La Corée du Nord aurait gagné 2 milliards de dollars grâce à un piratage mondial

Benoît Théry Contributeur
14 août 2019 à 13h51
0
Corée du Nord drapeau

C'est un chiffre vertigineux. Un rapport de l'ONU affirme que la Corée du Nord aurait mené une vaste campagne de piratage à l'échelle mondiale. Celle-ci, qui a essentiellement visé des banques et des plateformes de cryptomonnaie, lui aurait rapporté deux milliards de dollars.

Si les faits sont avérés, ce sont au total 17 pays qui auraient été touchés, à travers 35 cyberattaques. La volonté de la Corée du Nord, connue pour sa dictature militariste, est de financer son programme d'armement.

Des dizaines de cyber-attaques

Parmi les pays touchés par ces attaques, on compte Malte, le Costa Rica, le Guatemala, la Pologne ou encore l'Afrique du Sud. L'Inde, notamment, a subi trois attaques. Cela dit, la principale cible de cette campagne de piratage est la Corée du Sud, qui a subi à elle seule dix cyberattaques de la dictature voisine.

Les attaques visaient soit des institutions financières (les banques avant tout), soit des plateformes dédiées à l'échange de cryptomonnaie. La plateforme Bithumb a été attaquée au moins quatre fois, dont deux fois en 2017, pour un total volé de 14 millions de dollars. Plus tard, en juin 2018 et en mars 2019, la même plateforme a perdu respectivement 31 millions et 20 millions de dollars.

Trois méthodes ont été utilisées par les pirates : la première est l'utilisation du réseau SWIFT, normalement employé pour les transactions entre les banques. D'ailleurs, des systèmes de gestion de distributeurs de billets ont été hackés. La seconde méthode a été de pirater directement les échanges des amateurs de cryptomonnaie. Enfin, les hackers ont utilisé le « crypto-jacking » : il s'agit de pirater un ordinateur, puis d'utiliser ses ressources pour miner de la cryptomonnaie.


Un objectif clairement militaire

L'argent a transité via des milliers de transactions séparées, le rendant plus difficile à tracer. Selon le rapport, c'est le service chargé du renseignement nord-coréen (le Reconnaissance General Bureau) qui a dirigé ces opérations. Pour l'ONU, les méthodes utilisées ne nécessitent qu'un équipement léger : souvent, un simple ordinateur portable et une connexion Internet suffisent.

Si le chiffre de deux milliards de dollars est impressionnant, Pyongyang n'en est pas à son coup d'essai dans le domaine du piratage. En 2014, la Corée du Nord (avec une participation probable de la Chine) avait frappé les esprits en piratant le système informatique de Sony Pictures. La différence est, qu'à l'époque, la cible était culturelle et idéologique : peu après l'attaque, Sony Pictures avait annulé la sortie d'un film portant sur l'assassinat de Kim Jong-Un.


Cette fois, l'objectif est purement militaire. Le rapport précise que le pays « a continué à améliorer ses programmes d'armement nucléaire et de missiles ». La Corée du Nord cherche constamment de nouvelles manières de financer ses programmes (d'abord militaires). Les méthodes retenues sont souvent illégales, alors que la puissance économique du pays est désormais 50 fois inférieure à celle de la Corée du Sud.

Source : Engadget.
Modifié le 14/08/2019 à 14h04
5 réponses
6 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Netflix menace les partages de compte entre amis
La filière éolienne française se porte bien et continue de créer des emplois
Une nouvelle taxe appliquée sur les billets d'avion dès 2020, pour financer les transports propres
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Vers des batteries lithium-CO2 rechargeables ?
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
19 heures et 16 minutes : Qantas s'offre le record du plus long vol du transport aérien
La bande annonce de Star Wars, l'ascension de Skywalker, est là !
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top