Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs

Benoît Théry Contributeur
17 août 2019 à 16h13
0
Google Home Mini Hero 2
© Google

Elles se démocratisent, et cela donne aux hackers potentiels un pouvoir d'autant plus important. Aujourd'hui, les enceintes connectées se placent dans presque toutes les pièces de la maison. Mais que se passerait-il si une personne bien équipée, mais mal intentionnée, en prenait le contrôle ?

Dans ce cas, la personne pourrait mener une attaque, au sens littéral du terme : le 11 août 2019, la conférence Defcon a notamment expliqué que « un attaquant pourrait développer un malware visant à émettre des sons très élevés, causant des effets plus ou moins graves sur les propriétaires de ces enceintes ».

Des dommages humains et matériels


C'est un chercheur spécialiste en cybersécurité, Matt Wixey, qui alerte sur le danger que peuvent représenter les appareils électroniques pour leurs propriétaires dans le cas d'un piratage. Selon lui, l'attaque la plus évidente consisterait en un son très élevé, endommageant l'ouïe de la personne. Mais il va aussi plus loin, affirmant que l'utilisation de fréquences en dehors de l'audible pourraient provoquer des acouphènes, et même induire des changements psychologiques chez la personne ciblée.

Il souligne que « les émanations acoustiques ont prouvé leurs effets sur l'humain, autant d'un point de vue physiologique et psychologique ». Durant la guerre en Irak, lors d'interrogatoires, des militaires américains avaient même utilisé... Du heavy metal (du Metallica, pour être précis). La CIA elle-même a été accusée d'avoir infligé de la torture auditive. Le bruit en tant qu'arme est donc bien connu.

Une minorité d'appareils concernés


L'équipe de Matt Wixey a aussi mesuré la température que pouvaient atteindre ces enceintes. Résultat : quatre ou cinq minutes après le début du piratage, l'appareil avait émis suffisamment de chaleur pour que ses composants internes aient commencé à fondre. Cela pose ainsi des questions de sécurité concernant d'éventuels courts-circuits.

Ces données sont d'autant plus inquiétantes que Matt Wixey qualifie l'écriture d'un logiciel malveillant d'« étonnamment simple ».

Son étude ne s'est cependant pas cantonnée aux enceintes connectées. Son équipe a aussi testé d'autres appareils numériques du quotidien : un ordinateur portable, un smartphone, une enceinte Bluetooth ainsi qu'un casque audio de type circum-auriculaire. Matt Wixey admet qu'une minorité de ces appareils pourrait effectivement être reconvertie en « arme acoustique ». A priori, les enceintes connectées font partie des rares objets à pouvoir subir cette reconversion. Concernant justement ces dernières, l'étendue exacte de leur capacité de nuisance reste globalement floue. Mais les recherches de Matt Wixey constituent une incitation pour les constructeurs à revoir leurs normes de sécurité à la hausse.

Source : TechRadar
38 réponses
21 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
iPhone 11 : tout savoir sur le processeur A13 Bionic qui l'anime
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Un son pour avertir les piétons va être ajouté à la Tesla Model 3
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Nintendo s'attaque à nouveau à un site de partage de ROM

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top