Vous voulez visiter Cuba ? Faites attention, la connexion internet y est... catastrophique

Alexandre Boero
Journaliste chargé de l'actualité – Reporter – Vidéaste
14 février 2023 à 08h15
15
© Shutterstock
© Shutterstock

Cuba est réputé pour être l'un des pays les moins connectés du globe. Un problème qui s'ajoute à ceux, plus sociétaux, que connaissent les habitants de l'île.

Lorsqu'on parle de connexion internet, Cuba peut être considéré comme un nouveau-né. Sur place, les données cellulaires ne sont autorisées que depuis 5 ans, le Wi-Fi est accessible à domicile depuis 2019, l'année même où débarqua la 4G sur l'île. Ces derniers mois, dans un contexte économique très délicat, le service internet semble malheureusement reculer, au grand dam des Cubains, qui commençaient à l'apprivoiser à la vie comme au travail.

D'affreux ralentissement sur l'internet cubain

Cuba, déjà en proie à un ralentissement de la distribution de nourriture, de médicaments et de carburant, affronte aussi un autre problème dont les habitants se passeraient bien : internet est affreusement lent. Ces derniers mois, les observateurs ont noté un réel ralentissement des connexions, poussant certains utilisateurs à se lever en pleine nuit pour profiter de débits plus élevés et télécharger ou envoyer certains contenus.

« Internet ne cesse de s'aggraver et nous atteignons le point où se connecter devient impossible pour le Cubain moyen », témoigne un ingénieur informatique à nos confrères de Reuters. Jorge Noris est, en effet, obligé de travailler en pleine nuit, pendant que la majorité des Cubains sont déconnectés.

Actuellement, télécharger un film pesant 5 Go peut prendre jusqu'à 3,5 heures à Cuba, selon l'enquête du site de comparaison des débits Cable.co.uk, qui classe la Tierra Caliente 203e des pays les plus lents, sur un total de 220. Aux États-Unis, un tel fichier se télécharge en moyenne en un peu plus de 5 minutes.

Une dévaluation brutale de la monnaie locale en 2020 qui complique les choses

À Cuba, il n'existe qu'un seul opérateur (d'État qui plus est !), Etecsa, qui est donc en position de total monopole, avec un fort contrôle étatique de l'accès à internet (certains sites et médias ne sont accessibles que via des VPN, pour contourner la censure), qui régule à sa guise la puissance des installations de télécommunications. En réponse, la patronne de l'opérateur, Tania Velasquez, a récemment déclaré avoir constaté une forte augmentation du nombre d'utilisateurs, ce qui a mis à mal une infrastructure vieillissante.

Selon la dirigeante, Cuba (11 millions d'habitants) a enregistré plus d'un million de nouveaux utilisateurs en 2022 cherchant à accéder à internet. « Cela a contribué à une augmentation de 63 % du volume du trafic », ajoute-t-elle, évoquant les difficultés économiques de Cuba pour justifier l'impossibilité actuelle d'une mise à niveau des technologies.

La dévaluation du peso début 2021 a fait dérailler les échanges. Les Cubains qui faisaient appel à leur famille pour recharger leur compte internet depuis l'étranger échangent désormais des dollars sur le marché noir au prix fort, pour acheter ensuite de la data dans des forfaits vendus en pesos. Désormais, l'opérateur Etecsa pousse ses clients à procéder à des achats hors de Cuba en dollars, pour maintenir son service.

Source : Reuters

Alexandre Boero

Journaliste chargé de l'actualité – Reporter – Vidéaste

Journaliste chargé de l'actualité – Reporter – Vidéaste

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, éc...

Lire d'autres articles

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (15)

Bombing_Basta
50 ans d’embargo du surtoutpuissant incontournable voisin US, ça n’aide pas…<br /> Edit : 60 ans…<br /> fr.m.wikipedia.org<br /> Relations entre Cuba et les États-Unis<br /> Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus<br /> Les relations entre Cuba et les États-Unis sont marquées par l'embargo américain mis en place depuis le 7 février 1962. Les relations étaient neutres au moment de la révolution cubaine, en 1959, mais se sont dégradées dès l'année suivante, avec l'expropriation des compagnies des États-Unis et le refus américain d'acheter le sucre cubain, malgré les tentatives de médiation opérées par le président argentin Arturo Frondizi. En avril ...<br />
fredolabecane
Connecté, non, Cocaîné, oui.
Ouk
D’ailleurs ce n’est pas un embargo mais un blocus ,les USA interdisent à quiconque d’aider ou de commercer avec Cuba.<br /> Viktor Dedaj à écrit un livre et un entretien à été diffusé sur la chaine youtube lemediapourtous .
Bombing_Basta
Non le blocus c’était pendant la crise des missiles de Turquie : missiles nucléaires US sur le sol turc, braqués sur l’URSS, qui ont poussé l’URSS à expédier des missiles nucléaires vers Cuba pour les braquer sur les USA, ce à quoi les USA ont répondu par un blocus (= militaire) de l’île, empêchant par la force « physique » tout mouvement depuis et vers l’île.<br /> Là c’est bien un embargo, les USA sanctionnent toute nation qui irait outre ses désidératas de destruction du régime non-soumis-aux-USA qui « sévit » à Cuba, mais physiquement rien n’empêche un état qui n’en a que faire des exigences nombrilistes des US de passer outre.<br /> fr.m.wikipedia.org<br /> Embargo<br /> Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus<br /> Pour les articles homonymes, voir Embargo (homonymie).<br /> Ne doit pas être confondu avec Boycott.<br /> « embargo » (de l'espagnol embargar qui signifie « embarrasser », « placer sous séquestre ») est un terme qui peut être employé pour désigner plusieurs situations :<br /> fr.m.wikipedia.org<br /> Blocus<br /> Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus<br /> Pour les articles homonymes, voir Blocus (homonymie).<br /> Un blocus (de l'ancien wallon blokehus) est une opération visant à couper le ravitaillement (nourriture, armes…) ou les communications d'une zone (ville, région, pays) par la force. Aujourd'hui, le terme peut aussi être utilisé à des échelles plus restreintes, par exemple pour l'occupation d'un bâtiment. Il ne doit pas être confondu avec l'embargo ou les sanctions qui sont des ba...<br />
Bidouille
Mon dieu, est-ce si terrible d’aller faire du tourisme dans un pays en oubliant Internet. Je pense qu’il y a plein de chose à visiter et, en vacances, quoi de mieux que de se déconnecter. Alors je trouve que ça donne envie d’aller visiter ce pays.
Ouk
Bombing_Basta:<br /> Non le blocus c’était pendant la crise des missiles de Turquie<br /> Dans les faits c’est bien un blocus ,il suffit de lire le livre ou d’écouter Viktor Dedaj .<br /> D’ailleurs il n’y a pas que Cuba qui est sous blocus des USA,mais par exemple l’Iran où la France à été mise à l’amende par les USA.<br /> Les exemples ne manquent pas.<br /> Bombing_Basta:<br /> mais physiquement rien n’empêche un état qui n’en a que faire des exigences nombrilistes des US de passer outre.<br /> La Russie, la Chine ,l’Iran oui, les autres sont soumis.<br /> Le tremblement en Syrie le prouve encore une fois.
Bombing_Basta
Ouk:<br /> Dans les faits c’est bien un embargo<br /> Ouk:<br /> D’ailleurs il n’y a pas que Cuba qui est sous embargo,mais par exemple l’Iran<br /> On est donc d’accord lol
Ouk
Corrigé
Kriz4liD
« C’est la faute de ces malfrats de politiques dictateurs » , c’est que les USA souhaitent vous entendre dire <br /> Ohh , les miskines ne veulent pas investir dans du matos de qualité pour entretenir internet , normale , personne ne voudra les aider , même Huawei …
zalphab
Je ne comprend le titre, pour visiter un pays, on doit pouvoir y arriver sans internet non ?
xryl
Sans internet = pas de crypto monnaie = main mise des USA sur le cours du pesos cubains.<br /> Si Cuba arrive à développer son réseau internet, les Cubains pourront acheter des biens immatériels en crypto et ne plus dépendre de la dévaluation de leur monnaie. Ça veut dire que les développeurs pourront subvenir à leurs besoins voire même faire profiter leurs familles, leurs quartiers, leurs villes.<br /> C’est un peu le cas du Vénézuéla, ce qui a fortement permis de contrer la dévaluation de leur monnaie (au point que le pouvoir a essayé de faire passer sa propre monnaie crypto pour la contrôler sans succès).
ld9474
Tu peux nous rappeller de combien ont chuté les cryptos dernièrement?
Nicolas51
As-tu lu l’article ?<br /> Il est surtout question ici de l’accès à Internet des locaux, pas des touristes.<br /> De plus, comment veux tu visiter Cuba si les hôtels qui t’accueillent n’ont pas internet pour gérer les résa ?<br /> Idem pour les grosses sociétés exportatrices (rhum et cigare ?), une fois que tu as gouté à la facilité d’internet pour la gestion, je pense que c’est difficile de revenir en arrière.
xryl
Cours du pesos:<br /> image1552×622 67.6 KB<br /> Cours du bitcoin:<br /> image1552×1084 99.4 KB<br /> En gros, le bitcoin a monté de x3 entre 2020 et 2022, lorsque le pesos a été divisé par 20. Ce qui en fait un investissement qui aurait rapporté 60x la mise sur la période.
ld9474
On doit pas avoir la même lecture ou bien le graph n’est pas à l’échèlle, ou bien tu prends les chiffres qui te plaisent :). C’est pas du x3 sur le bitcoin. Par ailleurs, sur le cours du peso (je connais pas trop cette monnaie perso), tu peux imaginer que celle-ci était artificiellement maintenue sur un cours de parité avec le dollar. Si si ca existe . Pendans la guerre des Balkans, un dinar yougoslave valait 1 mark allemand. Du coût la chute brutale peut être due à plusieurs facteurs nottamment une dévaluation. Pour un état c’est une arme importante qu’il n’a plus avec le BTC. Certes quand tu dévalues le prix des produits importés devient très cher. Par contre ca te permet de réguler les prix sur le marché interne. Or à Cuba, je pense que les denrées de premières nécessités sont locales. Ceci peut expliquer cela. Que les cubains épargnent en BTC why not mais l’utiliser au quotidien leur ferait perdre de la valeur sur leur marché interne. Si tu achètes une boite de cigare mettons 30 peso, elle vaut toujours 30 peso le landemain. Par contre elle coute plus de BTC.
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Sur le même sujet