Quel Raspberry Pi choisir ?

Matthieu Legouge Contributeur
15 février 2019 à 11h00
0
Raspberry Pi 3
Phil's Mommy / Shutterstock.com

En 2018, six ans après la sortie et le franc succès des premiers Raspberry Pi A et B, la fondation Raspberry est revenue avec trois nouvelles cartes améliorées et corrigées, prenant en compte les commentaires de la grande communauté de passionnés qui gravite autour de ce nano-ordinateur.

Raspberry Pi 3 A+, 3 B+, Zero WH : quel modèle choisir et pourquoi ? Retour sur les trois derniers-nés de la fondation Raspberry.



Raspberry Pi Zero WH

Le modèle Pi Zero WH est la dernière évolution en date de la moins onéreuse de toutes les cartes Raspberry : le Pi Zero commercialisé en 2015 pour la modique somme de 5 $. Conçue dans un format encore plus petit que les Raspberry Pi A et B (pas plus grand qu'un ticket de métro), elle dispose certes d'une puissance moindre, mais permet de faire des économies d'énergie et d'argent.

Une évolution de la Pi Zero avait déjà vu le jour en 2017 : la Pi Zero W, qui offrait un léger regain de puissance, mais surtout la prise en charge du Wi-Fi (comme l'indique la lettre W) pour un tarif toujours aussi attrayant, environ 10 $. En janvier 2018, la fondation a présenté la Pi Zero WH ; il s'agit de la même carte que la Pi Zero W, Header en plus. Car, effectivement, les deux modèles précédents étaient dépourvus de port GPIO soudé, les utilisateurs étant donc dans l'obligation d'acheter et réaliser la soudure eux-mêmes.

Raspberry-pi-zero-wh
Le Raspberry Pi Zero WH agrémenté de son connecteur GPIO à 40 broches © Kubii

Cette nouvelle itération se vend légèrement plus cher (comptez environ 15 $) mais rend accessible le Pi Zero aux débutants qui n'ont pas forcément envie de manipuler un fer à souder. Le coût de cette carte reste donc relativement faible et l'ajout d'un solide port GPIO à 40 broches permet aux moins bricoleurs de réaliser de nombreux projets assez facilement, mais aussi de gagner du temps. Deux arguments appréciables pour les débutants, mais aussi dans les écoles.

Du côté des spécifications, comme nous l'avons déjà indiqué, on reste ici sur la même carte que la Pi Zero W. On y retrouve par conséquent un SoC Broadcom BCM2835 à 1 cœur cadencé à 1 GHz, 512 Mo de mémoire vive, ainsi que la prise en charge de la norme Wi-Fi 802.11 b/g/n et du Bluetooth 4.1. Concernant la connectique, on trouve deux ports micro-USB ainsi qu'un port mini-HDMI. Pour la connexion à internet, il faudra se contenter du Wi-Fi puisque les différents modèles de Pi Zero ne possèdent pas de port Ethernet. Bien que le SoC reste le même que sur le tout premier modèle de Raspberry Pi, sa fréquence de 1 GHz permet ici un gain de performance de l'ordre de 40 %.

Pourquoi choisir un Raspberry Pi Zero WH ?

Tout d'abord, le choix d'un Raspberry Pi dépend surtout de l'utilisation que vous souhaitez en faire. Les petites dimensions et le poids plume des modèles Zero les destine plutôt à une utilisation pour des projets de robotique ou de domotique, par exemple. Pour les projets qui demande plus de puissance, préférez un Raspberry Pi A+ ou B+. En outre, le prix très léger des Raspberry Pi Zero entraine régulièrement des ruptures de stock ; il devient donc intéressant de pouvoir se rabattre sur ce troisième modèle si les deux autres ne sont plus disponibles.

Enfin, notons que le problème d'absence de port Ethernet peut être contourné en ayant recours au module g_ether du noyau Linux afin de configurer une interface de type USB-net en le connectant à votre PC.


Raspberry Pi 3 A+

Dernier-né des nano-ordinateurs de la fondation Raspberry, le Pi 3 A+ est une itération allégée, plus petite et un poil moins puissante que le Pi 3 B+. Bien qu'elle reprenne en majeure partie les spécifications du Pi 3 B+ avec son SoC Broadcom BCM2837B0 et ses quatre cœurs cadencés à 1.4 GHz, elle ne dispose que de 512 Mo de mémoire vive.

En outre, on y retrouve la prise en charge du Bluetooth 4.2 BLE (Low Energy), ainsi que du Wi-Fi 802.11 b/g/n/ac sur des bandes de fréquences de 2.4 et 5 GHz, ce qui devrait également faciliter la transition au Wi-Fi 6 (802.11 ax) avec lequel les Pi 3 A+ et B+ auront une bonne compatibilité.

Raspberry Pi 3 A+
Le Raspberry Pi 3 A+, encore plus léger et moins cher que son prédécesseur © Raspberry Pi

Le Pi 3 A+ se veut surtout plus accessible grâce à son prix avoisinant les 25 $. Néanmoins, cette version allégée se voit amputée de son port Ethernet ainsi que de trois des quatre ports USB 2.0 présents sur le modèle 3 B+.

Pourquoi choisir un Raspberry Pi 3 A+ ?

Mis à part les quelques concessions concernant la RAM, le port Ethernet ainsi que le nombre de ports USB 2.0 qui passe de 4 à 1, le Raspberry Pi 3 A+ reste un modèle qui offre de très bonnes performances pour la plupart des applications courantes (console de rétro-gaming, serveur web, media center) comme pour les projets les plus aboutis.

L'avantage considérable sur cette itération (qui devrait être la dernière carte de cette 3e génération) est évidemment son format. Avec sa taille réduite et son poids allégé, elle trouvera bien mieux sa place dans des projets où ces deux critères seront déterminants.


Raspberry Pi 3 B+

Raspy_10
© Matthieu Legouge pour Clubic


Avec le Raspberry Pi 3 B+ officialisé il y a tout juste un an (le 3/14, la journée du nombre Pi), on est face au plus puissant des nano-ordinateurs jamais conçus par la fondation. Destiné à prendre la relève du Raspberry Pi 3 sorti deux ans auparavant, ce modèle 3 B+ embarque un SoC légèrement plus puissant, le BCM2837B0, qui permet au CPU quad core Cortex-A53 64-bit de passer d'une fréquence de 1.2 à 1.4 GHz, le tout avec une mémoire vive de 1 GB DDR3.

Raspy_1
© Matthieu Legouge pour Clubic

À l'instar de la première version du modèle 3, on y retrouve une connectivité Bluetooth Low Energy, mais c'est sur sa connexion Wi-Fi qui le 3 B+ parvient à surpasser les attentes. Équipé d'une puce Wi-Fi Cypress CYW43455, fonctionnant sur la bande de 2.4 GHz comme sur celle des 5 GHz, il offre des débits presque quatre fois supérieurs par rapport à son prédécesseur. Il en va de même avec la connexion Ethernet grâce au nouveau contrôleur Gigabit Ethernet.

On retrouve y donc un port Ethernet offrant une prise en charge du protocole Gigabit (300 Mbps), 4 ports USB 2.0, un port HDMI, un connecteur micro-USB pour son alimentation électrique, le support de cartes SD, ainsi qu'un port audio et vidéo composite. On notera également l'apparition d'un connecteur 4 broches destinés à raccorder la carte d'extension Pi PoE HAT qui est uniquement compatible avec cette version du Raspberry Pi.

Enfin, le Raspberry Pi 3 B+ permet aussi de s'affranchir de certaines contraintes. C'est notamment le cas avec le Pi PoE HAT officiel, une extension qui se place sur le dessus de la carte et qui permet d'alimenter le Raspberry grâce au Power over Ethernet (PoE) et ainsi de se passer d'une prise de courant.

Pourquoi choisir un Raspberry Pi 3 B+ ?

Le Raspberry Pi 3 B+ est le plus polyvalent, le plus puissant et le plus abouti des nano-ordinateurs de la fondation. Vendu à l'heure actuel à environ 35 €, il intègre des améliorations qui permettent à ses utilisateurs de bénéficier d'un produit fiable, même lorsqu'il est utilisé comme un ordinateur de bureau pour naviguer sur internet ou utiliser divers logiciels.

Les professionnels se réjouiront quant à eux de découvrir une petite plaque métallique arborant une petite framboise gravée (le logo de Raspberry Pi) qui recouvre les composants réseau et permet de profiter de la bonne conformité du matériel aux normes imposées par la FCC (un organisme d'outre-Atlantique qui fixe les règles et normes concernant les équipements électroniques).

Bien que le Raspberry Pi 3 B+ ne représente pas une énorme avancée technologique comparé à son prédécesseur, il permet tout de même un gain de performance considérable tout en se positionnant encore une fois en-deçà du tarif maximum de 35 $ que la fondation s'impose de respecter.

Pour résumer : pourquoi choisir un autre modèle quand il est possible de profiter du nec plus ultra pour seulement 35 € ? Encore une fois, tout dépend du projet sur lequel vous souhaitez travailler ; dans de nombreux cas un Pi Zero WH ou un 3 A+ pourra faire l'affaire.



En attendant la sortie d'un Raspberry Pi 4 (dont les rumeurs tendent à affirmer qu'il pourrait être officialisé début 2020) qui devrait profiter d'une gravure plus fine pour encore de meilleures performances, nous nous contenterons de notre modèle 3 B+ que nous allons vous présenter au fur et à mesure de ce dossier.
Modifié le 06/04/2019 à 15h32
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top