🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

PimEyes, le moteur de reconnaissance faciale un peu trop efficace

30 mai 2022 à 17h45
9
PimEyes © The New York Times
Erin Griffith, correspondante du Times © The New York Times

Les moteurs de reconnaissance faciale sont désormais nombreux, et certains se montrent bien plus efficaces que d’autres. C’est le cas de PimEyes : la photographie d’une personne dissimulée derrière des lunettes de soleil et coiffée d’un bonnet ne pose pas de problème au moteur.

Les journalistes du New York Times ont mis à l’épreuve les capacités du moteur PimEyes. Le résultat est sans appel : il est extrêmement performant, sans doute un peu trop.

Un moteur difficilement pris en défaut

Le principe de fonctionnement de PimEyes est simple : il effectue une recherche à partir d’une photo téléchargée. Contrairement à d’autres moteurs, il omet volontairement les réseaux sociaux.

Une douzaine de journalistes du New York Times se sont prêtés au jeu… Un jeu de courte durée lorsqu’ils se sont aperçus que le moteur était capable de ressortir des photographies qu’ils avaient eux-mêmes oubliées. Photo prise lors d’un festival de musique ou d’un mariage, simple apparition en arrière-plan d’une scène immortalisée par un touriste dans un aéroport... Si de tels clichés ont été publiés sur la Toile, il est probable que PimEyes puisse les retrouver en quelques secondes.

Un outil puissant accessible au grand public

Bien sûr, PimEyes n’est pas le seul moteur de reconnaissance faciale très performant. Mais, contrairement à Clearview AI notamment, réservé aux forces de l’ordre, PimEyes, bien que payant (29,99 dollars par mois), est accessible au grand public.

Il incarne donc une puissance de recherche phénoménale que tout un chacun a le loisir d’employer. La plupart des images dénichées par les journalistes du New York Times étaient issues d’articles de presse, de sites de mariage, de blogs ou encore de sites pornographiques. Et, à l’exception de cette dernière provenance, l’écrasante majorité des correspondances tombait juste.

PimEyes © The New York Times
Lindsey Underwood, rédactrice en chef au Times © The New York Times
PimEyes © The New York Times
Marc Tracy, journaliste au Times © The New York Times

Les recommandations… et la pratique

PimEyes est détenu par un certain Giorgi Gobronidze, un Géorgien âgé de 34 ans. Mais, à l’origine, PimEyes serait le fruit du travail de deux Polonais, Lucasz Kowalczyk et Denis Tatina, que Giorgi Gobronidze a rencontrés en 2014 alors qu’il était leur professeur. Il qualifie ces deux individus de « brillants cerveaux » mais de « parfaits introvertis », pas du tout intéressés par la gloire ou le succès. Ils auraient élaboré un moteur de recherche utilisant la technologie des réseaux neuronaux, capable de s’améliorer avec le temps.

Quoi qu’il en soit, Giorgi Gobronidze estie que PimEyes doit surtout aider les gens à surveiller leur réputation en ligne. Il argue que les utilisateurs sont censés ne rechercher que leur propre visage ou celui de personnes ayant donné leur accord. Agir de manière « éthique », donc. La FAQ du moteur joue d’ailleurs la carte vertueuse. À la question « à quoi sert PimEyes ? », la réponse est :

Avec PimEyes, vous pouvez vérifier quels sites web accessibles ont publié des photos contenant un visage donné. Vous pouvez utiliser ces informations pour retrouver les images qui ont été publiées sans votre consentement et vous défendre contre les escroqueries, le catfishing ou le vol d'identité.

Seulement, en pratique, les témoignages d’utilisateurs anonymes de PimEyes cités dans l’article du New York Times sont nettement moins innocents. L’un confie avoir recours au moteur pour identifier les personnes qui le harcèlent sur Twitter ; celles utilisant leurs vraies photos sur leurs comptes, mais pas leur véritable nom. Un autre s'en sert pour trouver les véritables identités d'actrices de films pornographiques, mais également pour rechercher des photos explicites de ses connaissances Facebook.

Une option payante pour désindexer des photographies, mais à l'efficacité douteuse

De fait, PimEyes n'a mis en place aucun contrôle pour empêcher les utilisateurs de rechercher un visage qui n'est pas le leur. En outre, le moteur monnaye très cher la possibilité de désindexer les photographies.

C’est ce que nous apprend le cas de Cher Scarlett. À l’âge de 19 ans, la jeune femme avait passé un casting porno, une expérience qu’elle avait considéré comme humiliante et qu’elle n’avait pas réitérée. Aujourd’hui âgée de 38 ans et médiatisée pour son combat en faveur des droits des travailleurs, notamment chez Apple, Cher Scarlett a retrouvé des photographies explicites d’elle-même via PimEyes. « Jusqu'à ce moment-là, je n'avais aucune idée que ces images se trouvaient sur Internet », a-t-elle déclaré.

Moyennant un plan PROtect facturé jusqu’à 89,99 dollars, PimEyes lui promettait de ne plus indexer ces photographies. Début avril, elle a reçu une confirmation que sa demande de retrait avait été acceptée. Néanmoins, un mois plus tard, une recherche menée par les journalistes du Times avec le visage de Cher Scarlett a fait apparaître plus de 100 résultats, y compris des clichés explicites. M. Gobronidze a rétorqué que le retrait de ce type de photos était particulièrement délicat, comparant leur tendance à proliférer en ligne aux têtes d’une hydre : « Coupez une tête, et deux autres apparaissent », a-t-il dit.

Actuellement, PimEyes compterait des dizaines de milliers d'abonnés, la plupart des visiteurs du site venant des États-Unis et d'Europe. La société tirerait l'essentiel de ses revenus des abonnés à son service PROtect.

Enfin, sachez que le moteur est visé par une enquête en Allemagne pour d'éventuelles violations de la loi européenne sur la protection de la vie privée.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
9
Bombing_Basta
Moyennant un plan PROtect facturé jusqu’à 89,99 dollars, PimEyes lui promettait de ne plus indexer ces photographies.<br /> M. Gobronidze a rétorqué que le retrait de ce type de photos était particulièrement délicat<br /> Désindexer sur son propre service devrait être on ne peut plus simple.<br /> Retirer une photo d’internet en revanche est impossible, si ce n’est en accédant aux serveurs des sites concernés avec les droits d’admin et supprimer les fichiers stockés.<br /> Donc soit l’article n’est pas clair, soit le monsieur est un arracheur de dents.
Guillaume1972
Je suppose que le réseau neuronal est dit convolutif. Si tel est le cas, c’est vraiment une application type de ce type de réseaux, mais il peut être utilisé dans beaucoup d’autres domaines. Quant à la désindexation, elle me paraît pratiquement impossible, elle peut l’être du logiciel mais certainement pas d’internet.
Belgarath
Comme c’est lui qui encaisse les sous, je penche plutôt pour la seconde hypothèse.
Bombing_Basta
Tu penches, perso j’ai basculé direct
TNZ
Désindexation ne veut pas dire suppression. Et même si le site désindexe chez lui, les documents existent toujours et peuvent être copiés sur d’autres serveurs … ce qui va générer un nouvel index qu’il faudra déréférencé de nouveau.<br /> La vraie solution est la suppression sur les serveurs … et dans les sauvegardes <br /> La chose à retenir : tous documents déposés sur le net ne vous appartient plus … et il est important de se poser la question avant de cliquer sur le bouton d’envoi.
Loposo
Aucun risque de mon côté déjà Facebook arrive pas à me reconnaître car j’ ai jamais mis une photo de ma tête depuis le début, sauf j’ ai utilisé une photo de Tom de MySpace depuis je compte pas le nombre de photos qu il me propose où il pense m avoir reconnue
Khonar_LeBarban
Ne jamais dire jamais : Il suffit qu’une de vos relations vous ai pris en photo et ai eu la bonne idée de mentionner votre nom et c’est fini. FOREVER.<br /> Alors qu’on a rien demandé.<br /> Le consentement, c’est pas juste un truc de victime de viol.<br /> On se fait TOUS violer tous les jours.<br /> Parce que c’est « gratuit ».<br /> De la toxicité des réseaux sociaux inventés par les gens les plus AVIDES de la planète.
toug19
Ce n’est qu’une question de temps que ce genre de service soit accessible à tous sans abonnement, financé par la pub.
StephaneGotcha
Tu créé un service en ligne gratuit et tu fais payé le fait que les autres ne puissent pas s’en servir sur toi.<br /> Un sacré business plan. Une RansompageWeb en fait ?
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Piratage : finalement le service de gestion de flux Xstream-Codes est déclaré « légal »
CyberGhost : le meilleur VPN du marché fracasse les soldes d'été !
VPN pas cher : CyberGhost, NordVPN et Surfshark sont à prix vraiment MINI !
Google alerte sur un nouveau logiciel espion, votre smartphone est-il infecté ?
Safari : cette faille vieille de 5 ans permettait à des hackers d'infecter vos appareils Apple
Pendant les soldes, profitez d'un prix fou sur le VPN de CyberGhost
Le chiffrement du Cloud MEGA mis à mal par des chercheurs
Le spyware Pegasus a été utilisé dans au moins 5 pays de l'UE
Pour les soldes d'été, NordVPN baisse le prix de son VPN, mais pas que !
Le malware Android BRATA devient plus puissant : il peut maintenant lire vos SMS !
Haut de page