Une start-up du CERN utilise l'accélération de particules pour détecter drogues, armes et explosifs

Benoît Théry Contributeur
09 septembre 2019 à 05h32
0
Dynaxion CERN accélérateur particules
Crédits : CERN

Une start-up du célèbre CERN, baptisée Dynaxion, est en train de développer un scanner basé sur l'accélération de particules, et dont l'objectif serait de détecter des drogues, armes, explosifs et d'autres biens illicites.

Dynaxion peaufine actuellement ce détecteur, dans le but de gagner un concours susceptible de lui rapporter jusqu'à 500 000 euros.

« Rendre le monde plus sûr »

L'équipe de Dynaxion a été interrogée par Innovation Origins. Joost van de Griendt, le co-fondateur de l'entreprise, explique le fonctionnement de la technologie : « Avec l'accélérateur de particules, nous pouvons générer des neutrons. Si vous bombardez un colis ou une valise de ces neutrons, vous pouvez littéralement obtenir un spectre des matériaux qui se situent à l'intérieur. Avec cette technologie, nous voulons fabriquer un scanner à destination des aéroports et des sociétés de livraison ».

L'objectif est d'abord d'aider à la lutte contre le terrorisme. Mais pas seulement. « Philosophiquement parlant, notre but ultime est de rendre le monde plus sûr, puisque nous travaillons dans le secteur de la sécurité. Par exemple, des personnes emmènent parfois trop de batteries dans leurs bagages, parce qu'elles ne comprennent pas le danger que cela représente ». Joost van de Griendt mentionne aussi la « crise des opioïdes » (comme l'héroïne par exemple), qui s'est soldée par une augmentation rapide de ces substances aux Etats-Unis et au Canada ces dernières années.

La fierté de Dynaxion

Pour les dirigeants de Dynaxion, le plus gros obstacle concerne les financements. « Dans notre cas, je pense que le défi est plus grand car nous n'avons pas de prototype. Ce n'est pas quelque chose que vous pouvez construire dans votre garage ou à la maison pour quelques milliers de dollars », explique Joost van de Griendt.

Actuellement, la société travaille donc sur un prototype, affirmant réunir déjà des fonds de « partenaires potentiels ». L'objectif : la finale de l'Opioid Detection Challenge, un événement se tenant en octobre et récompensant son vainqueur d'un prix de 500 000 euros. Le projet classé second par ce challenge reçoit 250 000 euros.

Dynaxion voit donc là un grand financement potentiel pour son activité, tout en considérant son expansion  « Nous discutons avec des partenaires potentiels pour travailler sur ce prototype, pour lequel nous avons créé un consortium technique. C'est un consortium international, mais nous voulons tout particulièrement trouver de partenaires dans la région d'Eindhoven, aux Pays-Bas. Notre objectif est de faire de Dynaxion une compagnie de Brainport (un secteur d'Eindhoven largement porté sur l'innovation et la high-tech, ndlr.) ».

Reste à savoir si la société remportera la finale, bien qu'elle annonce d'ores et déjà sa fierté quant aux épreuves préalablement remportées. « C'est notre plus grande réussite, parce que cela se tient aux Etats-Unis, et il n'est pas facile d'attirer l'attention des Américains quand vous êtes une compagnie néerlandaise. C'était déjà un grand accomplissement ».

Source : Innovation Origins
4 réponses
5 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top