🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Google veut que vous l'aidiez à savoir quels dégâts les smartphones ont pu faire à votre cerveau

24 mai 2022 à 13h50
3
Smartphone Google © © Daniel Romero / Unsplash
© Shutterstock.com

Des chercheurs vont utiliser une application santé développée par Google pour analyser les comportements des utilisateurs de smartphones.

Si l'on sait que les smartphones peuvent avoir un impact sensible sur la santé mentale de leurs utilisateurs, des chercheurs veulent aller plus loin dans la compréhension du phénomène.

Un projet de recherche qui mise sur une collecte de données passive

Le Center for Digital Mental Health de l'université de l'Oregon vient de lancer une grande étude en ce sens et s'est associé à Google pour collecter le maximum d'informations auprès des utilisateurs souhaitant participer à cette opération.

Pour ce faire, les scientifiques vont utiliser l'application Google Health Studies, un logiciel développé par Google et lancé en 2020 pour aider les équipes de recherche à collecter des données utiles à leur sujet d'étude.

Les données d'utilisation seront recueillies de manière passive, sans que l'utilisateur n'ait quoi que ce soit à saisir dans un logiciel spécifique. Les possesseurs de bracelets connectés Fitbit, reliés à leur smartphone Android, pourront apporter s'ils le souhaitent des données supplémentaires, notamment le nombre de pas réalisés ou la mesure du sommeil afin de détecter des changements de comportement dans leur repos quotidien, selon l'heure à laquelle ils utilisent leurs smartphones.

Pouvoir aider les constructeurs à limiter l'impact de leurs smartphones sur la santé mentale

Comme l'explique le Dr Nicholas Allen, professeur de psychologie dans l'université de l'Oregon sur le blog de Google, les différentes études réalisées auparavant sur ce même sujet étaient partielles, en fonction des résultats saisis par les utilisateurs durant le temps de l'enquête. Les outils de Google permettent ici de saisir bien plus précisément les habitudes d'utilisation des possesseurs de smartphones. « Pourriez-vous dire combien d'heures ou de minutes vous avez utilisé votre téléphone hier sans vérifier vos mesures de temps d'écran ? Probablement pas ! » ajoute le chercheur.

L'objectif de cette analyse est d'aider les fabricants de smartphones, et l'on imagine Google en tête, à améliorer leurs systèmes d'exploitation afin d'apporter des solutions pour limiter l'impact sur la santé mentale des utilisateurs.

Cette étude est pour l'heure réservée aux utilisateurs américains qui ont installé l'application Google Health Studies et autorisé le suivi de leur activité dans les paramètres de l'application. Les résultats ne sont pas attendus avant plusieurs mois, mais l'on a hâte de voir quelles seront les réponses apportées par les constructeurs et les éditeurs une fois les recherches arrivées à leur terme.

Source : Android Police

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
xavz78
Non et tout progrès fait après cette étude sera du positif à prendre.<br /> C’est pareil avec le greenwashing, c’est toujours mieux que rien et on assiste à une surenchère de la part des entreprises qui nécessairement fait aller plus loin un grand nombre d’acteurs. Rien n’est et ne sera jamais parfait, donc, sauf à être psychorigide et absolu, les progrès sont là.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Apple : on sait (peut-être) quand le casque de réalité mixte sera annoncé !
D'impressionnantes peintures de guerre réalisées par IA pour soutenir l’Ukraine
Pour une IA responsable, Microsoft restreint la reconnaissance faciale
Voici Jetson ONE, le premier eVTOL volant à une place qui vole vraiment (Vidéo)
Une IA pour compter les moutons, on n’arrête pas le progrès
Vous pouvez désormais manger vos impressions 3D, grâce à la Pâtisserie Numérique
La Magie et la Tech font bon ménage, la preuve en images à VivaTech
Knext, le robot barista de demain qui fait saliver tout VivaTech
Vers des robots plus humains : des scientifiques japonais mettent au point une peau presque humaine et auto-réparable
Google licencie un ingénieur après sa discussion troublante avec une IA : elle avait peur d'être débranchée
Haut de page