Paiement électronique : naissance d'un nouveau géant européen

06 octobre 2020 à 12h28
1
payment card
CC BY-SA 3.0 Nick Youngson / Alpha Stock Images

Les entreprises italiennes Nexi et SIA fusionnent pour créer une nouvelle entité valorisée à plus de 15 milliards d'euros en Bourse.

Tandis que le paiement électronique continue de se déployer dans le monde, l'union de deux entreprises rivales met sur pied un nouveau groupe aux ambitions européennes.

La fusion définitive en 2021

Un an de négociations plus tard, Nexi et SIA (propriété de Cassa Depositi e Prestiti – CDP) ont annoncé leur prochaine fusion lundi 5 octobre 2020. Ce mariage unit les deux entreprises italiennes, spécialistes des solutions de paiement. Le nouveau groupe fait un chiffre d’affaires annuel estimé à 1,8 milliard d’euros.

« Cette transaction créera un grand groupe italien de paiements électroniques doté d'une taille et de capacités lui permettant de jouer un rôle croissant sur un marché comme l'Europe, où la tendance à la consolidation est forte » se réjouit Paolo Bertoluzzo, administrateur délégué de Nexi et futur CEO du groupe.

Il faudra attendre l'été 2021 pour finaliser la fusion, qui s'effectuera entièrement par actions. 70 % du capital sera détenu par Nexi, pour une valorisation boursière supérieure à 15 milliards d'euros.

À l’assaut de l’Europe

Avec déjà 70 % du marché italien des paiements électroniques dans leur poche, le nouveau groupe n’entend pas s’arrêter au pied des Alpes : avec 120 millions de cartes de paiement à gérer et les paiements de 2 millions de commerçants à traiter, il devient le numéro un des solutions de paiement électronique en Europe continentale.

Le marché est d’ailleurs mature : selon le Boston Consulting Group, 55 % des transactions hors espèces s’effectuent par carte dans l’UE. Et la tendance s’accélère depuis la pandémie de COVID-19 : en Italie, l’utilisation des espèces a baissé de 30 % pendant la crise sanitaire. À l’inverse, les revenus provenant du e-commerce devraient continuer de s’accroître dans le monde dans les trois prochaines années.

« La COVID-19 a représenté un accélérateur vers une société où l'argent liquide disparaîtra alors qu'il est encore trop largement présent en Italie » analyse Pier-Paolo di Stefano, administrateur délégué de CDP, la maison-mère de Sia. « C'est une question importante du point de vue sanitaire, mais aussi pour lutter plus efficacement contre l'évasion fiscale. »

Ce nouveau groupe viendra notamment concurrencer Worldline. Le groupe français s’apprête en effet à acquérir Ingenico pour former un mastodonte des solutions de paiement, le quatrième mondial.

Source : Les Échos

Modifié le 06/10/2020 à 17h05
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Cyberattaque : la France est dans le viseur de hackers chinois
Vous pouvez vérifier si votre mobile a été infecté par le logiciel Pegasus, voici comment !
Intel serait en pourparlers pour racheter GlobalFoundries, deuxième plus gros fondeur au monde
Xbox : une mise à jour de l'application familiale pour mieux contrôler les dépenses des enfants
PrintNightmare : le patch ne suffit pas, il faut éditer la base de registre...
La Commission européenne repousse son projet de taxe numérique à octobre
Droits voisins : l'Autorité de la concurrence inflige une amende de 500 millions d'euros à Google
Intel : bientôt une usine en France ?
JEDI : poursuivi en justice par Amazon, le Pentagone annule son énorme contrat avec Microsoft
TSMC fait +20 % sur ses revenus annuels malgré les pénuries
Haut de page