35.000 utilisateurs de Google Apps en 2010 chez Rentokil Initial

12 octobre 2009 à 16h36
0
006E000002303532-photo-google-apps-logo.jpg
Google fait de l'ombre à Microsoft. Rentokil Initial, multinationale d'origine britannique spécialisée dans les services aux entreprises, de la lutte anti-parasite au paysagisme d'intérieur, a opté pour l'édition Premier de Google Apps. Cette suite d'applications en ligne développée par le moteur de recherche est censée remplacer les solutions de messagerie et applications de collaboration hétérogènes jusqu'ici utilisées sur 6 branches du groupe à travers le monde.

Google Apps Edition Premier inclut la messagerie en ligne Gmail for Business, le calendrier Google Agenda, la plateforme de partage video Google Video, la suite bureautique Google Docs, l'outil de création de sites web collaboratifs Google Sites et, enfin, l'outil de sécurisation de messagerie Postini. L'offre en ligne, hébergée par Google, est facturée 40 euros par compte utilisateur et par an.

Société cotée au London Stock Exchange, Rentokil Initial emploie quelque 78.000 personnes à travers le monde. Dans un premier temps, 20.000 de ses collaborateurs équipés de PC fixes utiliseront Gmail for Business dans le cadre de ce contrat. Par la suite, 15.000 employés 'mobiles' de l'entreprise devraient en bénéficier. A terme, fin 2010, 35.000 collaborateurs devraient accéder à l'ensemble des applications Google Premier Ed., ainsi qu'à la messagerie instantanée Google Talk.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Comexposium s'offre la société E-Business et ses salons
Hyper sensibilité électromagnétique : un abri anti-ondes
4ème licence 3G : l'égyptien Orascom jette l'éponge
Kempler & Strauss lance W, sa montre téléphone tactile
Quinze intellectuels chinois signent une
Des micro-batteries nucléaires de la taille d'un cheveu ?
SaaS : Probance lève plus d'un demi million d'euros
Des patchs et des DLCs pour  Operation Flashpoint 2
Russie : Sergey Mironov veut définir
Kindle : les livres électroniques facturés 40% plus cher en Europe qu'aux USA
Haut de page