Les jeux N-Gage déjà piratés et utilisés sur des téléphones concurrents !

ahabian
12 novembre 2003 à 00h00
0
Lancée le 7 octobre dernier, la console/téléphone mobile de Nokia n'échappe pas au piratage de ses jeux. En effet, à l'instar des consoles de salon Xbox de Microsoft, PS2 de Sony ou encore GameCube de Nintendo, la protection des jeux N-gage a été piratée ce week-end.

Pandemonium, SonicN, Puzzle Bobble, Super Monkey Ball, Tomb Raider, Tony Hawk Pro Skater, Puyo Pop sont ainsi dores et déjà disponibles en version pirate sur les réseaux peer-to-peer les plus célèbres.

Pire encore, des groupes de développeurs "clandestins" ont réussi à convertir les jeux N-gage en jeux jouables sur un autre téléphone, en l'occurence un Siemens SX1 et un Nokia 6600 (qui utilisent également le système d'exploitation Symbian OS Series 60 comme la N-Gage).

Les jeux officiels sont disponibles sur un support MMC pour un prix de 35 à 50€ TTC par jeu et permettent de jouer "on line" via le N-Gage Arena, contrairement aux jeux pirates qui ont l'option "on line" désactivée par mesure de sécurité.

Reste à savoir comment va réagir Nokia d'une part et l'industrie des jeux-vidéos d'autre part qui voit ici un manque à gagner conséquent sur une console qui a déjà bien du mal à être vendue en masse...
Modifié le 20/09/2018 à 15h39
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Allongé et endormi
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
scroll top