Les voitures électriques les plus attendues de 2021

11 janvier 2021 à 18h18
70
Citroën e-C4 © Citroën
Citroën ë-C4

Bien que relativement modeste, la part des ventes de voitures électriques augmente substantiellement tous les ans. Après une année 2020 marquée par la pandémie de COVID-19, les nombreux modèles attendus cette année devraient encore stimuler les immatriculations. L'occasion de faire le point sur les voitures électriques les plus attendues de 2021.

L'électrification des voitures est désormais acquises pour tous les constructeurs, même les plus réticents. Une stratégie qui est notamment dictée par les normes environnementales strictes imposées par l’Union Eeuropéenne. Ainsi, la part des véhicules électrifiés dans les livraisons de voitures neuves en Europe devrait atteindre 25% rien que pour 2021. Et dès 2030, la moitié des immatriculations concernera des véhicules hybrides et électriques. Sans surprise, l'offre de voitures 100% électriques est amenée à encore s'étoffer cette année. La preuve notamment avec les modèles suivants.

Audi Q4 e-tron

Audi Q4 etron
Audi Q4 e-tron

Après une Audi e-Tron qui a su trouver son public malgré des défauts certains, le constructeur allemand devrait étoffer sa proposition 100% électrique avec l'Audi Q4 e-tron. Le concept de ce SUV compact équivalent au Q5 thermique, avait été dévoilé l'an dernier et exposé sur différents salons notamment au CES de Las Vegas et à Genève. La version de série est attendue au cours des prochains mois.

Il s'agira du tout premier modèle Audi basé sur la plateforme modulaire dédiée aux véhicules électriques du groupe Volkswagen. Il sera équipé d'une batterie rechargeable de 82 kWh qui devrait lui conférer une autonomie jusqu'à 450 km. Audi annonce un temps de recharge classique de 30 minutes pour retrouver 80% de capacité avec une puissance maximale de 125 kW. Enfin, les deux moteurs (un sur chaque essieu) développerons une puissance de 300 ch lui permettront de réaliser un 0 à 100 km/h en 6,3 secondes.

Audi e-tron GT

Audi e-tron GT
Audi e-tron GT

Autre nouveauté électrique attendue chez Audi cette année, l'e-Tron GT se sera fait attendre. Présentée fin 2018 à l'occasion du salon de l'auto de Los Angeles, celui-ci repose sur la même base technique que la Porsche Taycan qui a été commercialisée l'année dernière. Ce grand coupé sportif de 4,96 m de long adoptera une transmission intégrale, avec là aussi deux moteur intégrés sur les essieux avant et arrière. Ils délivreront une puissance de 440 ou 590 ch en fonction de la version. De quoi expédier le 0 à 100 km/h en 3,5 secondes seulement. Les moteurs électriques seront alimentés par une batterie de 93 kWh qui devrait conférer une autonomie de 400 km WLTP à l'Audi e-tron GT.

A l'instar de la Porsche Taycan, l'autre coupé électrique allemand sera lui aussi équipé de deux connecteurs à l'avant. Une connecteur Combo CCS 800 volts à droite qui admet théoriquement une puissance jusqu'à 350 kW (80% de charge en 20 minutes), et un connecteur standard à gauche. Le prix de l'Audi e-tron GT devrait être inférieur à celui de la Porsche Taycan mais au dessus des 100 000 euros.

BMW iX3

BMW iX3
BMW iX3

BMW a acquis une solide expérience en matière de voiture électrique grâce à sa fameuse BMW i3 lancée en 2013. Le constructeur qui converti la plupart de ses modèles à l'hybride, proposera aussi deux nouvelles voitures électriques cette année. Le BMW iX3 est un SUV qui repose sur une plateforme commune à toutes les motorisations : électrique donc mais aussi thermique pour les BMW X3 et X3 hybride lancés l'an dernier. Le nouveau venu a déjà pu être essayé par la presse avant d'arriver en concessions dès le mois de mars prochain au prix de 69 950 euros avant bonus pour la finition de base Inspiring.

Conséquence de l'utilisation d'une plateforme unique, le design intérieur et extérieur du BMW iX3 est identique à celui de la version thermique. Seules quelques inserts bleus, la calandre pleine et l'absence de pot d'échappement trahissent sa motorisation sans émissions. Celle-ci se caractérise, une fois n'est pas coutume, par une propulsion avec un moteur électrique de 210 kW (286 ch) implanté sur l'essieu arrière. Il est alimenté par une batterie de 80 kWh (74 kWh utiles) pour une autonomie annoncée WLTP de 459 km. BMW précise aussi que la construction du iX3 nécessite 2/3 de cobalt en moins, que le moteur est sans terres rares et que la production sera réalisée avec de l'électricité décarbonée.

Citroën ë-C4

Citroën e-C4 © David Nogueira
Citroën ë-C4 / Crédit photo : David Nogueira

Disponible en concession au moment où vous lirez ces lignes, la Citroën ë-C4 est l'une des voitures électriques qui affiche le look le plus atypique à date. Une habitude pour le constructeur qui s'était aussi illustré avec l'AMI qui avait été lancée l'an dernier, et qui propose désormais un véhicule à mi chemin entre la berline et le SUV, avec une touche de coupé. La nouvelle venue est basée sur la plateforme e-CMP du groupe PSA, la même que la Peugeot e-2008, la DS3 Crossback e-Tense ou la future Opel Mokka-e. Plus grande que cette dernière, la Citroën ë-C4 adopte un moteur électrique de 100 kW (136 ch) qui est installé sur le train avant. Le constructeur annonce un 0 à 100 km/h en 9,7 secondes en mode sport, et une vitesse de pointe de 150 km/h.

D'une capacité utile de 46 kWh, la batterie confère une autonomie de 350 km WLTP à la Citroën ë-C4 qui est bien aidée par un poids de 1 500 kg. De plus, la voiture peut compter sur un chargeur embarqué de 7,4 kW (ou 11 kW en option) pour une recharge complète en 7h30. Un connecteur Combo CSS permet en outre de récupérer 80% de la capacité en 30 minutes sur les bornes de recharge rapide avec une puissance admissible jusqu'à 100 kW. Plusieurs déclinaisons sont disponibles qui se différencient uniquement par leur finition, à partir de 35 600 euros hors bonus écologique.

CUPRA el-Born

Cupra el-Born
CUPRA el-Born

Lancée en 2018, CUPRA est une marque autonome de Seat qui mise sur la sportivité. Celle-ci n'échappe pas à l'électrification et commercialisera sa CUPRA el-Born cette année. Déjà aperçue au salon de Genève sous le badge Seat, celle-ci renforce ses attributs sportifs avec des lignes plus tendues et de nombreux éléments en cuivre caractéristiques de la marque. Cousine de la Volkswagen ID.3 qui a été lancée l'an dernier, la CUPRA el-Born repose sur la même plateforme MEB qui équipera aussi la prochaine ID.4.

On retrouvera aussi la même batterie d'une capacité de 82 kWh (77 kWh utiles) pour une autonomie annoncée de 500 km. De plus, 30 minutes de recharge en courant continu permettront de repartir pour 260 km. En revanche, Cupra n'a pas communiqué sur la puissance du moteur électrique, se contentant d'annoncer une accélération de 0 à 50 km/h en 2,9 secondes. Produite sur la même ligne que la Volkswagen ID.3 dans l'usine de Zwickau en Allemagne, la CUPRA el-Born devrait arriver sur nos routes au deuxième semestre 2021.

Dacia Spring

Dacia Spring © Dacia
Dacia Spring

Après la Renault Twingo électrique lancée l'année dernière, et en attendant la future Mégane eVision, c'est la marque Dacia du groupe Renault qui occupera le devant de la scène électrique cette année grâce à la Dacia Spring. Avec un argument de poids : son prix qui, s'il n'a pas encore été communiqué, devrait être le plus abordable du marché. Nous avions pu découvrir ce nouveau modèle fin 2020 lors des journées eWays de Renault. Sans surprise, la Dacia Spring est un SUV compact qui affiche des dimensions de 3,73 mètres de long pour 1,62 mètres de large.

A noter son rayon de braquage de dix mètres seulement. Le véhicule affiche une autonomie de 225 km WLTP à l'aide de la batterie de 26,8 kWh, et même jusqu'à 295 km selon le cycle WLTP City lors d'un usage strictement urbain. Le moteur développe 33 kW (44 ch) et 125 Nm de couple. De par sa capacité, la batterie ne demande qu'une heure de recharge pour retrouver 80% de capacité une fois la Dacia Spring branchée sur une simple Wallbox (puissance maximale admise de 30 kW). Le cas échéant, il lui faudra 14 heures pour être chargée à 100% sur une prise domestique.

Ford Mustang Mach-E

Ford Mustang Mach-E © Ford
Ford Mustang Mach-E

Ford avait surpris tout le monde en baptisant sa première voiture électrique Mustang. Quand bien même il s'agit une fois de plus d'un SUV, segment le plus porteur du marché depuis quelques années. Ce modèle emprunte néanmoins ses lignes au modèle mythique tout en jouant la carte de la modernité à bord avec un grand écran vertical de 15 pouces. Outre son allure musclée, la Ford Mustang Mach-E peut se targuer d'offrir une autonomie jusqu'à 610 km en fonction du modèle choisi. Car le constructeur proposera différentes versions avec des puissances de 198 kW (269 ch) à 258 kW (351 ch), mais aussi des déclinaisons à deux (propulsion) ou quatre roues motrices.

Et pour encore plus compliquer les choses (ou pour offrir un choix plus large, au choix), les futurs propriétaires auront le choix entre deux capacités de batterie : 75,8 kWh ou 98,8 kWh. Par ailleurs, une Mach-E GT sera également proposée pour ceux qui en veulent encore plus, qui développe 456 ch, un couple de camion de 830 Nm et une autonomie de 500 km ! Enfin, côté recharge, Ford a doté sa première électrique d'un connecteur Combo CSS pour une recharge rapide jusqu'à 115 kW avec la batterie de 75,8 kWh, et jusqu'à 150 kW pour la version de 98,8 kWh. La Ford Mustang Mach-E sera commercialisée à partir de 48 990 euros avant bonus écologique.

Ioniq 5

Ioniq 5
Ioniq 5

Après son excellent Kona, Hyundai s'apprête à étoffer ses gammes qui comptent déjà des différents modèles de l'hybride à l'électrique en passant par l'hydrogène. Si on sait qu'il s'agira d'un crossover coupé, le constructeur est resté discret sur cette future Ioniq 5. Cependant, on dispose déjà de quelques informations grâce à l'annonce le mois dernier de sa plateforme modulable e-GMP qui sera la base des futurs modèles électriques de Hyundai et de Kia.

Celle-ci proposera une architecture désormais bien connue avec l'intégration de la batterie sous le plancher entre les deux essieux. Aucune information n'a été communiquée sur la puissance du moteur et la capacité de la batterie. On sait néanmoins que la plateforme e-GMP autorisera une autonomie jusqu'à 500 km WLTP avec une recharge jusqu'à 80% en 18 minutes seulement grâce à une puissance de 350 kW autorisée par l'architecture 800V.

Mercedes EQA

Mercedes EQA
Mercedes EQA

Deuxième voiture électrique de Mercedes après l'EQC, l'EQA s'est dévoilé en fin d'année dernière avant sa commercialisation cette année. Le constructeur allemand poursuit ainsi son offensive électrique et devrait proposer dix véhicules 100% électriques d'ici à 2022. Sans surprise, il s'agit une fois de plus d'un SUV à l'instar de son grand frère. Il arbore un design qui n'est pas sans rappeler celui du GLA qui a récemment bénéficié d'un facelift très réussi. Si sa commercialisation est attendue au mois de mai prochain, Mercedes garde encore le secret sur son SUV compact électrique qui est attendu pour le mois de mai prochain.

Toutefois, on devrait en savoir plus dès le 20 janvier, le constructeur ayant convié la presse à une présentation statique en région parisienne. En attendant, on peut déjà se basé sur le concept EQA qui est propulsé par des moteurs électriques situés sur les essieux avant et arrière, et qui délivrent une puissance combinée de plus de 200 kW. Avec une autonomie annoncée de 400 km, la batterie de 60 kW du Mercedes EQA pourra récupérer jusqu'à 100 km d'autonomie en 10 minutes de charge.

Nissan Ariya

Nissan Ariya
Nissan Ariya

Fort de l'expérience acquise avec la célèbre Leaf, Nissan proposera un nouveau crossover coupé 100% électrique cette année. La Nissan Ariya s'inspirera du concept présenté en 2019 avec des lignes plus modernes que son bestseller électrique. Elle bénéficiera de la nouvelle plateforme modulaire CMF-EV conçue pour les véhicules électriques de l'Alliance Renault-Nissan, avec plusieurs déclinaisons de motorisations et de puissance, sans oublier des versions traction ou intégrale e-Force.

Les puissances attendues iront de 160 kW (217 ch et 300 Nm de couple) à 290 kW (365 ch et 600 Nm de couple), tandis que les batteries offriront une capacité utile de 63 à 87 kWh. La Nissan Ariya offrira ainsi une autonome de 360 à 500 km (460 km avec la transmission intégrale). Enfin, la puissance de recharge dépendra elle aussi de la batterie. Ainsi, la Nissan Ariya sera équipée d'un chargeur embarqué de 7,4 kW pour les modèles dotés d'une batterie de 63 kWh, et de 22 kW en triphasé pour les versions de 87 kWh.

Opel Mokka-e

Opel Mokka-e © David Nogueira
Opel Mokka-e / Crédit photo : David Nogueira

A l'instar des Peugeot e-2008 et Citroën ë-C4, l'Opel Mokka-e repose lui aussi sur la plateforme e-CMP du Groupe PSA. On retrouve aussi le même moteur de 100 kW (136 ch) qui prend place sur l'essieu avant, et la batterie de 50 kWh (46 kWh de capacité utile). L'autonomie annoncée est comparable à celle de la Peugeot e-2008 avec 322 km WLTP. Pas de différence non plus au niveau de la recharge avec une puissance jusqu'à 11 kW en courant alternatif, et jusqu'à 100 kW sur les bornes rapides DC pour récupérer 80% en 30 minutes. Les différences avec la Citroën ë-C4 sont donc plutôt à chercher du côté du design plus sportif, et des dimensions de SUV compact avec ses 4,15 m de long. Enfin, avec un tarif à partir de 36 100 euros, l'Opel Mokka-e se situe entre la Citroën ë-C4 et la Peugeot e-2008 Active.

Skoda Enyaq

Skoda Enyaq iV © Skoda
Skoda Enyaq

Montée en gamme pour la seconde voiture électrique de Skoda qui adoptera la forme d'un SUV en lieu et place de la citadine compacte. Long de 4,65 m, le Skoda Enyaq est bâti sur la plateforme MEB du Groupe Volkswagen, à l'instar des ID.3 et ID.4 en face duquel il se positionne. Trois versions seront proposées dans un premier temps avec les iV 60 (132 kW / 179 ch avec une batterie de 62 kWh) et iV 80 (150 kW / 204 ch avec une batterie de 82 kWh) qui sont d'ores et déjà ouvertes à la commande en attendant les premières livraisons au printemps prochain. Celles-ci offriront 390 et 510 km d'autonomie respectivement. Une version iV 50 (109 kW / 148 ch avec une batterie de 55 kWh) plus modeste viendra rejoindre la gamme cet été avec 340 km d'autonomie.

A l'opposé, l'IV RS en transmission intégrale viendra faire le bonheur des amateurs de sportivité avec ses 306 ch et son autonomie de 460 km. Commercialisé à partir de 35 300 euros hors bonus écologique, le Skoda Enyaq sera donc positionné en dessous du Peugeot e-2008 qui est pourtant plus petit. Un mot enfin sur la recharge qui demandera 38 minutes pour passer de 5 à 80% de capacité sur une borne DC avec une puissance de 125 kW, ou six à huit heures de charge pour atteindre 100% sur une Wallbox de 11 kW.

Tesla Model Y

Tesla Model Y
Tesla Model Y

C'est sans aucun doute le modèle vers lequel tous les regards sont tournés. Déjà commercialisée aux Etats-Unis avec quelques ratés concernant la qualité d'assemblage, la Tesla Model Y est un SUV compact décliné de la Model Y. Capable d'accueillir jusqu'à sept personnes, celui-ci sera proposé dans deux versions en France. Une variante Performance capable de parcourir 480 km, et une Grande Autonomie qui est en mesure de pousser jusqu'à plus de 500 km sur une seule charge. La première réalise le 0 à 100 km/h en 3,7 secondes seulement quand la seconde réalisera le même exercice en 5,1 secondes. Comme toujours chez le constructeur américain, il faudra patienter pour s'offrir une version standard correspondant à l'entrée de gamme. Point fort de Tesla, les Model Y auront bien entendu accès au réseau de recharge exclusif de la marque qui offre le maillage le plus complet à date.

Volkswagen ID.4

Volkswagen ID.4 © Volkswagen
Volkswagen ID.4

Cousin germain du Skoda Enyaq, le Volkswagen ID.4 est le premier SUV électrique de la marque allemande. Deux versions sont attendues au lancement avec les ID.4 1st Edition (47 950 euros avant bonus écologique) et ID.4 1st Max (58 950 euros avant bonus également) qui se distinguent uniquement par leur équipement. Un peu plus court que le Skoda Enyaq (4,58 mètres contre 4,65 mètres), l'ID.4 pourra accueillir cinq passagers et leurs bagages. Une seul motorisation sera proposée au lancement avec un moteur identique à celui de l'ID.3 qui développe 150 kW (204 ch), avec une batterie de 58 kWh. Volkswagen annonce une autonomie de 520 km et un 0 à 100 km/h en 8,5 secondes.

Deux autres déclinaisons suivront plus tard avec des moteurs plus puissants de 195 kW (265 ch) et 225 kW (306 ch), et des batteries de 45 et 77 kWh. A noter que toutes sont garanties pendant 8 ans ou 160 000 km. La recharge sera effectuée à l'aide du chargeur embarqué de 7,4 ou 11 kW en fonction des options choisies, ou sur une borne de recharge rapide avec une puissance jusqu'à 125 kW.

Modifié le 22/04/2021 à 10h26
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
70
29
Voir tous les messages sur le forum

Pourquoi nous faire confiance ?

Pour vous, Clubic sélectionne puis teste des centaines de produits afin de répondre aux usages les plus courants. De la qualité pour tous et à tous les prix, voilà notre objectif ! En savoir plus

Haut de page