Les astronautes surfent aussi depuis l’Espace

11 octobre 2010 à 15h14
0
En guise de conclusion des Assises de la sécurité organisées à Monaco, une conférence autour de la sécurité des systèmes d'information dans l'Espace était présentée. Aux commandes, Pierre Lasbordes, député UMP de l'Essonne et Jean-François Clervoy, astronaute fort de trois vols spatiaux.

00FA000002410284-photo-live-japon-espace.jpg
Occasion était donnée de comprendre comment se déroule la vie à l'intérieur de la base internationale et comment sont maîtrisées les communications. D'entrée, Pierre Lasbordes dévoile quelques informations sur le fonctionnement des satellites : « Il faut bien savoir que les communications ne sont pas chiffrées pour les satellites civils car le coût de l'installation d'une telle technologie est trop élevé. Les risques reposent sur les systèmes d'informations au sol même si nous n'avons pas encore eu la trace de failles majeures permettant de cibler clairement une entité ».

Invité pour parler du quotidien des astronautes, Jean-François Clervoy évoque également les risques d'infiltration dans les réseaux informatiques embarqués. Il explique : « le réseau informatique de la station spatiale n'est pas connecté au monde extérieur. Tous les équipements sont également homologués de catégorie A. C'est-à-dire que les lignes de code ont été toutes vérifiées par une société différente de celle qui développe le logiciel. De même, toutes les boucles logicielles ont été testées à l'avance ».

Concernant la vie dans l'Espace, Jean-François Clervoy livre quelques anecdotes : « En vol, nous pouvons envoyer des e-mails avec de simples portables vendus dans le commerce. Par contre, ils s'éteignent tous lorsque l'on passe au dessus d'une zone définie dans l'Atlantique sud. Ce système de communication n'est pas sécurisé, sur le principe il est piratable. Il précise, par contre une personne au sol est chargée de faire monter ou non un e-mail. Il dispose d'une liste de contacts pour chaque astronaute et seules les personnes habilitées peuvent nous envoyer un message ».

La NASA semble donc opter pour une sécurité informatique avec une bonne dose « d'humain ». Plus tard, l'astronaute français finit par avouer qu'il existe un téléphone utilisant la voix sur IP à l'intérieur de l'ISS (station internationale). Il précise « ces communications sont contrôlées par des satellites relais et sont filtrées... un peu ». Difficile de s'infiltrer facilement dans l'Espace.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
Allongé et endormi
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
scroll top