2022, l'année de la voiture solaire ?

Cyril Fiévet
Cyberculture
11 juin 2021 à 13h26
69
Lightyear One
Lightyear One

Alors que la transition vers les véhicules électriques semble s’accélérer, plusieurs modèles de voitures rechargeables au soleil vont arriver sur le marché en fin d’année. Gadgets anecdotiques ou vraies solutions ?

Sur le papier, l’idée d’une « voiture solaire » peut faire sourire. On sait que les panneaux photovoltaïques actuels pour l’habitat affichent une efficacité de 20 à 25 % (c'est-à-dire que 75 à 80% de l’énergie solaire n’est pas convertie en électricité). Pour les objets portables, on sait aussi que la recharge au soleil est lente : il existe une multitude de panneaux solaires pliables, powerbanks et autres sacs à dos équipés de cellules photovoltaïques mais, dans tous les cas, recharger un simple smartphone au soleil nécessite plusieurs heures. Enfin, il paraît difficile d’imaginer une voiture pouvant tirer parti d’une énergie qui, par essence, fluctue fortement selon les endroits et les saisons. Autant dire que le principe de voiture solaire n’est pas un pari gagné d’avance...

Gamme solaire

Pourtant, plusieurs constructeurs, dans plusieurs pays, s’apprêtent à lancer sur le marché des véhicules 100% électriques rechargeables au soleil, de toutes tailles et dans des gammes de prix variées.

Aux Pays-Bas, Lightyear développe depuis 2016 sa « Lightyear One », un « véhicule électrique solaire à forte autonomie conçu pour être indépendant du réseau électrique », et confirme sa livraison pour fin 2021. La voiture est une luxueuse berline, vendue 150 000 € HT, dont toit et capot son recouverts de cellules photovoltaïques. Mi-mars 2021, l’entreprise réalisait une nouvelle levée de fonds, de 48 millions de dollars, notamment destinée à développer un autre modèle solaire, plus « grand public ».

Lightyear One
Lightyear One

Aux Etats-Unis, Aptera vient également de bénéficier d’une injection de capital de 4 millions de dollars, et assurait en février dernier avoir engrangé plus de 7000 précommandes pour son petit véhicule solaire, qui devrait être lui aussi produit d'ici la fin de l'année. La voiture au look futuriste, à deux places et trois roues, est proposée à partir de 21 900 € (de 25 900 à 44 900 $, selon les configurations).

En Allemagne, Sono Motors a pris du retard (notamment à cause de la pandémie Covid) pour la sortie de sa Sono Sion , prévue en 2022 : un petit monospace à l’équipement dépouillé, commercialisé à 25 000 € et presque intégralement recouvert de cellules solaires (selon un procédé breveté d’injection thermoplastique, les cellules sont directement intégrées à la carrosserie). Des dires du constructeur, le véhicule devrait servir à recharger d’autres véhicules, et ses batteries se rechargeront au soleil même quand elle roule. Après avoir levé 53 millions d’euros en 2020, l’entreprise chercherait actuellement à s’introduire en bourse aux Etats-Unis, selon l’agence Reuters.

Sono Sion
Sono Sion

De nouveaux acteurs apparaissent, comme Squad Mobility , fondé par d’anciens responsables de Lightyear pour développer un petit véhicule urbain et solaire. Le premier modèle, Squad, est une micro-citadine électrique à deux places, limitée à 45 km/h en version de base et proposée en précommande à 5750 € HT. La voiture évoque la Citroën Ami , mais avec la particularité de ne se recharger qu’au soleil (les batteries peuvent toutefois s’enlever pour être chargées via le grid).

L’entreprise entend aussi se développer sous l’angle du service (MaaS, « Mobility as a service ») avec un principe d’abonnement forfaitaire à environ 100 €/mois, et assure que la première série sera livrée au dernier trimestre 2021.

Squad Mobility
Squad Mobility

Kilomètres solaires

Si l’idée de voitures solaires a été accueillie ces dernières années avec scepticisme par les médias, toutes ces start-ups semblent donc bien motivées à en faire une réalité. Reste à savoir ce qu’elles apportent, notamment au plan de l’équation énergétique.

A en croire les constructeurs, le solaire est loin d’être un gadget. Produire des véhicules plus écologiques et répondant mieux aux nécessités de la crise climatique est l’ambition initiale, mais tous les fabricants de voitures solaires affirment également, avec force, que leurs véhicules s’avèreront à l’usage à la fois plus souples, plus autonomes et plus économiques.

Aptera, par exemple, défend le concept « Never Charge » : une voiture qui ne se rechargerait jamais , puisque « elle produit chaque année plus d’énergie que la plupart des automobilistes n’en utilisent sur la route ». Le véhicule pourrait ainsi rouler « jusqu’à 74 kilomètres par jour en utilisant une énergie gratuite produite par ses panneaux solaires intégrés ».

Aptera © Aptera
Aptera

« L’énergie du soleil est moins chère que celle du grid », croit bon de rappeler Sono Motors, qui assure que sa Sion permettra « une diminution du coût d’utilisation global de 20% sur huit ans, puisque plus de 5000 km par an sont fournis gratuitement ».

Même pour des véhicules de forme et de taille classique, le supplément d’autonomie kilométrique ne serait pas négligeable, en tout cas pour certains usages. La Lightyear One, recouverte de 5 m2 de panneaux solaires, peut fournir 12 km d’autonomie en une heure de recharge au soleil. C’est à la fois peu et beaucoup. En France, le travail est le principal facteur de déplacement en voiture et, ici comme ailleurs, la majorité des trajets s’effectuent sur de courtes distances.

Sono Sion
Sono Sion

En 2012 aux Etats-Unis, des travaux de l’Université de Colombia avaient par exemple montré que « 95% des 750 000 trajets enregistrés par les participants à l’étude concernaient des distances de moins de 48 km ». En outre, pour les américains utilisant leur voiture quotidiennement pour se rendre sur leur lieu de travail, « la distance moyenne parcourue était de 22 kilomètres ».

On comprend dès lors, comme le soutiennent les créateurs de voitures solaires, qu’un véhicule principalement utilisé le matin et le soir sur des trajets courts, et restant sur un parking en plein air tout le reste de la journée, pourrait facilement emmagasiner assez d’énergie pour ne presque jamais avoir à être rechargé. « La Sion peut ajouter jusqu’à 112 km d’autonomie par semaine via l’énergie solaire. C’est-à-dire une pleine auto-suffisance pour de courtes distances », note Sono Motors.

Ioniq 5 © Hyundai
Hyundai Ioniq 5

Du solaire partout

Même sans parler de voitures solaires proprement dites, optimisées pour consommer le moins d’énergie possible (matériaux légers, profils très aérodynamiques...), l’idée d’utiliser le solaire en situation de mobilité semble faire son chemin.

En 2019, le fabricant chinois de panneaux solaires flexibles Hanergy avait montré qu’une petite voiture citadine classique pourrait significativement gagner en autonomie en étant recouverte de cellules photovoltaïques. Utilisée sur des trajets de 20 km tous les jours pendant un mois, dont huit jours de pluie, sans jamais être rechargée autrement qu’au soleil, la voiture affichait toujours une charge de 60% de sa batterie à la fin du test. Quelques constructeurs traditionnels proposent d’ailleurs des équipements solaires en option. C’est notamment le cas de Hyundai, qui présentait en février 2021 une version de sa Ioniq 5 dotée d’un toit solaire . Selon les endroits, « les panneaux solaires peuvent étendre son autonomie de 2000 km par an, ou environ 5 km par jour ».

Même constat pour les futures véhicules sans chauffeurs. En Australie, Blanc Robot est une plateforme de mobilité qui vise une autonomie décisionnelle de niveau 5 (la plus élevée). L’engin est une sorte de châssis bardé de capteurs sur lequel peuvent s’installer différents modules pour le transformer en minibus, en véhicule utilitaire ou en chariot de livraison. Début mars 2021 a été montré un prototype de ce véhicule autonome équipé d’une coque solaire en polycarbonate, qui peut apporter « jusqu’à 30 % de ses besoins en énergie, en conditions optimales ». Via le solaire, le véhicule peut parcourir « 30 à 55 km supplémentaires ».

Sono Truck
Sono Motors

L’équation semble encore plus favorable au solaire si l’on considère les camions. En début d’année, Sono Motors présentait un semi-remorque entièrement recouvert de cellules photovoltaïques, soit une surface de 115 m2 de panneaux solaires. « L’intégration solaire pourrait générer en moyenne 38 kw/h par jour, ce qui signifie que le camion pourrait rouler 16 990 km par an en utilisant uniquement l’énergie solaire », estime l’entreprise, ajoutant que ce sont là des estimations « prudentes », basées sur l’ensoleillement à Munich, en Allemagne.

Tout cela laisse entrevoir une véritable explosion du marché des véhicules solaires. « Les concepteurs de véhicules qui n'envisagent pas encore de carrosserie solaire sont dingues », lance même IDTechEx. La cabinet d’études prospectives, expliquant que « l’adoption du solaire pour les véhicules est si rapide » qu’il a dû actualiser son rapport sur le sujet quelques mois après sa sortie, estime en février 2021 que le nombre de véhicules solaires vendus pourrait progresser de quelques milliers aujourd’hui à près de 3 millions en 2041. Un marché naissant, qui pourrait représenter près de 40 milliards de dollars dans vingt ans — 200 fois plus qu’aujourd’hui.

hyundai panneau solaire
Hyundai

Coup marketing ou innovation disruptive ?

Reste à savoir, côté voitures au moins, si les données optimistes avancées par les constructeurs résisteront à l’usage en situation réelle. On le sait, les performances des panneaux solaires sont fortement amoindries par la poussière et les salissures. Et dans beaucoup d’endroits, à commencer par les villes, les parkings sont sous-terrain ou abrités...

D’un autre côté, l’efficacité des panneaux solaires ne fait qu’augmenter d’année en année. En laboratoire, on atteint déjà une efficacité de plus de 40 % (un record mondial d’efficacité solaire , à 47 %, a été établi en août 2020) et beaucoup d’experts estiment qu’on peut aller au-delà (soit en améliorant les principes existants, soit en utilisant d’autres matériaux qu’aujourd’hui). On a donc tout lieu de penser que les performances des voitures solaires vont s’améliorer à moyen ou long terme.

Scania remorque solaire © Scania
Semi-remorque solaire Scania

Au final, l’intégration du solaire dans la mobilité pourrait ne plus du tout être négligeable, voire jouer un rôle important pour juguler l’empreinte carbone globale du transport mondial.

En attendant, on peut s’attendre à ce que les voiture solaires fassent parler d’elles — en bien ou en mal – dès l’année prochaine. Et se prendre à rêver qu’un jour, peut-être, nos véhicules utiliseront principalement une énergie propre, gratuite et disponible et quantité illimitée.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
69
40
lightpunk
Il y a le rendement du panneau solaire<br /> Diminué de la quantité de soleil suivant la géolocalisation<br /> Diminué d’inclinaison au soleil non optimal<br /> Diminué des temps de mauvaise orientation de la voiture au soleil<br /> Diminué des temps à l’ombre<br /> Combien d’année pour compenser l’énergie pour fabriquer, intégrer et recycler les panneaux ? Certainement beaucoup plus que l’installation beaucoup plus optimal sur les toits de bâtiment qui me semble être la priorité avant de penser a mettre sur les véhicules.<br /> La priorité pour les véhicules c’est d’abord de diminuer leur poids.
wackyseb
Alors la voiture à autonomie illimitée, c’est pour quand?
Oncle_Picsou
C’est certain que c’est quelque chose qui va se démocratiser, le rendement des panneaux photovoltaiques va encore progresser et cela va devenir très interessant d’ici quelques années!<br /> Je me demande par contre sur quoi ils vont réussir à nous taxer lorsque l’on aura ni besoin de passer à la pompe, ni d’utiliser le grid?
pecore
Il n’y a rien à redire dans le fait de se projeter dans l’avenir mais comme le dit @lightpunk il y a une foultitude de choses à voir avant de passer à la production/commercialisation de masse. Du coup 2032 me semble plus probable que 2022 pour être l’année de la voiture solaire.
phoenix206
voiture + solaire on est pas dans Alice au pays des merveilles. Je rappel… 12kwatt.h par litre de gazole , le solaire au pic c’est 100watt /m2
Gh0st_D0g
J’espère qu’ils penseront aux population du nord, en faisant une voiture qui fonctionne à l’eau de pluie
angenoir
j’imagine le montant des reparations en cas d’accident ! …
toug19
12 kWh par litre de gazole mais moteur avec un rendement inférieur à 40%. Alors que les moteurs électriques ont des rendement de 90%. Donc au mieux et c’est généralement bien pire que cela, le moteur thermique consomme plus de 2 fois plus d’énergie que le moteur thermique. Bon après les 40% du moteur thermique c’est quand il tourne au régime idéal sur le dernier rapport. Autant dire que le moteur thermique consomme en vrai 4 fois plus d’énergie que le moteur électrique dont le rendement est bien plus constant.
Nmut
Pas tout à fait exact.<br /> Même si la performance des carburants est bien meilleure, un litre c’est plutôt de l’ordre de 10kwh, à multiplier par le rendement moyen de 25 à 30% du moteur et les 70% du raffinage + transport. Les panneaux, c’est plus de 100Wh au m2, mais avec le rendement charge/décharge + moteur , c’est effectivement dans les 100 à 120Wh/m2 si mes souvenirs sont bons, ce qui n’est peut-être pas le cas …<br /> Edit: grillé par @toug19!
phoenix206
Effectivement mais même avec 40% de rendement, le petrole reste méga vachement mieux sur le plan énergétique qu’une batterie lithium en terme de rapport poid/énergie. Si la batterie était mieux, depuis longtemps elle se serait démocratisé. Hélas les lois de la physique sont ainsi et il n’y a aucun débat a avoir là dessus
phoenix206
Je rappel aussi que dans 1 L de pétrole vous avez déjà la fonction de stock intégré , et ça … C’est imbattable… Mais je suis parfaitement d’accord que le pétrole c’est le mal et que ça va flinguer notre avenir a cause des conséquences lié au réchauffement climatique. Tout le problème est de remplacer un truc qui marche ultra bien dont on est totalement intoxiqué. Pas simple… Et pas avec du PV
zoup01
Même avec 3m2 de panneaux solaires, tu vas sortir 300w par beau temps…pas de quoi faire avancer une caisse même légère.<br /> Cela peut juste apporter un maigre complément de charge 8 à 10 fois moins puissant que la simple prise 220v du domicile.( 2,4 ou 3,7 kW)<br /> C’est même pas la puissance d’une tondeuse à gazon.<br /> En gros, tu laisses la voiture au soleil pendant 10 heures, tu récupères 3kwh, soit 20 kms.
Metaphore54
Si le réchauffement climatique était le seul problème, la 6ème extinction de masse est bien plus problématique.<br /> Je n’y crois pas, ça va rester un gadget ou un problème car sous couvert qu’il n’ y a pas de pollution ça risque de remplacer des trottinettes électriques sur les courtes distances
phoenix206
Un moteur diesel c’est 40%, 35 pour l’essence, pas 25. Et le PV c’est 100watt/m² en condition IDEAL! C’est pas la vraie vie! Donc avec 50L à 12kwatt.h 'e litre soit 600kwatt.h, même avec 40% de rendement ça reste 240kwatt.h! Une voiture avec le PV , c’est 3m² de PV, soit au mieux 300watt. Il faut donc… 1000h pour recharger une batterie de 300kwatt.h…il suffit juste de connaître la règle de 3 pour savoir que c’est du brun le PV
Nmut
On ne va pas se battre sur les chiffres, mais pourquoi prendre le rendement maximal du moteur thermique (j’ai bien dit que je prenais la valeur moyenne, le rendement d’usage est encore plus faible) moyen alors que les 100Wh du PV, c’est la valeur basse (mais j’admets que sur un véhicule, on n’est sur quasiment aucune surface à l’optimum)?
MattS32
+1 ! Quitte à fabriquer les panneaux, autant les installer de façon à maximiser leur production : même avec les pertes sur le réseau électrique, le bilan énergétique sera largement meilleur qu’avec une intégration sur le véhicule, d’autant que les pertes sur le réseau seront en partie compensées par le gain de poids du véhicule.<br /> D’autant plus que l’intégration au véhicule va sans doute aussi faire baisser plus rapidement les performances du panneau : à la longue, il va forcément se dégrader, notamment subir des micro-rayures et des petits impacts, qui vont réduire ses performances. Et un bon panneau de solaire fixe a aujourd’hui aussi une durée de vie supérieure à celle d’une voiture…<br /> Pour moi l’intégration d’un PV à une voiture ça a surtout un intérêt aujourd’hui : le confort en permettant de faire tourner la ventilation lorsque la voiture est garée en plein Soleil. Cela dit, une voiture électrique classique pourrait le faire aussi sans avoir besoin de PV, pour le peu que consomme la ventilation, ça n’aurait pas un impact énorme sur l’autonomie, surtout si après ça limite un peu l’utilisation de la clim en début de trajet.
phoenix206
Même avec 20% de rendement le thermique reste imbattable.
KlingonBrain
Et un bon panneau de solaire fixe a aujourd’hui aussi une durée de vie supérieure à celle d’une voiture…<br /> Une bonne voiture, ça peut durer 30 ans. Et même plus avec des traitements adéquats contre la corrosion.<br /> @zoup01<br /> En gros, tu laisses la voiture au soleil pendant 10 heures, tu récupères 3kwh, soit 20 kms.<br /> Ce qui vaudrait largement le coup. Et même pour moins.<br /> A 5km par jour, ça permettrait à de petits rouleurs d’aller faire leur course toutes les semaines sans jamais se relier au réseau.<br /> IMHO, il faut arrêter de croire qu’on pour faire de l’écologie, il faut changer de voiture ou prendre les transports en commun.<br /> La vraie réalité, c’est qu’il faudrait arrêter de déplacer des millions de gens tous les matins.<br /> C’est le mode de vie de l’homme stressé-pressé pour engraisser le grand capitalisme qu’il faut remettre en cause.<br /> @Metaphore54<br /> Si le réchauffement climatique était le seul problème, la 6ème extinction de masse est bien plus problématique.<br /> Des gourous prédisent l’apocalypse depuis la nuit des temps.<br /> Créer la peur = pouvoir et fortune.<br /> L’histoire de la terre démontre pourtant que la vie possède une capacité d’adaptation remarquable. Et la disparition d’espèces fait partie de ce processus.<br /> Et il faut savoir que l’évolution totalement naturelle de la terre est la fin totale de toute vie. Cette fin est inéluctable et sans rapport avec l’homme.<br /> Si l’homme survit à cela, ce sera forcément par l’usage de moyens… très artificiels.<br /> @toug19<br /> 12 kWh par litre de gazole mais moteur avec un rendement inférieur à 40%. Alors que les moteurs électriques ont des rendement de 90%.<br /> Ce n’est malheureusement pas aussi simple.<br /> Par exemple, si tu fabriques de l’électricité à partir de charbon, c’est à ce niveau que tu retrouvera la perte de rendement en question.<br /> @Voigt-Kampf<br /> T’es franchement sympa… moi j’appelle ça du blabla marketing pré-mâché et qui ne date pas d’hier… Et que Clubic malheureusement se complaît à relayer…<br /> Même si le gain est très modeste, ça pourrait quand même valoir le coup.<br /> Après tout, c’est de la surface inutilisée qui peut être couverte utilement.<br /> Tout en donnant un tout petit peu d’autonomie hors réseau à ces véhicules.<br /> @lightpunk<br /> Combien d’année pour compenser l’énergie pour fabriquer, intégrer et recycler les panneaux ? Certainement beaucoup plus que l’installation beaucoup plus optimal sur les toits de bâtiment qui me semble être la priorité avant de penser a mettre sur les véhicules.<br /> Je pense qu’a terme, les panneaux solaires pourraient bien être l’un des moyen de production d’énergie les moins polluant. Et qui plus est, ils produisent l’énergie au plus près des consommateurs.<br /> Et pourquoi opposer les toits des habitations et ceux des véhicules ?<br /> Avantage, si ton VE tombe en rade d’énergie, tu peux stationner et attendre quelques jours pour récupérer de quoi te rendre à une station de recharge. Economie d’un remorquage.
jlbiset
le Danemark a déjà trouvé la solution.<br /> Les véhicules électriques sont taxés au kilomètre parcouru, pour compenser la perte des taxes sur le carburant…
KlingonBrain
Même avec 20% de rendement le thermique reste imbattable.<br /> Il faut imaginer que l’électrique va vraisemblablement progresser.<br /> Pour moi, le vrai tort, c’est de vouloir précipiter la généralisation d’une technologie qui n’est pas encore assez mature.
MattS32
KlingonBrain:<br /> Une bonne voiture, ça peut durer 30 ans. Et même plus avec des traitements adéquats contre la corrosion.<br /> Ça c’est la théorie, et ce serait bien qu’on s’en approche en pratique… Mais la réalité en est bien loin, et on sait bien que l’écrasante majorité des voitures ne vont pas durer aussi longtemps…<br /> KlingonBrain:<br /> A 5km par jour, ça permettrait à de petits rouleurs d’aller faire leur course toutes les semaines sans jamais se relier au réseau.<br /> Quelqu’un qui roule aussi peu, c’est une aberration écologique qu’il possède une voiture… Et les 3m² de panneaux solaires qu’il monopoliserait avec une telle voiture seraient autrement plus utiles sur un toit de bâtiment ou dans une centrale solaire…<br /> KlingonBrain:<br /> Par exemple, si tu fabriques de l’électricité à partir de charbon, c’est à ce niveau que tu retrouvera la perte de rendement en question.<br /> Une centrale thermique à flamme garde de manière générale un bien meilleur rendement qu’un moteur thermique de voiture. D’abord parce que son rendement effectif moyen est proche de son rendement maximal (ce qui est très loin d’être le cas dans une voiture), ensuite parce que de plus en plus souvent la chaleur résiduelle est récupérée, soit pour un second étage de production électrique (cycle combiné), soit pour alimenter des réseaux de chaleur (cogénération). On arrive ainsi à des rendements qui peuvent dépasser 60%.<br /> KlingonBrain:<br /> Et pourquoi opposer les toits des habitations et ceux des véhicules ?<br /> Parce qu’on ne vit pas dans un monde à ressources infinies et qu’il est grand temps de penser à l’optimisation de l’utilisation qu’on fait de nos ressources… Si avec le même panneau solaire, on peut espérer une production d’électricité sensiblement supérieure en le mettant sur un toit de maison plutôt que sur un toit de voiture, alors le choix raisonnable est de le mettre sur un toit de maison…<br /> KlingonBrain:<br /> Avantage, si ton VE tombe en rade d’énergie, tu peux stationner et attendre quelques jours pour récupérer de quoi te rendre à une station de recharge. Economie d’un remorquage.<br /> Tu crois vraiment que des gens vont attendre des jours avant d’aller récupérer leur voiture en panne au bord de la route ? Et de toute façon, il vont bien devoir rentrer chez eux, ils vont pas camper dans la voiture. Un dépannage n’est pas forcément beaucoup plus cher qu’un taxi, surtout quand on a une assurance.<br /> En plus avec une VE, c’est encore plus facile de dépanner en cas de panne sèche : n’importe quelle prise électrique peut faire l’affaire, pas besoin de trouver une station, donc il suffit qu’on trouve une habitation, et y a des chances qu’on puisse s’y brancher, au pire contre un petit billet…<br /> Et surtout, on va très vite avoir des voitures électriques équipées pour l’alimentation bi-directionnelle (certains modèles déjà commercialisés le permettent). Donc en cas de panne d’électricité, on pourra tout simplement être dépanné par un autre automobiliste. Comme quand on est en panne de batterie avec une thermique et qu’on sort les pinces pour démarrer avec l’aide d’une autre voiture.
MattS32
phoenix206:<br /> C’est pas la vraie vie! Donc avec 50L à 12kwatt.h 'e litre soit 600kwatt.h, même avec 40% de rendement ça reste 240kwatt.h!<br /> 40% de rendement en thermique, c’est pas la vraie vie non plus hein…<br /> Facile à vérifier avec tes chiffres d’ailleurs. L’équivalent thermique de ma voiture consomme en WLTP 7.4/100 km en ville, 5.6 l/100 km en mixte. Si le rendement était de 40%, ça voudrait dire qu’elle a besoin physiquement à la roue de 35.5 kWh/100 km en ville et 26.9 kWh/100 km en mixte.<br /> En électrique, avec ses 7.5 kWh utiles de batterie ma voiture fait 65 km en ville et 50 km en mixte, toujours selon ce même protocole WLTP. Donc elle consomme 11.5 kWh/100 km en ville et 15 kWh/100 km en mixte avec la même utilisation (et alors que cette version PHEV est plus lourde que l’équivalent thermique simple, donc nécessite physiquement plus d’énergie). Et ça c’est mesuré au niveau de la batterie, donc en comptant les pertes en décharge de la batterie et au niveau du moteur, physiquement, à la roue, elle a besoin d’encore un peu moins…<br /> Donc si tu compares les chiffres, tu te rends compte qu’au final le rendement réel moyen avec le moteur thermique est inférieur à 13% en ville et inférieur à 22.3% en mixte, puisque le calcul théorique avec un rendement de 40% donne des valeurs respectivement 3.1 et 1.8x plus élevées que les valeurs mesurées en électrique.<br /> Parce que les 40%, c’est le rendement maximal du moteur, qui est atteint quand deux conditions sont remplies simultanément : le moteur est dans la bonne plage de régime ET la puissance appelée est dans la bonne plage. Si tu es au bon régime mais que la puissance appelée est supérieure ou inférieure à l’optimum, le rendement diminue. Si tu sors de la plage de régime optimale, le rendement diminue… Et surtout, 40% c’est le rendement maximal brut du moteur. Mais un moteur thermique est obligatoirement associé à une transmission plus complexe que celle associée à un moteur électrique (pont, boîte, embrayage…), et tu as aussi des pertes de rendement à ce niveau là (certes, c’est pas directement au niveau du moteur… mais comme ces éléments sont indispensables avec un moteur thermique, ça serait injuste de ne pas les compter). Et bien sûr en prime avec l’électrique tu as la récupération d’énergie au freinage, qui améliore encore le rendement effectif.
phoenix206
Effectivement, tout a fait d’accord avec tous ces chiffres, je me suis emballé sur mes chiffres…, n’empêche que c’est pas avec 300watt de PV que l’on va se sauver le monde. Et même avec un rendement 10%, le thermique possède encore plein d’avantage. Comme la «&nbsp;recharge&nbsp;» une pompe a essence c’est plusieurs megaWatt de puissance équivalente.
mrassol
D’apres les Jetson (le dessin animé) ca serai pour les années 2060
zoup01
KlingonBrain:<br /> La vraie réalité, c’est qu’il faudrait arrêter de déplacer des millions de gens tous les matins.<br /> oui, tout à fait d’accord, mais impossible, ou alors il faut que tout le monde adopte un mode de vie monacal
zoup01
l’électrique a un rendement déjà très élevé, il n’y a quasiment plus rien à gagner de ce coté…<br /> pour un moteur électrique (sauf moteur universel), cela fait au moins 60 ans que le rendement est à peu près constant autour de 90%…idem pour les convertisseurs (même si leur mise en service industrielle est plus récente)…<br /> les batteries: on arrivera peut être à les alléger, mais pour le rendement, il y aura toujours des pertes à la charge et à la décharge (il faut bien payer Mr Joules)…la seule solution vraiment rationnelle reste le ferroviaire ou le trolley…<br /> ce qu’il reste à trouver, c’est une production d’électricité propre (on en est très loin) , avec un bon rendement, fiable et constante…il n’y a que hydroélectricité qui réussit ce mix aujourd’hui.
MattS32
phoenix206:<br /> Et même avec un rendement 10%, le thermique possède encore plein d’avantage. Comme la « recharge » une pompe a essence c’est plusieurs megaWatt de puissance équivalente.<br /> Pas tant d’avantages que ça… La vitesse de «&nbsp;recharge&nbsp;» est en fait quasiment le seul avantage qu’il reste au thermique…
MattS32
zoup01:<br /> oui, tout à fait d’accord, mais impossible, ou alors il faut que tout le monde adopte un mode de vie monacal<br /> On peut se déplacer moins sans pour autant vivre reclus hein… Déjà il y a le télétravail. En faire 2-3 jours par semaines, pour les métiers qui le permettent, ça fait déjà ça de déplacements en moins. Et pour ceux qui vivent mal le télétravail parce qu’ils n’arrivent pas à se passer de voir des gens quelques jours ou parce qu’ils n’ont pas d’endroit adapté chez eux, il y a la solution intermédiaire des bureaux partagés pour réduire le déplacement.<br /> Après bien sûr il y a plein de gens qui ne peuvent techniquement pas télétravailler. Mais si déjà ceux qui le peuvent le faisaient la moitié du temps, ça ferait de belles économies de transport.<br /> Pour les autres, l’une des solution c’est aussi de revenir à des entreprises/usines/etc à taille un peu plus humaines. Plutôt que de centraliser toute l’activité de l’entreprise dans la région ou dans le pays sur un seul énorme site avec 5000 employés, on pourrait revenir à des sites plus petits et plus décentralisés. Là encore, ça permettrait de réduire les déplacements, tout en améliorant généralement la qualité de vie au travail.<br /> Idem pour l’activité commerciale, en revenant à des boutiques plus nombreuses et de plus petite surface, on réduit globalement les déplacements…<br /> Bref, il y a plein de solutions, et ça commence tout simplement par un changement de philosophie : il faut arrêter de penser notre monde en fonction de la voiture.
phoenix206
Tout a fait par contre tu oublies le rapport énergie/poid mauvais de l’électrique même avec son rendement élevé par rapport au thermique. Et également le fait que pour monter en autonomie il faut des batteries enooormes, pas certain que l’on possède assez de ressources pour transiter le parc de voiture existant. Actuellement la meilleur solution je pense, c’est de faire du thermique low tech, de 500kg, qui consomme 2L/100km.
cfievet
Je peux comprendre le scepticisme, exprimé dans beaucoup de commentaires. Mais j’ai plus de mal à saisir l’hostilité envers ces véhicules solaires.<br /> Au pire, s’ils ne fonctionnent pas comme annoncé, ce seront toujours des voitures électriques de base, rechargées classiquement, donc moins polluantes que les thermiques.<br /> Au mieux, le solaire jouera vraiment un rôle et cela pourrait ne pas être négligeable sur la facture énergétique/climatique globale.<br /> Donc quel est le risque d’essayer ? Ne faut-il pas se réjouir que des start-ups innovent et, au moins, essaient d’apporter des solutions nouvelles ?<br /> Un détail : quand j’évoque «&nbsp;2022&nbsp;», ce n’est pas pour dire que ce sera l’année où le marché de la voiture solaire va exploser, mais le moment où elles ont vont devenir concrètes. Dès l’année prochaine, ces voitures vont être testées en conditions réelles par les journalistes et experts, sans doute dans de nombreux pays. Donc 2022 marquera, je pense, la naissance commerciale et médiatique de la voiture solaire.
zoup01
oui ta solution est simple, il faut construire les logements dans les sites industriel !!<br /> comme à l’époque des mines ou des grandes industries métallurgiques…<br /> aujourd’hui, tout le monde ou presque cherche à vivre près de son lieu de travail, mais déjà dans un couple, ce n’est pas simple, vivre en ville pour ceux qui travaillent en ville, c’est hors de prix, et diminuer le taille des entreprises ne changera rien, à part augmenter les transport entre les différents sites.
MattS32
D’abord, le poids est un problème surtout s’il fait consommer plus d’énergie… Or le rendement très supérieur de l’électrique compense laaaaargement ce surpoids. Pour te dire, mon PHEV, qui fait 300 kg de plus que la version essence, même sans le recharger il consomme légèrement moins que la version essence… Parce que le rendement de la partie électrique et le fait qu’elle permet de mieux exploiter le moteur thermique suffit déjà à compenser le surpoids…<br /> Ensuite, la densité énergétique des batteries, elle est encore amenée à progresser fortement dans les années à venir. On sait que physiquement on est encore loin de la limite.<br /> Enfin, l’électrique ce n’est pas forcément avec une batterie. On peut très bien envisager un parc utilisant des petites batteries pour les véhicules du quotidien, qui n’ont absolument pas besoin d’avoir de grosses autonomies, et d’autres technologies (par exemple PAC) pour des véhicules à usage occasionnel, qu’on louerait quand on doit faire des longs trajets (mais pour les longs trajets, l’idéal serait surtout de redévelopper le rail…).
MattS32
zoup01:<br /> et diminuer le taille des entreprises ne changera rien, à part augmenter les transport entre les différents sites<br /> Pourquoi y aurait-il nécessairement des transports entre les différents sites ? Dans plein d’entreprises tu pourrais avoir des sites quasiment indépendant les uns des autres…<br /> Et même s’il y en a, ça ne sera pas forcément plus que ce qui est gagné de l’autre côté… Si t’as 5000 employés qui en moyenne font 50 km de moins par jour parce qu’ils ont maintenant un site plus proche de chez eux, et que tu en as quelques uns doivent faire le déplacement une fois de temps en temps d’un site à l’autre, le bilan final est largement favorable…<br /> Je vais donner deux contre exemple qui montre bien que ça peut faire gagner. Ça fait deux fois de suite que je travaille dans une entreprise qui est justement dans le processus inverse, regrouper ses sites du bassin en un seul. La première, elle a regroupé 4 sites, dont l’un qui était à plus de 100 km des trois autres (distants entre eux d’une dizaine de kilomètre). Chacun des sites abritait des divisions différentes de l’entreprise, avec quelques interactions entre elles, qui se faisaient en visio et plus rarement en déplacement (sur une semaine, y avait en moyenne pas plus de 1% du personnel d’un site qui se rendait sur l’autre). Côté déplacements, le CSE a fait le calcul, les employés des trois anciens sites proches vont faire en moyenne 4 km de plus (8 km aller-retour) pour se rendre sur le nouveau site. Ceux du site le plus éloigné vont faire 55 km de plus (110 AR). Économique pour l’entreprise, qui n’aura plus à payer les déplacements entre les sites. Mais pas du tout bénéfique environnementalement… L’autre c’est un peu plus simple, tout le monde se réunit au sein du plus gros site existant. Donc pour un peu plus de la moitié des employés, ça ne change rien aux déplacements. Pour l’autre moitié, c’est 5 km de plus en moyenne. Mais surtout, c’est un risque fort de changement de moyen de transport pour une part du personnel : l’ancien site qui va fermer était à 300m de la gare, le site de destination est à 30 min de la gare en bus… Ceux qui prenaient le train ne le prendront sans doute plus. Et ce n’est compensé quasiment par aucun gain de déplacement entre les deux sites : les deux sites étaient avant totalement indépendants (et pour cause, c’était deux entreprises concurrentes, avant rachat…). Il y avait juste un directeur commun, mais même lui faisait rarement le déplacement d’un site à l’autre, il était simplement à mi-temps sur l’un, à mi-temps sur l’autre.
hylea12
les regroupements de site permettent les économies d’échelle et la suppression de doublon de poste. le bénéfice écologique ne rentre pas en ligne de compte dans le bilan le financier des entreprises. A Bas le capitalisme
zoup01
Il faut arrêter ce mythe : plus c’est lourd, plus il faut d’energie pour délacer un mobile , quelque soit l’energie utilisée.<br /> Un petit rappel de physique :<br /> La résistance à l’avancement Rt[3] est la somme des résistances à l’avancement : Rt = Rroul + Rair + Rα + Ri<br /> Rroul = μroul Pvehcosα (résistance au roulement)<br /> avec μroul : coefficient de roulement, Pveh : poids du véhicule, α : angle de pente
MattS32
Ceci n’est valable que si tu as un rendement de 100%…<br /> Il faut moins d’énergie pour déplacer 1600 kg avec un rendement de 90% que pour déplacer 1300 kg avec un rendement de 13% à 23% (cf les consommations WLTP d’un Captur essence et d’un Captur PHEV en mode électrique : en ville 88.8 kWh de carburant aux 100 km pour le premier, 11.5 kWh/100 km d’électricité pour le second, en mixte 67.2 kWh de carburant pour le premier, 15 kWh d’électricité pour le second).<br /> Or ce qui compte, aussi bien d’un point de vue économique que d’un point de vue écologique, c’est bien la quantité d’énergie brute qui a été nécessaire au déplacement, pas juste la quantité nette qui a effectivement été utilisée pour le déplacement après déduction de tout ce qui a été perdu en cours de route.<br /> Alors si tu trouves un moyen d’atteindre 90% de rendement avec de l’essence, là on pourra reparler du problème du poids des VE. Mais en attendant, leur rendement très largement supérieur compense laaaaargement leur surpoids (qui peut être problématique sur d’autres aspects, le comportement, le freinage, etc… mais pas sur l’aspect énergétique).
vodnok
Je n’y crois absolument pas. Même avec un rendement à 40% et même 80% cela va juste permettre d’ajouter quelques km à l’autonomie. C’est juste un truc pour attirer des investisseurs et leur argent<br /> Sans compter le gaspillage puisqu’un panneau à une durée de 25 vie de 20-25 ans et la voiture pas et je doute que les panneaux seront réutilisés après 5-10 ans de durée de vie de la voiture<br /> Mieux vaut avoir des panneaux sur le toit de sa maison bien orienté avec un bon rendement branché à une batterie domestique et recharger la nuit sa voiture.
zoup01
Non ton raisonnement est faux…<br /> Tu compare les choux et les carottes…<br /> Une 308 diesel plus lourde consomme moins qu’une 308 essence, c’est vrai mais la comparaison est stupide puisque les technologies utilisées sont différentes.<br /> Ton phev, tu fais 1000kms à vide avec, tu lui mets 5 sacs de ciment dans le coffre et tu compares les consommations …après, on en reparle.<br /> Pour avoir au cours de ma carrière fait des mesures de consommation dans le ferroviaire, le constat est simple: plus il y a de wagons derrière une locomotive, plus tu consommes d’energie.
MattS32
zoup01:<br /> Non ton raisonnement est faux…<br /> Tu compare les choux et les carottes…<br /> Non. Je compare des systèmes complets rendant un même service et je regarde quelle est la quantité d’énergie consommée par chacun pour rendre ce service. Prétendre que le poids des VE est un problème du point de vue énergétique, c’est ridicule, dans la mesure où les alternatives, certes plus légères, ont un rendement tellement mauvais qu’au final elles consomment beaucoup plus d’énergie.<br /> Après, bien sûr, avec le même moteur, plus c’est lourd, plus ça consomme. Mais ça n’empêche pas qu’une VE de 1.6 tonnes consomme beaucoup moins d’énergie primaire qu’un VT de 1.2 tonnes. Et c’est bien la consommation d’énergie primaire qui compte.<br /> Avec la même charge, donc le même service rendu, un Captur essence consomme 67.2 kWh aux 100 km en cycle mixte là où un Captur PHEV en mode EV consomme 15 kWh. Même si ces 15 kWh sont produits dans une centrale au fioul avec 40% de rendement puis 10% de pertes entre la centrale et la batterie, ça fait encore largement un tiers de consommation d’énergie primaire en moins, pour le même service rendu (et encore, je tiens pas compte du confort de conduite dans le service rendu…). Malgré 300 kg de plus sur la balance.<br /> Le jour où tu arriveras à faire un VT qui consomme moins d’énergie primaire qu’un VE, là on pourra dire que le poids du VE est un handicap qui le fait consommer plus. Pas avant.
xryl
Tes chiffres sont faux. Il y a 10kWh dans 1L de gasoil. Mais les meilleurs moteurs donnent 27% de rendements, suivi par le rendement de ta boite de vitesse, de la transmission etc… C’est assez marrant en fait, car un véhicule qui a une batterie de 64kWh (soit l’équivalent de 6.4L de gasoil) fait 450km alors qu’il faut 27 litres de gasoil (à 6L/100km) pour faire la même distance. Donc en réalité tout compris, le rendement d’une mazoutière c’est plutôt 23%.<br /> Quand au soleil, je te rejoins sur les lois physiques ici:<br /> Un véhicule peut présenter, au mieux, 10m2 de panneau (5m*2m). Le soleil fourni 1000W/m2, donc avec des panneaux hypothétiquex qui convertiraient 100% de l’énergie, le véhicule ne pourrait fournir que 10kW de puissance (soit 13ch). On est loin d’une utilisation possible au quotidien. Dans la réalité, même avec les panneaux tip/top/hors de prix, c’est plutôt 40% de ça, soit 4kW.<br /> Quand au stockage pour utilisation extérieure et ultérieure, en laissant son véhicule plein soleil, tout seul sur un parking (pour pas avoir d’ombre portée), avec les panneaux tip top pendant 8h, on ne pourrait capturer que ~30kWh, soit moins de 200km d’autonomie avec un véhicule économe en énergie. Dans la réalité, ce sera plutôt un tiers de ça, l’exposition, le rendement, les nuages, tout ça.<br /> Ce n’est donc pas possible physiquement pour un déplacement quotidien. Sans compter le surcoût en poids et en prix des panneaux à balader.<br /> La solution la plus viable pour moi, c’est des carports solaires sur les parkings (donc une surface plus grande, une puissance plus importante, une orientation optimale, etc). Un coût unique (et pas à chaque voiture). Là c’est malin et ça marche.
phoenix206
Le problème dans tout ça c’est de se dire que la technologie va nous sauver de la contrainte pétrole/climat. C’est une très mauvaise chose a faire car c’est parier sur l’avenir. Si ça marche pas qu’est ce qu’on fait? Ba on encaisse avec moins de pétrole disponible et ça c’est le bain de sang
cfievet
Perso, je préfère miser sur la technologie (et l’innovation), qui ont permis de progresser et de résoudre la plupart des problèmes de l’humanité depuis la nuit des temps, que sur n’importe quoi d’autre (cf. médecine, électricité, imprimerie…).<br /> Et je ne crois pas qu’on sauvera la planète en interdisant les touillettes en plastique ou la publicité au bord des routes…
phoenix206
Je suis parfaitement d’accord, l’interdiction des touillettes en plastique isolé ne sauvera pas le monde <br /> Pour la technologie si ça marche pas on fait quoi? Pour rappel +4°c d’augmentation c’est la guerre partout dans le monde.<br /> Si pas de solution on fait comment quand on aura des vraies soucies d’approvisionnement pétrolier?<br /> Alors oui la technologie a apporté beaucoup, mais pas que… Beaucoup de technologies ont apportes des solutions mais également des contraintes associés. Je peux vous citer plein d’exemple comme par exemple pour la désulfuration des carburant. On utilise l’hydrogène pour ce procédé. On a donc diminué les émission souffre mais en contrepartie on a augmenté les émission de CO2 avec la production de dihydrogène.<br /> Pour l’agriculture c’est pareille. La chimie des engrais a en partie grâce à fritz habber augmente considerablement les rendements agricole… Mais augmente considérablement nos émissions de CO2 par la chimie de l’amoniaque. ( Utilisation de méthane +++!) .<br /> Idem pour les voitures électriques, la production des batteries vont détruire des zones de la terre a cause de l’exploitation des terres rares, et consommation en eau+++.<br /> Et toute l’efficacité énergétique a été utilisé pour améliorer le confort et pas les émission de GES. Les voitures sont plus efficaces mais plus lourdes donc pas degains<br /> En fait dans le domaine de l’énergie chaque choix engendre des conséquences . Il n’y a aucune solution parfaite actuellement.
pecore
D’accord avec ton analyse que les avancées scientifiques apportent presque autant de nouveaux problèmes qu’ils n’en résolvent mais il s’agit surtout de motivations à l’instant T je pense. Ces 50 dernières années nos innovations allaient dans le sens de l’accroissement de la productivité et des technologies de confort, sans s’inquiéter des conséquences écologiques ou climatiques. C’était ce que les gens «&nbsp;voulaient&nbsp;» et c’est donc ce qu’on a recherché.<br /> Maintenant les gens commencent à flipper (un peu) pour l’avenir de leurs enfants alors les recherches vont s’orienter vers les énergies renouvelables et le fait d’avoir la plus faible empreinte carbone, ce sera la nouvelle tendance. Le boom des véhicules électriques en est la preuve.<br /> Pour les panneaux solaires sur les voitures je ne comprend pas non plus l’hostilité de certains et de toutes façons il n’a jamais été question d’une voiture qui marcherait uniquement au solaire je pense mais plutôt d’une voiture qui se rechargerait en partie grâce au solaire, ce qui épargnerait le réseau et le portefeuille.
phoenix206
J’espère sincèrement que ton analyse est la bonne sur le changement car le réchauffement climatique est vraiment quelque chose qui me fait très très peur. Chaque été j’ai peur d’une canicule plus violentes que celle l’année précédente…<br /> Je pense que tu as en partie raison car les jeunes nouvelles génération sont dans cette peur, cette angoisse… Le hic c’est que la plupart des actionnaire, grand dirigeant sont actuellement encore des anciens avec la philosophie du «&nbsp;buisness as usual&nbsp;» mais j’espère que la roue va tourner
toug19
Et tu ta toiture, tu as combien de m², largement assez pour une voiture voir plus. L’installation de panneaux solaire devrait être obligatoire sur les bâtiments les mieux orientés et/ou publiques. La quantité d’énergie récupérable est phénoménale. Au lieu de ça certains monopolise des surfaces cultivable. Heureusement certains arrivent à faire de l’hybride production agricole/électrique.
zoup01
??? Je ne vois pas le rapport.<br /> Tu veux que j’installe à mes frais 30 m2 de panneaux solaires sur mon toit ? Pas les moyens !<br /> De toute façon, 30m2, ça fait une puissance de 3kw environ…très insuffisant pour une maison toute électrique.
KlingonBrain
oui, tout à fait d’accord, mais impossible, ou alors il faut que tout le monde adopte un mode de vie monacal<br /> Pas forcément.<br /> Il faut se demander si les gens passent vraiment du temps dans leur voiture par plaisir. Pourquoi ne pas donner à ceux qui le souhaitent plus de possibilités de moins utiliser leur voiture ?<br /> Il faut également se demander combien de produits et de services dans notre société sont inutiles et/ou redondants. Des produits qui n’existent qu’a cause de la folie de notre monde capitaliste qui met une pression de dingue sur chaque humain pour l’obliger à produire toujours plus (alors que l’humanité n’a jamais été aussi productive). Donc à travailler, donc à se déplacer tous les matins et à consommer de l’énergie.<br /> Et parce que ça ne suffit pas à occuper tout le monde, cette société de consommation folle produit des biens de plus en plus jetables.<br /> L’écologie, la vraie, c’est un meilleur mode de vie pour l’homme et plus de temps pour profiter de la vie.<br /> Mais pour cela, il faut se détourner de l’écologie dévoyée, l’écologie punitive, la pseudo écologie poussée par le grand capitalisme qui veut en faire un moyen d’imposer de nouvelles contraintes et d’accepter une nouvelle forme d’obsolescence programmée.
KlingonBrain
Ça c’est la théorie, et ce serait bien qu’on s’en approche en pratique… Mais la réalité en est bien loin, et on sait bien que l’écrasante majorité des voitures ne vont pas durer aussi longtemps…<br /> La plupart des bonnes voitures sont capable d’atteindre les 30 ans d’age sans souci majeurs. Et je peux vous citer pléthore d’exemples sur des modèles populaires, qu’ils soient français ou étranger.<br /> Sauf que notre société a inventé pléthores d’incitations à les mettre à la casse de manière anticipée. La réalité c’est qu’on détruit tous les jours quantité d’automobiles dont la majorité des composants sont encore en excellent état.<br /> Quelqu’un qui roule aussi peu, c’est une aberration écologique qu’il possède une voiture… Et les 3m² de panneaux solaires qu’il monopoliserait avec une telle voiture seraient autrement plus utiles sur un toit de bâtiment ou dans une centrale solaire…<br /> Non, ce n’est pas une aberration. Car une voiture qui roule peu durera d’autant plus longtemps. Et bien souvent servira à des tâches plus essentielles.<br /> Une centrale thermique à flamme garde de manière générale un bien meilleur rendement qu’un moteur thermique de voiture. D’abord parce que son rendement effectif moyen est proche de son rendement maximal (ce qui est très loin d’être le cas dans une voiture), ensuite parce que de plus en plus souvent la chaleur résiduelle est récupérée, soit pour un second étage de production électrique (cycle combiné), soit pour alimenter des réseaux de chaleur (cogénération). On arrive ainsi à des rendements qui peuvent dépasser 60%.<br /> Sauf que dans les centrales thermiques fonctionnant au charbon, dans la vraie vie, on est très, très loin des 60% de rendement.<br /> Et la cogénération et autres «&nbsp;idées géniales&nbsp;» que certains agitent depuis… des décennies, mais qu’on ne parvient pas à généraliser, parce qu’elles se heurtent à de nombreux problèmes pratiques.<br /> Parce que la chaleur se transporte très mal, il faut se trouver proche des lieux d’habitation. Mais qui veut d’une centrale à charbon(et ses particules) sous ses fenêtres ? Sans parler du danger, ce qui suppose d’occuper une place très importante.<br /> Bref, au risque de me répéter, les choses ne sont pas simples.<br /> Parce qu’on ne vit pas dans un monde à ressources infinies et qu’il est grand temps de penser à l’optimisation de l’utilisation qu’on fait de nos ressources…<br /> Avec le temps, quoi qu’on fasse, les ressources rares finiront par s’épuiser. Ce que vous préconisez n’aboutira qu’a gagner un peu de temps.<br /> Avec le temps, soit on arrivera à recycler, soit on utilisera des éléments plus abondants.<br /> La solution, en attendant, c’est plutôt de faire durer les biens, d’arrêter de jeter. Et surtout, de garder précieusement tout déchet contenant des matières rares dans l’attente d’un futur recyclage.<br /> Si avec le même panneau solaire, on peut espérer une production d’électricité sensiblement supérieure en le mettant sur un toit de maison plutôt que sur un toit de voiture, alors le choix raisonnable est de le mettre sur un toit de maison…<br /> Sauf que dans les grandes villes, la surface de toiture par habitant est réduite. Et il n’est pas forcément aisé d’installer des panneaux sur tout types de toitures.<br /> Sachant que les automobiles occupent une surface importante dans les rues, cela peut rester une option intéressante, quand bien même le rendement est moindre.<br /> Il faut également voir le fait que cela économise du cuivre. Même dans une ville super écolo, regardez combien de places sont électrifiées : pas beaucoup. Imaginez combien de ressources cela représenterait s’il fallait les équiper toutes. Et je ne parle même pas de l’entretient de ces bornes et prises sur la voie publique qui sont exposées au soleil et aux éléments.<br /> Bref, si certains roulent peu et qu’un panneau sur le toit permet de se passer de branchement, et bien tant mieux pour tout le monde. Ca sera autant de dépenses en moins. Et ça sera aussi plus facile de trouver un stationnement.
Yves64250
«&nbsp;batterie de 64kWh (soit l’équivalent de 6.4L de gasoil)&nbsp;»<br /> La batterie fait 500 a 600 kg,soit le poids de 7 personnes,6.4 litres de gasoil ça fait 6.4 kg.<br /> Le diesel a moins de rendement mais amène plus de personnes a poids égal.
Goodbye
C’est juste, mais pourquoi pas en avoir et sur la maison, et sur la voiture ?<br /> L’idée je pense, c’est surtout de gratter des KM/de l’énergie quand elle bronze dans la rue la journée
keyplus
apres tesla on va avoir droit à nivéa😎
_Dorsoduro
Une petite vidéo instructive sur les frais cachés liés à l’utilisation du pétrole. les pro du mazout devraient en prendre connaissance. leur arguments sont valables mais ils oublient les chaînes de production/distributions qui sont aussi tres énergivores. un plein de mazout à 12 ou 10kwh / litre c’est bien. mais combien sera effectivement utilisé pour se déplacer. le rendement maxi d’un moteur thermique est de 40%. En réalité dans nos vies quotidienne on est moyenne entre 14 et 26 % au roue. les joies sur notre façons de rouler pas optimum.<br /> https://www.youtube.com/watch?v=nrMHM7fXKsM&amp;t=669s
fg03
Si on parlait de bateaux ou de solution à la montagne avec toute la réverbération qu’il y a la je dis pourquoi pas… mais pour des voitures qu’est ce qu’on va se faire chier à mettre une surcouche à la voiture… on veut vraiment faire des voitures à 50,000 euros minimum.<br /> Suffit d’avoir des solutions panneaux solaire pour les habitats, des standard de forme pour les batteries et la batterie que l’on obtient à la maison on l’utilise dans le petit emplacement de la voiture dédié aux petits trajets quotidien… qu’est-ce qu’on se fait chier a transformer une voiture en toiture solaire !!<br /> C’est comme ces téléphones qui faisait 3,5 pouces en 2007 et font 6,5 pouces tout ça parce que les gens mélangent les usages et maintenant ils ont une mini tablette parce qu’ils sont accrocs aux écrans.
nirgal76
L’intérêt doit être à peu près équivalent à celui de la route solaire à Ségolène.
montagne04
Effectivement, les lois de la physique sont sans appel : les réserves de pétrole ne sont pas inépuisables.
manycalavera
Elle ressemble à une CX.<br /> cxdturbo3231×2377 857 KB
Coccinellevw34
Bon projet, mais y avait KITT K2000 qui roulait illimité ils sont en avance !
jedi1973
Rien qu’un panneau solaire sur le toit peut etre deja une solution: en effet, la majorité des gens qui roulent , qui vont au travail, font entre 5 et 30km par jour . Donc, le peu de consommation devrait etre largement compensée par la recharge une journée entiere ( un simple panneau sur le toit ( et le coffre avant) ne peut pas charger 10% de la batterie en une journée ( 7h apres) ???) . Si pas trop loin, une recharge «&nbsp;prise de courant&nbsp;» une fois par semaine ou tous les 15 jours est possible . Ca regle pas le probleme des gens qui sont toute la journée sur la route mais c’est un debut. On attendra encore 10ans pour avoir une autonomie de 1000km…Faut faire avec pour l’instant…
jedi1973
J’ajouterais qu’il existe un concours annuel de record d’autonomie avec 1L d’essence ( cf Dans le cadre de l’Éco-marathon Shell Europe, le record est actuellement de 10 017 kilomètres pour 1 litre équivalent essence, soit une consommation de 0,01 l /100 km. Il a été réalisé par une équipe de Polytech Nantes. Et encore, cette consommation inclue de rouler avec un conducteur et un «&nbsp;kart&nbsp;», soit environ 60 a 70kg de charge ) . Personne n’a pensé a adapter ce moteur ultra economique a la recharge d’une batterie de voiture electrique ? ( cette recharge, en route ou garé, normalement , devrait augmente considerablement l’autonomie passant de 300km( au mieux) a 500/600km ) .
blackdoor
Le concept est intéressant et l’idée a déjà été vue il y a 45 ans dans la série «&nbsp;l’age de cristal&nbsp;» ! C’est de l’énergie gratuite récupérée pour ceux qui laissent leur voiture électrique toute la journée au soleil . Evidemment, ca ne peut que s’améliorer donc c’est une bonne voie .
cpicchio
Concept bancal : c’est complexe à intégrer, en cas d’accident, cela coûte un bras, risques de vandalisme / vol pour un gain très faible (recharge en roulant anecdotique à ce stade).<br /> Le solaire oui, mais sur un toit (qui n’exclue pas de brancher sa voiture à cette source d’énergie).
Catstom
Ça dépendra surtout de l’endroit. Ce sera nettement plus avantageux d’en avoir une a Nice qu’à Brest…
AlbRt0
Vu que les bagnoles restent 90% du temps dehors à prendre de la place pour rien, pourquoi pas. Mais dès lors pourquoi ne pas inventer un système encore plus avancé, de type biologique ? Par exemple, utiliser un arbre à feuilles photosynthétiques qui consommerait du carbone tout en protégeant les véhicules des rayons ardents du soleil ? En fait planter des arbres.
MattS32
jedi1973:<br /> Personne n’a pensé a adapter ce moteur ultra economique a la recharge d’une batterie de voiture electrique ?<br /> Aucun intérêt… L’autonomie exceptionnelle de ces voitures de l’éco-marathon ne vient pas de leur moteur, mais de tout le reste de la voiture (ultra légère, ultra aérodynamique, quasiment pas de freins, aucun confort, aucun équipement multimédia, conducteur couché…) et d’une mesure faite à faible vitesse (25 km/h à peine). Le rendement moyen d’un moteur thermique classique de voiture est de l’ordre de 20-25%, donc en ne jouant que sur l’optimisation du moteur, on peut au max espérer atteindre 1l/100 km (et encore, ça c’est si on atteignait 100% de rendement, en réalité même en théorie le 100% n’est pas atteignable sur un moteur thermique de mémoire le maximum théoriquement possible est de l’ordre de 60%).<br /> Accessoirement, le record de l’éco-marathon avec 1 l d’essence, c’est de 28000 km. Le record à 10 000 km, c’est avec une voiture électrique (ils parlent de «&nbsp;1 litre équivalent essence&nbsp;», donc en fait 9.4 kWh d’électricité). Ce qui montre que niveau motorisation essence, le record a un moteur avec un rendement de l’ordre de 28%, à peine meilleur que celui d’une voiture classique (en fait même moins bon, car eux ils arrivent à 28% en exploitant le moteur à son meilleur rendement, alors que dans une voiture classique les 20-25% de rendement c’est une moyenne, avec inévitablement des phases où le rendement est moins bon, au max il dépasse 30%).
MattS32
AlbRt0:<br /> Vu que les bagnoles restent 90% du temps dehors à prendre de la place pour rien, pourquoi pas<br /> Sauf que même dehors à prendre de la place pour rien, quasiment aucune surface de la voiture n’a le bon angle d’inclinaison pour maximiser le rendement du panneau solaire, et aucune place de stationnement ne permet d’avoir une exposition optimale tout au long de la journée (et je dirai même plus : on cherche à stationner sur des places le moins exposées possible, pour pas qu’il fasse trop chaud dans la voiture quand on la reprend)…<br /> Au final, le panneau sur la voiture sera quoi qu’il arrive très largement sous-exploité : le même panneau installé de façon fixe sur un bâtiment ou dans un champ produira beaucoup plus d’énergie pour la même empreinte environnementale (en fait, sans doute même légèrement moindre, puisque le poids du panneau solaire va aussi augmenter la consommation de la voiture, ce qui ne sera pas le cas s’il est installé ailleurs).
jardinero
Moi j’achète, plus de 330 jours de soleil par an ,la ville à 15 km ,reste la capacité de transport pour qq legumes pour le marché du samedi .<br /> Parceque le diesel à prix très variable ça suffit.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers articles

Qu'est-ce que le split tunneling et à quoi ça sert ?
Akatsuki, la petite sonde pour observer la météo de Venus
Mais au fait, c’est quoi Falcon 9 ?
Que veut dire VPN ? Définition complète d'un réseau privé virtuel
VPN ou proxy : quelles différences ?
Est-ce légal de contourner le filtre géographique de Netflix avec un VPN ?
Un VPN me protège-t-il d’un piratage ?
Mercury Seven, les pilotes américains à l'assaut de l'espace
Adeline : quand Airbus proposait son projet fou de réutilisation
Quels changements pour Vega-C, l'amélioration du petit lanceur européen ?
Haut de page