Q# : Microsoft dévoile son langage de programmation quantique

Par
Le 12 décembre 2017
 0
Les ordinateurs quantiques sont encore loin : seuls quelques modèles sont aujourd'hui fonctionnels et ils sont encore très limités. Avant qu'on ne puisse avoir l'un de ces ordinateurs dans le salon, il faudra encore attendre des années, probablement des décennies. Mais Microsoft songe déjà au futur et, surtout, aux programmeurs. Le groupe de Redmond a donc dévoilé son langage de programmation quantique.

Il s'appelle « Q Sharp » et s'écrit Q#. Avec un hashtag #Q# sur Twitter ?

Adapter l'algorithmique classique au langage quantique


Dans un post sur son blog officiel, publié le 11 décembre 2017, Microsoft dévoile son premier kit pour développeurs pour son nouveau langage de programmation quantique. Ce langage et ce kit avaient été annoncés en septembre 2017 mais le langage n'avait alors pas de nom. C'est chose faite : dans le futur, on programmera aussi en Q Sharp ou Q# si Microsoft réussit à faire de ce nouveau langage l'un des standards de l'industrie.

Inutile de dire que Microsoft a tout le potentiel pour y parvenir puisque le géant peut compter sur Windows qui fait tourner plus de 90 % des ordinateurs dans le monde. Mais surtout, la firme de Redmond veut, avec Q#, permettre l'adaptation de l'algorithmique classique aux systèmes quantiques qui, pour l'instant, sont réservés à des experts de la physique quantique et non à des développeurs traditionnels.



Un simulateur d'ordinateur quantique pour les développeurs


Le Quantum Development Kit lancé par Microsoft permettra aux développeurs de se familiariser avec le nouveau langage Q Sharp que Microsoft annonce avoir créé ex-nihilo. Pour ce faire, le groupe de Redmond a créé un simulateur d'ordinateur quantique : il n'y a donc pas besoin d'avoir accès à l'un des rares ordinateurs expérimentaux dans le monde pour se familiariser avec le langage Q# et commencer à programmer et débugguer.

Mais ce n'est pas tout : Microsoft entend rendre la technologie quantique plus accessible grâce au développement d'un qubit topologique qui serait moins sensible aux variations extérieures et aux erreurs inhérentes à la nature même des qubits. Pour ce faire, Microsoft explique qu'il compte créer des qubits qui contiendraient en eux-mêmes la correction des erreurs, ce qui permettrait de rendre le tout plus stable.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Technologie

scroll top