Google prête à renoncer à utiliser les données de santé pour faire valider le rachat de Fitbit

14 juillet 2020 à 19h10
9

Ciblée par le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), Google souhaite éviter une enquête de l'Union européenne et serait prête à faire des concessions sur la collecte de données de santé pour y parvenir.

En novembre 2019, Google avait finalisé sa proposition de rachat du spécialiste des trackers d'activité, Fitbit, pour 2,1 milliards de dollars. L'opération, effectuée juridiquement par la maison-mère de Google, Alphabet, suscite depuis l'inquiétude du Bureau européen des consommateurs, qui estime que l'accord conclu entre les deux firmes américaines n'avantage ni les clients, ni la concurrence. Pire, l'exploitation des données de santé du tracker renforcerait le ciblage publicitaire de la firme de Mountain View.

Les concessions de Google pour séduire les autorités européennes

Appelée à intervenir, la Commission européenne n'a pour l'instant pas lancé d'enquête officielle. Ce que Google souhaite à tout prix éviter, évidemment. Pour l'heure, l'autorité a demandé aux régulateurs de l'Union européenne de sonder les différents fabricants de smartphones, de wearables, mais aussi les fournisseurs de services en ligne, les développeurs d'applications et les prestataires de santé de soin. Ces derniers doivent recueillir leur avis sur le rachat de Fitbit par Google.

Les préoccupations de l'Union européenne sont certaines. Elle redoute une entente entre les deux sociétés autour de l'utilisation des données de santé, et de l'exploitation de celles-ci à des fins de ciblage publicitaire et, donc, de maximisation des revenus d'Alphabet et de sa maison-mère Google.

Pour tenter de se racheter aux yeux de l'Union européenne et d'éviter, donc, une éventuelle enquête, la firme de Mountain View pourrait renoncer à utiliser et exploiter les données de santé de Fitbit.

Google, décidée à s'imposer sur le marché des wearables et de la santé connectée

Google a expliqué, dans un communiqué, apprécier « l'opportunité de travailler avec la Commission européenne sur une approche qui protège les attentes des consommateurs que les données des appareils Fitbit ne seront pas utilisées à des fins publicitaires ».

Cet engagement pris par Google, qui ne cache plus son intention de devenir l'un des concurrents des leaders de trackers et de la santé connectée que sont Apple (29,3% de parts de marché dans le monde), Samsung, Xiaomi ou Huawei, pourrait être suffisant pour convaincre l'Union européenne et la pousser à valider le rachat de Fitbit (3% de parts de marché) par le géant californien.

La Commission européenne a décidé de se donner un peu plus de temps et d'attendre jusqu'au 4 août pour donner une suite à cette affaire. Elle pourrait, d'ici là, décider d'ouvrir une enquête de quatre mois, si les préoccupations deviennent trop sérieuses. En attendant, elle essaiera d'obtenir le point de vue des différents rivaux de Google et des utilisateurs, qui l'aideront à se prononcer.

Source : Mobile Marketer

Modifié le 15/07/2020 à 08h59
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
9
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Un PC portable HP 14
Meilleur forfait mobile : le comparatif de mars 2021
PlayStation Store lance ses soldes Essential Picks : jusqu'à -80% sur de nombreux jeux
Avis Sosh : que valent les forfaits mobiles Sosh sans engagement ?
Avis B&You : que valent les forfaits mobiles B&You sans engagement ?
Avis RED by SFR : est-ce le meilleur forfait mobile sans engagement ?
Atterrissage presque réussi lors du nouvel essai du Starship de SpaceX
WhatsApp offre maintenant des appels vidéos chiffrés de bout en bout sur client desktop
Nintendo Switch : le nouveau modèle serait équipé d'un écran OLED 7 pouces
Google Chrome 89 disponible : les Progressive Web App s'enrichissent d'expériences hors ligne
Haut de page