Critique Parallèles : Disney+ a t-il trouvé son Stranger Things à la française ?

23 mars 2022 à 18h30
6
Parallèles © Disney
© Disney

Avec Parallèles, Disney+ nous présente une nouvelle série fantastique 100 % française qui s'amuse avec le concept du voyage dans le temps.

Parallèles
  • Vous aimez les histoires adolescentes
  • Vous êtes friands de mystères
  • Vous préférez les séries courtes
  • Vous vous bouchez le nez devant les séries françaises
  • Vous aimez les personnages hauts en couleur
  • Vous avez plus de 16 ans

Fiche technique Parallèles

Informations

Genre
Fantastique, Science-Fiction, Famille
Réalisation
Benjamin Rocher et Jean-Baptiste Saurel
Editeur
Empreinte Digitale et Daïmôn Films
Plateforme
Disney+
Format d'épisode
40mn
Nombre de saisons
1
Nombre d'épisodes (Total)
6
Classification
Tous publics

Mickey Mouse au pays du fromage

Bilal, Romane, Sam et son frère Victor sont quatre collégiens vivant dans un petit village montagneux. Lors d'une fête d'anniversaire, un événement étrange fait disparaitre trois des adolescents du groupe. Sam est toujours présent et Bilal réapparait, mais ce dernier a 15 ans de plus et semble venir du futur.

Disney+ a bientôt deux ans et doit muscler son catalogue pour conserver une place de choix dans le cœur des amateurs de streaming vidéo . Si Star Wars, Marvel et les classiques d'animation sont un vrai atout dans cette guerre de la SVOD, cela ne suffit pas à remplir un catalogue semaine après semaine.

Comme Netflix et Prime Video avant lui, Disney+ a désormais l'ambition de proposer des programmes exclusifs locaux, produits et réalisés en France avec des comédiens reconnus ou débutants. C'est ainsi que débarque Parallèles, la première série fantastique française du studio aux grandes oreilles.

Parallèles © © Disney
© Disney

Cette fois, Disney a confié les rênes du projet à Empreinte Digitale, une société de production encore peu connue du grand public mais qui vient de signer Infiniti , diffusée sur Canal+ , ou encore Missions pour OCS dont nous vous parlions respectivement il y a quelques jours et semaines seulement.

Yo Yo, le jeune !

Les visuels promotionnels ou le générique de la série aurait dû nous mettre directement la puce à l'oreille. Au contraire d'autres programmes de la plateforme, le logo Disney est placé juste au dessus de celui de Parallèles, indiquant clairement aux parents que la série est pour tous publics et ne comportera donc aucun élément susceptible de choquer nos chères têtes blondes.

Tant et si bien que, dès les premières minutes, quelque chose sonne faux chez les quatre adolescents. Leurs échanges sont aseptisés et leur personnalité est lisse et propre au possible. C'est simple, si vous avez des ados à la maison ou si vous sortez dans la rue plus de cinq minutes, vous n'aurez aucun mal à constater que personne dans cette tranche d'âge n'utilise plus le mot « Punaise » depuis 1982. Le cahier des charges Disney est bel et bien passé par là, et nuit très fortement à l'identification. Même si nous ne sommes pas la cible visée par le studio, les héros nous apparaissent comme manquant de consistance, de fraicheur et il nous a été impossible de nous lier (et encore moins de nous identifier) à l'un d'entre eux.

Parallèles © © Disney
© Disney

Ces dialogues creux et explicatifs jusqu'à l'overdose n'aident pas les comédiens qui font ce qu'ils peuvent pour donner un peu de chair à leurs personnages et s'en sortent plutôt bien. On sent immédiatement une vraie alchimie entre nos quatre héros et les adultes autour d'eux ne déméritent pas dans de solides seconds rôles. Mention spéciale à Omar Mebrouk, qui incarne Bilal adulte, et qui se place au dessus de la mêlée grâce à son charisme et une prestation plus enlevée que ses compagnons de jeu.

Parallèles n'est pas un programme raté mais corseté par un moule Disney qui aseptise tout sur son passage.

Parallèles propose également quelques moments musicaux, où sont placés de manière totalement aléatoire des morceaux de Sia ou de Billie Eilish. Jamais la série ne cherche à justifier ces choix, et semble plutôt vouloir placer à tout prix « la musique qu'écoute les d'jeun's », même si les morceaux ont déjà quelques années au compteur. Dommage pour Disney+, SKAM France est passé par là. Même si les deux séries n'ont rien à voir en termes de ton ou dans les thèmes traités, le programme de France.tv Slash est bien plus juste lorsqu'il s'agit de faire le portrait de la jeunesse de 2022.

Maman, c'est quoi le Multivers ?

Parallèles a néanmoins quelques atouts dans sa manche pour éviter le pire, à commencer par son scénario. L'argument fantastique, même s'il est vu et revu, fonctionne plutôt bien. Les amateurs du genre auront rapidement compris dans quelle direction se dirige le script, mais les plus jeunes devraient s'amuser à dénouer les fils de l'intrigue.

Parallèles © © Disney
© Disney

La série a également l'intelligence de miser sur un concept très en vogue chez les super-héros Marvel, à savoir le Multivers, expliqué avec moult schémas et explications. Si nous étions mauvaise langue, nous dirions que Disney cherche à démocratiser l'évolution du Marvel Cinematic Universe auprès des plus jeunes (Thanos est d'ailleurs explicitement cité par l'un des personnages) ; mais il est toutefois plus probable que les créateurs de Parallèles aient été naturellement influencés par les aventures des Avengers pour donner un peu de souffle à leur récit de voyage dans le temps.

Le rythme de la série est également bienvenu : les trois premiers épisodes changent régulièrement de point de vue et d'époque pour dynamiser l'intrigue, avant de malheureusement se recentrer dans la deuxième moitié de la saison. Parallèles manque tout simplement d'enjeux importants et si la situation initiale est amusante, on ne ressent jamais le danger que courent nos personnages et l'urgence à les ramener à leurs dimensions d'origine. Notre intérêt tient donc grâce au rythme qui ne faiblit jamais et à une durée d'épisode d'à peine plus d'une demi-heure, qui évite la moindre longueur.

La mise en scène tente quant à elle de pirater de l'intérieur un récit linéaire avec une photographie particulièrement travaillée. L'image est désaturée et monochrome, et les intérieurs sont baignés d'une lumière crue et surexposée qui donnent une ambiance étrangement pesante aux différents décors. La réalisation se permet même quelques mouvements de caméra bien pensés pour passer d'une timeline à l'autre en quelques secondes et les trop rares éléments fantastiques dispensés au fil des épisodes donnent lieu à des scènes aux effets visuels simples mais aboutis.

Parallèles © © Disney
© Disney

On attendait beaucoup de Parallèles, notamment de savoir si Disney allait se servir de sa plateforme de streaming pour récupérer son titre de roi incontesté des programmes familiaux. Cette première série fantastique est, à ce titre, une amère déception.

Parallèles n'est pas un programme raté, mais une série tout simplement corsetée par un moule Disney qui aseptise tout sur son passage. Trop convenue, trop timide dans ses ambitions, cette première saison n'offre rien de bien nouveau à se mettre sous la dent et le studio rate une belle occasion de se moderniser.

Plutôt que de mettre à l'image des adolescents contemporains et aux personnalités complexes, le programme ne propose que des caricatures publicitaires attendues, vues et revues sur les antennes de Disney Channel, assénant au passage un propos universel mais vieillot sur la famille et le pouvoir de l'amitié.

On espère qu'une éventuelle saison 2 saura renverser la table et nous proposer des personnages plus fouillés et actuels, quitte à jeter un œil à ce que propose la concurrence au passage.

Parallèles

5

Malgré son pitch prometteur, Parallèles souffre d'une écriture sans relief et d'un manque d'enjeux durant sa première moitié pour susciter l'adhésion. Si le jeune public, auquel cette première saison s'adresse, sera peut-être séduit par la proposition, les plus boomers d'entre vous peuvent passer un programme qui n'a pas grand chose de nouveau à leur offrir.

Cette œuvre est pour vous si

  • Vous aimez les histoires adolescentes
  • Vous êtes friands de mystères
  • Vous préférez les séries courtes

Cette œuvre n'est pas pour vous si

  • Vous vous bouchez le nez devant les séries françaises
  • Vous aimez les personnages hauts en couleur
  • Vous avez plus de 16 ans

Parallèles est disponible sur Disney+ depuis le 23 mars 2022.

Disney+
  • Les classiques Disney au même endroit
  • Des séries exclusives Marvel, Pixar et Star Wars
  • Un prix très attractif
  • Star, encore trop jeune pour convaincre
  • Manque de cohérence entre les univers
  • Un calendrier de sorties aléatoire
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
6
nicgrover
Au vu du teazer, je passe mon chemin… Comparer à Stranger Things faut oser quand même…
Sodium
« À la française » c’est un peu un synonyme de « en mauvais ».
jobinseb
Quand j’ai vu la bande annonce, j’ai surtout pensé à une mauvaise copie de « Dark » disponible sur Netflix… ce qui ne m’a donné aucune envie d’essayer de la regarder. Je suis d’ailleurs surpris que l’article ne fasse pas le parallèle (au moins sur la bande annonce et le pitch annoncé).
neo486dx
J’en suis à 3 épisodes, et c’est exactement ce que j’ai pensé.<br /> C’est un mélange de ‘Dark’ (le pitch et les décors de bases sont assez similaires) et ‘Stranger Things’ (la bande de copains et le surnaturel), le tout à la sauce Disney (en effet, il n’y a pas d’insultes à chaque phrase, mais perso je préfère… C’est un de mes principaux reproches des séries françaises en général… À croire qu’on veut absolument que tout le monde parle comme des charretiers…) et “made in France”… Étrange mélange.<br /> Et en effet, les dialogues ne sont pas très bons (mais par pitié, arrêtez de dire que c’est parce que les gens parlent correctement… Et pour rappel, il n’y a pas une insulte à chaque phrase dans ‘Stranger Things’… ), mais sinon c’est assez bien réalisé.<br /> C’est loin d’être la série du siècle, mais pour le moment ça se laisse regarder facilement (et le format court de 30min, comme pour la série ‘Loaded’, est plutôt agréable).
ybrasseleur
Le film est une bouse, mettez nous un sliders ou un code quantum
jobinseb
Ah ben du coup vous m’avez donné l’envie de lui laisser une chance… On verra si je glisse une tentative au milieu de ma liste interminables de trucs à regarder
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

She-Hulk : Disney+ vous donne rendez-vous en août pour cette avocate Marvel pas comme les autres
Sandman, Cyberpunk, Umbrella Academy... Netflix annonce sa Geeked Week à grand renfort de trailers
Chez Netflix, si vous n’aimez pas le contenu, vous pouvez démissionner
The Boys, saison 3 : en juin, ça va cogner sur Prime Video
For All Mankind : direction Mars dans le premier trailer de la saison 3
Netflix n'en a pas terminé avec Black Mirror
Prenant le contrepied de Netflix, Apple TV+ s'apprête à dégainer un nouveau film d'animation
Festival de Cannes : TikTok s'invite sur la croisette
Pour Dune Part. II, Denis Villeneuve a trouvé son empereur Padishah
Netflix dévoile un premier aperçu de sa prochaine série Resident Evil avant sa sortie estivale
Haut de page