🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% ! 🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% sur le high-tech

Ce jeu en réalité virtuelle est utilisé pour combattre l'anxiété (et ça marche)

16 janvier 2023 à 13h05
0
Casque VR © © Amr Taha™ / Unsplash
© Amr Taha™/Unsplash

En vue de combattre l'anxiété, des chercheurs ont développé un jeu d'horreur via un casque VR pour son côté viscéralement immersif.

Plus précisément, des membres de l'Université de Cambridge ont élaboré un jeu de réalité virtuelle permettant d'apprendre une technique de respiration pour se calmer… en mettant le patient face à un terrifiant monstre affamé.

Le salaire de la peur

Pour mener à bien leur expérience, les chercheurs ont reçu le concours d'un studio de développement bien connu : Ninja Theory (Hellblade). L'ambition du projet était d'aider à surmonter des problèmes d'anxiété quotidiens.

« Nous voyons l'anxiété comme une chose à laquelle une large majorité de personnes sont confrontées, contrairement à des troubles d'anxiété spécifiques. Ainsi, nous essayons d'apprendre des techniques de régulation des émotions qui pourraient être bénéfiques pour la plupart des gens », indique Lucie Daniel-Watanabe, Directrice du projet.

Si les techniques de respiration ne sont clairement pas nouvelles, leur défaut se trouverait dans le fait qu'elles sont utilisées dans des situations où la personne n'est pas sujette à l'anxiété. En lieu et place, on lui demande de simplement s'imaginer être dans un tel scénario. C'est là que la réalité virtuelle entre en jeu, afin de mettre une personne anxieuse directement face à ses démons, afin d'appliquer de telles techniques de manière bien plus concrète.

« Vous êtes sur un bateau au soleil couchant, quand soudain… »

Pour mettre le patient en condition, il est placé sur une chaise, avec un oxymètre à son doigt, avant d'enfiler le casque et d'être lancé dans le jeu. Celui-ci démarre doucement afin d'immerger peu à peu l'utilisateur. Le décor est planté avec un bateau au beau milieu d'un lac, au soleil couchant dans une ambiance apaisante, avec une voix lui indiquant de respirer paisiblement.

Cette première étape vise à mettre le patient en confiance et à faire doucement baisser son rythme cardiaque. Vient alors la seconde phase, dans une masure oppressante et une obscurité presque totale. La personne en proie à l'anxiété va ainsi commencer à paniquer et doit appliquer les techniques de respiration enseignées dans la première partie du jeu.

Vient ensuite le clou du spectacle : un monstre décharné et aveugle s'avance en hurlant sur le joueur, guidé par le son de ses battements de cœur. Pour survivre dans cette réalité virtuelle, le patient doit donc impérativement appliquer de nouveau les techniques de respiration, afin de ralentir son rythme cardiaque, ou se faire dévorer virtuellement.

Le côté immersif de la réalité virtuelle vient ainsi mettre en application ces techniques visant à combattre l'anxiété, permettent même à l'utilisateur de relativiser quant à ce qui le rend anxieux au quotidien. Arriver en retard au travail n'est sans doute pas aussi horrible que l'idée, même virtuelle, de se faire dévorer par une créature traquant son palpitant dansant la gigue.

Source : The Guardian

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers actualités

Réalisé en partie avec l'IA, cet anime Netflix fait déjà polémique
Nouveaux AirPods Max et AirPods d'entrée de gamme, c'est pour quand ?
Vous avez aimé ChatGPT ? Découvrez CatGPT
Top 5 des applications pour divertir vos enfants pendant les vacances scolaires
Mentalista : il a 28 ans, invente le Siri de la pensée, et c'est bluffant !
Ne ratez pas cette offre incroyable : -62% sur votre prochain antivirus !
Raccourcis sur l'écran de verrouillage : voilà comment ça va fonctionner sous Android 13
Thylacine, mammouth laineux et dodo : cette entreprise de biotechnologie veut tous les ressusciter
Bon Plan : obtenez un VPN fiable et sécurisé en promo (-65%)
Électricité : le solaire et l'éolien doublent le gaz pour la première fois !
Haut de page