Raspberry Pi : notre top 10 des meilleurs projets pour débuter

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
20 juin 2020 à 12h12
0
Raspeberry Pi 4 © mrnok / Shutterstock.com

Le Raspberry Pi est sans aucun doute le plus populaire et le plus accessible des nano-ordinateurs. Son tarif attrayant, sa flexibilité d’usage et les infinies possibilités qui y sont associées réjouissent aussi bien les makers en tout genre qu’ils éveillent la sensibilité du grand public, dont l’intérêt va crescendo ces dernières années.

Mini-machine à (presque) tout faire par excellence, le Raspberry Pi a avant tout été pensé et conçu dans un but pédagogique afin d’encourager quiconque à s’initier aux joies de l’électronique, de l’informatique et bien sur de la programmation. Si les plus expérimentés partent dans des projets complexes à mettre en œuvre (et parfois complètement insolites), demandant de mettre un minimum la main à la pâte, le célèbre "Raspi" peut également être utilisé pour des projets simples, accessibles aux débutants et loin d’être dénués d’intérêts.

Ce sont ces projets abordables, utiles et souvent éducationnels auxquelles nous allons nous intéresser aujourd’hui. Nous avons tenté de réunir dans cet article une sélection des meilleures idées et projets pour commencer ou continuer à utiliser votre Raspberry Pi. Vous n'aurez ainsi plus aucune raison de laisser votre Pi prendre la poussière au fond d'un tiroir !

Vous y trouverez aussi bien des projets à réaliser avec un petit Raspberry Pi Zero qu’avec des modèles plus puissants comme les Pi 3 A et B+, ou encore avec le Raspberry Pi 4 dont la dernière version en date embarque un module de mémoire vive de 8 GB !

Un mediacenter avec OSMC, LibreElec, ou Plex

Le Raspberry Pi est énormément plébiscité par les néophytes pour deux usages courants, qui ne sont autres que la console rétrogaming et le mediacenter.

Transformer un Raspberry Pi en mediacenter est relativement simple et surtout très pratique. Pour une trentaine d’euros, un peu plus si vous optez pour un Pi 4 afin de profiter d’un affichage 4K, vous pourrez avoir accès à tous types de contenus multimédia, en ligne avec Netflix et YouTube par exemple, via votre réseau local et même par le biais d’un serveur NAS. À ce sujet, il est possible de faire du Pi 4 un véritable mini-NAS, comme nous vous l’avons présenté avec le test du kit Quad SATA HAT.

© Kodi.tv

Pour résumer, le Raspberry Pi vous permettra ici d’organiser, de gérer et d’avoir accès à vos photos, vidéos et musiques, mais aussi à des radios et chaînes TV ou à des services de streaming en ligne, le tout pilotable à l’aide d’une simple télécommande ou même d’un smartphone avec des fonctions comparables à un chromecast.

Pour faire de votre framboise un mediacenter, nous conseillons une des nombreuses solutions basées sur le célèbre lecteur multimédia open source Kodi. Elles sont de loin les plus complètes et pratiques à l’usage. Notre guide pour débuter avec un Raspberry Pi explore ainsi OSMC avec plusieurs tutoriels.

Ci-dessous, quelques liens qui vous permettront de choisir une distribution et transformer votre Raspberry Pi en media center.

Les solutions basées sur Kodi :

D’autres solutions mediacenter pertinentes :

  • Créer un serveur multimédia avec Plex ou Emby


Une console rétrogaming avec Recalbox ou Batocera

Impossible de faire l’impasse sur la console rétrogaming pour revivre ou découvrir des milliers de jeux vidéo qui font maintenant partie de l’histoire et du patrimoine ! Le Raspberry Pi a en effet tout ce qu’il faut pour émuler de nombreuses consoles d’anciennes générations, comme les Master System, Amiga et Megadrive, la Super Nintendo et Nintendo 64, les PC Engine, NeoGeo et autres GameBoy et ainsi de suite ; mais aussi des systèmes plus récents comme la Dreamcast ou la PSP !

Et pourquoi ne pas redécouvrir la GameBoy avec un kit GPi Case ? © Retroflag

L’installation d’un OS rétrogaming est d’une facilité déconcertante, la difficulté résident finalement plutôt dans le fait de trouver et dénicher les ROMs et ISO de vos jeux favoris. Il existe plusieurs systèmes d’exploitation consacrés au rétrogaming dont certains offrent une compatibilité avec le Raspberry Pi, mais bien sûr aussi avec d’autres SBC comme l’Odroid.

Il y a des avantages et inconvénients pour chaque OS, par exemple Recalbox ne supporte pas encore le Raspberry Pi 4, contrairement à Batocera et Retropie, il intègre cependant Kodi et peut donc également faire office de mediacenter. Par ailleurs, Recalbox est de loin le système qui profite de la plus active et la plus large communauté francophone.

La borne d'arcade en format mini, un projet pour les bricoleurs et les nostalgiques © YouTube - This Does Not Compute

Parmi les autres systèmes rétrogaming, vous pouvez essayer Batocera, RetroPie, ou encore Lakka et EmuELEC. N’hésitez pas à nous faire savoir en commentaire quelle solution remporte votre faveur !

Caster et streamer vos jeux vidéo

Pour rester dans la thématique du jeu-vidéo, nous vous présentons maintenant deux solutions qui permettent soit de streamer vos jeux sur un autre écran que celui de votre machine de jeu, ou alors d’accéder à vos jeux à distance, le tout grâce au Raspberry Pi. Cela signifie que dans le premier cas vous serez en mesure d’organiser des parties multijoueurs dans votre salon sans avoir besoin de relier votre PC à votre téléviseur, ou encore de simplement caster vos sessions de jeu ; dans le second cas vous pourrez jouer à plusieurs et en ligne sur des jeux qui ne proposent qu’un mode multijoueur en local !

La première solution n’est autre que Steam Link ! Après l’arrêt de la production de petit boitier de Valve, la célèbre plateforme a décidé d’exporter sa plateforme logicielle, sur Android, mais aussi sur Raspberry Pi. On vous explique en quelques étapes comment profiter de Steam Link sur un Raspberry Pi avec notre tutoriel.

La seconde solution se nomme Parsec. Il s’agit ni plus ni moins d’une application de partage d’écran à installer sur votre ordinateur de jeu et votre Raspberry Pi. Elle porte notamment l’avantage de vous permettre d’inviter vos amis pour regarder ou même rejoindre votre partie.

Par ailleurs, vous ne serez pas limité aux jeux de votre bibliothèque Steam, à vrai dire vous pourrez lancer n’importe quelle application présente sur votre PC. Cela signifie également qu’il s’agit d’une excellente alternative rétrogaming, vous donnant accès a davantage de systèmes.

N'oublions pas que ces deux solutions nécessitent un ordinateur relativement véloce, ainsi qu'une connexion à internet rapide et stable.

Créer une box domotique

Gérer une installation domotique à l’aide d’un simple Raspberry Pi est tout à fait envisageable et même relativement simple avec Jeedom.

Gratuit, open source et français, ce logiciel permet de connecter tous vos objets intelligents. Il supporte la plupart des protocoles domotiques (Z-Wave, EnOcean, KNX, Legrand Bus, RFXcom, RTS, Chacon, Edisio, etc.) et est compatible avec un grand nombre d’objets connectés. Il comprend également un système de plugins au sein d’un market (payants comme gratuits) permettant ainsi d’augmenter les possibilités.

Jeedom propose deux box domotiques prêtes à l’emploi, mais c’est son installation sur Raspberry Pi qui nous intéresse ici. Le grand avantage de cette alternative est évidemment de créer une box domotique DIY pour environ 100 € (Raspberry Pi et son boitier, contrôleur Z-Wave, carte microSD et alimentation), quand la box Jeedom Smart revient à plus de 300 €.

Pour créer votre propre box domotique avec Jeedom et à partir d’un Raspberry Pi (au minimum un Pi 2 ou 3), vous pouvez vous aider des différents guides que l’on trouve sur internet, mais aussi consulter notre tutoriel dédié à la procédure d’installation de Jeedom sur un Raspberry Pi. En alternative à Jeedom, vous pouvez tenter l'aventure avec Domoticz.

Un Raspberry Pi comme appareil photo

Qu’est-ce qu’un appareil photo numérique, si ce n’est un capteur optique monté sur une carte électronique ? Et pourquoi ne pas avoir recours à un Raspberry Pi comme appareil photo ou caméra ?

C’est possible grâce aux modules photo développés par la Fondation Raspberry Pi, ainsi qu’à d’autres produits que l’on trouve sur le marché. Si ces modules photo sont généralement intégrés au sein de projets bien précis et sont souvent sollicités pour des usages tels que la vidéosurveillance, il n’y a finalement que l’imagination qui restreint leur utilisation.

Pix-E : l'appareil à GIF avec un Pi Zero © YouTube - Make:

Le RPi HQ Camera, dernier module lancé par la fondation, décuple par ailleurs les possibilités avec son capteur rétroéclairé Sony IMR477R de 12.3 Mp, d’autant qu’il dispose d’une monture C et CS et peut recevoir un grand nombre d’objectifs interchangeables.

Bien entendu les différents modules photo du Raspberry Pi n’ont pas la prétention de se mesurer à nos appareils photo, ils ont une portée et une valeur pour ainsi dire à l’opposé puisqu’il est question ici d’apprendre, d’expérimenter et de bidouiller des objets et des projets sans aucune limite. Les photographes passionnés, amateurs comme débutants, y trouveront forcément satisfaction.

Raspberry Pi Module Camera v2 - 8Mp

Le nano-ordinateur se démarque ici encore fois par son prix, propice à réaliser des projets sans vraiment se soucier de l’investissement financier qu’ils demandent, et par ses capacités à être un objet do it yourself par excellence. L’autre force de la framboise, particulièrement dans ce cas précis, n’est autre que les ressources disponibles pour apprendre. La fondation a ainsi publié un guide d’utilisation bien fourni (gratuit au format PDF) pour faire du Raspberry Pi un appareil photo ou une caméra et l’intégrer à de nombreux projets.

Quelques ressources et idées autour du Raspberry Pi comme caméra et appareil photo :

Caster de la musique (et des vidéos) et transformer vos appareils Hi-Fi

Le Raspberry Pi est un véritable couteau suisse, notamment grâce à ses broches GPIO et la grande variété de HAT développées pour multiplier ses fonctionnalités. Parmi cette panoplie de cartes d’extensions, que l’on peut concevoir soi-même soit dit en passant, le Pi peut accueillir un convertisseur numérique vers analogique, plus communément appelé DAC. Il s’agit d’un équipement incontournable pour les audiophiles, ou plus simplement pour upgrader les performances audio du Pi, nativement faiblardes.

Pimonori Pirate Audio : un DAC avec écran LCD pour Pi Zero © Adafruit

En dotant votre Pi d’un DAC, vous pouvez le transformer en un véritable lecteur multimédia capable de doper n’importe quelle enceinte ou système Hi-Fi avec des fonctionnalités sans-fil, en pilotant le tout via votre smartphone ou votre PC. Le Raspi peut bien sûr être utilisé de cette manière sans avoir besoin de recourir à un DAC, mais l’électronique de qualité qu’embarquent ces cartes audio fait toute la différence pour profiter d’un son parfait.

De nombreux projets existent pour caster de la musique avec un Pi, un peu à la manière d’un Chromecast audio. Nous vous conseillons notamment de jeter un œil au projet balenaSound pour sa facilité de déploiement et ses fonctionnalités (Bluetooth, AirPlay, Spotify Connect).

Un Pi 3 B+ associé à un DAC InnoMaker. Il n'en faut pas (beaucoup) plus pour transformer vos équipements Hi-Fi © Matthieu Legouge pour Clubic

Pour résumer, voici quelques projets pertinents pour caster de la musique (et des vidéos) avec un Raspberry Pi :

  • BalenaSound pour transformer vos équipements Hi-Fi d’ancienne génération
  • RaspiCast, l’alternative open source au Chromecast de Google
  • Volumio, le serveur audio Hi-Res pour Raspberry Pi
  • RuneAudio, une alternative à Volumio

Précisons que la plupart de ces solutions se prêtent au multiroom et permettent également de profiter de Spotify Connect et AirPlay. D’autres alternatives sont disponibles selon vos besoins, nous aurions notamment pu citer moOde et Max2Play.

Sécuriser son réseau et ses données personnelles

Avec sa petite taille et ses performances limitées le Raspberry Pi ne paie pas de mine. Et pourtant, saviez-vous que la framboise a déjà voyagé à bord de la Station Spatiale Internationale et a même pu capturer quelques clichés de la Terre avec le satellite DoT-1 ? Le message que nous souhaitons faire passer en abordant ces deux missions et en présentant ici quelques idées d’activités est simple : prenons-en de la graine et ne laissons pas dormir nos nano-ordinateurs dans un placard.

À l’heure des objets connectés en tout genre et des questions éthiques soulevées par la collecte de données, nous sommes nombreux à désirer « reprendre le contrôle ». Et pourquoi ne pas tenter de le faire avec un Raspberry Pi ?

Les idées de projets pour sécuriser votre réseau domestique et vos données personnelles ne manquent pas et si le Raspi est largement sollicité par les pirates grâce aux nombreux outils d’hacking qu’il est capable d’exécuter, il peut aussi être efficace pour se protéger.

Parmi les nombreux projets qu’il est possible de réaliser, on pense notamment à l’auto-hébergement, d’un blog ou d’un serveur mails par exemple, à la création d’une box VPN portable, d’une Tor box ou d’une "brique internet", ou encore d’un pare-feu hardware.

Raspberry Pi et cryptomonnaies

Non, vous n’allez certainement pas faire fortune en minant de la cryptomonnaie avec une si petite machine ! Néanmoins, si vous souhaitez découvrir le monde des cryptos ou en apprendre davantage et que vous disposez d’un Raspberry Pi, il peut alors vous être d’une grande utilité, et ce dans le cadre de plusieurs projets.

Si miner de la cryptomonnaie avec un Raspberry Pi ne risque pas d’être rentable, cette activité porte au moins l’intérêt de ne pas être couteuse, aussi bien concernant le matériel en lui-même que l’énergie qu’il consomme. Rien ne vous empêche donc d’essayer de miser sur des tokens qui ont recours à des algorythmes PoS – Proof Of Stakes (preuve d’enjeu ou de participation).

Par ailleurs, le Raspberry Pi peut être utile pour les applications suivantes :

Néanmoins, si vous désirez vraiment mettre à profit la puissance de calcul de votre Pi, pourquoi ne pas l'offrir généreusement pour aider la recherche scientifique ? C'est ce que nous vous proposons par le biais d'un tutoriel complet.

Apprendre à programmer avec Raspberry Pi

Bien des projets sont très facilement déployables avec le Raspberry Pi, sans qu’ils nécessitent d’avoir de connaissances approfondies en programmation. Seulement, ce petit ordinateur de la taille d’une carte bancaire a avant tout été pensé pour l’apprentissage des outils et langages de programmation. À vrai dire, le développement de programmes et autres est indispensable si l’on souhaite exploiter le plein potentiel de la framboise. C’est ici que la pertinence du nano-ordinateur se fait sentir avec des projets où les seules barrières sont au final l’imagination et la créativité.

Avec le système d’exploitation Raspbian (qui a récemment changé de nom pour devenir Raspberry Pi OS), nous pouvons nous initier à Python. Il s’agit d’un langage de programmation utilisé dans de nombreux domaines ; il est relativement simple, facile à apprendre et à comprendre et aussi efficace pour de petits projets que pour mener des projets industriels.

Et pourquoi ne pas commencer en créant un simple Pong ?

Raspberry Pi OS embarque également Scratch, un langage de programmation graphique (visuel) accompagné d'un environnement logiciel, qui permet d’apprendre à développer toutes sortes de programmes de façon ludique. Ces deux langages autorisent à prendre contrôle du port GPIO de la framboise afin d'être en mesure de piloter tout objet ou périphérique qui y sont connectés. C’est là le point fort du Raspberry Pi : se situer quelque part entre un mini-PC et un microcontrôleur.

Voici quelques ressources et idées de projets pour débuter et apprendre la programmation avec votre Raspberry Pi :

Transformer le Raspberry Pi en laptop, tablette tactile ou en ordinateur de poche

Régulièrement détourné pour concevoir toutes sortes d’objets électroniques, le Raspberry Pi est de plus en plus utilisé comme un ordinateur standard, d’autant que sa dernière version en date a permis à la Fondation d’augmenter significativement les performances et fonctionnalités de la mini-machine. S’il est utilisé comme tel, finalement pourquoi ne pas le transformer en un ordinateur portable, une tablette tactile ou même un minuscule ordinateur de poche.

L’un des premiers projets de cette sorte ayant vu le jour n’est autre que pi-top, un ordinateur portable qui sort du commun puisqu’il dispose d’une partie coulissante laissant accès à ses entrailles, constituées notamment d’un Raspberry Pi !

© YouTube - Creativity Buzz

Depuis, de multiples projets ont fleuri un peu partout sur le web, des projets parfois même assez insolites comme la "Computer" Mouse (oui, une « souris-ordinateur ») ou le "Cyberdeck" de Jay Dorsher. Rien ne vous empêche de vous inspirer de ces projets pour créer votre propre "ordinateur portable" si vous êtes bricoleur ou encore en vous aidant d’une imprimante 3D. Il en va de même si vous désirez transformer votre Raspberry Pi en tablette tactile tournant sous Android !

Voici une sélection de quelques exemples qui vous inspireront peut-être :

N'hésitez pas à utiliser la zone commentaire afin de partager vos projets favoris, vos idées ou vos détournements d'objets réalisés avec un Raspberry Pi !

10
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture électrique : combien coûte la recharge à domicile ? (MàJ Juillet 2020)
En réponse à des accusations de harcèlement des têtes tombent chez Ubisoft
Bosch dévoile son vélo concept électrique et tout suspendu
L'administration Trump va bientôt se passer des entreprises qui utilisent des appareils Huawei
L'Union européenne mise sur le développement d'un hydrogène propre
Far Cry 6 confirmé par Ubisoft, la présentation programmée au 12 juillet
Microsoft Flight Simulator sortira le 18 août sur PC
Thunderbolt 4 : 40 Gb/s ,mais Intel veut du 32 Gb/s en PCIe et la prise en charge double 4K
Taxe GAFA : 1,3 milliard de dollars de frais de douane pour la France... et 6 mois pour changer la donne
Apple recommande de ne pas fermer votre MacBook si vous en cachez la webcam… voilà pourquoi
scroll top