Le pôle français Aerospace Valley lance l'initiative MAELE pour un avion décarboné

01 décembre 2020 à 17h36
2
EcoPulse avion hybride © Daher
L'EcoPulse, fondé sur un TBM de Daher, pourrait parfaitement s'inscrire dans le cadre de l'initiative MAELE. © Daher

Le sud-ouest de la France est déjà connu mondialement pour ses productions aéronautiques et spatiales. À l’avenir, il pourrait être au centre d’une nouvelle révolution, celle de l’avion décarboné. C’est en tous cas ce qu’espère mener le pôle de compétitivité Aerospace Valley avec l’initiative MAELE.

L’objectif : rassembler les acteurs régionaux afin de développer une aviation légère décarbonée.

Aerospace Valley lance le projet MAELE

Situé entre les régions d'Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine, Aerospace Valley est l’un des trois plus grands foyers aéronautiques du monde. Il regroupe plusieurs centaines d’acteurs, dont Airbus, Alstom, Safran, Dassault ou Thales. Toujours à l'affût des dernières innovations, ce pôle de compétitivité s’attaque désormais à la décarbonation du secteur aéronautique.

La nouvelle initiative MAELE (Mobilité AÉrienne Légère et Environnementalement responsable) vise ainsi à créer une communauté d’acteurs régionaux capable de développer l’aviation légère de demain. Une aviation légère qui devra être aussi propre que possible.

MAELE devrait permettre aux PME, écoles et laboratoires de se regrouper autour d’intégrateurs régionaux et d'incubateurs. De quoi faire émerger plus rapidement des projets concrets, aussi bien pour l’aviation de tourisme que pour le secteur des drones ou des hélicoptères.

Une propulsion hybride pour l’aviation légère ?

L’aviation légère désigne l’ensemble des aéronefs utilisés à des fins de loisir ou de tourisme. Il s’agit bien souvent de petits avions pilotés par des particuliers. Depuis des années, l’aviation légère se rapproche du monde de l’automobile, notamment en matière de carburants et d'ergonomie du cockpit. C’est donc logiquement que les industriels préparent aujourd’hui l’arrivée des propulsions électriques et hybrides.

Ces nouveaux modes de propulsion sont difficilement envisageables pour des avions de ligne, notamment en raison du poids mort que représentent les batteries. Mais pour des avions légers à hélices rarement destinés à de longs trajets, des propulsions hybrides sont désormais envisageables.

Lors du dernier Salon du Bourget, en 2019, c’était justement le concept mis en avant par EcoPulse, un projet proposé par Airbus, Daher et Safran sur une base d’avion d’affaire TBM-700. Sa propulsion hybride repose sur une turbine à combustion fonctionnant au carburant traditionnel et alimentant directement l’hélice dans le nez de l’avion. Mais cette turbine est également combinée à un générateur électrique alimentant des batteries à haute densité énergétique. Ces dernières viennent alors propulser six hélices réparties le long des ailes de l’avion pour un vol de croisière sans émission de CO2.

Les projets de ce genre, issus d’annonces prometteuses, n’ont jusqu’ici pas connu de véritable mise en pratique. Avec MAELE, les choses pourront peut-être enfin décoller, que ce soit autour d’EcoPulse ou d’un nouveau projet plus ambitieux intégrant encore plus d’entreprises innovantes.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Amsterdam a inauguré le tout premier pont en acier imprimé en 3D
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
La Défenseure des droits s'oppose aux caméras de reconnaissance des individus dans l'espace public
Voici CAPS, la capsule volante française autonome, passe-partout et monoplace (Vidéo)
Végétaliser les villes ? Google veut cartographier les quartiers prioritaires
Les chasseurs d’ondes de l’ANFR à la recherche des fréquences suspectes (Vidéo)
Après le supersonique, United Airlines veut des avions à propulsion électrique
Elon Musk réserve chez Virgin Galatics quand Bezos dézingue son concurrent
Une IA appréhende les politiciens qui passent trop de temps sur leur smartphone durant les sessions au parlement
Haut de page