🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Test Sony VPL-VW290ES : une merveille de vidéoprojecteur 4K, tout simplement

David Nogueira
Spécialiste automobile
31 octobre 2021 à 09h39
34
Sony VPL-VW290ES © Sony
© Sony

Contrairement aux vidéoprojecteurs qui utilisent la technologie dite « de vobulation », le Sony VPL-VW290ES affiche une véritable image 4K cinéma avec un rendu tout bonnement somptueux. L'image est piquée, contrastée, plutôt lumineuse, et le tout est enrobé d'un traitement processeur très convaincant.

Sony VPL-VW290ES
  • Qualité d'image 4K
  • Efficacité du processeur X1
  • Traitement HDR
  • Fidélité des couleurs et les contrastes
  • Upscalling
  • Qualité du bloc optique motorisé
  • Manque de luminosité
  • Pas de compatibilité HDMI 2.1
  • Prix élevé
  • Pas de service connecté intégré

Notre rubrique de tests de vidéoprojecteurs compte de très bons modèles - et des moins bons aussi - que vous pouvez d'ailleurs retrouver dans notre comparatif .

Qu’il s'agisse de modèles fond de salle ou à ultra-courte focale, certains permettent de passer d’excellents moments de divertissement avec des images géantes, dynamiques, contrastées, lumineuses et parfois à la colorimétrie fidèle.

Et pourtant le produit que nous testons ici offre une qualité d’image tout simplement incomparable à celle des modèles testés précédemment ! Le Sony VPL-VW290ES est un véritable vidéoprojecteur 4K natif qui a vocation à équiper la salle de projection des cinéphiles disposés à dépenser beaucoup dans leur installation. Et pour cause, il coûte 5 490 euros…

Sony VPL-VW290ES : les caractéristiques techniques

Ce sont évidemment ses caractéristiques techniques qui contribuent à élever le prix du Sony VPL-VW290ES. Comme nous le disions, en opposition aux modèles dits « à vobulation » (qui reproduisent une image Ultra HD à partir d’une matrice Full HD), ce vidéoprojecteur affiche une véritable image 4K cinéma à savoir 4 096 x 2 160 pixels et non de l'Ultra HD (3 840 x 2 160 pixels) !

Pour y parvenir, il exploite trois panneaux SRXD de 0,74 pouce reproduisant chacun les 8 millions de pixels (environ) de cette définition 4K. Autre élément important, le processeur X1 (et non le Ultimate qui est réservé au VPL-GTZ380 vendu 80 000 euros) en charge de traiter et d'améliorer la qualité des signaux vidéo, notamment avec un traitement qualifié « d’optimisation dynamique HDR ».

Fiche technique Sony VPL-VW290ES

Caractéristiques techniques

Type de puce
SXRD
Consommation annoncée
0,4W
Consommation en veille
390W

Connectiques

Entrées vidéo
HDMI 2.0 (x2)
Connecteur(s) additionnels
USB Type A, Série (RS-232)

Connectivité

Wi-Fi
Non
Bluetooth
Non
NFC
Non
AirPlay
Non

Projection

Technologie de projection
LCOS (SXRD, D-ILA)
Résolution native
4096 x 2160
Résolution d’affichage
4096 x 2160
Luminosité
1500 Lumen
Durée de vie de l'éclairage
6 000h
Norme HDR
HDR10
Bruit annoncé
26dB
Zoom optique
x2,06
Ratio de focale
1,38 à 2,83:1
Lens shift horizontale
Oui
Lens shift verticale
Oui
Correction trapézoïdale horizontale
oui
Correction trapézoïdale verticale
oui

Caractéristiques physiques

Hauteur
20,5m
Largeur
49,6m
Profondeur
46,4m
Poids
14kg
Haut-parleurs
Non
Sony VPL-VW290ES © Sony
© Sony

Conception et installation du produit

Si vous dépensez plus de 5 000 euros dans un vidéoprojecteur, c’est sans doute que vous lui avez réservé un emplacement tout particulier dans votre salon, voire même dans votre salle de projection privée. De quoi en faire rêver certains, tant ce Sony VPL-VW290ES est adapté à ce type d'installation.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
© D. Nogueira pour Clubic

Mesurant 49,6 x 20,5 x 46,4 cm pour 14 kg ce vidéoprojecteur est un monstre, et mieux vaut ne pas lésiner sur le système de fixation si vous avez prévu de l’accrocher au plafond.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
© D. Nogueira pour Clubic

En termes de nuisance sonore, notez que les 26 dB annoncés par Sony sont, comme toujours, une indication qui ne vaut pas grand-chose. Cela signifierait en effet qu'on ne l'entend pas du tout, ce qui n'est pas le cas, y compris dans les modes les moins lumineux.

Nous préférons retenir que le VPL-VW290ES reste toujours très discret, quel que soit le mode d’image choisi, et que sa soufflerie un peu ronde (en opposition à certains petits ventilateurs qui produisent un sifflement désagréable) s'oublie vite. Les variations sonores sont très contenues, même lors des scènes très lumineuses. En somme, rien à signaler de négatif de ce côté-là.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
Le revêtement en plastique de la face avant est un véritable aimant à poussières © D. Nogueira pour Clubic

D'autant qu'on imagine qu'un tel produit sera accompagné d'un système Hi-Fi qui n'aura alors aucun mal couvrir le petit bruit de la ventilation. Oubliez cependant l'idée de l'enfermer dans un caisson : sa lampe au mercure haute pression (225 W) chauffe ! Il est donc impératif de le laisser respirer.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
© D. Nogueira pour Clubic


Dans l'ensemble, vous ne devriez avoir aucun problème pour l’installation et la configuration de ce vidéoprojecteur. La gestion électronique de la géométrie, du zoom et de la mise au point est toujours aussi impressionnante.

Par commodité, vous passerez sans doute par les touches de la télécommande, mais notez que ce VPL-VW290ES dispose de boutons sur le flanc pour ajuster l’image. Bon point, celles-ci sont plutôt bien intégrées et donc très discrètes.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
© D. Nogueira pour Clubic

La télécommande, elle, est assez imposante. Plus de 2,5 cm d'épaisseur, 5 cm de largeur et environ 25 cm de hauteur. Elle offre toutes les fonctions nécessaires à portée de main, en plus d'être rétroéclairée.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
© D. Nogueira pour Clubic

Le hic c'est qu'elle n'intègre pas d'accéléromètre, comme le proposent les télécommandes des téléviseurs Sony haut de gamme. Il faut donc presser la touche « Light » pour illuminer les touches.

Notez aussi que cette zapette ne dispose pas de touches lecture, pause, notamment, qui auraient permis de piloter vos équipements multimédia tout en profitant, justement, de touches rétroéclairées. Dommage à l'heure où la magie du HDMI CEC permet de faire des choses très sympas en la matière !

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
© D. Nogueira pour Clubic

Toujours au chapitre de la configuration, nous aurions apprécié la présence de raccourcis permettant d'utiliser l'amplitude du zoom motorisé pour passer des projections du format 16/9 (1,77:1) classique au format cinémascope (2,35:1), rendu possible par le surplus de colonnes disponibles sur ce projecteur qui propose, rappelons-le, 4 096 pixels sur la largeur au lieu des 3 840 pixels d'une image Ultra HD au format 16/9.

Gageons là aussi que ce point pourrait avoir une importance pour les cinéphiles qui auront sans doute investi dans une toile adaptée à ce format.

À noter que les noirs étant intenses, vous ne devriez pas être gêné par la présence des bandes noires sur les côtés avec des contenus 16/9.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
© D. Nogueira pour Clubic

Pour la mise au point et l'ajustement de la géométrie, la mire de réglage est assez classique. Quelques motifs disposés aux quatre coins de l'image auraient permis de juger de la qualité de la mise au point, mais la présence du texte du menu permet de s’assurer de la netteté de l’image, en tout cas au centre.

Le zoom x2,06 offre une belle amplitude de réglage avec un rapport de projection qui s’étend de 1,38:1 à 2,83:1. À cela s’ajoute un lens-shift motorisé de +/- 85 % à la verticale et +/- 31 % à l’horizontale.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

Plus concrètement, nous avons placé le VPL-VW290ES à 3,4 mètres de recul pour remplir notre toile de 2,7 mètres de base avec le zoom au maximum. Dans cette configuration, il est possible de décaler l'image sur 90 centimètres à l'horizontale et de 190 cm environ à la verticale, et sans déformation optique : c'est énorme ! Ajoutons qu'avec nos 3,4 mètres de recul et avec le zoom au minimum, l'image mesure alors 1,3 mètre de base.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
© D. Nogueira pour Clubic

Naturellement, si vous installez le vidéoprojecteur sur un plan fixe, les pieds à l'avant de l'appareil permettent d'ajuster l'inclinaison de l'image.

La connectique, enfin, est assez minimaliste puisqu'on ne compte que deux entrées HDMI. Les cinéphiles pourront toujours raccorder les sources à un ampli avant de rattacher un long câble HDMI au vidéoprojecteur.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
© D. Nogueira pour Clubic

Ajoutons qu'il s'agit par ailleurs de prises HDMI 2.0 avec la prise en charge du HDCP 2.2 : ne comptez pas sur du HDMI 2.1 et oubliez donc le VRR et autre ALLM dédiés aux jeux vidéo. De toute façon ce n'est pas le propos ici.

À noter que la prise USB également présente n'offre qu'une puissance de 5V/500 mA, ce qui est un peu décevant là-aussi. Certaines clés HDMI, telles que l'Amazon Fire TV Stick 4K ou la Fire TV Stick 4K Max exigent plus de puissance électrique pour fonctionner correctement en 4K HDR.
Un port Ethernet est disponible comme un RS-232 dit « Remote » pour intégrer le vidéoprojecteur dans une installation robotisée via de la domotique.

Une qualité d'image vraiment dingue

Ce vidéoprojecteur n'intégrant pas de système audio, nous n'aurons pas à nous exprimer sur le sujet. Côté qualité d'image, nous pouvons le dire sans retenu, le Sony VPL-VW290ES nous a éblouis par ces nombreuses qualités.

Le processeur X1, retravaillé pour être adapté aux besoins de la vidéoprojection, est fort de certains atouts déjà identifiés lors des tests des téléviseurs de la marque.

Sony VPL-VW290ES © Sony

Sans système d'exploitation, on ne vous parle pas ici de sa capacité à assurer une bonne fluidité dans les menus d'Android TV. En revanche, vous pouvez compter sur lui pour améliorer la qualité de vos contenus Full HD pour les projeter avec un piqué saisissant.

Sony VPL-VW290ES © Sony

Selon le constructeur, les équipes ont particulièrement travaillé sur les lentilles asphériques intégrées dans le bloc optique, et conçues de sorte à limiter la dispersion de lumière et ainsi concentrer toute la puissance sur la toile.

Et ça marche ! Alors que la puissance n'est pas exceptionnelle sur le papier - 1 500 lumens, c'est à priori décevant pour un appareil à ce tarif - à l'usage, la claque est pourtant garantie. Il faudra toutefois garantir un cadre de projection idéal en faisant salle sombre (pour de meilleurs contrastes) ou, au pire, en tamisant la lumière.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

En tout cas, on ne se retrouve pas ici dans une pièce baignée de lumières parasites ce qui n'en fait que plus ressortir la beauté et la brillance de la projection sur la toile. Pour preuve, la photo ci-dessus réalisée alors que nous sommes à côté du projecteur (à 3,4 m environ de la toile donc, on distingue d'ailleurs le bloc optique en bas à gauche). Malgré la luminosité de la scène, seul un léger reflet est perceptible sur notre plafond blanc, tout le reste de la pièce est sombre.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

Quel que soit le programme visionné, l'image est sublime ! Le piqué et la fluidité n'appellent aucune critique. La technologie SXRD ne provoque aucun inconfort visuel, là où la technologie DLP peut déranger des utilisateurs sensibles à l'effet d'arc-en-ciel.

On apprécierait certes que ce vidéoprojecteur haut de gamme offre parfois un peu plus de luminosité, mais le niveau de contraste est tel qu'il parvient à compenser ce manque.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

Il faut par contre l'utiliser dans la pénombre, voire dans le noir total pour apprécier certaines scènes sombres. Malgré l'obscurité de la séquence ci-dessus, on perçoit encore très bien les détails dans les différentes zones de l'image. Naturellement, c'est encore plus flagrant à l'œil qu'à travers l'appareil photo.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

Les contenus HDR sont très bien gérés en mode « auto », mais de nombreux menus sont là si vous souhaitez apporter votre touche personnelle, pour la colorimétrie ou le traitement de l'image.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

Vous pourrez, par exemple, intervenir sur le moteur de compensation de l'image sous la fonction « Motionflow ». Le réglage « True Cinema » s'est révélé parfait les contenus visionnés : ni trop fluide, ni pas assez.

À une époque, nous aurions pu considérer que ce vidéoprojecteur serait exclusivement alimenté par des galettes 4K via une platine Blu-Ray. Aujourd'hui, avec la montée en puissance des services de streaming , il faut très sérieusement considérer l'usage d'un tel modèle avec des services tels que Netflix , Amazon Prime Video et autre Disney+.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira
Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

Un point de vue que Sony semble ne pas encore partager puisqu'il ne propose rien pour profiter des services de streaming depuis son appareil, aussi cher soit-il.

C'est d'autant plus dommage que, tests à l'appui avec la lecture de contenus en ligne depuis notre lecteur NVIDIA Shield, les projections restent de très bonne qualité ! Avec une connexion Internet suffisamment performante pour garantir du contenu 4K avec le meilleur débit possible, l'expérience est très convaincante.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

Les qualités du bloc optique (on est loin du cul de bouteille qui affiche de la déformation et du flou dans les coins), l'efficacité du focus et les performances du processeur permettent d'obtenir de belles projections. Aucun doute, ce vidéoprojecteur Sony fait office de référence en la matière et à ce niveau de prix, on n'en attendait pas moins.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

L'absence de système d'exploitation et des applications de streaming est d'autant plus regrettable. Nier les usages des cinéphiles nouvellement convertis à des productions en propre par ces services est une position regrettable, même (surtout ?) sur un produit haut de gamme.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

Le VPL-VW290ES aurait pu intégrer un accès au service de streaming maison Bravia Core , disponible sur les téléviseurs Sony équipés du tout dernier processeur Sony XR Cognitive Processor. Ce n'est pas encore à l'ordre du jour, mais gageons que le constructeur a entendu notre point.

Sony VPL-VW290ES : résultats des mesures

Il est temps de passer ce vidéoprojecteur 4K sur le grill et de prendre une nouvelle claque. Les mesures relevées par notre sonde Xrite et la suite logicielle Calman for Business de Portrait Display mettent en lumière les excellentes performances techniques du VPL-VW290ES.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

Notez que nous avons réalisé les mêmes mesures sous les modes Ciné Film 1, Ciné Film 2 et Ciné Lumière, avec le vidéoprojecteur installé à deux mètres de notre toile et de notre sonde. Résultat : c'est le mode Film 2 qui offre la meilleure fidélité des couleurs et quelle fidélité.

Présentés ci-dessus, les résultats obtenus en mode SDR sont remarquables. Le Delta E 2000 Moyen est de seulement 1,81 : de quoi faire pâlir bon nombre de téléviseurs. La mesure de l'échelle de gris témoigne aussi d'une performance remarquable pour un vidéoprojecteur ; quant à la température moyenne des couleurs, elle est de 6 372 K, soit très proche des 6 500 K de référence. Vous pourrez toujours abaisser légèrement le niveau du rouge qui domine, comme le montrent les mesures, mais avec de tels résultats, c'est presque un luxe.

La couverture de l'espace colorimétrique REC.709 est assurée à 99 %, contre 80 % pour le DCI-P3 environ.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira

Les résultats en HDR sont tout aussi impressionnants. Le Delta E 2000 Moyen chute même à 1,77 ! Dans notre configuration de test, notre sonde relève une bonne luminosité de 216 cd/m² et un taux de contraste aussi élevé que surprenant de 8 452:1 !

Une valeur très haut perchée et nous retiendrons surtout que la courbe des mesures EOTF (en gris) suit de très près la courbe de référence. Un excellent point pour la reproduction des contenus HDR qui font appel à plus de dynamique dans l'image.

Enfin, notez que nous avons mesuré une consommation moyenne de 320 watts en mode cinéma film 2.

Il ferait des merveilles en 3D

Si l'idée de regarder des films en 3D pourrait en faire sourire certains, il est important de noter que le VPL-VW290ES est compatible avec ce mode d'affichage. Malheureusement, n'ayant pas reçu de lunettes pour en apprécier le rendu, ce test fera l'impasse sur cette fonctionnalité et nous nous contenterons de nous fier aux différents commentaires glanés ici et là.

Sony VPL-VW290ES © David Nogueira


Visiblement, Sony proposerait avec son VPL-VW290ES un modèle très efficace en 3D, avec des projections offrant une impression de relief très réussie et une très bonne fluidité. La technologie SXRD employée réduirait l'effet de décalage dans l'image et serait visiblement assez rapide pour éviter les risques d'images fantômes et limiter la perte de luminosité liée provoquée par les lunettes actives.

Sony VPL-VW290ES

9

Quelle claque ! Bien qu'il s'agisse du modèle le « plus abordable » des vidéoprojecteurs 4K natif de chez Sony, le VPL-VW290ES nous a stupéfaits par sa qualité de projection, son image piquée due à une construction optique de haute volée et ses contrastes dingues rendus possibles par la technologie SXRD… Les projections sont somptueuses, malheureusement tout ceci s’obtient à prix d’or.

Les plus

  • Qualité d'image 4K
  • Efficacité du processeur X1
  • Traitement HDR
  • Fidélité des couleurs et les contrastes
  • Upscalling
  • Qualité du bloc optique motorisé

Les moins

  • Manque de luminosité
  • Pas de compatibilité HDMI 2.1
  • Prix élevé
  • Pas de service connecté intégré

Qualité vidéo 10

Traitement processeur 10

Ergonomie matérielle 10

Connectivité 6

Ergonomie logicielle 6

Sony VPL-VW290ES au meilleur prix

Cdiscount 5490€ Voir l'offre
Son-Vidéo 5490€ Voir l'offre
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
34
20
Karnag
A ceux qui ont ce type d’équipement. Quel est ou sont les intérêts d’un video projecteur vs TV moderne. Je vois la diagonale qui peut vraiment être grande.<br /> Mais de mémoire c’est super bruyant et pour avoir un bon contraste et de la 4k c’est comme ici 5000e le matos.
Hulk69
Une diagonale de tv c’est 50" 60" et quand tu as ca on voit que ca dans ta pièce.<br /> Un projecteur te donne 3 voir 4 fois plus de diagonale.<br /> Je crois personnellement que c’est le seul facteur a regarder. Il suffit d’avoir un mur blanc et t’as vraiment les même sensations qu’au cinéma.
Garden_Dwarf
… et encore, 5000€ pour regarder un film en soirée (ou dans une pièce bien sombre). Pour regarder le juste prix à midi, il faut encore investir dans une télévision.
molotofmezcal
@karnag<br /> Pour moi, tout.<br /> Depuis que je suis sur vidéo projecteur je ne me vois plus regarder un film sur un TV classique, aussi sublime soit l’image.<br /> Et même en comparaison à une séance au ciné, ben je préfère l’expérience chez moi.<br /> La diagonale pour l’immersion est vraiment importante pour moi. L’image et le ‹&nbsp;grain&nbsp;› n’est pas la même que sur un LCD/OLED.<br /> Un TV OLED a un rendu extra, mais pour les films je préfère clairement le rendu des VP, plus doux, moins flashy et saturé.<br /> Pour ce qui est des prix, il y en a de très bons a moins de 1000e en 1080p, et a moins de 1500e en 4K ( fausse 4K comme le dit l’article, mais la différence est vraiment minime).
ERICP444
Ce sont avant tout des appareils fait pour les vrais passionnés de cinéma ou à la rigueur de jeu vidéo fortunés. Tout du moins quand on dépasse un certain prix. Qui plus est, comme rappelé plus haut, comme les diagonales peuvent être élevé, il faut de la place dans son salon et du recul, et mieux qu’un mur blanc une toile adaptée qu’on achètera avec l’appareil. Ajoutez à cela un bon équipement audio et le tour est joué. Le vidéo projecteur, peux compléter un bon téléviseur pour le « quotidien » tant que l’on a la place et l’argent pour.
lulu1980
Le vidéoprojecteur n’a que la diagonale pour lui.<br /> Il est largué sur le reste :<br /> Colorimétrie<br /> Contrast<br /> Luminosité<br /> Précision<br /> Mais également confort (bruit, utilisation dans l’obscurité, durée de vie de la lampe problématique si nombreux allumages) et bien sur le prix ainsi que l’achat de l’écran de projection et du support.<br />
Sylvio84
J’ai un vidéoproj Epson FullHD de bonne qualité (pas un picoproj avec 2 lumens) depuis 10 ans avec l’ensemble home-cinéma en 5.1. Mon HTPC que j’ai pourtant essayé de rendre assez silencieux fait plus de bruit que lui. Mais de tte façon, le son en 5.1 couvre largement le bruit du vidéoproj ou de l’ordi la plupart du temps dans un film.<br /> Mon écran fait un peu plus de 100 pouces (+ de 2,60m de diag) et on est assis à env. 3m. Je projette sur un mur parfaitement lisse et blanc, peint avec une peinture spéciale vidéo-projection («&nbsp;peinture écran&nbsp;» achetée à Leroy Merlin il y a 10 ans).<br /> C’est le top, on voit tous les détails d’une scène (que ce soit du foot ou une série comme GOT ou de la SF), et avec le son en 5.1 (qui bien sûr est aussi possible avec une TV) y’a pas photos.<br /> Bon bien sûr si c’est pour regarder des merdes comme la désinformation sur BFM ou TPMP ça sert à rien. Je n’ai pas de chaînes TV.<br /> Et bien sûr, même si le vidéo-proj est puissant, il faut être dans le noir ou qu’il fasse très très sombre. Donc ce n’est pas adapté à toutes les pièces et tous les usages.<br /> Et bien sûr faut à minima du contenu en 720p (ça passe pas déjà pas mal si la qualité du fichier n’est pas compressé. 1080p c’est le top, ça dépend aussi de la compression, un MKV me semble être un peu mieux que du Netflix. Au dessus je suis curieux de voir si ça apporte vraiment une différence. Je pense qu’avoir 50i/s serait bp mieux que de la 4K niveau immersion.
Sylvio84
C’est une discours théorique de puriste. Que des détails techniques.<br /> Quand je suis immergé dans un film avec un écran de plus de 100’ et du bon son, je me fous un peu de savoir si je suis à 98% ou à 99% de la colorimétrie RGB et si le noir est à 1:1000 ou 1:100000. Je suis en train de vivre un film pas de faire le geek pour essayer de déceler des imperfections dans le rendu. Et le rendu est nickel chez moi donc bon, pourtant j’ai un vidéoproj qui a 10 ans (EH-TW3200).<br /> Niveau précision, je n’ai jamais vu de différence de ressentit en regardant un film en FullHD ou en 4K. En fait sur une image fixe on voit bien la différence mais dans un film, quasiment pas, même avec une image de 100’. Des fois je regardes des films en 720p et c’est déjà quasiment nickel.<br /> Donc même si il est soit disant moins bon sur certains aspects. Le ressentit lui est bien supérieur.<br /> Quand au prix… J’en ai eu pour 900€ (il y’a 10 ans). Le cout du HTPC ou du home cinéma serait le même avec une TV. J’ai changé 2 fois l’ampoule (une fois à cause de l’orage), je les trouve à 150€. Donc… 1200€ pour 10 ans soit … 10€/mois. Tu trouves ça vraiment cher ?
lulu1980
Votre niveau d’exigence n’est pas le mien, pour info j’ai possédé un rétroprojecteur SONY sxrd 1080p donc je connais et je maintien quand je suis passé à un plasma panasonic j’ai senti la différence.<br /> Je respecte votre vision mais comprenez que ça n’est pas satisfaisant pour tout le monde et rien à voir avec des chiffres de mesure.
pecore
Après être passé au LED il est inconcevable pour moi de revenir à un projecteur à ampoule, c’est rédhibitoire. Que ce soit au niveau du dégagement de chaleur, de bruit, de la lenteur à l’allumage et à l’extinction, de la durée de vie et de la baisse progressive de la luminosité tout au long de la vie de l’ampoule et du prix de rachat de l’ampoule, plus jamais ça.<br /> Qu’on me donne la même qualité d’image avec une lampe à LED et je mettrai une option dessus. Sinon, même pas en rêve, surtout à ce prix.
surghjenti
Quand je lis certains commentaires je ricane dans mon coin<br /> J ai des videoprojecteurs depuis les HD ready puis full HD<br /> J ai eu un sony 270 la j ai le 590 pour les affabulateurs qui disent qu une télé c est mieux c est soit ils n ont jamais eu de projo soit ils n ont pas vu tourner les deniers sony<br /> L image est juste impressionnante des amis m ont dit voir une télé oled presque mais pour cela il faut l avoir vu tourner et ne pas spéculer sur des on dit<br /> J ai une télé et un projo<br /> J ai un 590 avec une toile technique de 2.5 mètres de base .Ben ma femme qui normalement n est pas attaché à l image ou le high tech me dit mais c est quoi cette image …alors ceux qui disent que regarder la télé sur un 65p c est mieux arrêtez de vous mentir j habite à aubagne et si un veut tester il peut passer<br /> Car en plus je vais bientôt passer sur le 790 es laser<br /> Donc je ne doute pas non plus de la qualité d un 290<br /> Mais le contraste et le hdr est si énorme sur le 590 que non pour dire ça je l affirme vous ne l avez jamais vu tourner car si vous testez ça vous resterez le cul par terre<br /> Je peut mêle envoyer des photos ou vidéos aux sceptiques
surghjenti
Parler sans avoir vu ne mène nulle part j ai le modèle au dessus le 590 et une télé ne lui fait pas peur j ai pleins d amis qui dont restés scotché par les cobtrastes et la qualité de l image avec mon 2.5 mètre de base
surghjenti
Laissons parler les jaloux<br /> J ai le 590 avec toile technique 2.5 de base<br /> Si je les met devant mon orojo ils jetent leurs télés par la fenêtre tellement le hdr et les cobtrastes sont bluffant<br /> Des amis sont restés pétrifiée devant avec mon kit focale<br /> Laissons croire à ceux qui pensent savoir sans n avoir jamais vu<br /> D’ailleurs je vend mon 590 je file sur le 790 es car je part sur 3.6 mètres de base après mon déménagement
lulu1980
A part raconter votre vie et surtout visiblement compenser un manque vous ne demontrez rien.<br /> Parlez nous du prix de votre investissement ?<br /> Peut on utiliser avec éclairage ? Quid du Dolby vision, HDR 10+ ? Du HDMI 2.1 pour les joueurs ?<br /> Le 120 hz ?<br /> En conclusion vous avez la taille, pour le reste …
Hulk69
Tu sais c’est pas une competition <br /> Chacun vois midi a sa porte!
lulu1980
Tout à fait j’expliquai juste objectivement que la vidéoprojection permet une image immense mais pour le reste (qualité d’image, confort d’utilisation et prix) elle a des années de retard.<br /> C’est normal c’est un marché de niche avec peu de concurrence, ils distillent les innovations très lentement afin d’inciter à un renouvellement plus fréquent.
sylvio50
Je suis d’accord.<br /> Un vidéoprojecteur cinéma à 150 000 € ne fait pas le poids face à un bon OLED.<br /> L’avantage unique du VP à 150 000 € sera la taille de l’image et rien d’autre.<br /> C’est pour cela qu’il faut relativiser la note de 9/10 d’un projecteur annoncé à 1500 lumen car son prix est excessif.<br /> Ce qui serait intéressant serait de comparer un OLED 83" ou 88" ou le futur OLED 97" LG avec ce type de VP projeté sur écran 100". Il faudrait que la comparaison soit faite exactement dans les même conditions.<br /> Il y a clairement un rapprochement des diagonales entre LCD/OLED et VP à faible luminosité (1500 lumen) depuis environ 5/10 ans et l’apparition du tout premier LCD 84" 4K grand public (ou des 1er prototypes LCD Sharp 85" 8K ou plasma Panasonic 145" 8K il y a environ 10 ans).<br /> Très prochainement, les µLED arriveront pour le grand public et les VP ne pourront rien faire face à eux.
jlbiset
En ce qui me concerne, je projette sur une toile de photographe BESSEL de 2m70 de large (120 pouces de diagonale) qui m’a couté 80 euros, avec un projecteur XIAOMI ALPD 3.0, qui m’a couté 500 en occasion. Pour le son, un bon système 7.1, et vous avez vraiment le cinéma à la maison.<br /> En matière de contraste, le noir est de la même qualité qu’une TV OLED.<br /> La ventilation ? inaudible.<br /> Dire que la qualité de l’image a «&nbsp;des années de retard&nbsp;» souligne une réelle mauvaise foi, ou une méconnaissance totale de ces appareils. En tous cas, impossible d’avoir le même plaisir avec une télévision…
lulu1980
Si cela vous satisfait c’est l’essentiel, maintenant niveau méconnaissance vous vous imposez c’est certain… Je constate ici que tout le monde à la qualité de l’Oled.<br /> C’est marrant comme chacun tente de se rassurer sur son investissement miracle (sûrement une techno gardée secrète car trop performante pour le commun des mortels)<br /> C’est magnifique je préviens LG que sa techno est égalée depuis longtemps qu’ils arrêtent les frais.<br /> Plus sérieusement on en revient toujours au même qui veut une très grande image choisi la projection, qui veut la qualité sans concession choisi un écran selon ses critères (Oled pour les cinéphiles, LCD pour un usage en milieu plus lumineux).<br /> D’ailleurs je laisse les pros jvc et Sony (tech lcos) en projection vous expliquer ce qu’ils pensent de la projection selon Xiaomi, bien cordialement.
keyplus
il y a une erreur consommation veille et annoncée dans fiche technique
mich1
incroyable le nombre de personne qui essaient de se convaincre en comparant des choses qu’ils n’ont jamais vu de leur vie.<br /> Rien ne remplace une grande diagonale quand on est cinéphile. J’ai un proj sony FHD et une TV oled dc 4K je ne regarde jamais de films sur la télé.<br /> Autre paramètre , un projo doit être calibré au spectromètre/spectrophotomètre pour donner le meilleur de lui même. C’est le jour et la nuit. Tout est question de moyens et de place.
MqcdupouletBasquez
Pour répondre à Karnag,<br /> perso j’ai longtemps hésité, tergiversé. j’ai pris à l’époque, y’a 3 ans, un VP w260ES.<br /> Jamais regretté mon choix qui a été avec de grosses sueurs.<br /> Cela nécéssite un investissement conséquent, notamment après une toile, mais cela ne souffre pas de comparaisons avec une télé, tout simplement car tu as un écran de 3m de diagonal.<br /> Maintenant, pour l’article, 5490€ est «&nbsp;cher&nbsp;» mais pas tant que ça pour cette gamme.<br /> le 260ES était quand même à environs 5.000€ en prix de base.<br /> Maintenant, c’est un peu dit mais je le mettrais plus en valeur de mon côté, le problème très important est encore et toujours l’ampoule.<br /> or une ampoule se change tous les 2 à 3 ans et ce n’est pas forcément donné, perso le boitier+ampoule, c’est 250-300€.<br /> Alors que le must, ça reste le projecteur LED bien évidemment à mon avis.<br /> Sinon sur la remarque du «&nbsp;bruit&nbsp;», ça n’existe que sur des modèles bas de gamme j’imagine, pas sur le Sony.<br /> On ne peut pas parler de «&nbsp;bruit&nbsp;» en toute honnêteté.<br /> Si vous coupez le son, je veux bien, mais en pratique, dans un film ou jeu vidéo, il n’y a pas l’ombre d’un bruit ou d’une gène et le projecteur est - de 1m derrière ma tête.<br /> Comme toujours, tout dépend de la marque.<br /> Pour le son c’est pareil, si vous prenez un home cinéma à 50€, faut pas vous etonner d’en avoir pour 50€.<br /> Ce n’est pas pour rien qu’il y’a des marques comme Klipsch ou autres, c’est un univers, avec des marques honteuses et des gammes honteuses mais il en faut pour tout le monde et toutes les bourses.<br /> Bah le projecteur, c’est pareil, à 5500€ et Sony, on en a pour son argent, c’est indéniable.<br /> Non, ça ne fait pas de bruit, oui ça surclasse une télé classique sans l’ombre d’un doute quand c’est installé dans les conditions requises et c’est juste un incontournable pour tout amateur de cinéma et de jeux vidéos.<br /> Sincèrement, j’ai longtemps hésité en me demandant l’intérêt réel VS une télé classique.<br /> Et c’est pas à la Fnac que vous pourrez comparer dignement mais dans les boutiques spécialisées et par le biai de connaissances
DocteurQui
Le dégagement de chaleur ? C’est un vp pas un radiateur quand même
Gweegoo
Autres questions pour les techniciens (je ne connais pas les réponses):<br /> 4K, ce sont donc 4096 par 2160 pixels. Avec autant de précisions, pourquoi ne pas respecter fidèlement le ratio 16/9? Les films en 4K sont ils 4096:2160 ou 16:9? Dans le dernier cas, ça implique donc un retraitement de l’image ce qui serait un peu stupide pour un puriste non?<br /> 4096*2160=8.847.360 pixels exactement. Si on prend tout un mur d’une pièce pour projection comme 3m par 2m, ce qui fait 60.000 cm carré, ça fait donc 147 pixels par cm carré ou un pixel d’1,5 mm environ. J’avais lu qq part que l’œil humain interprète le mouvement à partir de 24 images par seconde, en dessous de quoi il perçoit les images de façon saccadée. Quelqu’un connaît-il la résolution de l’œil human au delà de laquelle ça ne sert à rien?<br />
sylvio50
@Gweegoo,<br /> Le pouvoir de séparation/résolution de l’oeil humain moyen (vision de 20/20) est de 1/60 degré d’angle. Ca veut dire qu’il faut 60 pixels pour couvrir 1° d’angle de vue ou 21600 pixels pour couvrir 360° (dont seulement environ 120° peuvent être vue à la fois sans bouger la tête par exemple). Tu peux prévoir 40% de pixels en plus à cause de la forme des pixels qui n’est pas parfaite au niveau de leurs diagonales.<br /> Pour la fréquence des images, il y a plusieurs fréquences à considérer, mais une fréquence d’au moins 40 Hz devient réaliste lorsqu’il y a peu de mouvement (mouvement peu rapide). Mais c’est un sujet assez compliqué. Par exemple, la NHK STRL avait choisi une fréquence de 60 Hz pour leur norme Super Hi-Vision (SHV), mais après une série de tests, il ont trouvé qu’une fréquence situé au alentour de 80 Hz était nécessaire pour un bon niveau de réalisme. Ils ont passé leur norme à 120 Hz. Néanmoins, lorsqu’il y a des mouvements très rapide, une fréquence plus élevé peut être plus optimale.
Gweegoo
Merci @sylvio50<br /> 120 degrés de champ de vision horizontalement, 120 degrés verticalement et 60 pixels par degré, cela signifie-t-il que pour couvrir tout un champ de vision sans tourner la tête, il faut 864.000 pixels (ou 1.209.600 avec 40% de plus)? Si c’est le cas, à quoi sert donc la 4K et encore plus la 8k???<br /> Il me semble qu’une personne ne peut concrètement pas voir la différence au delà d’une certaine résolution et que la 4K a largement dépassé la limite humaine.
pecore
Absolument, mais qui dit chaleur dit dissipation et qui dit dissipation dit bruit, c’est pour cela que je le mentionnais.
sylvio50
@Gweegoo,<br /> Il faudrait (120 x 60) x (120 x 60) = 51,84 MPixels si l’écran est courbe (tous les pixels situé à égale distance des yeux).<br /> Pour les écrans plan, il faut jouer avec la tangente/arc-tangente de l’angle :<br /> 1 920 x 1 080 : Ecran courbe = 32° , Ecran plan = 31°<br /> 3 840 x 2 160 : Ecran courbe = 64° , Ecran plan = 58°<br /> 7 680 x 4 320 : Ecran courbe = 128° , Ecran plan = 96° (NHK STRL donne 100°)<br /> 7 200 x ? : Ecran courbe = 120° , Ecran plan = 92°<br /> 21 600 x ? : Ecran courbe = 360° , Ecran plan = 145°<br /> 1 000 000 x ? : Ecran plan = 180°<br /> Je te donne le calcul pour le 8K plan sur Google: https://www.google.fr/search?q=2++arctan(+(1+%2F+2)++(7680+*+(1%2F60)+degrés)+)+en+degrés&amp;hl=fr<br /> ou pour calculer sur Excel par exemple : = DEGRES(2 * ATAN( (1/2) * (7680 * RADIANS(1/60)) ))<br /> ou autre : 2 * arctan( (1/2) * (7680 * (1/60) degrés ) ) en degrés<br /> Pour les 40% de pixels en plus dans chaque direction, ça correspond au fait que la résolution de l’image n’est pas isotrope. La diagonale d’un pixel carré est 1,41 (racine carré de 2) fois plus grande que dans la direction horizontale/verticale. L’espacement entre les pixels est donc 41% plus grand dans leurs diagonales (la résolution est plus basse dans ces directions). C’est juste un problème de topologie et de pavage du plan.
g-m1n1
J’ai finalement fait un upgrade d’une Sony LED 55" FHD à la LG C1 OLED 65" 4K, la différence de résolution est bien là avec le bon contenu.<br /> Si tu remarques pas la différence entre du FHD et de la 4K sur du 100", le soucis c’est toi.<br /> Déjà ton projo c’est du FHD de 10 ans. C’est «&nbsp;normal&nbsp;» de pas vraiment constater de différence…
Gweegoo
Merci @sylvio50<br /> Cette fois j’ai compris!
sylvio50
De rien
robert_b
Je pense qu’en matière de diffusion de films, il y a 2 grands types de public :<br /> Ceux qui regardent les films<br /> Ceux qui regardent l’image délivrée par leur diffuseur.<br /> Les premiers veulent des sensations de visionnage proches de la référence, le cinéma, et pour ceux là, je pense que le choix est rapidement fait sur ce qui leur convient le mieux.<br /> Pour les seconds, c’est nettement plus compliqué. En quête de l’image « absolue », la seule la vraie, la meilleure ! Le cheveux est il rouge, ambre ou cuivré? le DCI P3 est il bien couvert? Quel rapport de contraste? Des considérations hautement importantes dans la qualité cinématographique du film…<br /> D’ailleurs comme chacun sait, les yeux sont tous calibrés de la même manière et nous voyons tous exactement la même chose.<br /> Personnellement j’aime le cinéma et il est clair qu’entre mon Oled et mon VP, ben y’a pas photos pour regarder un film et même une série en terme d’immersion et de sensations (qu’elles soient vraies ou fausses!).<br /> Pour le besoin d’obscurité, là encore, si je souhaite regarder un film que ce soit avec la Tv ou le VP, plus il fait noir mieux c’est pour moi.<br /> Quand au bruit et au temps de chauffe, en plus de 15 ans de vidéoprojection, j’ai plus souvent attendus ma femme ou mes filles que la chauffe du VP et le bruit n’a dût me déranger réellement que dans 1% des cas, mais je dirais que si j’y ai fait attention c’est que le problème ne venait pas du VP….
cpicchio
Si vous aimez l’image typée cinéma, rien ne peut remplacer le vidéo projecteur et aucune spec ne peut traduire ceci.<br /> C’est comme avec les amplis à tubes, sur le papier, les transistors sont supérieurs, et pourtant…
pecore
Ben oui, parfois la taille, ça compte.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La 8K sur vos téléviseurs pour bientôt ? DVB publie les premières spécificités pour les tuners UHD 8K
L’armée française présente ses innovations technologiques ce week-end au Forum Innovation Défense
Le nouveau SoC MediaTek Pentonic 2000 est le premier processeur TV 7 nm à lire le 8K 120Hz
Samsung et Sony verront-ils leurs gammes de téléviseurs s'étoffer de modèles QD-OLED en 2022 ?
La Fnac brade le prix du casque Pro Gaming HyperX Cloud pour le Black Friday
L'intégralité des téléviseurs OLED 2021 de Panasonic supporte pleinement la 4K 120Hz VRR
Panasonic annonce les RZ-B210W, des True Wireless simples et colorés, pour une bonne expérience audio
Avis aux amateurs de cinéma, Sonos prend désormais en charge le DTS Digital Surround
Master & Dynamics MG20 : un casque gamer sans-fil et nomade par un spécialiste de l'audio luxueuse
Le nouvel Instax de Fujifilm réunit l'instantané et le numérique dans un seul appareil
Haut de page