La lutte contre la fraude financière dans les publicités va s'intensifier chez Google

03 octobre 2022 à 10h10
0
fraude piratage © Pexels / Sora- Shimazaki
© Pexels/Sora Shimazaki

Google a annoncé, lundi, avoir étendu à la France et à l'Allemagne son programme de vérification des annonceurs de services financiers, pour mieux lutter contre les fraudeurs du Web.

Faisant de la lutte contre la fraude financière dans les publicités une priorité, Google met à jour son règlement sur les produits et services financiers, étendant au passage à la France, à l'Allemagne et à l'Indonésie son programme qui consiste à vérifier les annonceurs. L'idée, pour la firme de Mountain View, est à la fois de mieux protéger ses utilisateurs, et d'assurer à ses partenaires publicitaires qu'ils ne seront pas court-circuités par des acteurs malhonnêtes.

Google accélère la lutte contre les escroqueries financières en France, après avoir montré une certaine efficacité au Royaume-Uni

Cette extension du règlement destiné aux produits et services financiers a été lancée en septembre 2021 de l'autre côté de la Manche, au Royaume-Uni, où les annonceurs doivent déjà attester auprès de Google qu'ils ont l'autorisation par la Financial Conduct Authority (FCA), qui est un peu l'équivalent de notre Autorité des marchés financiers (AMF).

Google affirme avoir assisté à une franche baisse des signalements d'annonces publicitaires qui promeuvent des escroqueries financières. Un succès qui, selon l'entreprise, « démontre qu'il s'agit d'une solution significative et efficace pour protéger les internautes », qui lui « donne la confiance nécessaire pour l'étendre à d'autres pays ».

Qu'est-ce qui va changer pour les annonceurs de services financiers en France ? Concrètement, ils devront prouver qu'ils sont autorisés directement par les autorités compétentes en matière de services financiers, ou à défaut, ils devront démontrer qu'ils sont dispensés de cette formalité, qui n'est d'ailleurs pas la seule. Les acteurs devront aussi avoir suivi le programme de validation des annonceurs de Google.

Jusqu'à fin janvier pour se mettre en conformité

Pour ce qui est du cas de la France, les registres des services financiers autorisés sont aujourd'hui tenus par l'Autorité des marchés financiers (AMF), dont nous parlions, mais aussi l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), ainsi que l'Organisme pour le registre des intermédiaires en assurance (ORIAS).

Si cette règle est évidemment obligatoire, Google veut laisser un peu de temps aux annonceurs. Ces derniers peuvent en effet demander à être validés à compter du 3 octobre, et ce, jusqu'au 24 janvier 2023, date d'entrée en vigueur du règlement. « Les annonceurs qui n'auront pas effectué la nouvelle procédure de vérification d'ici cette date ne seront plus autorisés à promouvoir de services financiers », prévient d'ores et déjà la firme américaine.

En 2021, Google indique avoir bloqué ou supprimé plus de 58,9 millions de publicités pour violation de ses règles régissant les services financiers. Cela fait désormais deux ans que l'entreprise a lancé son programme de validation des annonceurs, qui les oblige à vérifier et à livrer des informations précises sur leurs activités, comme leur emplacement par exemple. Un minimum pour rendre le Web plus sûr.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers actualités

Attention à cette fausse app MSI Afterburner, elle peut vous voler vos données
Sites de téléchargement : c'est terminé pour les films et séries piratés par le groupe EVO
Vous en rêviez ? Le PalmPilot revient en émulateur sur Internet Archive
Twitter : en interne, la restauration de 62 000 comptes bloqués est appelée le
Nouveau scandale chez Uber, accusé d'espionner ses chauffeurs
Portal avec du ray tracing, ça arrive très vite !
Rachat de Salto : Molotov dément les rumeurs
L'après Black Friday, c'est un écran PC gaming ViewSonic 2K 144 Hz en promo
Fissures et démontage : le chantier du réacteur de fusion ITER va prendre beaucoup de retard
Après le Black Friday, la Xbox Series S n'a toujours pas remonté de prix !
Haut de page