Dolphian lance son service antispam

Jérôme Bouteiller
21 octobre 2003 à 00h00
0
La bataille électronique continue... Après la protection de la vie privée, la société française Dolphian SA lance "ClinBox", un nouveau service de filtrage AntiSpam de la messagerie électronique

Le principe de clinbox est de collecter les e-mails, de les filtrer au moyen d'une base de connaissance permettant de reconnaître un spam à l'aide de mots clefs ou de tournures suspectes puis de les renvoyer vers la boite e-mail ordinaire.

Pour Gabriel GROSS, le CEO de Dolphian SA : « le spam est un véritable fléau polymorphe, sa forme et son contenu changent en permanence - la véritable nouveauté de Clinbox, c'est d'offrir un service en ligne qui s'adapte en permanence pour le combattre, contrairement aux produits existants dont la technologie est en quelque sorte figée »

Clinbox est proposé au tarif de 15 euros par an et par utilisateur, dans la limite de 300 e-mails entrants quotidiens et 2 Mo de stockage pour la boite de mise en quarantaine des courriers douteux.
Selon la Commission Européenne, le Spam à lui tout seul coûte environ 10 milliards d'Euros par an, uniquement en coûts de connexion et probablement beaucoup plus en temps perdu à le retirer de sa boite de réception...
Modifié le 18/09/2018 à 14h14
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
scroll top