Amazon demande, Apple s'exécute et supprime une application... qui combattait les faux avis

20 juillet 2021 à 09h40
27

L’application Fakespot, qui détecte les faux avis laissés sous les produits, vient d’être supprimée de l’App Store après signalement d'Amazon. Une sanction injuste et infondée selon Saoud Khalifah, son fondateur. 

Également connue pour ses extensions web, Fakespot est souvent citée dans des rapports s’intéressant aux faux avis sur la toile. L’application a bénéficié d’une mise à jour majeure de son application iOS au début du mois de juin, dans le but de mieux lutter contre le fléau des faux avis sur les sites d’e-commerce, et plus particulièrement sur Amazon. 

Un « litige de propriété intellectuelle », selon Apple

Quelques jours après la sortie de la nouvelle application, à la mi-juin, Amazon a lancé une procédure de retrait de cette dernière en notifiant à Apple que Fakespot allait à l’encontre de l’une des règles de l’App Store, la voici : « Si votre application utilise, accède à, monétise l'accès à, ou affiche le contenu d'un service tiers, assurez-vous que vous êtes spécifiquement autorisé à le faire en vertu des conditions d'utilisation du service. L'autorisation doit être fournie sur demande ». 

En outre, Amazon dénonce une technique baptisée « wrapping » utilisée par Fakespot dans le code de son application et lui permettant d’obtenir une vue de navigateur web. Le géant de l’e-commerce déclare ainsi qu’elle pose un danger pour les données personnelles de ses utilisateurs, et rend plus facile une attaque malveillante. 

Après un avertissement reçu fin juin via un e-mail de quelques lignes seulement, Fakespot a vu son application retirée de l’App Store ce vendredi 16 juillet. « Il s'agissait d'un litige sur les droits de propriété intellectuelle initié par Amazon le 8 juin. Dans les heures qui ont suivi, nous avons veillé à ce que les deux parties soient en contact l'une avec l'autre, en expliquant le problème et les mesures à prendre par le développeur pour que son application reste sur le magasin, et en lui donnant suffisamment de temps pour résoudre le problème. Le 29 juin, nous avons à nouveau contacté Fakespot quelques semaines avant de retirer son application de l'App Store », a expliqué un porte-parole de la marque à la pomme au média The Verge.  

Une injustice pour Fakespot

Autre son de cloche du côté de Fakespot. Son P.-D.G., Saoud Khalifah, affirme qu’Apple ne lui a donné aucune opportunité de rectifier le tir. « Amazon est prêt à intimider les petites entreprises comme la nôtre qui mettent en évidence les failles de l'entreprise », a-t-il déclaré. Il rappelle par ailleurs que la technique du « wrapping » ne dérange pas la plateforme lorsqu’elle est appliquée par des sites de bons d’achat. « Nous ne volons pas les informations des utilisateurs, nous n'avons jamais fait cela. Ils ont montré zéro preuve et Apple a agi sur ce point avec zéro preuve », a continué le P.-D.G. 

De son côté, Amazon assure tout mettre en œuvre pour lutter contre les faux avis, qui sont de plus en plus courants depuis le début de la pandémie de Covid-19, et affirme être bien plus efficace que Fakespot pour y parvenir… 

Sources : CNBC , The Verge 

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
27
19
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Microsoft en cours d'acquisition de RiskIQ, spécialiste de la cyber-sécurité pour $500 millions
Une plainte contre Google pour discrimination salariale est devenue un recours collectif représentant 10 800 femmes
Logitech annonce une année fiscale 2021 exceptionnelle, la meilleure depuis... toujours
Apple en hypercroissance sur ses derniers résultats
Alphabet : des résultats financiers records grâce à la publicité, Google Cloud et YouTube
Arrêté par le FBI, il voulait faire sauter un centre de données d'Amazon
Une amende antitrust de 2,3 milliards d'euros pour Alibaba en Chine
Une imposition minimum pour les grandes entreprises numériques sérieusement discutée
Uber versera 1,1 million de dollars à une personne non-voyante refusée 14 fois par des conducteurs
Aux USA, Amazon aurait licencié illégalement des salariées critiquant les conditions de travail de la firme
Haut de page