Microsoft, Google et Facebook s'attaquent au groupe de hackers NSO

23 décembre 2020 à 13h45
5

Les géants de la tech ont officiellement lancé des actions en justice à l'encontre de la société NSO spécialisée dans le piratage des smartphones.

Venturebeats rapporte un communiqué de Reuters expliquant que la firme israélienne NSO est considérée comme « puissante et dangereuse » par les plaignants. L'année dernière, Facebook avait lancé des actions à son encontre. La firme de Mark Zuckerberg reçoit le soutien d'autres multinationales.

NSO pointé par les géants de la tech

Les hackers de NSO avaient piraté la messagerie de WhatsApp afin de permettre à l'un de ses clients de surveiller les activités de 1 400 personnes à travers le monde. La société explique qu'elle commercialise ses solutions auprès des autorités dans le cadre de leurs enquêtes. Elle estime qu'elle devrait profiter d'une immunité.

Si NSO a perdu face à Facebook, la société a quand même lancé une procédure d'appel. Dans le cadre de ce prochain procès, Microsoft, Alphabet, Cisco, Dell et InternetAssociation.org ont décidé de soutenir la firme de Mark Zuckerberg. Ils estiment en effet qu'attribuer à NSO une immunité favoriserait largement la prolifération de technologies visant à pirater les appareils au détriment des utilisateurs.

En outre, cela inciterait davantage de gouvernements à s'équiper de dispositifs de surveillance numérique, « multipliant ainsi les risques que ces outils tombent entre de mauvaises mains et soient utilisés de manière malveillante ».

NSO au cœur de plusieurs scandales

NSO explique que ces outils sont utilisés pour lutter contre les criminels. Cependant, la définition de ce terme dépend plus véritablement de ses clients. Selon Amnesty International, la technologie mise au point par NSO aurait permis de cibler des journalistes, des avocats mais également des nutritionnistes souhaitant voir la mise en application de taxes sur les sodas.

Le soutien des multinationales apporté à Facebook survient quelques jours après la découverte d'une nouvelle vague de piratage.

Nous apprenions cette semaine que NSO avait mis au point un malware baptisé Kismet pour le compte du gouvernement saoudien et de celui des Émirats arabes. Selon le cabinet de sécurité Citizen Labs, Kismet aurait permis aux agences de renseignement d'infiltrer et de surveiller les iPhone de 27 journalistes et dissidents.

En 2018, le groupe aurait été indirectement impliqué dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi travaillant pour le Washington Post. NSO avait en effet infiltré la messagerie WhatsApp pour le compte du gouvernement saoudien.

Deux ans plus tôt, les hackers de NSO avaient conçu le malware Pegasus ciblant également les smartphones d'Apple et permettant d'intercepter les appels, les SMS, les e-mails et les contacts.

Source : Venturebeats

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Des photos de la Galaxy Watch 4 Classic sont apparues en ligne
Mode sombre : des effets modérés sur la consommation de batterie de nos smartphones
Les Huawei P50 et P50 Pro officialisés en Chine, ils embarquent HarmonyOS et le Snapdragon 888
OnePlus profite d'une croissance insolente sur le marché des téléphones aux USA
Samsung : les Galaxy Tab S8+ et Ultra pour accompagner la sortie du Galaxy S22 ?
OPPO a dévoilé sa montre connectée OPPO Watch 2, qui promet une impressionnante autonomie
Le OnePlus Nord 2 est désormais disponible en France, à partir de 399 euros
Motorola officialise ses Edge 20, des smartphones qui mettent le paquet sur la photo
iOS 15 : certaines commandes de Siri ne fonctionneront plus avec les applications tierces
Même en Chine, Huawei ne fait plus partie du top 5 des vendeurs de smartphones
Haut de page