Jachère : votre chronique SF découvre une Terre hors du temps

Johan Gautreau
Expert objets connectés
12 juin 2021 à 11h11
2

Que se passerait-il si notre bonne vieille planète bleue était débarrassée du genre humain pour plusieurs milliers d’années ? Stéphane Desienne nous en donne un aperçu avec Jachère, un roman SF bourré d’action, de complots et de « post-humains » !

Clubic aime la science, Clubic aime l'avenir, Clubic aime la science-fiction. Avec · S | F · nous vous partagerons régulièrement nos recommandations dans le domaine de l'imaginaire : littérature, bande dessinée mais aussi films...  

Nous nous donnons 5 citations et 5 paragraphes pour vous convaincre.

Jachère (2020)

Stéphane Desienne

Tout comme Olivier Saraja , Stéphane Desienne est un auteur français que j’ai découvert à l’époque où la maison d’édition Walrus existait encore. J’ai immédiatement accroché à ses romans, en particulier la série Toxic, mêlant aliens, post-apocalypse et… zombies !

Stéphane est un auteur à l’imagination débordante, capable de créer des univers totalement improbables et pourtant cohérents. J’ai donc jeté cette semaine mon dévolu sur Jachère, l’une de ses dernières productions. Ici, pas de zombies ou d’extra-terrestres mangeurs de phalanges – ça sera pour une autre chronique, promis – mais un roman d’anticipation très prenant dont l'enjeu est l’avenir de la planète Terre. Classique, me direz-vous…

Sauf que l’ami Stéphane met une fois de plus à contribution son imaginaire débridé pour faire partir l’ensemble sur une pente bien savonneuse, mélangeant complots, déformations temporelles et traîtrises en tous genres. Ça promet !

« Euh, je ne voudrais pas interrompre votre petite récréation, mais on a de la visite »

Il y a une chose à savoir sur les romans de Stéphane Desienne : ils sont riches en personnages. Jachère ne fait pas exception à la règle et vous demandera de composer avec pas mal de protagonistes.

L’histoire que je vais vous narrer aujourd’hui commence avec un contrôle policier du vaisseau Flambeuse d’Aquitaine. Un navire de transport spatial tout ce qu’il y a de plus classique dans le futur, suspecté ici de transporter une cargaison illégale. L’occasion pour nous de rencontrer les futurs découvreurs du terrible secret que cache le projet « Jachère ».

En effet, dans le futur, les humains ne vivent plus sur Terre. Surpeuplé, à l’agonie, notre monde avait besoin d’un reboot complet, débarrassé de toute présence bipède. L’humanité a ainsi quitté son berceau avec interdiction formelle d’y remettre le pied sous peine de mort immédiate. Le récit commence un peu moins de 500 ans après cet exode forcé, alors que l’Espace Humain est fort d’une centaine de planètes colonisées. Les choses n’ont pas vraiment changées dans le fond : de grosses sociétés sont aux commandes, l’argent est roi. Bref, l'humain reste fidèle à lui-même.

Dans ce contexte, plusieurs personnages de divers bords vont se rejoindre : d'un côté des contrebandiers, de l’autre des flics, ou encore des scientifiques. Et tous vont se retrouver à poursuivre un seul et même objectif : ramener vivant un homme nommé Delias. Un humain pas comme les autres qui vit… sur Terre !

« Dans deux ou trois semaines, il atteindrait son but. Une terre promise coincée entre le désert et l’océan […] Un endroit où quelqu’un l’attendait. Le point de départ d’une nouvelle vie. La dernière »

Faisons un petit focus sur ce fameux Delias. À priori, il n’a rien de bien différent d’un humain classique. Deux bras, deux jambes, une tête. Son histoire se dévoile à nous peu à peu, au travers de ses souvenirs enregistrés par un appareil nommé « scripteur ». On apprend ainsi qu’il est reconnu comme « le guérisseur » par ses pairs. Il semble que son sang soit capable de miracles, pouvant guérir les maladies des tribus disséminées sur Terre. On comprend mieux pourquoi le bonhomme est la cible de toutes les convoitises…

Il y a d’ailleurs un petit détail dont je dois vous faire part : la Terre en jachère ne vit pas au même rythme que le monde extérieur. En fait, le temps sur la planète bleue s’écoule dix mille fois plus vite qu’ailleurs. Là où les humains pensent n’avoir quitté leur habitat naturel que depuis cinq cents ans, plus de cinq millions d’années se sont en fait écoulées. Oui, ça donne le vertige !

Ce phénomène temporel est l’un des éléments charnière du livre de Stéphane Desienne. Il impose au début de la lecture une certaine souplesse d’imagination, demandant de naviguer entre deux zones temporelles distinctes. L’auteur français s’en tire toutefois avec brio pour clarifier les choses et ne pas perdre le lecteur dans de lourdes circonvolutions mathématiques. On comprend alors pourquoi Delias parle sans cesse de « ses vies » et pourquoi il est cité durant des siècles dans les écrits des tribus qui peuplent maintenant la planète.

« J’ai besoin de savoir si un traître se cache parmi les membres de mon équipage »

Vous l’aurez compris, Delias est le genre de personne qui attise l'intérêt de pas mal de monde. L’équipage de la Flambeuse d’Aquitaine va non seulement devoir le récupérer, mais aussi faire face à un traitre dissimulé dans ses rangs. Tout ça en évitant de tomber entre les mains de Jason Halifax, un flic pour le moins zélé qui ne compte pas lâcher l’affaire.

Derrière chacune de ces factions se dissimulent des forces encore plus grandes. D’un côté, on a la société Blue Horizon, détentrice du contrat de la Jachère, mais qui semble cacher de lourds secrets. De l’autre, on a des agents infiltrés de Kathedrale, une sorte de société religieuse secrète aux griffes longues. Et enfin on a le mystérieux traître, lui aussi décidé à mettre la main sur Delias pour le compte d’une autre grande société. Amis amateurs de complots, vous allez vous régaler avec Jachère !

La tension monte lentement mais sûrement tout au long du roman. Les desseins de chacun ne sont révélés qu’au compte-goutte. Et on se rend compte que les traîtres ne sont pas forcément ceux qu’on imagine au premier abord. Ce côté « grand complot interstellaire » m’a scotché du début à la fin. C’est un véritable plaisir que d’assister à ces revirements d’alliances, ces petits coups bas et autres crasseries que se font les personnages entre eux.

« Selon vous, que se passera-t-il quand quatre-vingt-dix milliards de Cro-Magnons nourris au néo-capitalisme apprendront l’apparition de cette nouvelle espèce ? »

Parlons maintenant un peu de la Terre. Placée sous un voile accélérant le temps, cette dernière a eu le temps d’évoluer de façon drastique. Les continents se sont déplacés, le climat a changé. Les traces humaines précédant l’exode ont quasiment disparues. Et pourtant, des humains vivent toujours à sa surface. Ce ne sont que des tribus éparses, restes des quelques réfractaires au grand voyage qui refusèrent de quitter leur nid il y a 500 ans. Ou plutôt 5 millions d’années, selon le point de vue !

Une fois arrivés sur la planète bleue, nos héros vont vite faire connaissance avec ces primitifs. Et ils vont découvrir que ces derniers sont pour le moins surprenants… Armés de simples lances et de peaux de bêtes, ils arrivent à mettre à genoux les unités militaires d’élite de Blue Horizon venues récupérer Delias. Un exploit inhumain. Ou plutôt « post-humain ». Car c’est bien de ça qu’il s’agit : les humains de la Terre n’ont plus grand-chose à voir avec leurs ancêtres partis dans le sombre espace. D’où leur viennent leurs capacités ? Comment se fait-il qu’en cinq millions d’années ils ne soient pas plus nombreux et avancés technologiquement ?

Toutes les réponses se trouvent à la fin de Jachère. Je peux juste vous divulguer que la société Blue Horizon n’y est pas étrangère. La vérité n’est pas belle à découvrir pour notre équipage de contrebandiers, ni pour les agents de Kathedrale, tous réunis sous la même bannière par la force des choses…

« Bienvenue dans la famille, Marcus. »

Vous n’imaginez pas à quel point ça me démange de vous révéler toutes les intrigues renfermées dans Jachère. Je suis passé d’un complot à un autre avec délectation, suivant avec avidité les aventures de Delias dans un monde qui le dépasse. Une fois de plus, Stéphane Desienne a su me faire voyager dans un de ses univers incroyablement riches. Son style permet une immersion immédiate malgré les nombreux personnages en jeu. J’ai ainsi retrouvé ce frisson de plaisir que j’avais ressenti à la lecture de Toxic ou encore Zoulag.

Comme vous pouvez vous en douter, je vous recommande chaudement la lecture de Jachère. Il y a de quoi contenter les amateurs de SF de tout poil. Ce livre est indéniablement très dense, tout en restant simple à lire.

Sur ce, je profite de la conclusion cette chronique pour vous annoncer que ma prochaine lecture sortira du cadre habituel. On y parlera SF bien sûr, avec un sujet brulant : le post-humanisme. L'occasion de faire un peu chauffer nos neurones entre amateurs de futurisme et de bonnes lectures. En attendant, longue vie et prospérité à tous !

Jachère (2020) est édité chez Les Éditions du 38 en version papier. Il est aussi disponible sur 7Switch en version EPUB et sur Amazon en version Kindle .

À la recherche d'un roman, d'un film ou d'une BD ?

Retrouvez ici tous les épisodes de notre chronique · S | F ·

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Obsolètes : votre chronique SF sera-t-elle surpassée par les IA ?
Sélénie : trouvez refuge sur la face cachée de la Lune
Wall-E : deux robots qui s'aiment pour sauver la planète ?
Phobos : embarquez pour une télé-réalité spatiale à haut risque vers la planète rouge
Netflix signe un accord avec Spielberg pour plusieurs films par an
Le Dernier Voyage : l'apocalypse au clair de lune
La revue Métal Hurlant est de retour : rencontre avec Vincent Bernière, son nouveau rédacteur en chef
Twitch a 10 ans : retour sur un pionnier du stream en direct et sur l'avenir de la plateforme
Asus ROG sort son premier manga dédié au... streaming ! Découvrez les premiers chapitres
Eden : à la recherche du paradis au cœur d'une pandémie
Haut de page