Intercosmos : l'URSS invite ses partenaires jusque dans ses stations orbitales

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
26 mars 2023 à 17h00
13
Le logo du programme, qui reprend le visuel du monument des Conquérants de l'espace (Moscou) © N.A.
Le logo du programme, qui reprend le visuel du monument des Conquérants de l'espace (Moscou) © N.A.

Coup de génie pour la communication et la coopération scientifique, le programme Intercosmos propose aux pays « amis » de l'Union soviétique d'envoyer leurs expériences en orbite, puis leurs astronautes. Des coûts partagés, l'esprit communiste mis en avant… De quoi donner des idées, même au camp d'en face.

Les missions de « visite » sont reprises, jusqu'à aujourd'hui.

Tous les rouges ne se valent pas

Même si l'on a pris coutume de considérer lors de la guerre froide le bloc de l'Est comme une entité unique, il faut se souvenir qu'historiquement, il y a une différence majeure entre l'Union des républiques socialistes soviétiques (l'URSS, que l'on abrège généralement en Union soviétique) et les pays dits « de l'Est » qui furent sous domination communiste après la Seconde Guerre mondiale : Allemagne de l'Est, Pologne, Hongrie, Serbie, ex-Tchécoslovaquie, Bulgarie et Roumanie. Même si elles sont dans le giron moscovite, ces nations gardent leur identité. Elles ne sont pas intégrées à l'URSS comme d'autres républiques, le Kazakhstan, les pays baltes ou l'Ukraine, par exemple. Cette distinction est loin d'être anecdotique, et il en va de même pour l'exploration spatiale.

Ainsi, les cosmonautes des sélections soviétiques venaient de toute l'URSS (comme Pavel Popovitch sur Vostok-4 qui était ukrainien), mais pas des nations indépendantes pourtant alliées. Et c'est aussi valable pour les instituts de recherche, et donc les expériences spatiales à embarquer sur les satellites soviétiques.

Au milieu des années 60, lorsqu'il devint évident pour les deux grandes puissances que l'espace se dirigeait lentement vers un usage plus ouvert, chacune a adapté sa stratégie. On a parlé du lanceur Scout américain, qui a permis aux États-Unis d'ouvrir leur savoir-faire à leurs partenaires. L'URSS met en place un programme différent avec ses alliés : Intercosmos (ou Interkosmos). Ce dernier repose sur la coopération bilatérale, d'abord avec des expériences. Chaque nation peut injecter la somme qu'elle souhaite pour développer ses charges utiles scientifiques, et l'URSS se charge de les envoyer en orbite avec ses satellites.

Et cela tombe bien, car cela ne fonctionnera pas que pour les satellites, mais aussi pour les astronautes © URSS / Spacefacts.de
Et cela tombe bien, car cela ne fonctionnera pas que pour les satellites, mais aussi pour les astronautes © URSS / Spacefacts.de

L'intersyndicale du cosmos (non)

Intercosmos, mis en place en 1966 sous la forme d'un conseil central sous la direction de l'Académie des sciences soviétique, regroupe, en plus de l'URSS, huit pays alliés : l'Allemagne de l'Est, la Pologne, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie, l'ex-Tchécoslovaquie, la Mongolie et Cuba. Le véritable nom « Intercosmos » ne sera adopté que plus tard, tout comme le Viêt Nam deviendra à son tour une nation partenaire.

Tout commence donc par quelques tirs de fusées-sondes et de satellites. L'URSS dispose alors d'une famille de satellites baptisée DS (pour satellites de Dnipropetrovsk), qui fut un temps concurrente de celles d'autres bureaux d'études plus centrés sur Moscou (Dnipro est aujourd'hui une ville dans le centre de l'Ukraine). Mais l'Union soviétique a su évoluer pour proposer à partir de 1963-64 des satellites « universels », très en avance sur leur temps.

Un satellite DS-U3-IK développé pour le programme Intercosmos © KB Youzhnoïe
Un satellite DS-U3-IK développé pour le programme Intercosmos © KB Youzhnoïe

À partir de la même idée utilisée aujourd'hui pour certains opérateurs et constellations, le constructeur propose une famille de satellites équipés du même « bus » (propulsion, production électrique, orientation, réservoirs, communications, orbite) qui peut être équipé ou adapté pour différentes charges utiles. Et ça marche !

La première véritable mission d'Intercosmos a lieu le 14 octobre 1969. Il s'agit d'envoyer un satellite d'étude des émissions solaires, avec des participations allemande, polonaise et tchécoslovaque. Mais bientôt, l'URSS pourra proposer encore mieux à ses partenaires, puisqu'elle va travailler d'arrache-pied dans la décennie 1970 pour mettre en place son nouveau pilier de la stratégie spatiale : les stations orbitales.

Visites de courtoisie

Comme nous l'avons vu au fil de nos articles précédents, le déploiement de la première génération de stations est laborieux, techniquement complexe et même dangereux. Mais il aboutit au développement d'un deuxième volet qui mènera en septembre 1977 au décollage de Saliout 6. Cette dernière dispose enfin d'une capacité d'accueil pour deux véhicules. De quoi organiser une occupation en permanence avec des rotations d'équipage, mais aussi faire « monter » en orbite des équipes pour des visites de courte durée, avec des spécialistes de mission et des cosmonautes d'autres pays.

Ce schéma original permet aussi de diversifier les missions de l'équipage « permanent », de renouveler leur capsule Soyouz et d'apporter un peu de matériel. Des bénéfices sur tous les plans ! Pour cela, pas question néanmoins de faire l'impasse sur la formation. Les cosmonautes « étrangers » doivent être aussi capables que les locaux.

L'écusson de mission de la première aventure est-allemande en orbite, avec le cosmonaute Sigmund Jähn (oui, celui dont il est question dans Good Bye Lenin) © Zvezda / Spacefacts.de / Spacepatches.nl
L'écusson de mission de la première aventure est-allemande en orbite, avec le cosmonaute Sigmund Jähn (oui, celui dont il est question dans Good Bye Lenin) © Zvezda / Spacefacts.de / Spacepatches.nl

Bienvenue en URSS

Ainsi, à partir de décembre 1976, la très fermée « Star City », le centre de formation des cosmonautes soviétiques, ouvre ses portes à plusieurs candidats cosmonautes des pays signataires d'Intercosmos. Une réalité cruelle frappe pourtant les futurs diplômés : il s'agit de vols de prestige et de missions uniques pour les partenaires, aussi les nations qui envoient deux candidats auront forcément à décider à un moment de leur formation lequel ira en orbite, et lequel aura peut-être été formé 18 mois pour rien.

Le premier à voler est le Tchécoslovaque Vladimir Remek, qui décolle en février 1978 pour rejoindre la station Saliout 6 à l'occasion d'une mission d'une semaine. Ce succès sera suivi de deux autres vols la même année. L'astronautique entre dans une nouvelle ère qui dépasse celle des 17 premières années au cours desquelles les vols se partageaient entre les États-Unis et l'URSS, avec la participation des Allemands, des Polonais et des Tchécoslovaques, entre autres. Plus symbolique encore, ce sont les pays communistes et amis de l'Union soviétique qui en bénéficient en premier. Le programme concurrent avec la navette américaine de ses propres partenaires internationaux devra attendre de longues années.

Quand Intercosmos se fond dans quelque chose de plus grand

Les « premières » se multiplient. En 1980, pour le sixième vol habité d'Intercosmos, c'est le Vietnamien Pham Tuân qui s'envole depuis Baïkonour et devient le premier représentant d'une nation d'Asie en orbite autour de la Terre. Suivront d'autres pays comme Cuba, la Mongolie, mais aussi d'autres partenaires.

En effet, en 1979, la France signe avec l'Union soviétique un accord et envoie ses deux premiers candidats astronautes passer la même formation que les autres à Star City. Le résultat est bien connu, celui du vol PVH du Français Jean-Loup Chrétien en 1982. La mission est souvent associée au programme Intercosmos, et elle est établie sur des bases similaires, tout comme plusieurs charges utiles scientifiques françaises voleront sur des satellites de l'URSS dans ces mêmes années. Pourtant, la France n'a pas été une nation officiellement partenaire d'Intercosmos. Affaire de sémantique comme de politique, le pays était à l'époque non aligné.

Là encore, deux astronautes en formation, mais seul Jean-Loup Chrétien partira pour l'espace en Soyouz © AFP
Là encore, deux astronautes en formation, mais seul Jean-Loup Chrétien partira pour l'espace en Soyouz © AFP

Par la suite, de nombreuses nations indépendantes passent elles aussi des accords de coopération astronautique avec l'URSS qui reprennent tous les mêmes bases qu'Intercosmos. Elles seront également associées, même si elles ne servent pas intégralement les mêmes objectifs scientifiques que ce que l'Académie des sciences avait mis en place.

La riche descendance d'Intercosmos

Le programme soviétique en tant que tel n'a plus lieu d'être, il a déjà inspiré et posé des principes qui se répandent dans les années 80, avec les succès des stations soviétiques de longue durée Saliout 6, 7 et Mir. Des astronautes syriens, indiens, afghans et même, lorsque les relations se réchauffent avec l'Occident (avant la chute de l'URSS) au tournant des années 90, l'astronaute anglaise Helen Sharman et l'Autrichien Franz Viehböck voleront ainsi avec des conditions similaires.

De leur côté, les Américains ont bien compris ce rayonnement culturel, la dimension internationale et l'exceptionnel impact de communication de ces coopérations qui verront aussi le jour dans les années 80. Avec la fin de l'Union soviétique, ils verront même dans cette filière la possibilité de gagner des compétences qu'ils n'ont pas avec le programme de navettes et de coopérer avec leurs adversaires d'alors. Tout n'est pas lié à Intercosmos, mais c'est grâce à ces accords et ces premiers échanges avec d'autres nations que tout est (déjà) en place pour des coopérations à plus large échelle dans la nouvelle Russie.

Bienvenue sur Mir ! © NASA
Bienvenue sur Mir ! © NASA

Les concepts posés par Intercosmos pour les satellites sont aujourd'hui répandus entre différentes agences tout autour du monde pour leurs collaborations. Les laboratoires français par exemple envoient leurs instruments sur des plateformes de la NASA, mais aussi des satellites de recherche chinois, des sondes européennes ou indiennes… Dans le cadre d'accords entre agences, des astronautes volent à bord de différents véhicules en direction de la Station spatiale internationale.

Depuis la (ré)ouverture des vols commerciaux avec SpaceX, on assiste même à une nouvelle poussée des missions courtes pour nations qui veulent davantage s'investir dans l'astronautique, avec des places vendues à des agences étrangères plutôt qu'à des touristes. C'est le cas notamment du vol de la mission commerciale Axiom 2 début mai, qui conduira deux astronautes de l'Arabie saoudite en orbite. Prestige, communication et collaboration : Intercosmos a une longue descendance…

Eric Bottlaender

Spécialiste espace

Spécialiste espace

Je suis un "space writer" ! Ingénieur et spécialisé espace, j'écris et je partage ma passion de l'exploration spatiale depuis 2014 (articles, presse papier, CNES, bouquins). N'hésitez pas à me poser v...

Lire d'autres articles

Je suis un "space writer" ! Ingénieur et spécialisé espace, j'écris et je partage ma passion de l'exploration spatiale depuis 2014 (articles, presse papier, CNES, bouquins). N'hésitez pas à me poser vos questions !

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news
Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (13)

Aegis
J’espère que l’auteur fait preuve d’ignorance et ne fait pas de la propagande. Dire que les pays du bloc de l’Est étaient « des nations indépendantes pourtant alliées » qui gardaient leur identité est une honte.<br /> Un rappel de quelques chiffres:<br /> Rébellion en Hongrie - 1956 : 205 personnes tues part des chars<br /> Répression en Pologne : 22 a 54 milles personnes exécutées par le régime<br /> Tchécoslovaquie: 137 morts pendant l’invasion d’août 68<br /> Albanie : 5 a 25 milles morts<br /> Etc.<br /> La majorité de ces pays a tellement apprécié l’alliance qu’ils sont les premiers à lutter contre Poutine.<br /> Et non ce n’est pas un hors sujet, l’article parle clairement de coopération pour décrire des pays envahis.
ebottlaender
Toujours de la sympathie pour les auteurs, comme on peut le constater lorsqu’on me traite d’ignorant dans la première ligne, ça donne vraiment envie d’échanger avec vous. Oui, les nations en tant que telles, via leurs gouvernements, étaient des alliées de l’Union Soviétique. C’est ce qu’on a appelé plus de 30 ans « le bloc de l’Est », dont de nombreux membres faisaient d’ailleurs partie du Pacte de Varsovie.<br /> Oui, ces gouvernements ont opprimé leur population, tué de nombreux opposants, envoyé les autres en camp de prisonniers, etc. Ca ne change rien au propos. Et ils ont bien été mis en place directement via l’URSS, qui pilotait les opérations. Néanmoins, elles ne faisaient pas partie de l’Union Soviétique et n’ont pas été absorbées par elle, elles sont restées des nations et c’est bien de cela dont on parle dans l’article. Ce n’est pas totalement hors sujet, mais ça n’est pas sympathique non plus, votre façon d’écrire, parce que le centre de l’article ce n’est pas l’oppression des populations (qui ne fait aucun doute, et ça n’enlève absolument rien à l’horreur de la situation) mais la coopération stratégique entre nations. Et écrire qu’Intercosmos n’est constitué que de pays envahis n’est pas bien malin non plus : Cuba, le Vietnam, la Mongolie ont bien été communistes, mais jamais envahis par Moscou.<br /> La destinée des peuples et de leurs gouvernements après la chute de l’URSS s’est évidemment retournée contre ceux qui ont durant 30 ans appliqué leur modèle sur place (notons, ça n’a pas été partout pareil entre la Biélorussie, par exemple, ou les pays Baltes).
nap1805
Toujours aussi excellents ces articles. Bravo! Plaisir du weekend :).
Chris007
Un peu Hors sujet mais la Russie va avoir beaucoup de mal à se relever de son invasion crapuleuse de l’Ukraine, dommage pour les Russes qui ont quelques choses entre leurs oreilles et temps pis pour les autres. Sinon l’article est très instructif.
Khris1295
@aegis : Ces pays étaient dans le giron soviétique, le souffle chaud de Moscou faisait tenir à leurs dirigeant la nuque bien droite, mais… ils ne faisaient pas partie de L’URSS, et tout ce qui est pertinent pour le sujet de l’article est posé dans le premier paragraphe.
JulienBache
Zut j’ai pas dégainé assez vite pour féliciter Éric pour ce super article… Il aurait été sympa le 1er commentaire mais en fin de page
os2
bof… il suffit de voir l’allemagne aujourd’hui pour en douter…
kanda
Super article, merci Eric!
Bilbo
La Russie est depuis toujours un grand pays scientifique ouvert à la coopération. La France en a profité sur les programmes tokamak (fusion nucléaire) et bien sûr dans le spatial comme vous le rappelez. Rien d’étonnant par contre si cette coopération devait désormais se limiter aux amis de la Russie, les sanctions occidentales ont créé une situation irréversible …
Aventurier
Bonjour,<br /> Si je puis me permettre également de parler de ce qui n’est pas le sujet principal…<br /> La Serbie, qui après la Seconde Mondiale, était sous la fédération de la Yougoslavie (composée pour rappel d’en plus de la Serbie, la Slovénie, la Croatie, la Bosnie et la Macédoine) de Tito, dictateur, qui n’appréciait pas vraiment qu’à l’époque le dirigeant soviétique, à savoir Staline, ordonne certaines choses. La relation était pas mal tendue. Tito n’avait d’autre choix que de s’orienter vers les anglais et le bloc de l’Ouest en général. Si les relations se sont apaisées à la mort de Staline et les dirigeants soviétiques suivants ont été plus cordiaux avec la Yougoslavie, cette dernière a surtout conservé des liens plus forts avec le bloc de l’Ouest.<br /> C’était un cas assez unique de l’époque du communisme.<br /> Bien entendu, le reste de l’article est de qualité.
f-dzt
Il ne manquerait il pas le Montenegro dans votre liste de la Yougoslavie ?
Aventurier
Oui le Monténégro aussi, on entre dans les détails.
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page