L'effarant bilan carbone des influenceurs les plus suivis dévoilé dans une étude : saurez-vous deviner ?

Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu
14 mars 2023 à 08h50
18
Les influenceurs Lena Situations et Bilal Hassani sont parmi les plus suivis en France © Shutterstock
Les influenceurs Lena Situations et Bilal Hassani sont parmi les plus suivis en France © Shutterstock

Voyages, modes de consommation qu'ils encouragent, création de contenu et incitations à l'engagement : les influenceurs ont un impact carbone qui, pris individuellement, peut être considérable.

Les influenceurs et autres créateurs de contenu fédèrent pour certains des communautés d'abonnés gigantesques. L'agence digitale Footsprint et la société spécialisée dans l'analyse de données 1000heads (qui compte Alphabet-Google et Snap Inc. parmi ses clients) ont publié une étude qui nous en apprend plus sur l'impact climatique des influenceurs les plus connus. Les deux sociétés qui ont mené l'enquête expliquent qu'« une partie conséquente de leur bilan carbone est aujourd'hui largement sous-estimée ».

L'équivalent de 481 allers-retours Paris-New York par an ?

L'étude a dressé le portrait-robot de « Clara », une influenceuse française anonymisée qui est suivie par plus de 3 millions de personnes sur TikTok, YouTube et Instagram. Footsprint et 1000heads se sont appuyées sur des profils existants pour illustrer donc l'impact carbone de la publication et du visionnage des contenus de notre influenceuse aux 3 millions d'abonnés.

Celui-ci pourrait atteindre 1 072 tonnes de CO2e par an. C'est l'équivalent de 9 allers-retours Paris-New York par semaine, ou 481 trajets chaque année. Cette donnée peut paraître choquante, mais elle s'explique par différents facteurs qui sont tous plus ou moins de la responsabilité des influenceurs.

Les créateurs les plus suivis entraînent une double conséquence. D'abord, on peut parler de l'impact direct. Il s'agit ici de tous les voyages personnels qu'ils peuvent faire dans le cadre de leur activité, mais aussi de leurs modes de consommation. Puis nous avons l'impact indirect, qui concerne tous les modes de consommation qu'ils encouragent.

Peut-on promouvoir une influence plus responsable ?

Enfin, il y a la pollution qui va être générée par leur principale activité d'influence : la création et la publication de contenu sur les réseaux sociaux, conçu dans le but de générer de l'engagement, du partage, du temps de visionnage, etc. « L’étude démontre que l’empreinte carbone de Clara est une responsabilité collective, qui nécessite l’engagement de l’ensemble des parties prenantes vers une démarche de sobriété, incluant influenceurs et annonceurs, mais également les utilisateurs ainsi que les régies », lit-on dans le document.

Peut-on croire à une influence plus responsable, qui puisse promouvoir des modes de consommation et des pratiques plus respectueux de la planète, sans pour autant sacrifier ses performances média et statistiques ? L'étude y croit et avance même quelques bonnes pratiques pour maximiser le potentiel de réduction des émissions.

Quelles pratiques conseiller aux influenceurs ?

  • Réduire la durée des contenus vidéo ;
  • Compresser les vidéos sans affecter la qualité perçue ;
  • Prolonger la durée de vie des contenus pour favoriser et mieux diffuser les formats courts à impact ;
  • Prioriser le ciblage en Wi-Fi plutôt qu'en données cellulaires (4G ; 5G) ;
  • Privilégier les modes dits « low data » disponibles dans les paramètres des applications.

Source : Étude Footsprint/1000heads

Alexandre Boero

Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, éc...

Lire d'autres articles

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (18)

lepef32
L’inquisition 2.0 c’est beau
zoup01
Les influenceurs, je les regarde tous les vendredis…<br /> Ou plutôt, je suis avec amusement la chronique de « l’influencé » sur quotidien vers 20:45
K702
Dire qu’il suffirait que ces influenceurs ne soient plus autant suivis pour qu’ils influencent moins !
sylvebarbe78
Les influenceurs influent uniquement les pauvres d’esprit Que ce boulot soit interdit voilà tout.
a-snowboard
C’est un peu la mode de tomber sur les influenceurs en ce moment.<br /> Je ne les porte pas dans mon coeur, mais si on leur tombe dessus parce qu’ils promeuvent des choses qui alourdissent le bilan carbone, dans ce cas la, il y a énormément de choses sur lequel on pourrait tomber dessus avec leur publicité.<br /> A tout hasard, les agences de voyages parce qu’il faut se déplacer en avion ? Les compagnie aériennes ? Les constructeurs automobiles ? etc…<br /> Bref, en gros tout est condamnable.<br /> Du coup, cibler les influenceurs, c’est un peu cibler la mauvaise personne à mon sens. Si l’on se soucie vraiment du bilan carbone, il y a peut être plus efficace.<br /> Car bon, influenceur ou pas, ce n’est pas ça qui m’empêchera de voyager à tout vas sur la planète.<br /> Par contre, s’il y a des restrictions de vols, la oui ça sera limitant.
Peutch
La chronique est drôle mais le contenu est tellement affligeant que les invités plateau et le public présent peinent à en rire…
keyplus
je pense qu il y a une faute d’orthographe<br /> âne séries et pas anneseries
DrGeekill
« 1072 tonnes »<br /> Et bien on vient d’apprendre que la bêtise humaine a un poid
MisterDams
une influence française anonymisée qui est suivie par plus de 3 millions de personnes sur TikTok, YouTube et Instagram.<br /> On a déjà un problème avec cette seule phrase. <br /> Nombreux sont les influenceurs qui dupliquent leurs contenus sur plusieurs plateformes, avec donc des followers "croisés. Tu peux avoir 2M sur TikTok et 2M sur Instagram, mais n’avoir une base de fans qui n’est que de 2M de personnes derrière.<br /> Ces fans se retrouvent donc non seulement à regarder des vidéos « qui polluent », mais en plus les voient plusieurs fois, car les systèmes de visionnage « à la chaîne » les poussent sur tous les réseaux de façon indistincte. Pire, elles sont préchargées par le réseau et pas revisionnées puisque la personne swipe en se disant qu’elle l’a déjà vue sur l’autre réseau.<br /> La plaie, c’est l’autoplay.
alexandre_bridel
Comme d’habitude, on fera des micro-efforts (baisser la définition des vidéos, financer des plantations d’arbres, etc.), mais sans tout changer. On dira aux gens qu’il faut qu’ils modèrent leurs usages du numérique. S’ils le veulent, bien sûr, parce qu’il est hors de question d’obliger quoi que ce soit. Ca ferait trop baisser le PIB, alors que si on attend des gens qu’ils se restreignent, on sait qu’ils ne le feront que très peu. Dans quelques années, on le regrettera, mais ce sera trop tard.
Pronimo
Le pire que ces gens la influencent donc les simples d’esprits qui les suivent et ces derniers voudrons tot ou tard imiter leur mode de vie, consommer la meme chose… Bon de toute façon, ce genre de trucs c’est pour amoindrir ce qui est pire en matière d’écologie comme le cloud, le big data, l’ia, la crypto… alalala. Bon je crois avoir consommé 0,0001 tonnes de CO2 pour ce message
cracktonslip
Ils nous saoulent avec leur écologie, la pollution et leur réchauffement climatique !<br /> A un moment faudrait comprendre que notre planète n’a pas les moyens d’accueillir 10 Milliards de personnes (consommant des ressources et émettant de la pollution).<br /> Nous sommes déjà plus de 8 milliards (4 milliars en 1975) à ne plus oser péter par peur d’emmètre du CO2 …<br /> Que se passera t’il quand nous seront 10 puis 15 milliards ?<br /> La seul solution est de réguler nos naissances (et en France on incite à avoir des gosses engraissés par la C A F) !<br /> Un Français rejette 5,20 Tonnes de CO2 par an, cela représente plus de 35500 km avec une voiture polluante (147g CO2 / km).<br /> Au Qatar c’est 37,05 Tonnes (plus de 252000 km) et ils font quoi ?<br /> Les USA, la Chine et l’Inde (59 % de la population mondiale habite en Asie) polluent comme des porcs et ne ramènent même pas leur fesses à la COP 27.
StephaneGotcha
Un peu facile d’appliquer le bilan carbone de celui qui regarde, à celui qui stream/fait des vidéos.<br /> A ce moment la, le comédien dans la pub Peugeot à un bilan carbone catastrophique non ?!<br /> Mais moi je suis parfaitement d’accord avec le fait d’interdire toute forme de pub, ça fera de la pollution directe et indirecte en moins!
phoenix2
A force de péter à longueur de journée sur leur fauteuil, voila le résultat lol !!
alexandre_bridel
La seul solution est de réguler nos naissances<br /> Ca déplace le problème sans le régler. Un pays dont la population diminue ou n’augmente pas, ça crée d’autres problèmes, tels qu’une baisse du PIB ou des difficultés à financer les retraites.<br /> Certains pays sont ont des problèmes alors qu’ils n’ont connu qu’une micro-baisse de la taille de leur population. Par exemple le Japon, qui est passé de 128 millions d’habitants à 125 millions en 15 ans. Ce n’est rien du tout, ils restent avec beaucoup plus d’habitants que pendant la grande majorité de leur histoire, ils restent l’un des pays les plus peuplés au monde. Et pourtant, ça les fout dans une merde noire.<br /> Si résoudre le problème était aussi simple, ça fait longtemps que ça aurait été fait quelque part.<br /> Diminuer la population, c’est augmenter la misère économique. Diminuer la consommation, pareil, ça fout juste au chômage davantage de gens. Il n’y a pas de solution.<br /> Tu me diras peut-être « si y’a pas de solution, alors comment font les animaux dans la nature pour s’en ficher du PIB, de la croissance, du chômage, le tout sans détruire l’environnement ? ».<br /> Certes, mais eux, ils n’ont pas d’économie. Quand un oiseau va chercher des vers de terre, il les mange, il ne les vends pas à un autre oiseau pour repartir chez lui avec de l’argent. Du coup, effectivement, il se fiche des concepts de PIB, de chômage, de financement de ceci ou cela, de croissance, de décroissance, etc.<br /> Bien sûr, on peut faire pareil, mais personne ne le veut. On fera pareil quand on aura fini de nous battre avec chacun notre solution pour déplacer le problème au lieu de le résoudre, et qu’on aura plus le choix.
Remoss
Beau modèle pour nos jeunes ces influenceurs,<br /> leur faire croire qu’une vie professionnelle passée à tester des sacs à main, maquillage, fringues et jeux vidéos est possible… Loin de toute culture de l’effort et de l’apprentissage permanent.<br /> Mais bref, c’est Darwinien…
Palou
et vous comptez leur bilan carbone pour aller en avion à Dubaï ?<br /> Dire qu’il suffirait de ne pas les écouter pour que leur bilan retombe à zéro …
cracktonslip
Dans la nature les animaux régulent leurs naissance en fonction de ce qu’il y a à bouffer (si y’a peu de verres de terre un oiseau fera moins d’œufs).<br /> Continuons à copuler comme des malades (et parallèlement privons nous de tout ce qui pollue) et on verra la tronche de la planète quand on sera 15 puis 20 millions.
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Sur le même sujet