La constellation Copernicus permet d'expliquer une fonte record des glaces au Groenland

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
31 mai 2022 à 12h15
7
Silence, ça fond... © N.A.
Silence, ça fond... © N.A.

À la fin de l'été 2021, il avait plu pour la première fois sur les glaciers au centre du Groenland. L'événement avait alors été pointé du doigt pour avoir causé un retrait record des neiges et des glaces… Mais les données du satellite Sentinel-3A (Copernicus) montrent que le dégel était déjà avancé à cause des températures.

Tous ces événements restent complexes à déchiffrer.

La neige et… la pluie

Les sites en haute altitude de la calotte glacière groenlandaise avaient jusque-là été épargnés, il n'y tombait que de la neige. Mais, le 14 août 2021, les relevés s'affolent, et les scientifiques y mesurent pour la première fois de la pluie, en quantité.

Les jours suivants, la fonte est majeure, et de nombreux médias font le lien entre cette pluie et le recul important, presque fascinant, des neiges et des glaces sur le territoire blanc. 9 jours plus tard, la limite de neige/glace a reculé, en particulier à l'ouest du Groenland, de 50 kilomètres ! Il ne reste alors plus que la glace dure, le glacier, qui fond lui aussi rapidement. Près de Kangerlussuaq, la calotte avait reculé de pratiquement 800 mètres à la fin du mois d'août. Le lien avec les fortes pluies paraît évident au premier abord. Mais ce pourrait être une mauvaise interprétation.

La pluie d'accord, mais la chaleur, surtout

En effet, l'étude des données du satellite Sentinel-3A, menée par une équipe du professeur J. Box et publiée dans les Geophysical Research Letters (revue internationale à comité de lecture), corrélée avec les mesures au sol, montre que les températures sur la glace étaient très élevées à la mi-août 2021. C'était notamment le cas sur la partie ouest du Groenland, tandis que les « normales saisonnières » à cette époque de l'année sont généralement plus clémentes.

Le cycle était donc déjà perturbé avant l'arrivée de la pluie, ce qui avait déjà généré des mares d'eau libre, des torrents sur la glace et un changement d'albedo (la « blancheur » de la calotte) sur l'ensemble de la région, au fur et à mesure que la neige fraîche fondait. L'étude conclut que même sans la pluie, tout de même exceptionnelle, la chaleur extrême pour le mois d'août dernier au-dessus du continent gelé aurait généré une fonte massive.

Le recul de la neige en août 2021 sur l'ouest du Groenland, documenté via la constellation Copernicus © Copernicus Sentinel data (2021), processed by ESA
Le recul de la neige en août 2021 sur l'ouest du Groenland, documenté via la constellation Copernicus © Copernicus Sentinel data (2021), processed by ESA

Et au milieu coule une rivière

Plus que la pluie, il faut donc chercher ce qui a mené à ces pluies… Or, c'est un peu plus compliqué qu'une simple vague de chaleur. Les scientifiques souhaitent étudier un phénomène pour l'instant assez mal documenté. Il s'agit des « rivières atmosphériques » (atmospheric rivers), capables de transporter de la vapeur d'eau plus chaude que l'environnement traversé, sur de très longues distances. Cela peut générer le type de fonte constaté l'an dernier.

Quoi qu'il en soit, les mesures satellitaires sont, dans ce contexte, toujours plus importantes pour croiser les données avec les valeurs au niveau du sol ou avec les mesures atmosphériques. L'Union européenne, qui finance le programme de constellation Copernicus et ses satellites Sentinel, a d'ailleurs prévu d'étendre leurs capacités dans les années à venir.

Source :ESA

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (7)

Bombing_Basta
La pluie d’accord, mais la chaleur, surtout<br /> Bah oui évidemment, si il se met à pleuvoir dans l’endroit sur Terre où il est sensé ne jamais pleuvoir tant les températures là-bas sont normalement les plus basses de la planète, c’est bien la chaleur en cause.<br /> Le problème c’est que de la pluie sur de la neige/glace accélère méchament la fonte.<br /> Bref, ne regardez surtout pas en haut, vivez notre idiocratie en toute innoncence !
steeven_eleven
La chaleur des tuyères des fusées Copernicus??
cid1
Je suis Dieu, j’ai mis quelques glaçons dans mon verre et hop ,ils ont fondu.
gbasilemc
l’albedo n’est pas la blancheur mais le pouvoir réfléchissant d’une surface ; de 0 où rien n’est réfléchi à 1 où tout est réfléchi.
Voir tous les messages sur le forum