Des sursauts radio rapides repérés en dehors de la Voie Lactée

Matthieu Legouge
Par Matthieu Legouge, Spécialiste Image.
Publié le 11 janvier 2019 à 09h00
CHIME radiotelescope
Entré en service en 2017, le radiotélescope CHIME - Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment - est à l'origine de ces nouvelles détections

Des astronomes ont repéré de nouveaux « flashs cosmiques » - Flash radio bursts (FRB) - en provenance de l'extérieur de notre galaxie. Ce phénomène ne cesse de soulever questions et hypothèses depuis sa découverte en 2007. C'est le radiotélescope canadien CHIME qui est à l'origine de la découverte.

Dévoilée mercredi par le biais de deux articles publiés dans la revue Nature, la découverte d'une répétition de FRB ayant la même source met en émoi la communauté scientifique d'astronomes.

12 nouveaux « flashs intergalactiques » détectés par CHIME

Les sursauts radio rapides (FRB) sont de courtes impulsions d'ondes radio (de l'ordre de quelques millisecondes) très intenses, dont l'origine est encore inconnue. Cependant cette nouvelle découverte pourrait bien aider à changer la donne.

Découvert en 2007 par David Narkevic qui détecta un signal 100 fois plus puissant que celui du fond diffus cosmologique, les FRB se situeraient à une distance de plusieurs millions, voir milliards, d'années-lumière de notre Voie Lactée. Au nombre de 12, ces nouveaux sursauts radio rapides détectés à l'aide du radiotélescope canadien CHIME pourraient bien aider les chercheurs à identifier la source de ces flashs cosmiques infiniment lointains. En effet, parmi ces 12 FRB récemment détectés, l'un d'entre eux s'est répété à plusieurs reprises et semble provenir d'un seul et même endroit de l'espace.

De nombreuses hypothèses ont été émises depuis 2007 grâce à la détection de 52 sursauts radio rapides. Néanmoins, c'est seulement la deuxième fois que des FRB répétés ayant la même origine sont identifiés. La première découverte d'un tel phénomène remonte à 2015 et a été rendue possible grâce aux données du radiotélescope d'Arecibo dans le cadre du projet PALFA (Pulsar ALFA Survey Project).

Les chercheurs s'attendent à d'autres découvertes

L'équipe composée d'une cinquantaine de chercheurs à l'origine de cette découverte estime qu'il faut s'attendre à de nouvelles détections de ces successions de FRB provenant d'une même source. Ils pensent en effet que plus de 5 000 FRB apparaissent dans le ciel chaque jour, mais que leur détection est surtout une question de chance : « Il faut regarder au bon endroit et au bon moment ».

Cherry Ng, radioastronome à l'Université de Toronto, explique que ces sursauts pourraient provenir « d'un amas dense, comme un reste de supernova, ou encore d'un point situé près du trou noir central d'une galaxie ».

Selon Shami Chatterjee, astronome à la Cornell University et à l'origine de la première détection d'ondes répétitives, chaque FRB aurait une intensité 25 millions de fois plus puissante que celle du Soleil. Et le scientifique ne cache pas son enthousiasme : « C'est incroyable ! Qu'est-ce qui génère autant d'énergie ? »

D'autres successions de FRB auraient été détectées depuis la publication de cette étude, et c'est une très bonne nouvelle selon Shami Chatterjee, car cela permettra peut-être de localiser la source de ces « salves cosmiques ».

Source : The Verge
Matthieu Legouge
Par Matthieu Legouge
Spécialiste Image

Pigiste pour Clubic depuis 2018, j’ai d’abord pris la plume pour parler d’actualités, avant de me spécialiser peu à peu sur les catégories PC & Gaming, notamment les écrans et périphériques, ainsi que l’image et le son, plus particulièrement tout ce qui touche au Home Cinema : les téléviseurs, vidéoprojecteurs et barres de son.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (1)
twist_54

Sûrement l’étoile noire 2.0 qui fait le ménage dans l’univers. Cette version 2.0 s’attaque aux galaxies plutôt qu’aux planètes… oui on est vendredi