Europol démantèle un cheval de Troie vendu comme un "outil d'administration"

03 décembre 2019 à 15h16
0
malware

Grâce à une vaste enquête d'ampleur mondiale, un cheval de Troie particulièrement agressif a pu être neutralisé par les autorités. Ces dernières estiment que des dizaines de milliers de personnes ont été victimes du malware à travers le monde.

L'enquête, qui a été dirigée par la Police fédérale australienne, en collaboration avec Europol et l'Unité de coopération judiciaire de l'Union européenne (EUROJUST), visait un cheval de Troie baptisé IM-RAT (Imminent Monitor Remote Access Trojan).


Un malware particulièrement invasif

Vendu comme un outil d'administration pour Windows, ce malware était considéré comme très dangereux pour plusieurs raisons : en plus d'être très simple d'utilisation, les hackers pouvaient se le procurer pour 25 dollars seulement. Une fois installé sur l'ordinateur de la victime, IM-RAT permettait de prendre le contrôle de celui-ci sans que son propriétaire ne s'en rende compte, et de désactiver les logiciels d'antivirus.

Le hacker avait ensuite accès aux données personnelles de l'utilisateur, pouvait se procurer ses mots de passe et même se servir du clavier à distance. Pire encore, il avait la possibilité de mettre en route la webcam afin d'espionner sa victime.

Des dizaines de milliers de victimes

Les enquêteurs ont déclaré que les victimes de ce malware, réparties dans pas moins de 124 pays, pouvaient se compter par dizaines de milliers. Afin de démanteler IM-RAT, des agences judiciaires et législatives d'Australie, d'Europe et de Colombie ont travaillé main dans la main. Au mois de juin dernier, des perquisitions ont été réalisées en Australie et en Belgique, et c'est au mois de novembre que l'étau s'est resserré sur les cybercriminels.

Les autorités ont ainsi mené leur offensive dans plusieurs pays : les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède, la Pologne, la Colombie, le Royaume-Uni, l'Australie et la République tchèque.

Au total, 14 500 hackers se sont procurés IM-RAT : 13 des plus actifs d'entre eux ont été arrêtés, pour le moment. 430 appareils ont été saisis, et leur analyse devrait permettre aux enquêteurs de poursuivre les investigations. Néanmoins, la police a confirmé avoir d'ores et déjà découvert des preuves de vol de données, de mots de passe, de photos privées et même de vidéos.

« Nous vivons dans un monde où, avec seulement 25 dollars, un cybercriminel niché à l'autre bout du monde peut en un seul clic accéder à vos données personnelles ou à des photographies de vos proches, voire vous espionner », a déclaré Steven Wilson, chef du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité. Ce dernier a d'ailleurs recommandé aux internautes de toujours garder leurs systèmes d'exploitation et leurs logiciels de sécurité à jour afin d'éviter que cela ne leur arrive.

Source : Europol
Modifié le 03/12/2019 à 15h16
6 réponses
5 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le MIT met au point un outil de captation du CO2 plus efficace et moins cher
Une Tesla Model S dépasse le million de kilomètres
L'ancien salarié d'une auto-école condamné pour un avis négatif posté sur Google+
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
La Volkswagen e-up! 2.0 électrique affiche ses prix en France
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top