Larry GALES : Internet et les attentats du 11 septembre 2001

Ariane Beky
01 octobre 2001 à 00h00
0
Larry GALES, consultant informatique à Washington, s'exprime sur les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis et le traitement de cette actualité sur Internet.

AB - En tant que citoyen américain et consultant chez Computing & Communications à l'Université de Washington, quelle a été votre réaction face aux attaques du 11 septembre 2001 sur le World Trade Center et le Pentagon ?

LG - Sur le moment cela semblait irréel et très lointain, mais rapidement le flux d'informations et les nombreuses conversations que j'ai eues avec d'autres m'ont profondément affecté. Comme la plupart des Américains je ressens un fort sentiment d'appartenance à l'Amérique et à ses idéaux, et j'ai été ému par les nombreuses manifestations silencieuses et les rassemblements de solidarité.

Chez nous dans le centre ville de Seattle les habitants ont déposé 1 million de bouquets de fleurs (c'est le chiffre le plus récent qui a été communiqué) et, selon moi, à notre université 5 000 personnes se sont rassemblées, et beaucoup ont chanté en mémoire des victimes.

J'ai été très impressionné par la rapidité avec laquelle la population s'est mobilisée pour protéger et apporter son soutien aux communautés musulmanes et arabo-américaines de la région. Toutes les mosquées de Seattle dont je connais l'existence, ont été couvertes de fleurs et de drapeaux américains offerts dans leur majorité par des non-musulmans. Musulmans et non-musulmans se sont alignés main dans la main, faisant signe aux voitures, et restant présents pour éviter les représailles.

Il y a eu, malheureusement, des attaques contre des mosquées et des Musulmans (ou sur d'autres personnes, notamment des Sikhs et des Chrétiens soudanais qui ont été pris pour des Musulmans), mais le message prédominant des média et des individus que j'ai rencontrés était que ces personnes devaient être considérées comme des compatriotes.

Ceci est en contraste fort avec ce qui s'est passé aux Etats-Unis durant la seconde guerre mondiale, période durant laquelle ma femme, qui est d'origine japonaise, a grandi dans un camp de concentration mis en place par notre gouvernement en Idaho.

Peut-être avons nous appris quelque chose, après tout...

Le jour qui a suivi les attentats, les chaînes télévisées, les radios, les écoles, les entreprises et les particuliers submergeaient les banques de sang et les organisations caritatives avec leurs donations. Je n'ai jamais vu au cours de mon existence un tel rassemblement pour un même objectif que ces dernières semaines.

La plupart des activités de la vie courante ont été interrompues. La télévision, la radio se sont largement concentrées sur la tragédie, les rencontres sportives et de nombreux évènements ont été annulés, et beaucoup d'entre nous sur leur lieu de travail ont suspendu leurs activités pour s'informer de cette actualité dramatique sur Internet.

AB - A vos yeux, quelle est la différence majeure dans la façon dont Internet et d'autres media ont traité cette information ?

LG - Il y a de nombreuses différences entre l'information fournie par les mass media et celle diffusée par Internet.

Les premiers sont nourris par très peu de sources, en quantité et en formats (ceci est aggravé par les fusions nationales et internationales qui engloutissent les groupes indépendants), et les séquences sont déterminées par un petit nombre d'individus.

Cela laisse peu de place pour la réaction distanciée, peu de place pour explorer les liens rattachés à l'information concernée, ou pour reprendre et revoir l'information diffusée.

Par contraste, les principales limites d'Internet concernent sa bande passante, les limitations de sa capacité, et les attaques de virus. Certains craignaient qu'Internet ne s'écroule dans une situation d'urgence nationale telle que celle du 11 septembre. Pourtant bien que des problèmes importants soient apparus, le Réseau a plutôt bien fonctionné.

Par exemple, un ancien collègue a rapporté que son équipe (Disney Channel) avait enregistré une telle augmentation du volume des connections qu'ils ont tout d'abord pensé qu'il s'agissait d'une attaque. Lorsqu'ils ont réalisé ce qu'il se passait, ils ont rapidement allégé leur contenu en retirant la plupart des graphiques et ont compressé leurs fichiers en les divisant par 10 pour assurer un flux régulier de l'information.

Je n'ai pas, personnellement, dû faire face à d'importants ralentissements de l'accès au web ou au courrier électronique.

Le courrier électronique s'est montré très efficace dans l'urgence : l'entretien d'un de nos collègues avait été fixé au Pentagon au moment des faits. Celui-ci a pu informer notre équipe qu'il était sain et sauf par l'envoi d'un simple e-mail.

Une autre collègue a utilisé Internet pour trouver des images du World Trade Center, et a créé une image des tours jumelles en feu, qu'elle a pu alors envoyer rapidement en pièce jointe d'un e-mail.

La grande puissance d'Internet est que vous êtes le pilote. Vous pouvez aller où vous le souhaitez, quand vous le voulez, à l'inverse des mass media où vous êtes simplement un passager sans aucun contrôle.

Vous pouvez sélectionner des sources variées d'informations par le biais du streaming media, les programmes de la BBC par exemple. Un grand nombre d'entre nous ont regardé ces programmes en streaming sur leur lieu de travail, ceux-ci nous ont donné une perspective différente de l'information émanant des programmes américains.

Mais, à mon avis, se sont les newsgroups sur Internet qui ont fourni le plus de pouvoir à l'expression. Ils offrent non seulement des points de vue variés, vous laissent exprimer les vôtres, mais de plus ils remettent en question vos propres convictions par la critique. Si j'avais fait des erreurs grossières, d'autres dans le newsgroup m'auraient rapidement rappelé à l'ordre.

Un exemple, je m'intéresse depuis longtemps à la technologie spatiale, mais les media et les agences gouvernementales dans tous les pays ont convaincu le public et la plupart des scientifiques, que l'exploration spatiale DOIT être extrêmement chère, difficile, risquée, et destinée aux seuls astronautes chevronnés.

Ceux d'entre nous qui ont une formation scientifique et ont accès à l'opinion d'experts (techniquement orientée) dans les newsgroups savent que les coûts actuels sont ridicules, totalement inutiles, et sont une construction politique.

En ce qui concerne les attaques du 11 septembre dernier, une majorité d'Américains perçoivent le monde à travers les mass media et sont extrêmement ignorants des autres cultures et en particulier de l'influence de la politique étrangère américaine. Ils estiment qu'elle est anodine et qu'elle est faite pour entretenir la démocratie.

C'était aussi mon point de vue jusqu'à ce que je rencontre des compatriotes qui ont travaillé à l'étranger dans les Peace Corps ou en tant que chercheurs. Ils ont présenté une image très différente. Celle d'une politique américaine qui montre peu d'intérêt devant les populations et cultures locales, et qui est dominée par des intérêts économiques et la sécurisation de l'accès aux ressources.

Mais, jusqu'à l'arrivée d'Internet, si je n'avais pas eu ces contacts je n'aurais pas la moindre idée de la raison pour laquelle l'Amérique est largement mal aimée.

Ces points de vue sont maintenant largement accessibles pour quiconque dispose d'un ordinateur même bon marché et d'un accès au web. Ils semblent aussi infiltrer les media traditionnels. Je constate que de plus en plus de discussions s'ouvrent sur notre tendance à soutenir des régimes répressifs qui supportent nos intérêts économiques...

AB - En quoi la présence de l'information en temps réel, «sur le vif», influence nos vies ?

LG - L'intime conviction des encyclopédistes français du 18ème siècle était que la plupart des maux qui frappaient le monde étaient la conséquence d'un manque d'information, et que si celle-ci était rendue librement accessible la terre serait un monde meilleur.

Et pourtant après que les encyclopédistes aient réalisé leurs travaux, la sanglante Révolution française a eu lieu, l'esclavage de masse a continué, la lutte des classes moderne a été largement destructrice, l'Holocauste et le régime dramatiquement inhumain de Pol Pot sont entrés dans l'Histoire, et bien d'autres atrocités encore.

Il est évident alors que l'accès à l'information seul, ne suffit pas.

La communication en temps réel va devenir de plus en plus instantanée.

Dans le passé, notre communication était liée à des endroits spécifiques, tels que la pièce où est installé le téléphone fixe ou l'écran TV à la maison ou au travail. Mais avec les téléphones cellulaires et les navigateurs web intégrés aux assistants numériques personnels cette information est devenue accessible pratiquement partout.

Dans moins de 10 ans, vont apparaître des Ordinateurs Portables avec casque multifonctions s'appuyant sur des infrastructures à même de les supporter.

Un ensemble complet de communications modernes sera disponible depuis des supports multiples et évolués : grand écran TV 3D, vidéo, radios, lecteurs Cd, e-mail, appareils photos, caméscopes, ordinateurs, consoles de Jeux Vidéo, journaux, livres, magazines, cartes, graphiques, etc.

Les appareils photos notamment seront partout.

L'utilisateur aura simplement à regarder la scène qui l'intéresse, faire un geste ou émettre un son, et son appareil, muni d'un mini récepteur GPS (Global Positionning System) mis à jour en temps réel, prendra une photo et la sauvegardera automatiquement. Le photographe utilisera également quelques mots clés destinés à accéder plus facilement à ces images archivées. Même chose pour la vidéo.

Une telle technologie nous apportera une réelle mémoire photographique. Les images ainsi stockées pourront nous aider à empêcher certains crimes. Cela aura également une grande influence sur la vie privée des individus. Nous serons exposés au flux d'une information souvent sans intérêt, trompeuse et inadaptée, mais aussi à des virus informatiques nuisibles qui peuvent mettre à mal nos identités et notre sécurité.

Alors que nombre d'entre nous dans l'industrie de l'information anticipent de telles perspectives, la plupart des gens ne recherchent pas l'information mais la validation de leurs croyances actuelles. Ils limiteront leur accès à des sources d'information qui les font se sentir bien plutôt que de les remettre en question et de les tenir informés.

AB - A votre avis, comment le monde va évoluer après ces évènements : Nous trouvons-nous face à de nouveaux rapports de forces entre démocraties et groupes terroristes, qui peuvent frapper n'importe où et n'importe quand, ou sommes nous à l'aube d'un troisième conflit mondial ?

LG - J'oscille entre optimisme et pessimisme.

D'un côté, je constate que les technologies peuvent réduire la portée destructrice de la politique extérieure américaine, terrain propice à ces attaques, grâce notamment à l'ordinateur portable mentionné plus haut. Celui-ci pourrait être alimenté par la chaleur et les mouvements du corps, et pèserait moins d'un demi kilo.

Cet appareil pourrait remplacer plusieurs centaines de watts consommés chaque année par la plupart des foyers, de même que des centaines voire des milliers de kilos de journaux, livres et magazines.

Des sources d'énergies renouvelables comme le vent et l'énergie solaire pourraient également réduire la sur-consommation de substances chimiques aux Etats-Unis et rendre inutile la plupart les ingérences américaines dans d'autres pays.

Néanmoins, Internet ouvre constamment d'autres brèches pour d'éventuelles attaques.

Les terroristes ont largement utilisé le Réseau pour planifier et coordonner leurs attaques mardi 11 septembre (le FBI est sur la piste d'une adresse e-mail utilisée par les terroristes dans des lieux publics tels que les bibliothèques).

Internet, les réseaux informatiques et autres infrastructures sont largement «ouverts» aux attaques. Aujourd'hui, j'ai dû télécharger des patches pour contrer le virus Nimda qui peut infecter une machine depuis une simple page web.

Nos spécialistes de la sécurité ici à l'Université de Washington ont démontré que les commandes et fonctions de contrôle de nos infrastructures, telles que les pipelines, barrages, réserves d'eau, réseaux électriques, transports, et d'autres encore, sont perméables aux attaques d'individus qui s'y connaissent.

Nos spécialistes utilisent la plupart de leur temps à contrer les attaques émanant de sources inconnues et dont il ne reste aucune trace.

L'accès combiné à des ordinateurs à bon marché et à Internet, les faiblesses de la sécurité informatique, la commercialisation de nouveaux produits et de versions toujours plus performantes, et la société américaine elle même exposée, nous rendent très vulnérables.

Mais comme les parasites dans les systèmes biologiques ont fourni le plus grand stimulus à l'évolution biologique, j'espère que nos efforts pour défaire les pirates vont rapidement transformer le Réseau en un Internet beaucoup plus robuste et sécurisé, avec des systèmes de sauvegarde plus performants.

AB - Larry GALES, je vous remercie.

Entretien et traduction réalisés par Ariane BEKY.
Modifié le 18/09/2018 à 14h09
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

La montre connectée Apple Watch SE GPS affiche un prix en baisse pour les Soldes
Les développeurs de Streets of Rage 4 se penchent sur Garou Mark of the Wolves 2 !
Soldes : cette écran PC Xiaomi Mi Monitor 24 pouces tombe sous les 100€
Soldes Fnac-Darty : un pack tablette tactile Lenovo M10+ encore plus abordable
Après Brad Pitt, Boursorama Banque s'offre... Mike Tyson !
Soldes Amazon et Cdiscount : les meilleures promotions high-tech à saisir ce jeudi
Soldes Fnac - Darty : la superbe TV LG Nanocell 65
COVID-19 : lancement du Travel Pass de IATA, le
Soldes Cdiscount : une batterie externe Samsung 10000 mAh à moins de 10€ 🔥
Après Dunant avec Google, Orange va mettre en service un second câble sous-marin vers les USA
Haut de page