L'ordinateur quantique de Google se teste en chimie physique

le 21 juillet 2016 à 15h25
0
Google et plusieurs chercheurs des universités de Harvard, Berkeley et Santa Barbara, notamment, sont parvenus à définir la surface d'énergie potentielle d'une molécule de dihydrogène grâce à une simulation quantique. Un bond en avant pour la chimie physique.

Jusqu'à présent, les calculs quantiques étaient cantonnés à des problèmes de cryptographie et des expériences purement mathématiques. Cette semaine, Google et une équipe de chercheurs ont donné une autre dimension à cette nouvelle façon de calculer, en produisant la première représentation de l'énergie d'une molécule de dihydrogène grâce à un dispositif utilisant des qbits.

La molécule de dihydrogène (H2) est constituée de deux atomes d'hydrogène qui interagissent ensemble. Définir cette molécule, c'est étudier l'ensemble des combinaisons possibles, en prenant en compte la longueur de la liaison, l'angle de cette liaison, et tous les états qui sont associées à ces situations. Une fois calculées toutes les énergies qui correspondent à ces états, on définit ce qu'on nomme la surface d'énergie potentielle.

01F4000008504838-photo-surface-d-nergie-potentielle-dihydrog-ne.jpg

Pour un ordinateur classique, cela peut prendre beaucoup, beaucoup de temps. Une simulation numérique traditionnelle est particulièrement coûteuse, même pour une petite molécule comme H2. Un dispositif quantique, de son côté, envisage par essence tous les scénarios en même temps et rend ces calculs particulièrement simples et très rapides. Restait à démontrer que les résultats obtenus étaient suffisamment précis et en accord avec la littérature.

C'est précisément ce à quoi se sont attelés les chercheurs, qui ont montré dans leur publication que leur algorithme reposant sur des qbits présentait des résultats tout à fait probants, qui permettent d'envisager le travail sur des molécules de tailles supérieures.

Ce sont ainsi des réactions entières qui pourraient être explorées, et ces nouveaux moyens pourraient permettre de valider, ou de découvrir les moyens les plus efficaces de produire telles ou telles molécules. Avec des implications dans de très nombreux pans de l'industrie.

A lire aussi :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Firefox : WebRender (et ses 60 img/s) sera déployé dès la version 67
Red Dead Online : des amoncellements de chevaux morts apparaissaient sur la map
Jaguar Land Rover a enregistré une perte record de 3,6 milliards en 2018
Google déploie la nouvelle interface utilisateur de ses Smart Display
Insolite : un robot pour vous frapper quand vous jouez en VR (c'est plus réaliste!)
Bientôt des places de parking exclusivement réservées aux véhicules propres ?
VivaTech 2019 - Qwant et Microsoft s'associent pour rivaliser face à Google
Dota 2 : éviter les joueurs toxiques pourrait bientôt impliquer un abonnement
Spotify va tester son premier accessoire à destination des voitures
⚡ Bon plan : Ausdom Casque Bluetooth Réduction Bruit Active à 34,99€ au lieu de 49,99€
Test Rage 2 : un monde ouvert générique, prétexte à un FPS enivrant
Wing, la compagnie de drones d'Alphabet, va débuter ses premières livraisons en juin
AMD : certaines spécifications des puces EPYC 64 & 32 Cores en fuite
La définition d'un kilogramme change à partir d'aujourd'hui
Malgré le blocage américain, l’Europe ne veut pas exclure Huawei
scroll top