur les risques pour les consommateurs 2016-2017 : les nouvelles technologies ne vont pas faire disparaître les anciennes arnaques. La multiplication des campagnes de mail de phishing et autres tentatives de vol de données personnelles sont, par exemple, une sorte de mise à jour d'arnaques plus anciennes. La tendance devrait se confirmer.

01F4000004978194-photo-scam-arnaque-stephen-vanhorn-fotolia.jpg


Nouveaux usages, nouveaux risques pour les consommateurs



L'agence britannique, dont le champ d'action recoupe en partie celui de la DGCCRF française, estime que les objets connectés présentent un risque accru de vol de données, notamment à cause des failles potentiellement exploitables par les hackers pour accéder à ces données ou pour diffuser des virus et autres malwares.

Parmi les risques futurs identifiés par le NTS, il y a la vente de produits contrefaits sur des plateformes de confiance ainsi que sur les réseaux sociaux, les tentatives de manipulation sur les prix des tickets de spectacle ou encore les arnaqueurs locaux utilisant des systèmes de faux commentaires pour attirer des clients. 2018 devrait être l'année où ces tendances vont se confirmer, si bien que le National Trading Standards estime que le futur s'annonce compliqué.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

#Rediff | Comparatif 2019 : quelles sont les meilleures enceintes pour PC ?
Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
Grâce à ses IA, Microsoft veut aider à lutter contre le changement climatique
scroll top