Raspberry Pi : notre top 10 des projets les plus insolites

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
24 juin 2021 à 10h30
12
Raspberry Pi 4 © mrnok / Shutterstock.com

Souvent vu et décrit comme un mini-PC peu couteux, le Raspberry Pi trouve néanmoins majoritairement son utilité avec des projets créatifs en tout genre et qui sortent bien souvent de l’ordinaire.

Nano-ordinateur d’abord destiné à un public de geek et de bricoleurs, le Raspberry Pi est peu à peu devenu un produit que le grand public a appris à apprivoiser. Box domotique, mediacenter, apprentissage de la programmation, console rétrogaming et borne d’arcade, autant de sujets que nous traitons régulièrement sur Clubic et autour desquels, entre autres, nous avons basé notre top 10 des meilleurs projets pour débuter .

Aujourd’hui il est temps de présenter le Raspberry Pi sous un autre jour avec des projets globalement développés par des experts, des artistes et autres bricoleurs. Une façon de montrer que la philosophie du Raspberry Pi se concentre avant tout sur la création avec peu de moyens et qu’elle ne s’arrête pas forcément au monde de l’informatique et aux domaines à sa périphérie.

Un superordinateur composé de 1060 Raspberry Pi

Nous tenons sans doute ici le plus important cluster de Raspberry Pi jamais créé ! Les ingénieurs d’Oracle ont eu l’idée de réunir pas moins de 1060 Raspberry Pi 3 B+ pour un projet dont la portée expérimentale semble bien plus pertinente que l’utilité réelle, si l’on compare les performances de ce supercalculateur à un simple serveur ARM virtualisé.

Oracle Raspberry Pi © ServeTheHome

Assemblés par groupe de 21 unités grâce à des racks customs et imprimés en 3D, le tout fonctionne grâce au système Oracle Autonomous Linux, à plusieurs séries de commutateurs Ubiquiti UniFi Switch 48s raccordés en amont à des émetteurs-récepteurs SFP+ 10GbE, ainsi qu’un serveur de stockage central Supermicro 1U Xeon.

Un projet hors-norme qui a été présenté à l’Oracle OpenWorld 2019 et qui démontre une fois de plus la flexibilité de ce nano-ordinateur mono-carte.

noLoop : un Raspberry Pi en guise de synthétiseur granulaire

De nombreux projets à base de Raspberry Pi prennent place dans le monde de la musique. Nous en avons sélectionné deux ici, mais les possibilités sont si grandes que vous en trouverez bien d’autres en recherchant sur le web. Parmi eux, noLoop est un synthétiseur granulaire qui permet de produire des textures sonores à partir de samples de quatre sources distinctes.

noLoop © Niles Fromm
© Niles Fromm

Créé par Niles Fromm lors de ses études à Tokyo, noLoop a été développé à l’aide de Python et se base sur un simple Raspberry Pi doté du logiciel de création musicale Pure Data. Le tout prend place dans un boitier fait main sur lequel on retrouve les différents commutateurs pour gérer chaque piste indépendamment, ainsi qu’un affichage qui dispose d’une interface codée avec PyGame et qui s’inspire du livre Push Turn Move.

Spirit Animal : synthé et guitare dans un même corps

Pour rester dans le domaine de la musique, on retrouve désormais une guitare électrique un peu particulière. Spirit Animal est un concept étonnant et novateur associant guitare et synthétiseur virtuel dans un même corps.

GuitareRaspberry2.jpeg
© Lucem Guitars

Le projet est issu d’un partenariat entre Lucem Custom, spécialiste de la customisation de guitares et basses électriques, et de Tracktion, le reconnu éditeur américain de la station de travail audio numérique du même nom. Ce drôle d’instrument est doté, en dessous de son chevalet, d’une excroissance où est placé le Raspberry Pi, sa batterie, et son écran tactile de 5 pouces. Le tout est bien entendu relié à internet grâce à la puce Wi-Fi du Pi, permettant ainsi le contrôle à distance, ou encore la maintenance et les mises à jour logicielles.

GardenPi : la framboise a la main verte

Gérer, contrôler, surveiller et automatiser à peu près n’importe quel projet d’irrigation en aquaponie comme en hydroponie : voilà pour résumer l’ambition de GardenPi !

GardenPi © Richard Sears

Conçu à partir de Python 3 et d’une interface Web Flask, GardenPi est né du besoin de Richard Sears de simplifier les tâches de jardinage et la gestion de ses aquariums pour sa famille. Hormis le Raspberry Pi 4 B version 4 Go utilisé pour ce projet, le matériel requis comprend ici de multiples éléments : le nécessaire pour gérer et protéger l’alimentation électrique, des capteurs barométriques, de niveaux d’eau, de courants et de tension, mais aussi un écran tactile pour piloter l’installation depuis le logiciel.

Machine à griffe et papier toilette : l'idée farfelue de Surrogate

Comment parler de projet insolite sans prendre un peu d’altitude en s’éloignant des sujets un peu trop sérieux. Pour rompre l’ennui durant le confinement, l’équipe finlandaise du jeune studio de jeux Surrogate a eu l’idée farfelue de créer un jeu en ligne hors du commun pour le 1er avril.

Toilet Paper Claw © Surrogate

Animée par un Raspberry Pi, cette machine à griffe comme on en trouve sur les fêtes foraines permet de tenter sa chance depuis chez soi … pour gagner un rouleau de papier toilette. À l’instar des différents jeux en temps réel proposés sur surrogate.tv, les joueurs contrôlent la machine à tour de rôle, le tout est diffusé via un livestream. Le jeu est désormais indisponible mais cela aura tout de même permis à Surrogate de mettre en avant le travail de leur équipe.

Un microscope open source en Lego

Fabriquer un microscope de la plus simple des manières possibles, à l’aide d’un Raspberry Pi et de quelques briques de Lego, c’est possible ! La liste du matériel ne s’arrête bien sûr pas là puisqu’il est nécessaire d’investir dans un capteur, six moteurs de précision contrôlés par un Arduino, ainsi que des pièces mobiles imprimées en 3D. La partie d’imagerie est quant à elle fournie par un Raspberry Pi Zero couplé au module RPi HQ Camera .

microscope raspberry © Yuksel Temiz

Le créateur de ce microscope faire parti d’une équipe du centre de recherche IBM à Zurich. Nommé MicroscoPy , ce microscope un peu particulier est animé par un programme open source qui a été développé avec Python 3 et est accessible via GitHub.

Nybble et Bittle : un charmant couple robotique

Après avoir rencontré le succès sur Hackster avec OpenCat, le maker Rongzhong Li est revenu une première fois sur Indiegogo avec son chat robotique Nybble, puis une seconde fois sur Kickstater avec Bittle, un robot miniature qui rappelle le chien Spot de Boston Dynamics.

Nybble et Bittle se distinguent cependant des projets présentés dans cet article puisqu’ils sont commercialisés et que leur objectif n’est autre que l’apprentissage. Ces deux animaux open source sont livrés en kit, à assembler soi-même, l’utilisateur peut ensuite télécharger un programme de comportement basique et open source qu’il devra améliorer pour ajouter des compétences à son nouvel animal de compagnie.

Nybble and Bittle - OpenCat © OpenCat
© Petoi

Le kit de Bittle repose sur un contrôleur Arduino "NyBoard" et contient toutes les pièces nécessaires à sa construction : servomoteurs, batterie, récepteur infrarouge, module Bluetooth / Wi-Fi, etc. La NyBoard V1 embarque également une interface qui lui permet d’accueillir un Raspberry Pi, la framboise permet d’étendre ses capacités grâce à l’intelligence artificielle et n’est pas comprise dans le kit.

Enfin, il est également possible d’étendre les capacités de Bittle en ayant recours à une imprimante 3D, par exemple pour créer une structure pour y placer votre propre circuit imprimé. Plusieurs modules officiels sont d’ailleurs disponibles : caméra, capteurs de gestes et de mouvements, etc.

Des images time-lapse du ciel nocturne

Se servir du module photo officiel du Raspberry Pi pour capturer des images time-lapse du ciel nocturne : c’est l’idée sur laquelle repose ce projet qui nécessite deux Raspberry Pi, deux modules camera et un objectif 180 ° à monture CS.

All Sky camera project with Raspberry Pi © Jani / jippo12
© Jippo12

Automatisé à l’aide de Raspberry Pi OS Lite et Meteotux Pi, les deux framboises s’exécutent dès le coucher du soleil afin de capturer des images à intervalles réguliers puis les compile dans un seul fichier. L’installation est également équipée d’un capteur de température qui active une série de résistances thermiques si jamais le temps vient à se refroidir. Le résultat est étonnant pour une installation réalisée avec si peu de moyens, moins de 150 $ selon le créateur du projet. Vous trouverez de plus amples détails et suivant les liens ci-dessous.

Raspberry Pi et Coronavirus

La COVID-19 donne du fil à retordre aux dirigeants du monde entier et nous oblige à être particulièrement vigilants, entre autres en portant un masque dès que nous mettons un pied dehors.

Ces temps troublés n’ont cependant pas entamé la créativité des makers, qui ont accouché de plusieurs projets pour se rendre utiles. Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, le Raspberry Pi participe à l’effort général, en alimentant des respirateurs , en aidant la recherche médicale via Rosetta@Home et BOINC, mais aussi avec des projets un peu plus insolites, comme ce masque à affichage numérique que nos camarades de Tom’s Hardware US se sont amusé à programmer et à tester.

Masque - Raspberry Pi © Tom's Hardware US
© Tom's Hardware US

La conception du masque requiert un Raspberry Pi avec en-têtes GPIO pré-soudées, une matrice à LED configurables, quelques diodes et bien sûr une batterie externe afin que cette installation devienne mobile. Dans l’absolu, le montage et la programmation de ce masque particulier n’ont rien d’exceptionnel, mais cela ne l’empêche en rien de figurer parmi nos insolites.

Et si vous vous sentez prêt à porter ce masque homemade en public, Tom’s Hardware US vous montre la marche à suivre de A à Z pour concevoir et programmer cet accessoire indispensable.

Le compteur Geiger Steampunk

Si vous pensez que l’épisode coronavirus n’est rien à côté de ce qui nous attend, alors ce compteur Geiger a toutes les chances de faire partie de votre arsenal pour survivre à l’apocalypse !

Plus sérieusement, Chris Crocker-White a accouché d’une somptueuse pièce d’art Steampunk, alimenté par un Raspberry Pi qui est fonctionnel et tout à fait capable de mesurer les émissions radioactives, les particules alpha, bêta, mais aussi les rayons gamma.

Raspberry Pi Geiger Counter © Chris Crocker-White
© Chris Crocker-White

Prenant place dans un boitier fait main, ce compteur Geiger fonctionne grâce à des tubes Nixie contrôlés par des modules Exixe pour son affichage et utilise un Raspberry Pi 3A + avec InfluxDB et Grafana côté logiciel, le tout déployé avec des conteneurs Docker via balenaCloud.

D'autres projets insolites et hors du commun vous viennent à l'esprit ? Faites-le savoir en commentaires !

Matthieu Legouge

Spécialiste Hardware

Spécialiste Hardware

La Tech dans les nuages, je garde les pieds sur Terre pour vous livrer mon regard à travers tests et dossiers. Vous me retrouverez sur le forum ainsi que dans l'espace commentaire, mais vous pouve...

Lire d'autres articles

La Tech dans les nuages, je garde les pieds sur Terre pour vous livrer mon regard à travers tests et dossiers. Vous me retrouverez sur le forum ainsi que dans l'espace commentaire, mais vous pouvez aussi me rejoindre sur les réseaux sociaux !

Lire d'autres articles
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
12
8
Blap
«&nbsp;Nano-ordinateur d’abord destiné à un public de geek et de bricoleurs&nbsp;»<br /> C’etait justement tout l’inverse, destiné a des gens n’ayant aucune connaissance en informatique et pour pouvoir l’enseigner dans des régions avec peu de moyens
phil995511
«&nbsp;Souvent vu et décrit comme un mini-PC peu coûteux, le Raspberry Pi trouve néanmoins majoritairement son utilité avec des projets créatifs en tout genre et qui sortent bien souvent de l’ordinaire.&nbsp;»<br /> Le RPi4 est un micro ordinateur qui a une puissance de calcul comprise entre un Intel Core 2 Duo et un Intel Core 2 Quad, des cpu’s haut de gamme grand public d’il y a 14 ans… On peut y installer des distribution compilées pour processeurs ARM comme Linux ou Windows.<br /> Arduino est une carte électronique incluant un contrôleur programmable destinées à piloter des périphériques électroniques.<br /> Un RPi peut être détourné de sa fonction première et faire le travail d’un Arduino. L’inverse n’est pas possible.
KlingonBrain
« Nano-ordinateur d’abord destiné à un public de geek et de bricoleurs »<br /> C’etait justement tout l’inverse, destiné a des gens n’ayant aucune connaissance en informatique et pour pouvoir l’enseigner dans des régions avec peu de moyens<br /> Produit pour l’enseignement ne veut pas dire forcement «&nbsp;pour débutant&nbsp;» tel qu’on l’entendrait dans une classification commerciale.<br /> Rappelons que de base, le pi, c’est une carte mère toute nue. Telle que sortie de son paquet, elle ne sers à rien sans lui rajouter des choses et surtout, sans un minimum de connaissances pour l’intégrer. Pas vraiment ce qu’on peut qualifier d’idéal pour quelqu’un qui n’a aucune connaissance.<br /> Pour le marché, un produit pour débutant, c’est un produit qui est étudié «&nbsp;out of the box&nbsp;» pour se mettre au niveau du débutant, mais sans avoir forcément pur but de le faire progresser.<br /> Un produit conçu dans une logique d’enseignement, c’est plutôt conçu pour faire progresser sous l’égide d’un enseignant qui va transmettre le savoir et apprendre les bases pour utiliser le produit.<br /> Dans ce cadre, c’est plus le faible prix du PI, ses possibilités d’adaptation très large et sa grande logithèque très variée avec beaucoup d’outils de développement qui sont de vrais atouts pour l’enseignement plus que la possibilité d’être utilisé «&nbsp;out of the box&nbsp;» par un débutant sans assistance.<br /> Dans l’esprit des gens d’aujourd’hui, ceux qui veulent faire de l’informatique pour apprendre et progresser, on les appelle aujourd’hui des «&nbsp;geek et/ou bricoleurs&nbsp;» par opposition au fait que la majorité des gens utilisent des produits grands publics dont le but n’est pas de les faire progresser.
KlingonBrain
Les ingénieurs d’Oracle ont eu l’idée de réunir pas moins de 1060 Raspberry Pi 3 B+ pour un projet dont la portée expérimentale semble bien plus pertinente que l’utilité réelle, si l’on compare les performances de ce supercalculateur à un simple serveur ARM virtualisé.<br /> Il faut comprendre qu’en informatique le mot «&nbsp;performance&nbsp;» peut avoir de nombreux sens et dépends beaucoup de l’usage qu’on vise.<br /> @phil995511<br /> Le RPi4 est un micro ordinateur qui a une puissance de calcul comprise entre un Intel Core 2 Duo et un Intel Core 2 Quad, des cpu’s haut de gamme grand public d’il y a 14 ans…<br /> Ca dépends de ce qu’on compare.<br /> Un RPi peut être détourné de sa fonction première et faire le travail d’un Arduino. L’inverse n’est pas possible.<br /> Non, pas vraiment.<br /> A part sur des cas très simples, le Raspberry PI n’est pas vraiment la panacée pour faire le travail d’un Arduino.<br /> Bien que le PI dispose de GPIO qui lui donnent de la souplesse d’usage, ceux ci n’ont pas la sophistication des unités d’un microcontrôleur spécialisé.<br /> Ensuite le fait que le PI fasse tourner un OS lourd ne le rends pas vraiment très adapté à ce travail.<br /> Enfin, en terme de processeur, un PI et un microcontrôleur c’est tout l’opposé. Puissance et vitesse d’exécution d’un côté. Simplicité et précision temporelle de l’autre.
remi_inconnu
Le soucis de l’arduino, c’est qu’il est quand même très très limité… Je préfère de loin un esp32. Il faudrait éviter de comparer les cartes avec à microcontroleur avec des cartes avec à microprocesseur, ce n’est pas vraiment fait pour le même usage.
KlingonBrain
Il faudrait éviter de comparer les cartes avec à microcontroleur avec des cartes avec à microprocesseur, ce n’est pas vraiment fait pour le même usage.<br /> Exactement.<br /> On parle de deux choses différentes qui ont un usage différent.<br /> Le fait que le Raspberry PI possède quelques GPIO est très utile à l’occasion, mais ça n’en fait pas pour autant une carte à Microcontrôleur.<br /> Le soucis de l’arduino, c’est qu’il est quand même très très limité… Je préfère de loin un esp32.<br /> Pas faux.<br /> Les Atmel utilisés dans l’Arduino sont d’excellents microcontrôleurs. Mais il faut dire la vérité, aussi bons qu’ils soient, leur architecture 8 bits est dépassée. Certes, pour beaucoup d’applications, ce n’est pas forcément un souci.<br /> Les ESP32 offrent énormément plus. Beaucoup de mémoire, une architecture moderne avec plus de puissance CPU et surtout, de la connectivité sans fil qui en font un must pour beaucoup d’applications, en particulier pour des objets connectés. Un prix très raisonnable pour tout ça. Et ils supportent l’environnement Arduino. Par contre, d’un point de vue Microcontrôleur pur, je trouve que c’est encore perfectible par rapport aux ténors du genre.<br /> Dans la catégorie des microcontrôleur pur, que l’on utilisera, par exemple pour piloter des moteurs ou autres tâches de bas niveau, je pencherait plutôt vers les STM32. Ils ont en outres de bons ADC. Et ils supportent aussi l’environnement arduino.<br /> Après, on pourrait en citer encore d’autres comme les PIC ou les Atmel 32 bits équipant certains arduino. Certains peuvent d’ailleurs supporter l’environnement Arduino.<br /> La encore, c’est un peu le même débat qu’avec le Raspberry PI, le bon microcontrôleur, ça dépends souvent de ce qu’on veut en faire.
Duben
Le problème avec votre déterrage régulier d’un vieil article que vous mettez à jour, c’est qu’on se dit que c’est bon, on l’a déjà vu 2 fois, qu’il y avait quelques mies à jour mais pas tant, donc ce coup ci tant pis, je prend pas la peine de tout reparcourir
ar-s
Pour pas mal de monde le Rpi c’est un media Center et/ou une retrogaming box…<br /> C’est mon cas… Batocera + Kodi et c’est le pied total.
Matthieu_Legouge
«&nbsp;Vieil article&nbsp;», mooué, il date du 24/10. Je ne viendrais pas boire un vieux vin chez vous
Duben
image999×182 36.6 KB<br /> Il date de juin, a été réutilisé en octobre et une nouvelle fois en novembre. C’est pas «&nbsp;vieux&nbsp;» mais c’est quand même du recyclage (les 2 articles de la liste pointent bien au même endroit).<br /> J’ai rien contre ce recyclage, mais je pense pas être le seul à me dire que tiens, je l’ai déjà vu cet article donc je passe mon tour
Matthieu_Legouge
C’est rigolo, vous venez m’apprendre que j’ai publié 3 fois le même article, comme si je n’étais pas au courant de ce j’ai écrit et de quand je l’ai publié ! Non les deux articles ne sont pas les mêmes et ne «&nbsp;pointent&nbsp;» pas au même endroit. Il s’agit en effet de deux «&nbsp;Top 10&nbsp;», qui n’ont cependant rien à voir entre eux si ce n’est qu’ils traitent de la thématique Raspberry Pi.
kervern
j’ai tenter les ESP32, rolalala entre les différents constructeurs, les petites mise en service différente, j ai pas encore tout pigé du concept, cela manque de tuto
Voir tous les messages sur le forum
  • Indépendance
  • Transparence
  • Expertise

L'équipe Clubic sélectionne et teste des centaines de produits qui répondent aux usages les plus courants, avec le meilleur rapport qualité / prix possible.

Haut de page