Flippant ou encourageant ? Les xenobots, micro robots vivants créés en 2020, ont commencé à se reproduire eux-mêmes

01 décembre 2021 à 18h05
29
Xenobot grenouille Xenopus laevis © Flickr/Brian Gratwicke
© Flickr/Brian Gratwicke

Les scientifiques à l'origine des xenobots ont rapporté dans une étude que ces petits robots vivants possédaient désormais la capacité de se reproduire.

Ces « robots vivants et programmables » avaient déjà dans le passé démontré des capacités extraordinaires, comme celle de pouvoir se soigner de façon autonome.

Des organismes vivants et programmables

En 2020, une équipe de scientifiques issus de plusieurs universités avaient annoncé avoir réussi à créer les premiers « robots vivants  ». Loin d'être les assemblages de métal de la culture populaire, ces robots, nommés par leurs créateurs « xenobots », sont en fait créés à partir de cellules souches prélevées sur des embryons de Xenopus laevis, une espèce de grenouille.

« Ce ne sont ni des robots traditionnels ni des espèces connues d'animaux. C'est une nouvelle classe d'artéfact : un organisme vivant et programmable », avait déclaré à leur sujet Joshua Bongard, co-leader de la recherche.

Un algorithme a été chargé de calculer les formes les plus prometteuses pour permettre à ces robots d'accomplir un ensemble de tâches. Une fois celles-ci déterminées, les scientifiques ont assemblé des centaines de cellules dans les formes choisies pour créer les xenobots, capables de se mouvoir à l'aide des impulsions des cellules cardiaques. Ils ont montré plusieurs capacités utiles au fil des expériences : en plus de pouvoir être programmés pour réaliser des tâches différentes en fonction de leur forme, ils étaient également capables de travailler en groupe et de se soigner de façon autonome. Désormais, il est démontré qu'ils possèdent la capacité de se reproduire.

Une manière de se reproduire inédite chez des organismes vivants

Durant des expériences, les scientifiques ont observé un comportement intrigant de la part des xenobots. En les mettant dans une boîte de Petri contenant des cellules souches, ils ont remarqué que les petits robots les collectaient et les réunissaient en agglomérats. Au bout d’un certain temps, ces agglomérats devenaient eux-mêmes des xenobots.

Cependant, le processus restait rare et se produisait uniquement dans des situations spécifiques. Toujours à l'aide de l'intelligence artificielle, ils ont donc cherché à déterminer la forme la plus adéquate à la reproduction. En l'occurrence, elle s'est révélée être proche du comportement de Pac-Man, permettant aux xenobots de réunir plus rapidement les cellules souches. Les xenobots ainsi créés peuvent à leur tour reproduire le même schéma de reproduction. Cette forme de reproduction, appelée « autoréplication cinétique », n’avait jamais encore été observée chez des organismes vivants.

Pour ceux que la perspective de robots vivants, programmables et capables de se reproduire de façon autonome effraierait, les chercheurs indiquent que pour le moment, les xenobots ne vivent que dans un environnement de laboratoire contrôlé et qu’ils sont faciles à exterminer, se désagrégeant de toute façon d’eux-mêmes au bout de sept jours.

Si leur découverte reste pour le moment à l’étape embryonnaire, les chercheurs espèrent par la suite qu'elle pourra être utilisée pour nettoyer les microplastiques dans les océans, dans le cadre de la médecine humaine, notamment régénérative, ou pour la réparation de circuits électriques. À noter cependant que la recherche initiale a été financée en partie par la Defense Advanced Research Projects Agency, une agence fédérale américaine chargée du développement de technologies pour un usage militaire, ce qui pourrait laisser penser que d'autres utilisations moins altruistes des xenobots pourraient être envisagées.

Source : Fast Company

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
29
33
toug19
Autant le champ des possibilités semble important, autant ça fait peur…
Augusto
L’attaque de la grenouille tueuse !!<br /> Can’t wait !!!
Vanilla
#replicateur #asgard #stargate
DocteurQui
C’est exactement à ça que j’ai pensé aussi ! Et ils pensaient être en sécurité aussi dans Stargate
Kratof_Muller
La bonne ref : " Existenz " de Cronenberg. Bientôt des pods en vrai et du plasma de batracien robot mutant pour nos petits télomères, ou l’apprentissage automatique par modification de neurones et synapses, les grenouilles seront elles plus intelligentes demain ?
Aristote76
Entièrement d’accord on dirai des scientifiques qui jouent à Pac Man sans trop savoir ce qu’ils font. Des expériences plutôt inquiétante si elle deviennent incontrôlées.
ImMorT4L
C’est donc la fin, Skynet est sur les rails … petite grenouille deviendra T1000 d’ici qques décénies. Mais, heureusement nous aurons cachés une delorean au fond d’un garage, retour en 2011 pour :<br /> -1 Atomiser Wuhan<br /> -2 Enfermer ces scientifiques psychopates avant qu’ils ne fassent leurs études<br /> -3 Miser qques €€ sur le bitcoin à ses débuts <br /> Tout va donc bien, y a aucune raison de paniquer
Duben
Je veux pas devenir une grenouille
dredd
J’ai lu l’article de CNN il y a quelques jours et j’ai trouvé ça au la fois fascinant et flippant. Ces pac-man fait de cellules de grenouilles qui se construisent des congénères seul en rassemblant des cellules, pouah et waaah à la fois.
pichou
On est deja au premier avril 2022 ?
Gweegoo
« Programmable » -« des taches en fonction de leur forme »… j’ai du mal à comprendre la partie robotique et ce qu’on peut vraiment « robotiser »<br /> Il semble dans l’article que la reproduction ait été un comportement spontané plutôt que programmé. Pareil pour se nourrir de plastique dans les océans, je n’ai pas l’impression que le choix de la nourriture soit programmé au sens robotique du terme.<br /> Mais surtout … pourquoi le choix de cellules de grenouilles???
ypapanoel
Je suppose que pas mal le connaissent, mais ce genre d’info me fait repenser au paradoxe de Fermi<br /> Plus précisément une de ses théories, disponible sur Wiki en simplifié, et partout si vous cherchez plus précisément.<br /> Sur wiki je parle de «&nbsp;Catastrophes ou transcendance&nbsp;», plus précisément de catastrophe : en gros que si aucune communication d’une civilisation extraterrestre n’a été identifiée, malgré la recherche, c’est qu’avant d’obtenir une niveau de maturité stellaire, elle se heurte à des problématiques techniques qu’elle a initiées, qu’elle est dans l’incapacité de résoudre, et qui la détruisent.<br /> Et j’en reviens donc au sujet, que j’aurais pu plus simplement résumer en «&nbsp;skynet&nbsp;» comme certains l’ont déjà fait.<br /> Après c’est pas jamais science qui tuera tous : c’est (peut-être) ce qu’on en fera… (ou pas)<br /> A lire pour les intéressés
vVDB
La recherche peut être effectivement faite dans tous les domaines.<br /> Mais il faut au tant que possible se poser des questions éthiques.<br /> Je ne pense pas que ces chercheurs ou l’entité de recherche se soient posés beaucoup de questions !<br /> La reproduction spontanée met ce système hors de contrôle. Il faut le documenter pour l’éviter. Il y a trop d’éléments tératogènes pour laisser faire naturellement les choses. Nous en sommes effectivement un sous produit mais évitons de jouer les apprentis sorciers.
Blackalf
@Vanilla à la prochaine blague dans le même genre, c’est le ban définitif. Il y a maintenant une tolérance zéro pour certaines choses.
Vankovic
Ce qui m’interpelle (et m’inquiète) le plus, c’est le nombre de réflexion dans les commentaires faisant référence à des films de science-fiction !
kiwi5
si vous lisez un peu plus loin ces robots ne se reproduisent pas vraiement ils se contentent de tourner en rond en collectant des cellules aleatoirement que les chercheurs se contentent de former par la suite
kiwi5
ey on le fait deja avec l’histoire pourquoi la science aurait un traitement de faveur :o
jeroboam64
Les bestioles vont prendre possession de nos corps, et faire un carnage comme Venom cette grosse bestiolle qui a une force incroyable et s’amuse a balancer les humains dans tout les sens. Oui les amis, ces scientifiques fou s’amusent avec le devenir de l’homme en créant des monstres sanglant, encore une façon de préparer la purge ( cette version n’est pas pire que celles ci-dessus😉)
Urleur
Très bon article, comme quoi la réalité peut dépasser la fiction, sa me fait penser aux séries qui traite du sujet de nano robot implantés par mégarde dans le corps d’un sujet lambda.
sebstein
C’est plus que flippant… et à plus d’un titre.<br /> Ca joue au docteur Frankenstein là… on s’amuse avec des cellules souches et on se rend compte qu’un des effets de bord est qu’elle peut se reproduire seule et on trouve ça fantastique…<br /> ils sont faciles à exterminer, se désagrégeant de toute façon d’eux-mêmes au bout de sept jours<br /> Bah, s’ils se reproduisent en moins de 7 jours, ça n’a rien de rassurant.<br /> Selon la surface, le virus du covid vit bien moins longtemps…
ar-s
«&nbsp;À noter cependant que la recherche initiale a été financée en partie par la Defense Advanced Research Projects Agency, une agence fédérale américaine chargée du développement de technologies pour un usage militaire&nbsp;»<br /> Eh ben c’est grave flippant…
EnLighter
Je n’aurais jamais cru que nous serions à l’origine des Zerg !
nelectron
Y en a qui ont bricolé des virus et ont réussi à en faire un couronné de succès, maintenant on a du mal à s’en débarrasser, très efficace la recherche…
Professeur
Le fait que ces bestioles artificielles puissent se reproduire n’est pas extraordinaire en soi ni le plus préoccupant, puisque c’est déjà le lot de tous les êtres vivants y compris les virus (qui ne nous veulent pas que du bien !)<br /> Ce qui m’épate, me sidère et m’inquiète, c’est qu’elles soient PROGRAMMABLES !!!<br /> De quelle manière ? Pourquoi quelles tâches ? Quelle complexité des tâches programmées ?..
ypapanoel
@Vankovic<br /> oui en effet : sans aucun recul sur ce cas, on ne peut que se perdre en conjectures, et essayant de se raccrocher aux branches avec des référence à des scénarios SF, en fonction des sensibilités de chacun…<br /> Moi ce que je trouve qui pue alors que je suis science addict :<br /> on ne maîtrise rien de ce genre de choses : c’est risqué de dérégler, car on vit dans un système cruel mais ultra complexe, et en osmose complète. pour essayer de donner un point de comparaison (un peu bof), ça me fait penser à un gosse qui s’amuse à toucher des octets dans un fichier, et qui comprend plus pourquoi ça marche plus, sans savoir revenir en arrière.<br /> Cette étude est juste extraordinaire et ultra intéressante : mais on est toujours rattrapés par l’utilisation qui est faite des découvertes majeures. Jusqu’à maintenant à part l’atome ça allait encore : Celle là (mal maitrisée) elle a des possibilités qui commencent à ressembler à une boite de Pandore…<br /> pas tout de suite : on se rappelle des débuts de l’informatique… mais après…<br /> … et je reboucle avec mon post sur le paradoxe de Fermi… l’humanité est en mode adolescent d’un point de vue techno : c’est à ce stade qu’on va vraiment commencer à prendre des risques.<br /> Après faut être visionnaire et croire en l’humanité… qui sait…
Sampro
Ca fait peur
Yvan_Pereira
Mhh Terminator à bien changé .
Palou
@redemon Commentaire supprimé : hors sujet !
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

TV : le Filmmaker mode va être mis à jour pour utiliser les capteurs de luminosité ambiante
CES 2022 : Lenovo présente ses nouveaux PC portables Yoga et Legion
CES 2022 : capteurs multifonctions et hub modulaire NFC, Arlo rend sa gamme plus polyvalente
CES 2022 : MSI dévoile sa nouvelle gamme de PC portables pour joueurs et créatifs
CES 2022 : TP-Link lance une nouvelle gamme de produits domotiques compatible avec Apple HomeKit
Grâce à l'intelligence artificielle, Amazon a économisé 3 millions de tonnes d'emballages depuis 2019
CES 2022 : l'Orb de Reflect veut vous aider à méditer... connectés
MSI montre son nouveau boîtier à six côtés et trois espaces, le MEG Treble
CES 2022 : après le matériel informatique, Razer veut gérer votre RGB d'intérieur
CES 2022 : MSI lance un moniteur gaming équipé d'une dalle Mini-LED 1440p, 300 Hz et HDR 1000
Haut de page