Installé sur sa fusée Ariane 5, le télescope JWST attend son décollage pour Noël

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
17 décembre 2021 à 16h30
6
JWST sur Ariane 5 installation © ESA/Manuel Pedoussaut
Dépose du télescope au sommet d'Ariane 5... dans un environnement très contrôlé ! © ESA/Manuel Pedoussaut

La date se rapproche et la tension monte autour du télescope James Webb. Délicatement préparé pour son décollage à présent prévu le 24 décembre, il attend les dernières vérifications avant le transfert sur la zone de lancement .

Et encore, ce n'est que le début de l'odyssée…

Allô Houston, ici Kourou !

C'est ce 17 décembre que la coiffe est censée s'abaisser sur le télescope James Webb (JWST). Une opération délicate, mais maîtrisée par les équipes sur place. De façon générale depuis son arrivée le 12 octobre, les différentes étapes menant au décollage se sont remarquablement bien déroulées.

Bien sûr, il y a eu quelques retards, et même des doutes à la suite d'une « vibration incontrôlée » d'un équipement qui maintenait le télescope en novembre. Mais rien de comparable aux années et aux milliards de dollars de dépassements qui ont mené à ce lancement en 2021 ! Les équipes scientifiques comme celles des agences (NASA, ESA, CSA) savent qu'il y aura encore, quoi qu'il arrive, quelques surprises à venir, mais tout réside dans une préparation la plus avancée possible. Le JWST décollera-t-il le 24 décembre ?

Bien envie de décoller, quand même

Ces derniers jours, les activités ont beaucoup progressé : la fusée est totalement assemblée au sein du Bâtiment d'Assemblage Final (BAF) du Centre Spatial Guyanais, et le télescope JWST est lui aussi déjà installé sur son adapteur au sommet du deuxième étage d'Ariane 5 .

Avant-hier, un problème sur un câble reliant le coûteux observatoire au lanceur a entraîné deux jours de retard. Il ne reste plus qu'à installer la coiffe particulière de ce vol (elle possède notamment des dispositifs d'équilibrage de pression optimisés), puis à autoriser la fin de la campagne à prendre place. À J-1, Ariane 5 fera le trajet vers sa zone de lancement (ELA-3), et le long compte à rebours avant le décollage pourra s'égrener…

La mission du lanceur européen va durer 27 minutes, qui seront riches en émotions (mais pas uniquement, car c'est la charge utile la plus chère, avec ses 10 milliards de dollars !).

JWST test © NASA/Chris Gunn
Le JWST lors d'un déploiement de test de son bouclier thermique multicouches (en bas). Un mastodonte... © NASA

Et il faudra attendre le déploiement

N'oublions pas que le lancement, qui est traditionnellement vu comme la « dernière étape » avant la mise en activité d'un télescope orbital, ne signe ici que le début de six mois au cours desquels chaque déploiement sera attentivement mesuré et d'une importance significative. Replié tel qu'il est actuellement sur Ariane 5, le JWST ne sert à rien.

En revanche, lorsqu'il sera sur son orbite finale autour du Point de Lagrange L2, le télescope James Webb sera un outil d'observation de l'univers absolument inégalé, avec des instruments plus performants et précis que jamais. Des astéroïdes aux exoplanètes, des galaxies à la naissance de l'univers, il tentera d'approfondir, et même de révolutionner grâce à ses capteurs infrarouge tout un pan des connaissances astronomiques.

Source : ESA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
6
Steph29
J’adore les news sur l’espace, l’histoire de ce télescope si sa mise sur orbite se passe bien révolutionnera l’astronomie. Merci Éric pour ces articles.
Altdorf
Merci pour l’info. Je suis non initié… j’ai dû chercher ce que c’est et la différence avec Hubble.
Yevs
Je me demande combien coûte une assurance pour ce type de lancement, j’espère qu’il se passera bien, qu’on découvre des choses inattendues dans notre voisinage « proche »
Wenz
Bonne question, je me posais la même. D’apres ce que j’ai pu trouver, il n’y a probablement pas d’assurance.<br /> "NASA tends not to insure its missions, nor do any government missions. These missions are one-of-a-kind, and so expensive that the satellite insurance market would have a hard time making it work. They simply triple-check everything they can, and expect to lose a few missions, so called «&nbsp;Self-insurance&nbsp;». They have considered insuring things like the ISS before, but it’s never worked out.<br /> Just to give you an idea, the cost of insurance is about 10-15% of the insurance amount for the space market. The success rate of Space Shuttle launches was 99%. Since 2000, there has been 19 successful NASA interplanetary mission launches, and 1 failure (CONTOUR).<br /> Basically, it would cost NASA more to insure the missions then the benefit it would gain from insurance, and thus they have chosen not to insure their missions.<br /> Furthermore, the requirements tend to change for missions over time. It might take another 4 years to re-build the spacecraft, and another year or two waiting for the right opportunity to launch. In that length of time, things will have changed considerably."<br /> Maintenant faut voir, ce JWST c’est quand meme une machine d’un sacré budget <br />
teepeeleven
Je confirme : pour les missions sicentifiques en général, et pour JWST en particulier, aucune assurrance n’a les reins assez solides pour prendre en charge le coût d’un échec.
Wenz
voila.<br /> Lancement reporté d’un jour encore. Le 25/12 cette fois.<br /> bon, on est plus à ça
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le satellite chinois Shijian-21 fait le ménage en orbite géostationnaire
Un étage de fusée Falcon 9 va s'écraser sur la Lune (et non, ça ne va rien changer)
La mission Solar Orbiter traverse pour la deuxième fois la queue d'une comète !
Les satellites Starlink présents sur 20 % des clichés d'observatoires consacrés aux astéroïdes
Hollywood dans l'espace ? Des producteurs veulent envoyer un studio de cinéma en orbite
Les fusées de SpaceX vont transporter des équipements militaires et de l'aide humanitaire pour le gouvernement américain
Avec son budget 2022, l'Agence spatiale européenne veut préparer ses astronautes pour l'avenir
Grâce au télescope CHEOPS, l'ESA découvre que cette planète est en forme de ballon de rugby
Complètement larguée : Virgin Orbit réussit un nouveau tir de sa fusée LauncherOne
Lancer des satellites depuis un sous-marin ? Pourquoi pas !
Haut de page