🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Critique Mr. Robot : phénomène de société et piratage d'attention

12 août 2021 à 10h47
11
Mr. Robot © USA Network

Forte, notamment, de riches partis pris visuels et de méthodes narratives osées, qui lui permettent de raconter avec brio une histoire sociétale complexe et réaliste, Mr. Robot est assurément devenue l'une des séries majeures de ces dernières années. Aussi, comme toute grande série un peu atypique, elle a ses fans, mais aussi ses détracteurs. Et figurez-vous que je suis un peu dans les deux camps.

Mr. Robot
  • Vous aimez les séries qui jouent avec les perspectives et le spectateur
  • Vous appréciez les œuvres avec une vraie patte visuelle
  • Les thématiques de l'informatique, de la psychologie et de la révolte citoyenne vous parlent
  • Vous préférez les séries claires au déroulé linéaire
  • Les questions d'informatique ou de maladie mentale vous rebutent totalement
  • Vous n'aimez pas les personnages torturés et complexes

Le veilleur d'écran[s] S07E01 📺 : Mr. Robot

Dans un contexte où l'offre en matière de séries n'a jamais été aussi pléthorique, le Veilleur d'écran[s] se propose d'être votre guide à travers les saisons. Qu'il s'agisse d'une ancienne série aujourd'hui culte, d'un carton récent ou d'un show plus anonyme, cette chronique vous aidera à ne perdre votre temps qu'en bonne compagnie.

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

Fiche technique Mr. Robot

Informations

Genre
Thriller, Drame, Policier
Réalisation
Sam Esmail
Editeur
Anonymous Content, Esmail Corp., Universal Cable Productions
Plateforme
Netflix, Prime Video
Nombre de saisons
4
Nombre d'épisodes (Total)
45
Classification
Tous publics

Mr. Robot comme un lavabot

Cette chronique dédiée aux séries TV approche doucement mais sûrement de ses deux ans d'existence (!). Vous pourriez donc être en droit de vous demander pourquoi j'ai pris autant de temps pour évoquer Mr. Robot, une série non seulement acclamée par la critique, mais aussi toute désignée pour le lectorat de Clubic de par ses thématiques informatiques et technologiques. L'explication est simple : j'ai beaucoup hésité.

À cause de sa popularité d'abord, la série n'attendant pas un nouveau coup de projecteur. Mais aussi et surtout parce que j'ai autant détesté qu'adoré Mr. Robot. J'ai subi cette série comme elle m'a émerveillé, entre passages incroyables et moments pénibles. Mr. Robot est une œuvre comme aucune autre, et c'est pour moi une qualité autant qu'un défaut.

Mr. Robot © USA Network

Il faut cependant noter que j'ai regardé la série tout au long de sa diffusion à partir de 2015, ce qui explique - partiellement - pourquoi j'ai pu me perdre dans son histoire (et donc indirectement m'ennuyer). Si vous regardez aujourd'hui tous les épisodes à la suite, nul doute que vous devriez en profiter plus que moi.

You hear that, Mr Alderson ? That is the sound of inevitability

Dans Mr. Robot, le spectateur suit Elliot Alderson (incarné par l'incroyable et désormais reconnu Rami Malek), un ingénieur informatique spécialisé en sécurité travaillant pour Allsafe Security, une société new-yorkaise… Et il va être difficile d'en dire beaucoup plus sur la série de Sam Esmail sans trop rentrer dans la zone des spoilers.

Mr. Robot © USA Network

Dans les grandes lignes, notre héros, solitaire et dépressif, est également un « justicier » qui utilise ses talents de hacker pour aider celles et ceux qui en ont besoin. Il va ainsi rencontrer le mystérieux « Mr. Robot », qui va le recruter au sein du groupe FSociety (l'équivalent de nos Anonymous). Cette organisation souhaite rétablir l'équilibre dans la société en détruisant les entités les plus puissantes, à commencer par le conglomérat E Corp, dont fait partie Allsafe Security.

Hacking profite le crime ?

Au cours de ses quatre saisons, Mr. Robot explore de façon approfondie et réaliste tant de sujets qu'il faudrait presque lui consacrer deux chroniques pour être exhaustif. Aussi, nous nous attarderons en priorité sur les deux éléments qui composent le cœur de l'œuvre.

La série est avant tout une critique acerbe, et un brin déprimante, de la société contemporaine. Dominé par les banques et les grosses firmes, le monde dépeint par Mr. Robot est relativement identique au nôtre. Les personnes essayant de faire changer les choses côtoient celles qui s'y complaisent et les 1 %, cyniques et sans pitié, qui ont le pouvoir et comptent bien le garder.

« Mr. Robot jouit toujours de l'une, pour ne pas dire de LA meilleure réalisation vue sur le petit écran »

Pertinente et virulente sur ce sujet, la série n'oublie pas d'être rigoureusement réaliste lorsqu'elle traite des questions liées à l'informatique. Les plus pointilleux apprécieront sans nul doute l'effort des scénaristes et du casting lors des phases de hacking, pour une fois plausibles et recherchées ; les moins connaisseurs, eux, n'auront qu'à se laisser porter par l'intensité de ces scènes.

Au cœur de cette critique sociétale assez générale, Mr. Robot sait aussi se faire beaucoup plus intimiste. La plupart des personnages développés sont extrêmement complexes, voire torturés ou même affectés de troubles mentaux à différents niveaux. Ce dernier élément est d'ailleurs l'un des autres sujets de fond de la série, toujours traité avec justesse et finesse.

Mr. Robot © USA Network

C'est d'ailleurs le cas de Elliot, mais aussi de sa sœur Darlene (Carly Chaikin) ou encore de sa meilleure amie d'enfance Angela (Portia Doubleday). Les plus observateurs auront également relevé la présence du solide Christian Slater au casting, sur lequel je ne dirai volontairement rien. En plongeant au plus profond de la psyché de ses personnages, Mr. Robot jongle ainsi entre série dramatique techno-thriller à moyenne échelle et thriller psychologique complexe à petite échelle.

Mais c'est là que le bât peut blesser. La série en fait parfois un peu trop, quitte à perdre ses personnages et ses spectateurs en utilisant le montage et la réalisation pour déconstruire son récit avant de mieux le rebâtir (ou non). Plus d'une fois je me suis emmêlé dans le récit et les motivations des personnages, essayant de me faire une raison et de me laisser porter, mais restant bien souvent frustré.

We live in a FSociety

Enfin, impossible de ne pas saluer le principal aspect de la série, celui qui m'a convaincu d'aller jusqu'au bout et supporter ses passages les plus longs, ennuyeux et cryptiques (la saison 2 remportant la palme de la « masturbation intellectuelle », qui a bien failli me faire arrêter avant une saison 3 heureusement bien meilleure et digeste). Cette grande force, c'est son identité visuelle. C'est bien simple, Mr. Robot jouit toujours de l'une, pour ne pas dire de LA meilleure réalisation vue sur le petit écran.

Mr. Robot © USA Network

La mise en scène, la photo, le moindre détail de prise de vue ou angle de caméra… tout est d'une intelligence et d'une générosité rarement égalées dans le paysage télévisuel. J'ai perdu le compte du nombre de fois où je me suis redressé, attentif, témoin d'un passage ou d'un épisode unique tellement marquant que j'en venais presque à oublier que je ne comprenais plus grand chose à ce moment du scénario…

Aujourd'hui, avec du recul, je ne peux que vous recommander de tenter l'aventure Mr. Robot. Avec sa forte personnalité, la pertinence de son propos, son incroyable casting ou encore son réalisme réfléchi, la série de USA Network compense aisément quelques sorties de route, que les spectateurs les plus friands d'éléments atypiques pourraient même apprécier.

Et je peux désormais affirmer que même si je n'ai pas tout apprécié dans cette série, j'ai extrêmement hâte de voir ce que va proposer Sam Esmail avec la future série Battlestar Galactica.

8

Forte, notamment, de riches partis pris visuels et de méthodes narratives osées, Mr. Robot raconte avec brio une histoire sociétale complexe et réaliste. Elle est assurément devenue l'une des séries majeures de ces dernières années, notamment grâce à une réalisation exceptionnelle qui lui permet de gommer quelques longueurs et approximations.

Les plus

  • Vous aimez les séries qui jouent avec les perspectives et le spectateur
  • Vous appréciez les œuvres avec une vraie patte visuelle
  • Les thématiques de l'informatique, de la psychologie et de la révolte citoyenne vous parlent

Les moins

  • Vous préférez les séries claires au déroulé linéaire
  • Les questions d'informatique ou de maladie mentale vous rebutent totalement
  • Vous n'aimez pas les personnages torturés et complexes

Les quatre saisons de Mr. Robot sont actuellement disponibles sur Amazon Prime Video et Netflix.

Besoin d'une nouvelle série à regarder ? Retrouvez toutes nos critiques et chroniques séries.

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
11
11
Pronimo
Quand t’a vu le fameux épisode qui dévoile de quoi toute la série retourne… tu as juste envie de tout revoir dans cette nouvelle vision des choses :o
molotofmezcal
Je suis difficile en série, mais là j’ai pas pu poussé plus d’une moitié de premier épisode (caricatural)<br /> Après, j’ai peut être manqué qqchose vu les critiques dithyrambiques.
Furax
On m’avait tellement parlé de cette série que j’ai fini par la regarder.<br /> Au final plutôt déçu. A force de personnages torturés j’ai perdu non pas le fil de l’histoire mais mon intérêt à de nombreuses reprises.<br /> Quelques scènes sont cependant assez géniales, mais ça n’a pas été suffisant pour moi, pour laquelle cette série reste juste «&nbsp;une série de plus&nbsp;».
Oncle_Picsou
Pareil, mais sans caricaturer. j’ai littéralement pas pu terminer le premier épisode tellement je me suis ennuyé.<br /> Et il y a tellement d’autres choses à voir que c’est difficile de trouver le temps pour lui donner une seconde chance ^^
LeToi
Une série a ne pas mettre entre toutes les mains. France 2 s’y est essayé et a fait un petit four, ce n’est clairement pas une série grand public !<br /> J’ai adoré l’évocation de Trump, dans la saison 3, je crois, tellement réaliste !<br /> Après, c’est sûr qu’il faut s’accrocher pour suivre certains éléments de la série, mais si on est bien réceptif, c’est probablement une des meilleures séries des années 2010
pecore
Comme beaucoup ici je reconnais que ce n’est pas une série pour tous. Ce n’est d’ailleurs peut être une série pour personne en vérité. Tout le monde va y trouver des points qu’il aime et d’autre qu’il aime moins, ou pas et en effet certaines actions de certains personnages sont difficiles à comprendre.<br /> De plus la série nous trompe un peu sur la marchandise, nous laissant entendre que le personnage principal est une sorte de cyber héro qui traque les criminels sur la toile mais cet aspect disparait très vite après le premier épisode.<br /> Je viens d’attaquer la 2é saison et je devrai normalement aller jusqu’au bout des quatre. Je reviendrai éventuellement après éditer mon message.
wackyseb
Bonne série. Remi Malek remonte le niveau.<br /> Le thème change un peu des séries classiques.<br /> Dans l’ensemble j’ai passé un bon moment
c_planet
On est encore une fois dans le scénario de «&nbsp;l’élu&nbsp;» et «&nbsp;l’autre c’est moi&nbsp;» etc (d’ailleurs Tyrell vs Tyler. Darlene vs Marla, Alderson vs Anderson, Leon vs Neo, mmmhh) mais c’est plutôt bien fait.<br /> Par contre, y a du switch-glissement malheureux sur les personnages - si vous n’avez pas terminé la série, ne lisez pas, - … quelle déception de voir qu’à mi-course tout ce qui faisait la force à venir d’Angela est vidé de sa substance, et c’est encore pire avec Tyrell, on passe du requin froid à grand potentiel au gars perdu qui s’excuse. Le scénario passe deux saisons à monter une mayonnaise dont on se réjouit à une annulation du buffet. Si l’effet de l’intrigue qui ramollit les durs leur tenait tant à coeur, il fallait le faire avec des personnages comme Leon, les présenter plus durs au début et les laisser s’effriter sur la suite.
benben99
Pas mal comme série pour tuer le temps, mais facilement oubliable. Je ne vais pas regarder deux fois.
K702
Excellente série, même si la saison 2 était malgré tout assez pénible à regarder pour moi, mais heureusement la saison 3 et 4 sont au top, et que dire du final !<br /> Et mention toute particulière à la musique de Mac Quayle qui colle parfaitement à l’ambiance de la série, anxiogène à souhait !
LeToi
C’est clair que niveau réalisation, je n’ai jamais vu de série aussi bien réalisée. La saison 4 atteint des sommets, avec quelques épisodes mythiques, et une BO toujours géniale.<br /> C’est clair qu’il y a eu un creux avec la saison 2, mais la dernière saison rattrape largement tout.<br /> A regarder sans interruption , par contre, je pense qu’une saison par an c’était trop juste et qu’il fallait à chaque fois revoir la saison précédente pour comprendre la suivante. A binge-watcher pour ne pas se perdre et apprécier le final encore plus génial que la réalisation !
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

She-Hulk : Disney+ vous donne rendez-vous en août pour cette avocate Marvel pas comme les autres
Sandman, Cyberpunk, Umbrella Academy... Netflix annonce sa Geeked Week à grand renfort de trailers
Chez Netflix, si vous n’aimez pas le contenu, vous pouvez démissionner
The Boys, saison 3 : en juin, ça va cogner sur Prime Video
For All Mankind : direction Mars dans le premier trailer de la saison 3
Netflix n'en a pas terminé avec Black Mirror
Prenant le contrepied de Netflix, Apple TV+ s'apprête à dégainer un nouveau film d'animation
Festival de Cannes : TikTok s'invite sur la croisette
Pour Dune Part. II, Denis Villeneuve a trouvé son empereur Padishah
Netflix dévoile un premier aperçu de sa prochaine série Resident Evil avant sa sortie estivale
Haut de page