D'une chambre d'enfant jusqu'au nom officiel de cette quasi-lune de Vénus, connaissez-vous Zoozve ?

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
09 février 2024 à 19h01
5
Quand on regarde Vénus, on ne se doute pas qu'elle a un Zoozve. Image © ESA
Quand on regarde Vénus, on ne se doute pas qu'elle a un Zoozve. Image © ESA

C'est l'histoire peu banale d'une affiche dans la chambre d'un enfant, de la curiosité sans bornes de son papa et d'une lune qui n'existait pas... Une histoire de persévérance, mais aussi une aventure astronomique étonnante autour d'un objet assez particulier : une quasi-lune de Vénus. Qui va désormais s'appeler Zoozve.

L'histoire de Zoozve est intimement liée à celle de Latif Nasser, Américano-Canadien, docteur en histoire des sciences et producteur de plusieurs émissions scientifiques. En janvier 2023, il va coucher son fils de deux ans et passe une fois de plus devant la grande affiche du Système solaire accrochée dans sa chambre. Mais en y jetant un regard distrait, il remarque sur l'illustration, une lune dessinée à côté de Vénus, « Zoozve ». Sans être astrophysicien, Latif sait qu'à priori, Vénus n'a aucune lune. Mais une fois son fils endormi, il va tout de même vérifier en ligne. Rien. Et rien sur le nom Zoozve non plus, sinon des résultats en tchèque. Avec sa formation et son métier, Latif décide de ne pas laisser tomber. Il contacte une amie qui a travaillé une décennie pour la NASA, sans succès. Mais l'histoire l'intrigue, comment ce nom s'est-il retrouvé sur une affiche pour enfants ?

Vénus, à gauche, et donc, euh, Zoozve. © Latif Nasser sur X.com
Vénus, à gauche, et donc, euh, Zoozve. © Latif Nasser sur X.com

Zoozve tout, tout de suite

Changement de piste, cette fois Latif Nasser contacte l'illustrateur de l'affiche, Alex Foster. Seul problème, son travail pour l'affiche ne date pas d'hier, et il affirme que ce nom, il l'avait trouvé sur une liste disponible en ligne, qu'il n'a pas conservée. Faut-il baisser les bras ? L'amie de Latif le rappelle alors avec une nouvelle idée, ce n'était pas Zoozve, mais 2002-VE ! Une petite erreur de lecture et de transmission de la part de l'illustrateur, qui confirme rapidement. Néanmoins, la question demeure, 2002-VE, est-ce une lune de Vénus ?

Presque. Découvert en 2002, c'est un astéroïde d'environ 300 mètres de diamètre, dont on sait bien peu de choses. Latif Nasser est allé voir Brian Skiff, de l'Observatoire Lowell, qui l'a détecté pour la toute première fois. Mais ce dernier en a découvert des milliers dans un programme de recherche des années 90 et 2000, et de mémoire, 2002-VE68 (son nom officiel) ne lui rappelait rien. Deux autres astronomes, un en Finlande et l'autre au Canada, ont poursuivi les mesures et ont confirmé dans un article scientifique paru en juillet 2004 que 2002-VE était un quasi-satellite. En réalité, c'était même le tout premier quasi-satellite jamais observé.

Un autre quasi-satellite, Kamo'Oalewa, est autour de la Terre. Il est d'ailleurs prévu qu'une mission chinoise aille l'observer de près. © NASA/JPL-Caltech
Un autre quasi-satellite, Kamo'Oalewa, est autour de la Terre. Il est d'ailleurs prévu qu'une mission chinoise aille l'observer de près. © NASA/JPL-Caltech

On n'arrête plus Zoozve

Il ne s'agit donc pas 100 % d'une lune de Vénus, mais d'un astéroïde qui, durant une période plus ou moins longue, danse à proximité de Vénus, attiré par elle tout en restant en orbite autour du Soleil. Magie scientifique des attractions gravitationnelles et des problèmes à trois corps, cet équilibre est en réalité instable sur le long terme. 2002-VE est en quasi-orbite de Vénus depuis environ 7 000 ans, mais c'est probablement une perturbation de l'orbite terrestre qui l'a envoyé dans le coin, tandis que d'ici quelques millénaires, les deux corps célestes cesseront leur danse commune. Et si avant les années 2000, on n'avait pas encore observé d'astéroïde similaire, la mécanique orbitale est un domaine bien plus complexe et profond qu'on l'imagine, avec des orbites, quasi-orbites, des survols, accélérations, freinages, sphères d'influences et points de Lagrange... Bref tout un monde d'attraction où à l'échelle humaine tout nous parait figé, mais où tout est en mouvement.

Émerveillé par cette (re)découverte, Latif Nasser a choisi de la partager au plus grand nombre. D'abord sur les réseaux sociaux, puis en félicitant l'illustrateur de l'image et même en demandant à l'IAU (Union Astronomique Internationale), qui décide des nomenclatures spatiales, si 2002-VE68 pouvait être officiellement nommé Zoozve. Un nom qui n'est pour une fois ni mythologique, ni rapporté à quelque chose sur Terre, n'a pas de prononciation correcte ou incorrecte, juste un nom sur une affiche destinée à faire rêver petits et grands de notre ciel.

Ce 5 février, l'IAU a accepté. La quasi-lune de Vénus, 2002-VE68 s'appelle désormais Zoozve. Belle histoire, non ?

Source : Space.com

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (5)

nicgrover
Des histoires qui font encore rêver et pas que les enfants. Merci Eric
xavz78
J’adore.
Allo
Une SUPER histoire pour les enfants, presque un conte sans les méchants extraterrestes et leur rayon laser de la mort. Juste une pincée de poésie dans une parcelle d’univers. Bravo à l’IAU qui a su comprendre le message.
Shooot
Excellent !
Chirokee
Magnifique
Voir tous les messages sur le forum