Le télescope James Webb est à l'ombre, place au déploiement de la partie optique

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
05 janvier 2022 à 13h00
29
JWST test © NASA/Chris Gunn
Voici à quoi ressemble le télescope JWST aujourd'hui (sans la salle blanche) © NASA / C. Gunn

Après des étapes prudentes le weekend dernier, la NASA a terminé l'extension des 5 couches du bouclier thermique (ou pare-soleil) du télescope JWST, en route pour son site opérationnel à 1,5 million de kilomètres de la Terre.

C'est la fête pour les équipes au sol, car il s'agissait là de l'un des points les plus critiques. Mais l'aventure n'est pas terminée pour autant !

Il va faire froid !

La température va continuer de baisser pour la partie optique du télescope JWST , et en particulier pour le caisson qui contient ses précieux instruments. Hier, mardi 4 janvier 2022, la NASA a terminé le déploiement et la mise sous tension mécanique des 5 couches du pare-soleil géant du « James Webb ». C'est là une bonne nouvelle que les équipes ont même célébré lors d'un direct qui offrait peu de données (le télescope n'est pas équipé de caméras de surveillance), mais qui a au moins laissé voir le soulagement palpable des responsables de la mission.

En effet, après l'extension des deux mâts en fin de semaine dernière, la séparation et la tension des couches d'isolant (de la surface d'un terrain de tennis, mais de l'épaisseur d'un cheveu) était une étape considérée comme risquée.

Rien à déchirer !

Il faut dire qu'il y avait un précédent ennuyeux. Tout d'abord, le développement du pare-soleil (ou du bouclier thermique, si l'on veut être précis) du JWST a pris beaucoup plus de temps que prévu, avec plusieurs changements de matériau. Ensuite, en 2018, lors de l'un des derniers déploiements de test, les équipes de Northrop Grumman ont constaté des déchirures, malgré l'optimisation des points de tension de ces voiles délicates.

Heureusement, le temps consacré à identifier les erreurs et à corriger les points critiques a visiblement été utilisé à bon escient. Depuis le début du déploiement, les capteurs de température ne cessent de montrer que la partie optique se refroidit, et les autres capteurs étaient également positifs. Le « côté froid » atteint presque ce matin les -200 °C (-323°F), une excellente nouvelle pour le futur fonctionnement du télescope !

C'est parti pour l'optique !

Il ne s'agit pourtant pas de célébrer trop tôt, car il reste de nombreuses étapes avant que le télescope soit entièrement déplié. À présent, les équipes peuvent sereinement se concentrer sur la partie optique. Et la première étape, attendue ce 5 janvier au soir, concernera l'extension du mât triple avec le miroir secondaire. Un véritable bijou d'ingénierie… Mais aussi une pièce à l'alignement absolument indispensable pour le fonctionnement nominal du futur explorateur astronomique de l'univers.

Allons, courage, il reste une petite semaine avant que tout soit déplié !

Source : SpaceNews

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
29
17
Gloumouf
" la séparation et la tension des couches d’isolant (de la surface d’un terrain de tennis"<br /> La surface, c’est les cinq couches cumulées?
nicgrover
Impressionnant.<br /> L’être humain est capable du meilleur comme du pire. Et ça c’est le meilleur. Le pire étant autour de nous…
tfpsly
Gloumouf:<br /> La surface, c’est les cinq couches cumulées?<br /> Non chacune fait 21,197 m × 14.162 m. Wiki :<br />
ebottlaender
Voilà <br /> Dans l’ensemble ce qu’il faut retenir c’est que c’est très grand !
Gloumouf
Ha oui, c’est très impressionnant!<br /> Enfin ces fainéants auraient pu envoyer une seconde petite sonde en même temps pour filmer le télescope et nous envoyer des images en direct!
SlashDot2k19
Je mets le lien pour suivre en direct la progression (qui a été partagé dans les commentaires du précédent article)<br /> jwst.nasa.gov<br /> Where Is Webb? NASA/Webb<br /> 'WhereIsWebb' shows the status of Webb on its journey to L2 orbit. The page constantly updates as Webb travels, deploys, and cools to operating temperature. The most recently completed deployment step for Webb is displayed along a timeline that also...<br />
tinou7789
C’est vraiment impressionnant comme instrument. A chaque étape tous le monde croise les doigts.
ebottlaender
On l’avait mise en lien direct aussi dans les articles précédents ^^<br /> (pas dans celui-ci, j’avoue)
Panicstation
Il est à -233° Fahrenheit, pas Celsius…<br /> jwst.nasa.gov<br /> Where Is Webb? NASA/Webb<br /> 'WhereIsWebb' shows the status of Webb on its journey to L2 orbit. The page constantly updates as Webb travels, deploys, and cools to operating temperature. The most recently completed deployment step for Webb is displayed along a timeline that also...<br />
ebottlaender
Oupsie, je corrige.<br /> Corrigé (14h17)
PaowZ
«&nbsp;(le télescope n’est pas équipé de caméras de surveillance)&nbsp;»<br /> C’est ça qui m’étonne… Ça veut dire qu’ils se basent uniquement sur le retour des capteurs… à l’ancienne. Je me demande qu’elles sont les raisons de cette absence… budget ? Planning ? Conception originelle ne pouvant être remise en question ?
Panicstation
Oui, mais non…<br /> Je veux pas être chi… mais -233°F = -147°C (et pas -200°C)
SPH
C’est une histoire… pliée d’avance
Mimi9
Inutile , ça consomme du jus.
ebottlaender
Je deviens dyslexique en plus, c’est -323°F ^^<br /> Et bien pratiquement -200°C.
David_LALEVEE
Je trouve ça aberrant qu’il y a aucune caméra, c’est pas pour ce que cela consomme en énergie… Ça aurait été sympa de voir le déploiement de tous les systèmes, et sur le long terme de voir comment se dégrade le télescope.
ebottlaender
C’est aberrant mais au final c’est juste pour le public : en soi, ça ne sert à rien. Ce qui sera sympa ce seront les photos prises par le télescope !
Ccts
Ça ne sert à rien une caméra. Ça fait plaisir à voir mais ça consomme de l’énergie, de la bande passante et ça complexifie le câblage et le traitement des données. Et vu la précision de chaque étape ça n’apporte pas plus d’info. Bons articles aussi sur Space.com qui explique les phases de préchauffage des moteurs qui mettent tout ça en mouvement, les centaines de mètres de câbles, les redondances. C’est sur on aimerait voir, mais les concepteurs restent le plus simple possible. Il faut que ça marche 10ans. Et grâce au lancement qualifié d’exceptionnel d’Ariane V la NASA a économisé du carburant lors des 2 premiers ajustements de trajectoire. Pour l’instant ils reste plus d’énergie que prévue pour l’utilisation. Bonne nouvelle.
tfpsly
PaowZ:<br /> Ça veut dire qu’ils se basent uniquement sur le retour des capteurs… à l’ancienne. Je me demande qu’elles sont les raisons de cette absence… budget ? Planning ?<br /> Des capteurs donneront des données bien plus précises (avec une mesure numérique de ce que l’on veut vérifier, pas avec des estimations à la louche sur un écran). C’est au contraire bien plus précis que des caméras «&nbsp;à l’anciennes&nbsp;» <br /> Et pb des caméras : le satellite est dans l’ombre de la Terre, et maintenant de sa surface isolante. Pas assez de lumière pour voir quoi que ce soit (c’est le but d’ailleur : pour capter un max d’infrarouge).
Space_Boy
Quel exploit scientifique et opérationnel. Et si 1 (un) truc ne marche pas, plus de télescope. Il n’y a pas de marge de manœuvre, et c’est trop loin pour le réparer. Ce n’est pas prévu d’ailleurs qu’il soit réparable. Quel sacré risque quand même. Ils doivent faire pipi dans leur culotte pendant tout ce mois.<br /> Des photos !! des photos !!
Space_Boy
Pour info: le miroir secondaire s’est bien déployé !
Martin_Penwald
Et si la sonde se rate et percute le télescope, tout est perdu. Beaucoup trop risqué.
Gloumouf
Oui, je sais. Et beaucoup trop cher.<br /> Mais ça aurait donné des images fabuleuse
promeneur001
Moi ce qui m’étonne, c’est 10 G$ pour 10 ans. Les télescopes terrestres coutent une fortune, mais c’est pour des dizaines d’années voir plus. Il est temps d’imaginer des technologies permettant de plus grande durée d’utilisation.
PaowZ
Tiens… c’est vrai que j’avais pas pensé à l’exposition par rapport au soleil, pour les caméras. Bien vu !
Ccts
La NASA répond à la question des caméras ici pour ceux que ça intéresse :<br /> Space.com – 6 Jan 22<br /> Why doesn't the James Webb Space Telescope have any cameras onboard?<br /> Engineers must make do with traditional telemetry because of a lot of practical problems.<br />
Xavier
«&nbsp;Je trouve ça aberrant qu’il y a aucune caméra&nbsp;» (ou «&nbsp;qu’il n’y ait&nbsp;»…)<br /> Tout seul derrière votre écran après 2 mn de réflexion, vous pensez réellement arriver à une meilleure analyse qu’une équipe de spécialistes qui ont bossé dessus pendant des années ?<br /> Connaissez vous l’ultracrepidarianisme ?<br />
orionb1
en même temps, ces durées de vie sont toujours «&nbsp;prudentes&nbsp;», il me semble que Hubble a dépassé sa durée de vie, l’ISS aussi, les sondes martiennes, etc … la durée de vie réelle sera pê beaucoup plus longue
tfpsly
Déploiement fini apparemment : Le télescope spatial James-Webb entièrement déployé
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Les satellites Starlink présents sur 20 % des clichés d'observatoires consacrés aux astéroïdes
Hollywood dans l'espace ? Des producteurs veulent envoyer un studio de cinéma en orbite
Les fusées de SpaceX vont transporter des équipements militaires et de l'aide humanitaire pour le gouvernement américain
Avec son budget 2022, l'Agence spatiale européenne veut préparer ses astronautes pour l'avenir
Grâce au télescope CHEOPS, l'ESA découvre que cette planète est en forme de ballon de rugby
Complètement larguée : Virgin Orbit réussit un nouveau tir de sa fusée LauncherOne
Lancer des satellites depuis un sous-marin ? Pourquoi pas !
L'année 2022, compliquée sur Terre ? Sur Mars aussi...
Thomas Pesquet et l'ISS : les magnifiques photos d'une idylle très spatiale
Starlink : les chats bousculent l'Internet d'Elon Musk
Haut de page