Podcasts : le confinement rebat les cartes de la publicité audio

14 avril 2020 à 08h10
0
micro podcast fotolia clubic

L'impact du Covid-19 sur les différentes industries de la tech commence à se remarquer à différents niveaux. Mais il y a bien un secteur où l'avenir semble pavé de billets verts : le podcast.

C'est simple : il n'est pas un diffuseur de podcasts qui n'ait pas communiqué récemment sur une hausse du nombre d'écoutes sur ses programmes le mois dernier. Une bonne santé apparente, qui ne manque pas d'attirer les convoitises des annonceurs.


Le podcast : nouvel El Dorado de la publicité en ligne

La moitié de l'humanité est confinée à domicile. Parfois depuis plus d'un mois. Aussi, la moitié de l'humanité s'ennuie. Profondément. Et les podcasts (ou balados, en bon français) peuvent être perçus comme des échappatoires salutaires par beaucoup.

Il faut dire que l'offre est florissante ces dernières années. D'après le site Podcast Insights, le nombre de podcasts disponibles en ligne serait passé de 500 000 en 2018 à plus de 900 000 début 2020. Une véritable explosion, conjuguée à des statistiques d'écoutes toujours plus encourageantes pour les éditeurs... et les annonceurs.


Source : Podcast Insights


Pourtant, la crise du coronavirus a jeté un froid sur certains publicitaires, soudainement devenus frileux à l'idée de dépenser de grosses sommes sur ce medium.


Un turn over important

Si le marché semble bien se porter, ce sont les annonceurs historiques qui, eux, ont peu à peu retiré leurs billes de la table du podcast. Soucieux, d'une part, d'adapter leur message à la situation et, d'autre part, que le confinement n'est pas la meilleure des périodes pour consommer, les gros bonnets de la pub ont opéré un repli stratégique, laissant ainsi plus de place à des marques qui auront su remanier leur discours plus vite que les autres.

Megaphone, une plateforme de diffusion et de monétisation de podcasts (qui a notamment la préférence de CBS ou Vox Media), aurait ainsi signé deux fois plus de nouveaux clients en mars qu'elle en a perdu, rapporte Digiday.

En réalité, explique Erik Diehn, P-D.G. de Stitcher au média en ligne, « la majorité des annulations ou de rebooking publicitaire provient des clients Direct Response », c'est-à-dire des clients qui optent pour des annonces suscitant - littéralement - une conversion directe de la part de leurs clients (un code promo, une URL courte personnalisée, un numéro à appeler...). Les marques, qui cherchent à vendre une image avant un produit, ont en revanche rapidement adapté leur discours.

C'est notamment ce que permet la publicité audio : une adaptation rapide aux perturbations du marché. Et en ces temps troublés, ce sont les marques les plus réactives qui parviendront à tirer leur épingle du jeu.

Source : Digiday
Modifié le 14/04/2020 à 08h44
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Journey, du studio thatgamecompany, arrive sur Steam en juin
Half-Life: Alyx : un mod pour y jouer sans la VR
Oppo Ace 2 : un smartphone compatible avec charge filaire 65W et charge sans-fil 40W !
Robin des Bois : le classique de Disney de 1973 va avoir droit à un remake (sur Disney+)
StopCovid, tracking, contact tracing : les définitions et usages potentiels du traçage numérique [VIDÉO]
Le HomePod tourne désormais sous tvOS
Nintendo Switch : la version 10.0 de l'OS permet enfin de remapper les touches
Un nouveau Crysis teasé via Twitter
5G : l'ANFR publie son rapport sur l'exposition du public aux ondes électromagnétiques
Haut de page