Boostée par le RGPD, la CNIL a enregistré 27% de plaintes en plus en 2019

11 juin 2020 à 08h42
0
cnil-logo.png

Le gendarme français des données a publié, mardi, son rapport annuel en révélant avoir reçu plus de 14 000 plaintes l'an dernier, un chiffre en nette augmentation par rapport à 2018.

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) aura été très sollicitée en 2019. L'autorité administrative indépendante indique avoir enregistré, dans son quarantième rapport annuel , un total de 14 137 plaintes l'année passée, ce qui représente justement une hausse de 27% sur un an. Cette augmentation est à mettre au crédit du Règlement général sur la protection des données (RGPD), qui a connu sa première année pleine en 2019.

Sécurisation des données, violations personnelles et surveillance sur le lieu de travail… Des tendances fortes

Pour sa deuxième année d'activité avec le RGPD, la CNIL a vécu une seconde campagne intense. Aux milliers de plaintes reçues, qui sont d'ailleurs en augmentation de 79% sur cinq ans, on peut ajouter les 8 millions de visites sur son site web, les 17 302 requêtes par voie électronique (+2,5%), et les 145 913 appels traités, soit 400 coups de fil quotidiens.

La CNIL indique aussi avoir noté une augmentation des plaintes pour défaut de sécurisation des données, « désormais un motif récurrent de plainte » auprès de l'autorité. Elle a d'ailleurs reçu 2 287 notifications de violations de données personnelles en 2019. Pour le reste, près d'un tiers des plaintes concerne la publication de données personnelles (photos, vidéos, identité, etc.) sur Internet, que ce soit les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux. La surveillance sur le lieu de travail (vidéosurveillance, écoutes téléphoniques, géolocalisation) a généré 10,7% de plaintes supplémentaires l'an dernier, touchant autant le secteur privé que le secteur public.

L'autorité annonce avoir reçu 422 plaintes relatives au déréférencement, ce qui semble peu mais c'est 13% de plus qu'en 2018. On notera au passage que 98% des demandes destinées aux moteurs de recherche ont connu une issue favorable.

Plaintes CNIL 2019 © CNIL
© CNIL

Les sanctions ? Il y a eu Google et les autres

Outre les plaintes, la CNIL a plus que maintenu son activité de contrôle, plus importante encore depuis l'ajout de l'arsenal répressif que constitue le RGPD. En 2019, le gendarme des données a procédé à 300 contrôles : 169 sur place, 53 en ligne, 45 sur pièce et 18 auditions.

C'est au niveau des sanctions économiques que la commission semble pêcher, malgré l'activation de nouveaux seuils de sanction permis par le RGPD. Certes, elle a prononcé 42 mises en demeure et sept amendes pour un montant total de 51,37 millions d'euros, mais il ne faut pas oublier que c'est celle infligée à Google , en janvier 2019 (50 millions d'euros), qui constitue la très grande part du montant.

Source : CNIL

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers actualités

Là où meurent les Autolib... un cimetière découvert en pleine campagne
Profitez d'une belle remise sur le Samsung Galaxy S20 FE
Non, l'iPhone 15 n'aura pas Touch ID (ni les iPhone suivants)
Gboard Bar, ce clavier dévoilé par Google Japon est parfaitement incroyable
Google Pixel Watch : design et interface se montrent à leur tour dans une fuite
Ferrari piraté à son tour
Des cartes mères ASRock remplacées à cause... d'un autocollant
Moins de 170€ pour ce smartphone OPPO A54 !
Découvrez le Citroën Oli : le concept de véhicule électrique ultra léger
Si vous cherchez une nouvelle TV pour le mondial de foot, cette offre est faite pour vous
Haut de page