Fake news et réseaux sociaux s'invitent encore dans les élections brésiliennes

28 septembre 2022 à 13h45
7
Fake news © Shutterstock.com
© Shutterstock

Si Lula, le candidat progressiste aux élections présidentielles brésiliennes, est largement en tête des sondages, Bolsonaro et l'extrême droite du pays sont loin de s'avouer vaincus.

Comme à chaque fois depuis au moins les campagnes en faveur du Brexit et de Donald Trump en 2016, la désinformation ciblée envahit les réseaux sociaux et empoisonne la campagne. Au point de faire pencher la balance en faveur de l'actuel président brésilien, qui avait déjà largement utilisé ces méthodes en 2018 ?

Bolsonaro et Trump, même combat ?

C'est une petite musique bien connue et que l'on a notamment largement entendu du côté des États-Unis ces deux dernières années. Sans aucune preuve pour les étayer, des accusations de fraude électorale en faveur de Lula, opposant de l'actuel dirigeant brésilien, circulent chaque jour un peu plus sur les réseaux sociaux à mesure que se rapproche la date du scrutin. Bolsonaro a d'ailleurs déjà publiquement remis en question la fiabilité de ces élections, dans un scénario rappelant largement le comportement de Donald Trump, qui avait ainsi préparé le terrain avant le jour J.

Les deux hommes sont en effet semblables sur de nombreux points, de leur xénophobie à leur méfiance vis-à-vis de la science et de la démocratie, ce qui se traduit aussi dans leur façon de faire campagne. L'actuel président brésilien a ainsi, dans une grossière imitation de l'ex-candidat républicain, remis publiquement en cause la fiabilité des systèmes de vote électronique, toujours critiqués aujourd'hui aux États-Unis, plus de deux ans après le scrutin. Quant aux sondages qui annoncent Lula en tête, ils seraient, toujours selon Bolsonaro, trafiqués et peu crédibles.

La ressemblance entre la communication et les méthodes des deux hommes est d'ailleurs si frappante que certains craignent déjà que Brasilia connaisse sa propre version du 6 janvier 2021, lorsque des militants de Trump avaient attaqué le Capitole pour tenter d'invalider la victoire de Joe Biden.

WhatsApp, terrain fertile pour la désinformation au Brésil et dans le monde

Mais si le dirigeant d'extrême droite donne les mots d'ordre, il est loin de les crier dans le désert. Ses supporters et ses équipes se chargent ensuite du travail de terrain. Et le terrain, ici, ce sont les réseaux sociaux qui se couvrent de fausses informations visant à décrédibiliser l'adversaire ou la validité même de l'élection. L'un d'entre eux en particulier a les faveurs du président candidat, à tel point qu'il a clairement incité ses supporters à l'investir : WhatsApp. En effet, la messagerie de Meta avait joué en grand rôle de diffusion de la désinformation en 2018, lors de la précédente élection, au point que des journalistes l'avaient appelée « l'élection WhatsApp ».

La popularité de ce service ne se limite d'ailleurs pas aux complotistes brésiliens. La multiplication des groupes diffusant des fake news à l'infini pendant la récente élection présidentielle française, mais aussi et surtout au plus fort de la crise de la COVID-19, montre à quel point il est efficace en la matière. Le choix de Meta de limiter la taille des groupes que l'on peut y créer ou le nombre de fois qu'un message peut être transféré a incontestablement été un pas dans la bonne direction. Mais il est apparemment insuffisant pour que les équipes de Bolsonaro abandonnent leur terrain de jeu préféré.

Sources : Wired, NPR

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
5
Titan
Tant qu’il n’y aura pas de régulation (il y a des solutions possibles comme mettre son nom, son numéro de téléphone et son adresse postale, sur leur timeline pour que la justice se saississe, si dérive il y a) on n’y arrivera jamais, sinon
arbor111
Ils s’invitent ou ils sont invités moyennant finance ?<br /> Facebook/Instagram/Whatsapp merveilleux outils aux services des Ripoux
Titan
Et ils en ont font de la pub constamment avec une forme d’agressivité sans limite, c’est dingue, çà, comme si leur vie dépendait de cette grosse bouse du web
arbor111
Et aussi, ils promettent des audiences de folie, si on achète de la pub. Et après, on réalise que ce sont des faux comptes qui likent les pubs. Vraiment l’enfume à tous les niveaux
octokitty
T’inquiètes pas, on aura bientôt un système de score social qui permettra de lier son identité réelle à son profil internet dans les 10 prochaines années et qui s’appliquera dans tout le sphère occidental, ce qui accélèrera les procédures que tu décris. Plus besoin d’encombrer la justice, trop lente. On aura des milices privées en ligne. Le tout est piloté à travers une coalition de gouvernements de plusieurs pays, les Big Tech et les ONG tels que SPLC, ADL, la Licra et d’autres.<br /> Les dictatures ont déjà ce genre de choses d’une façon ponctuelle, mais nos dirigeants vendront que « non ce n’est pas la même chose que le système de crédit social chinois ».<br /> Tout se met lentement en place, il ne manque plus qu’un événement déclencheur pour pouvoir justifier son déploiement.
Titan
Je n’ai plus Fakebook, depuis 15 ans, non
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Sympathique idée de cadeau de Noël avec ce PC portable gamer HP en promo
Quel dommage... ce hoodie pour manette Xbox ne sera pas dispo pour Noël
Coupures d'électricité : cet hiver, le réseau mobile aussi pourrait tomber !
L'excellent SSD 2,5
Idée cadeau | Papertrophy : des animaux en papier
Idée cadeau | Insta360 X3 : une caméra spectaculaire
Idées cadeaux : 5 accessoires Nintendo Switch pour Noël
Le prix du kit mémoire Kingston FURY Renegade DDR4 2x16 Go s'effondre (-32%)
Après le Black Friday, voici 10 idées cadeaux pour Noël
Vous devriez faire attention à vos données collectées depuis ces caméras et sonnettes connectées
Haut de page