Google prête à renoncer à utiliser les données de santé pour faire valider le rachat de Fitbit

14 juillet 2020 à 19h10
9
Google logo © Google

Ciblée par le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), Google souhaite éviter une enquête de l'Union européenne et serait prête à faire des concessions sur la collecte de données de santé pour y parvenir.

En novembre 2019, Google avait finalisé sa proposition de rachat du spécialiste des trackers d'activité, Fitbit , pour 2,1 milliards de dollars. L'opération, effectuée juridiquement par la maison-mère de Google, Alphabet, suscite depuis l'inquiétude du Bureau européen des consommateurs , qui estime que l'accord conclu entre les deux firmes américaines n'avantage ni les clients, ni la concurrence. Pire, l'exploitation des données de santé du tracker renforcerait le ciblage publicitaire de la firme de Mountain View.

Les concessions de Google pour séduire les autorités européennes

Appelée à intervenir, la Commission européenne n'a pour l'instant pas lancé d'enquête officielle. Ce que Google souhaite à tout prix éviter, évidemment. Pour l'heure, l'autorité a demandé aux régulateurs de l'Union européenne de sonder les différents fabricants de smartphones , de wearables, mais aussi les fournisseurs de services en ligne, les développeurs d'applications et les prestataires de santé de soin. Ces derniers doivent recueillir leur avis sur le rachat de Fitbit par Google.

Les préoccupations de l'Union européenne sont certaines. Elle redoute une entente entre les deux sociétés autour de l'utilisation des données de santé, et de l'exploitation de celles-ci à des fins de ciblage publicitaire et, donc, de maximisation des revenus d'Alphabet et de sa maison-mère Google.

Pour tenter de se racheter aux yeux de l'Union européenne et d'éviter, donc, une éventuelle enquête, la firme de Mountain View pourrait renoncer à utiliser et exploiter les données de santé de Fitbit.

Google, décidée à s'imposer sur le marché des wearables et de la santé connectée

Google a expliqué, dans un communiqué, apprécier « l'opportunité de travailler avec la Commission européenne sur une approche qui protège les attentes des consommateurs que les données des appareils Fitbit ne seront pas utilisées à des fins publicitaires ».

Cet engagement pris par Google, qui ne cache plus son intention de devenir l'un des concurrents des leaders de trackers et de la santé connectée que sont Apple (29,3% de parts de marché dans le monde), Samsung, Xiaomi ou Huawei, pourrait être suffisant pour convaincre l'Union européenne et la pousser à valider le rachat de Fitbit (3% de parts de marché) par le géant californien.

La Commission européenne a décidé de se donner un peu plus de temps et d'attendre jusqu'au 4 août pour donner une suite à cette affaire. Elle pourrait, d'ici là, décider d'ouvrir une enquête de quatre mois, si les préoccupations deviennent trop sérieuses. En attendant, elle essaiera d'obtenir le point de vue des différents rivaux de Google et des utilisateurs, qui l'aideront à se prononcer.

Modifié le 15/07/2020 à 08h59
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
9
nicgrover
Il me semble que «&nbsp;Google prêt à renoncer à…&nbsp;» conviendrait mieux.<br /> Google peut toujours renoncer en façade mais le ciblage publicitaire est trop juteux pour ne pas y succomber… peut-être pas dans l’immédiat…
GRITI
Personnellement, sur ce sujet, je ne leur ferai pas du tout confiance. Bon, pour être honnête, je ne leur fais confiance pour rien…
c_planet
pourrait renoncer à utiliser et exploiter les données de santé de Fitbit<br /> D’où la question, combien de données différentes génères un fitbit et combien sont considérées comme des données santé ? Si ça se trouve 80% des données pourront quand même être exploitées.
TofVW
Ouf, si c’est Google qui le dit, je suis totalement rassuré!
Lord_Crazy
On y croit tous… Tout comme Facebook avait accepté de limiter son usage des données suite à l’acquisition de WhatsApp…
ares-team
«&nbsp;Google prêtE…&nbsp;» -&gt; UNE marque, UNE société, UNE entreprise.<br /> C’est surtout très louche que Google veuille à tout prix éviter une enquête de l’Union Européenne.
Saulofein
«&nbsp;Pour l’heure, l’autorité a demandé aux régulateurs de l’Union européenne de sonder les différents fabricants de smartphones, de wearables, mais aussi les fournisseurs de services en ligne, les développeurs d’applications et les prestataires de santé de soin&nbsp;»<br /> Bientôt si tu veux ouvrir une boulangerie, il faudra l’accord de tous les boulanger du département…
nicgrover
Google = un nom… dans ce cas on précise la société Google ou l’entreprise Google ou la marque Google. Origine Googol (voir Wikipedia)<br /> «&nbsp;Les mots sont comme les monnaies : ils ont une valeur propre avant d’exprimer tous les genres de valeurs&nbsp;» Antoine de Rivarol
Giani
« l’opportunité de travailler avec la Commission européenne sur une approche qui protège les attentes des consommateurs que les données des appareils Fitbit ne seront pas utilisées à des fins publicitaires »<br /> Mon attente en tant qu’utilisateur des services Fitbit ? Que Google reste loin… très loin !
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Stadia : les studios à l'origine d'Until Dawn et Rock Band travaillent sur des exclusivités
Soldes d'été : l'enceinte Marshall Kilburn II à 199€ et le casque Major III offert !
Soldes d'été : une offre immanquable sur le Samsung Galaxy S20 à 604,99€
Soldes d'été 2020 : le Xiaomi Redmi 8 au tout petit prix de 139€
Soldes d'été : l'Apple Watch Série 5 à son meilleur prix chez Rakuten !
Bientôt des cultures résistantes à la sécheresse ?
LGPD : Google se prépare à se conformer à la contraignante loi brésilienne sur la protection des données
La NASA vous offre un timelapse de 10 ans d'activité solaire
Twitter atteint le milliard d'installations sur le Play Store... 6 ans après Facebook !
Windows 10 : pour certains utilisateurs, même avec l'outil de création de média, la MàJ est impossible
Haut de page