Encore des millions de terminaux Android infectés par des applications du Play Store

Play Store

Des chercheurs de la société spécialisée en cybersécurité ESET auraient découvert 42 applications contenant des adwares.

Ces logiciels malveillants, qui reposaient sur une publicité agressive, concernent 8 millions de téléchargements. Google a déjà réagi, retirant les applications de son catalogue sur Google Play.

Des publicités, mais pas seulement

Selon TechCrunch, ces applications étaient à la fois discrètes et invasives. Lukas Stefanko, l'un des chercheurs d'ESET, a déclaré : « La fonctionnalité de logiciel publicitaire est la même dans toutes les applications que nous avons analysées ». Une fois installées, celles-ci lançaient de façon semi-aléatoires des publicités en plein écran, interrompant l'activité de l'utilisateur. Plus problématique, elles étaient aussi en mesure de supprimer leurs propres icônes de raccourcis, rendant plus difficile leur suppression. Enfin, ESET signale que les logiciels concernés envoyaient en arrière-plan des informations concernant les périphériques sur lesquels ils étaient installés, notamment si celui-ci autorisait l'installation d'applications provenant d'autres sources que le Play Store. Ces informations pouvaient alors être utilisées pour l'installation de malwares de catégories différentes.

Du point de vue de l'utilisateur, ces applications avaient pourtant l'air normales. Certaines imitaient les interfaces d'applications proposées par des acteurs réputés, comme Facebook ou Google. Adopter ces interfaces permettait aux applications d'éviter d'éveiller les soupçons, et de rester sur le terminal le plus longtemps possible. D'après les chercheurs d'ESET, les logiciels s'assuraient aussi que le périphérique n'était pas connecté aux serveurs de Google, toujours pour éviter une éventuelle détection.

Nouvelle vague

Cette précaution n'aura pourtant pas suffi, Google ayant déjà supprimé les applications ciblées du Play Store. Elles restent néanmoins disponibles sur des catalogues d'entreprises tierces. Bien entendu, les personnes les ayant installées peuvent les supprimer : la liste des applications concernées peut être consultée ici.

Au total, les 42 applications identifiées par ESET concernent un total de 8 millions de téléchargements. Certaines incluaient Video Downloader Master, une application recensant à elle seule 5 millions de téléchargements. Les applications Ringtone Maker Pro et SaveInsta, qui comptaient 500 000 téléchargements chacune sont également incriminées.

Au mois de juin, une première vague de 238 applications malveillantes avait déjà été repérée sur le Play Store, concernant 440 millions d'installations. Un chercheur indépendant en cybersécurité, Sean Wright, s'est exprimé à ce sujet auprès de Forbes : « Google dispose d'une équipe de chercheurs, Project Zero, qui examine d'autres applications et services. Peut-être que Google devrait maintenant commencer à examiner de près son propre Play Store, étant donné le volume considérable d'applications malveillantes qui y ont été identifiées ».

Source : TechCrunch
Modifié le 25/10/2019 à 09h42
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Cette smart TV 4K Continental 58
Le pack volant de course Logitech G920 + levier Shifter est vraiment pas cher sur Cdiscount
Les prochains écouteurs WF-1000XM4 de Sony se dévoilent en images
Xbox Series X|S : le Dolby Vision HDR se précise, chez les insiders d'abord et demain pour tous
Cette petite souris sans fil Microsoft Wireless Mobile Mouse est à moins de 10€
MSI met le cap sur le ratio 16:10 et annonce de nouveaux appareils gaming et création
Epic Store : The Lion’s Song offert cette semaine, et une surprise prévue pour la semaine prochaine
Les PC portables modulaires et réparables Framework arriveront en Europe d'ici la fin de l'année
Ghostrunner 2 sera exclusif aux consoles nouvelle génération et aux PC
Gigabyte fait un commentaire sur la fabrication chinoise, perd 550 millions et... présente ses excuses
Haut de page