Deux cosmonautes russes préparent une sortie spatiale malgré un problème de scaphandre

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
30 août 2022 à 18h30
5
Russes EVA Orlan Août 2022 © Roscosmos
Oleg Artemyev, Denis Matveev et le troisième membre d'équipe russe actuellement, Sergei Korsakov © Roscosmos

Lors de la sortie extravéhiculaire du 17 août dernier, Oleg Artemyev a dû retourner en urgence brancher son scaphandre Orlan aux systèmes électriques du sas russe. Deux semaines plus tard, tout semble rentré dans l'ordre, et la prochaine sortie est prévue avec Denis Matveev le 2 septembre.

Les scaphandres américains ont aussi leurs problèmes.

Merci de brancher votre scaphandre

C'est un ordre assez inhabituel et qui a fait beaucoup parler de lui depuis la dernière sortie extravéhiculaire russe sur l'ISS, le 17 août dernier. Le cosmonaute Alexei Soloviev, depuis le centre de contrôle russe, a demandé à Oleg Artemyev, qui a constaté que l'alimentation électrique de son scaphandre fluctuait, de « laisser tout tomber et de revenir » au sas.

Il s'agissait là d'une mesure de protection, car les batteries des scaphandres modernes sont indispensables à leur bon fonctionnement. Elles alimentent notamment les communications, les ventilateurs qui font circuler l'air à l'intérieur ainsi que les pompes pour les fluides de refroidissement, ce ne sont donc pas de petits détails. Bien qu'il n'y ait pas de danger immédiat pour la vie de l'astronaute, il n'y a pas à hésiter : il a donc dû retourner se brancher dans le sas. Pour cela, il n'y a pas eu besoin de fermer l'écoutille et de repressuriser, un branchement externe est disponible et fait fonctionner le scaphandre avec l'électricité du compartiment, sur le réseau de l'ISS.

Prêts pour recommencer

La sortie spatiale du 17 août s'est donc finie en queue de poisson, et le deuxième cosmonaute Denis Matveev est lui aussi revenu au sas après 2 h 30 de travail à l'extérieur. Les autorités russes ont en effet préféré la prudence et demandé aux deux hommes d'écourter la sortie en repressurisant le module.

Les jours suivants, les équipes au sol et les occupants de la station ont tout de même estimé avoir couvert environ 50 % des tâches qui leur étaient dévolues pour cette sortie, ce qui, compte tenu des circonstances, est un joli progrès ! D'autant plus qu'après inspection (et de possibles réparations ou changements de composants), les cosmonautes préparent à nouveau leurs scaphandres pour une sortie qui devrait avoir lieu ce vendredi 2 septembre dans l'après-midi.

Sortie extravehiculaire © ESA/A.Gerst
Une sortie extravéhiculaire, quand tout se passe bien, est déjà un marathon physique et psychologique © Roscosmos

Le calme avant le retour sur Terre

Ce seront à nouveau Oleg Artemyev et Denis Matveev qui sortiront dans le vide spatial. Leur mission consistera à la fois à terminer les travaux laissés en plan à la mi-août, mais aussi à poursuivre l'installation et à améliorer les capacités du bras robotisé européen ERA sur les flancs du module russe Nauka.

À cette occasion, Oleg Artemyev réalisera la 8e sortie de sa carrière. Qui sera, il faut lui souhaiter, moins mouvementée que la 7e… Au sein de l'ISS, les travaux se poursuivent sereinement en cette fin août, sans la pression qui montera ces prochaines semaines pour terminer les expériences scientifiques avant les prochaines rotations d'équipages prévues après la mi-septembre et début octobre. À noter que côté américain aussi, il y a eu des soucis en début d'année avec les scaphandres (les EMU). Une unité en particulier a été amenée au sol via la dernière rotation de cargo Dragon pour être examinée en détail après une fuite d'eau dans le casque lors de l'EVA de l'Allemand Matthias Maurer.

Source :Space

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
5
gothax
Wahou ça fait peur heureusement que c’est des grands professionnels…<br /> Merci Éric pour ces nouvelles hebdomadaires
cid1
On a beau être Cosmonaute, il y a quand même des évènements imprévus qui arrivent, le matériel nous rappelles vite à la réalité, enfin je suis heureux pour Oleg Artemyev et Denis Matveev que tout ce soit bien passé quand même, c’est un métier dangereux.<br /> Merci Eric pour cet article.
_Troll
Je pense qu’il y a des systemes de securite en cas de panne de batterie ou d’electronique, pour laisser un minimum de temps de survie pour que la personnes puisse etre aide ou rejoindre sa base.
Palou
@_Troll : je n’ai pas lu l’article mais normalement il doit y avoir une ligne de vie comme pour les via ferrata
cid1
@ /Troll a écrit<br /> « Je pense qu’il y a des systemes de securite en cas de panne de batterie ou d’electronique, »<br /> L’article dis:<br /> "Lors de la sortie extravéhiculaire du 17 août dernier, Oleg Artemyev a dû retourner en urgence brancher son scaphandre Orlan aux « systèmes électriques du sas russe. »<br /> Si la batterie déconne et tombe en panne d’électricité, il va être un petit moment sur l’inertie du système, mais moins de 30 sec à 45 sec (estimation au doigt mouillé ^^)<br /> et il va devoir se brancher sur le système électrique du sas et probablement de l’air aussi le plus vite possible.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Craquez pour ce forfait mobile de 50 Go à prix exceptionnel !
Windows 11 : le gestionnaire des tâches bientôt accessible depuis la barre des tâches ?
Pourquoi l'Arabie saoudite va investir 37 milliards de dollars dans le jeu vidéo
Comment Bruce Willis va
Découvrez l'impressionnante IA de Meta, capable de générer des vidéos à partir de texte
Connaissez-vous les nombreuses qualités du VPN Surfshark disponibles à -82% ?
Ce pack contenant une Fire Stick TV et une Echo Dot est presque à moité prix !
Twitter vient de faire son premier tweet public édité
Maintenant que c'est disponible en France, comment faire tourner des apps Android sous Windows 11 ?
La PS5 est disponible en pack chez Cdiscount : il n'y en aura pas pour tout le monde !
Haut de page