Etat des lieux du commerce électronique en France

27 mars 2001 à 00h00
0
Une étude menée par Ernst & Young sur le commerce électronique laisse augurer de bonnes perspectives, montrant que de nouvelle tendances se dessinent en France.

Voilà enfin des chiffres positifs concernant le commerce électronique : une étude menée par le cabinet de consulting Ernst & Young auprès des cyberconsommateurs indique que 84 % des d'entre eux sont bien décidés à poursuivre leurs achat sur la toile dans les 12 prochains mois.

En moyenne, les acheteurs en ligne français ont effectué 10 achats au cours des 12 derniers mois et acheté sur 7 sites environ. Alors que 33% des foyers français possèdent un ordinateur et que 17% sont connectés à Internet, le pourcentage d'achats en ligne reste tout de même faible.

Mais la tendance qui se dessine est l'apparition de nouvelles catégories favorites de produits en l'an 2000 : l'étude révèle ainsi que la liste des catégories d'achat préférées en France s'est enrichie au-delà des articles de base, tels que les livres, les CD et les ordinateurs, qui ont alimenté la croissance de la distribution en ligne à ses débuts.

Alors que plus de la moitié des personnes interrogées ont indiqué qu'elles avaient, comme l'année dernière, acheté en ligne des livres (53 %), des produits informatiques (51 %), des réservations et des billets (44 %), de la musique (43 %), et des vidéos (24 %), ces personnes ont aussi acheté des vêtements (17 %) et des services financiers (19 %) via Internet apparaissant ainsi pour la première fois en bonne position avec des pourcentages qui ont plus que doublé.

L'enquête d'Ernst & Young tend également à montrer que la distribution en ligne commence à affecter la distribution traditionnelle. Toutefois, l'impact réel sur le commerce traditionnel reste à démontrer. Les chiffres sont contradictoires : bien que la moitié des acheteurs en ligne français déclarent acheter moins dans les magasins de détail, 23% ont au contraire augmenté leurs achats dans ces mêmes magasins.

A noter que les « Clicks & mortar » et les vépécistes émergent parmi les sites préférés en France.

Fabrice Loison, Directeur Marketing Ernst & Young en France précise un point important : « les cyberconsommateurs effectuent leurs achats, en moyenne, à partir de 5,6 sites seulement et on sait qu'ils y accèdent, pour la plupart d'entre eux à partir de leur menu « favoris ».Cela semblerait démontrer que par rapport au commerce traditionnel, la fidélisation sur Internet est bien plus rapide et définitivement à prendre en compte ».

Par contre, la protection juridique semble faire défaut aux yeux des cyberconsommateurs « malgré la multiplication des textes et cela dans les aspects de protection de la vie privée, des aspects de paiement ou les aspects de remise en cause de l'opération en ligne ».

Quant au profil du cyberconsommateur moyen, rien de bien nouveau et toujours aussi atypique de la population française et bien différent de celui d'un acheteur classique : 81% sont des hommes et 36 % sont mariés, l'age moyen est de 36 ans.

De plus, en terme d'éducation et de revenus, les acheteurs en ligne se situent dans les CSP+ : 60% des acheteurs en ligne français ont fait des études supérieures et le revenu moyen des foyers interrogés est d'environ 300 000 FRF par an.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page