Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
09 décembre 2019 à 19h12
0
Wallpaper Windows 7
© Microsoft

Alors que le 14 janvier prochain marquera la fin du support officiel de Windows 7, Microsoft continuera de proposer, notamment aux utilisateurs professionnels de l'OS, des mises à jour de sécurité... mais au travers de son programme Extended Security Updates (ESU) seulement. Un programme payant qui n'est pas accessible à l'ensemble des utilisateurs.

Vous n'êtes probablement pas sans le savoir, les jours de Windows 7 sont plus que jamais comptés. Après plus d'une décennie de bons et loyaux services, le vieil OS ne profitera plus, à compter du 14 janvier 2020, des mises à jour de sécurité déployées par Microsoft. De quoi le rendre obsolète pour bien des utilisateurs. Soucieux d'épargner ses clients professionnels, certaines entreprises et les administrations (encore nombreuses à utiliser Windows 7), la firme de Redmond propose une alternative au passage pur et simple à Windows 10 : le programme Extended Security Pass (ESU).

Un programme restreint à certains types de structures

Comme son nom l'indique, ce programme permet de continuer à recevoir les mises à jour de sécurité, en l'occurrence jusqu'en 2023. Deux bémols toutefois : il est est payant et n'est accessible qu'à certaines structures (les sociétés ayant de gros volumes de machines sous Windows 7 ou les petites et moyennes entreprises) utilisant toujours Windows 7 Enterprise et Windows 7 Pro.

Un outil disponible sur My Digital Life et découvert par le site américain ZDNet permet de contourner ces limitations... mais il faudra quand même mettre la main au porte-monnaie. Pour y parvenir, ce petit utilitaire empêche la vérification imposée par Microsoft à l'aide de clés de licence.

Le système de vérification des clés Microsoft une nouvelle fois berné

Comme le rapporte ZDNet, Microsoft proposait la semaine dernière une version de test du Windows 7 ESU (update KB4528069) permettant aux structures concernées de vérifier la compatibilité de leur matériel avec ledit programme. Lorsque les utilisateurs installent cette mise à jour, une clé de licence ESU leur est demandée. Cette dernière débloquera les futures mises à jour de sécurité déployées par Microsoft.

Seulement voilà, le système de vérification des clés de licence ESU est très semblable à celui que Microsoft utilise pour vérifier les clés de licence Windows. Un système peu sécurisé que les pirates et hackers en herbe ont appris à contourner depuis des années pour installer et activer des versions de Windows sans licence, par exemple.

L'outil permettant d'obtenir les mises à jour de sécurité du programme Windows 7 ESU se base peu ou prou sur les mêmes failles et permet donc de contourner le système de vérification mis en place par Microsoft. Un système qui pourrait toutefois être amené à évoluer... ce qui forcera probablement les créateurs de l'outil à le mettre à jour.

En attendant, et si l'outil ne débloquera pas gratuitement l'accès à l'ESU (ces dernières se monnayent entre 25 et 200 dollars par machine en fonction des cas), il permettra à une part des utilisateurs de continuer à utiliser Windows 7 Pro ou Enterprise sans devoir se passer des précises mises à jour de sécurité. Un bon moyen de préparer plus tranquillement l'inévitable migration vers Windows 10.

Source : ZDNet.
74
30
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
L'administration Trump tire un trait sur les normes environnementales au motif du Covid-19
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
scroll top