Test Sony HT-S400 : un ensemble 2.1 accessible aux qualités sonores de premier plan

Alban Amouroux
Spécialiste Audio Vidéo
10 juillet 2022 à 17h00
0
Test Sony HT-S400 lifestyle

Dans la florissante gamme de barres de son Sony, nous demandons la version simplifiée en 2.1 avec son caisson de basse séparé. Ici, pas de décodage audio immersif mais un fonctionnement qui va droit au but. Facilité d’installation, facilité d’utilisation, la HT-S400 se veut universelle, les possesseurs de téléviseurs Sony de dernière génération ayant droit à un petit bonus.

Sony HT-S400
  • Équilibre barre/caisson
  • Précision des détails
  • Facile à prendre en mains
  • Afficheur en façade
  • Aucune projection surround
  • Pas de support du DTS

Sony ne cesse jamais de développer sa gamme home cinema en choisissant de se concentrer uniquement sur les barres de son. Les amplificateurs audio/vidéo traditionnels ont disparu, tout du moins sur le marché français pour l’instant. La barre de son a su convaincre un public toujours plus large à la recherche de simplicité et d’intégration rapide. Rien de tel qu’un système en deux éléments seulement pour tenter de s’approcher du son cinéma.

La HT-S400 fonctionne en 2.1 uniquement. Vous ne pourrez donc pas bénéficier des canaux surround ni du Dolby Atmos et du son projeté virtuellement vers le plafond. Pour cela, il faut se tourner vers le système 5.1 HT-S40R ou vers la grande barre haut de gamme HT-A7000. Cela dépend de vos attentes et de votre budget. Car celui de la HT-S400 reste contenu, tout comme ses fonctionnalités, ce qui reste logique. Sony a aussi d’autres propositions virtuelles en 2.1 et en 3.1 compatibles Atmos/DTS-X pour quelques centaines d’euros supplémentaires.

Test Sony HT-S400 lifestyle
©Sony

Fiche technique Sony HT-S400

Performances

Kit d'enceinte
2.1
Système de compression numérique
Dolby Audio
Format(s) audio supportés
Dolby Digital
Puissance admissible
330W

Caractéristiques techniques

Entrée audio
Audio numérique S/PDIF Optique, HDMI
Nombre de haut-parleurs
3
Nombre de haut-parleur Large bande
2
Nombre de haut-parleur Grave
1
Dimention des haut-parleur(s)
Grave 165 mm, Large bande 100 mm
Haut-parleur - Caisson de basse
160mm

Connectivité

Wi-Fi
Non
Multiroom
Non
Ethernet
Non
Bluetooth
Oui
NFC
Non

Caractéristiques physiques

Hauteur
64mm
Largeur
900mm
Profondeur
88mm
Poids
2,4kg
Hauteur - Caisson de basse
387mm
Largeur - Caisson de basse
192mm
Profondeur - Caisson de basse
400mm
Poids - Caisson de basse
7,3kg

Design : une barre légère 

Les barres de son Sony sont toutes légèrement différentes les unes des autres tout en conservant un certain air de famille. La HT-S400 ne déroge pas à cette règle en inaugurant de nouvelles formes. Le panneau supérieur de la barre est fait d’un plastique granuleux qui pourrait presque faire penser à du bitume parsemé de petits éclats brillants. Ça change un peu de l’ordinaire sans toutefois amener quelconque gêne visuelle.

Test Sony HT-S400 détail
©Alban Amouroux pour Clubic

Les extrémités de la barre bénéficient de larges arrondis contribuant à l’amincir car elle mesure tout de même 90 cm de largeur. L’intégralité de la façade est recouverte d’une grille sans emploi de tissu. Il n’y aucune ouverture sur le dessus pour d’éventuels haut-parleurs car rappelons que la HT-S400 fonctionne en stéréo. La fixation murale est possible via deux encoches en face arrière.

Test Sony HT-S400 côté
©Alban Amouroux pour Clubic

Le caisson de taille classique reprend le design déjà connu chez Sony et utilisé dans d’autres kits. A la différence de l’évent en façade dont la peinture est matte avec ce HT-S400, alors qu’elle était habituellement brillante. Ce n’est pas plus mal pour les traces de doigts. Côté écologie, Sony précise que la face arrière du caisson est faite d’un plastique recyclé pour un respect de l’environnement et sans impact sur la qualité sonore.

Test Sony HT-S400 caisson de basse
©Alban Amouroux pour Clubic

Équipement : 3 haut-parleurs en tout et pour tout

Le HT-S400 utilise une amplification numérique S-Master propre à Sony. Elle développe en tout 330 Watts sans que l’on connaisse sa répartition. Elle s’occupe du subwoofer de 16 cm dans le caisson et des deux haut-parleurs large bande de la barre. Il n’y a pas de tweeter dédié.

Test Sony HT-S400 large bande
©Alban Amouroux pour Clubic

Ces haut-parleurs sont de forme rectangulaire selon un schéma appelé X-Balanced pour une plus grande surface d’émission, un recul de la distorsion et des médiums clairs. Leur suspension parsemée d’encoches spécifiques a pour but de contrôler l’amplitude du déplacement de la membrane. Sony a donc tout misé sur la technologie de ces deux haut-parleurs car ils reproduisent la quasi-totalité des fréquences.

Test Sony HT-S400 subwoofer
©Alban Amouroux pour Clubic

Connectivité : liaison sans fil avec TV Sony Bravia

Confirmant son positionnement d’entrée de gamme, la HT-S400 présente une connectivité limitée au strict minimum. Il y a une entrée HDMI ARC et une entrée optique. A ce propos, Sony fournit un cordon optique dans le carton. On va privilégier la connexion HDMI pour la synchronisation avec le téléviseur. Si vous possédez un modèle Sony récent, les réglages de la barre apparaîtront dans les menus à l’écran de la TV.

Test Sony HT-S400 bravia
©Sony

Il n’y a pas de liaison réseau pour profiter de la musique via les apps. En revanche, le HT-S400 est doté d’une double connexion Bluetooth. Il est possible d’appairer sans fil la barre avec un téléviseur Sony Bravia compatible. La communication entre les deux permet l’allumage et l’extinction de concert. Et cela laisse la possibilité d’associer en parallèle un smartphone toujours en Bluetooth avec la barre.

Test Sony HT-S400 connexions
©Alban Amouroux pour Clubic

Ergonomie : petit écran informatif en façade

Avec si peu de fonctionnalités, difficile de ne pas aller à l’essentiel. Notons tout de même la présence d’une télécommande infrarouge de qualité, au format propre à Sony et non un modèle commun à plusieurs marques. Elle sert à changer d’entrée, de mode audio et à contrôler indépendamment le volume de la barre et du caisson. Les modes sont au nombre de trois : Soundfield pour l’effet surround, Voice pour relever les dialogues et Night pour étouffer le caisson.

Test Sony HT-S400 télécommande
©Alban Amouroux pour Clubic

N’oublions pas de citer l’écran OLED en façade caché derrière la grille. Il confirme chaque action afin de toujours savoir où l’on en est en termes de volume, de mode et d’entrée. C’est toujours très pratique et nous apprécions sa présence, surtout sur une barre de grande marque à prix réduit comme cette HT-S400. L’installation sera dans tous les cas très rapide, sans aucune configuration nécessaire, mis à part si vous la liez à un téléviseur Sony Bravia de dernière génération, le temps de découvrir les fonctions identiques à la télécommande mais présentées graphiquement dans les menus à l’écran. 

Test Sony HT-S400 boutons
©Alban Amouroux pour Clubic

Analyse : de véritables qualités sonores mais sans surround 

Nous avons effectué nos tests avec différents extraits de notre playlist de test sachant que la HT-S400 est compatible uniquement avec les signaux stéréo et Dolby. Tout ce qui est en DTS n’est pas reconnu, il faut choisir une barre plus haute dans la gamme pour cela. Il n’y a pas de procédure de calibration donc nous démarrons tout de suite avec quelques écoutes musicales.

Test Sony HT-S400 Dolby
©Alban Amouroux pour Clubic

Le réglage de grave va de -10 à +10. Réglé à 0 par défaut, l’équilibre était satisfaisant dans notre pièce de test. Pour se faire un peu plaisir, on peut l’augmenter d’un ou deux crans mais pas plus, sinon le caisson devient clairement localisable en tirant la scène sonore à lui. Étonnamment, en fonctionnement stéréo sans le mode surround, les voix sont décollées de la barre et se placent au-dessus pour mieux coller à l’image. Un résultat que nous rencontrons rarement avec des barres de son avec aussi peu de haut-parleurs. La scène sonore est plus large que les limites de la barre avec des sons projetés horizontalement vers l’extérieur. Bref, tout cela pour dire que ça respire avec des écoutes agréables sur tous les styles musicaux. Il est possible d’associer cette barre à un grand écran de 65" ou plus sans aucun problème. L’équilibre est vraiment très bon à ce niveau de tarif, même si le bas médium est coloré et que les aigus ne filent pas autant qu’ils le devraient.

Test Sony HT-S400 caisson top
©Alban Amouroux pour Clubic

Le mode surround Soundfield ajoute de la présence et de la profondeur de façon intelligente. Le résultat est toujours bien dosé, sans aucun artefact. Certaines sonorités et autres objets se promènent parfois dans l’espace devant la barre. Ce mode peut rester actif en permanence, même pour la musique car il ne trahit pas les sonorités d’origine. On reconnaît ici la maîtrise de Sony dans la manipulation sonore, un domaine dans lequel la marque est active pour les professionnels depuis des décennies. Le mode Voice est rarement utile étant données les capacités de cette barre à bien découper les voix et à les extraire du reste du message. A la rigueur, vous pourrez l’activer dans le cas de certains films où les dialogues seraient vraiment trop noyés dans l’action. 

Test Sony HT-S400 caisson back
©Alban Amouroux pour Clubic

Le mode Soundfield prend tout son intérêt sur les films, qu’ils soient d’origine en stéréo ou en Dolby. La scène sonore remplit tout l’espace de l’écran. Il n’y a pas réellement d’effets latéraux comme le promet Sony mais ce n’est pas grave. La dynamique, l’impact et les moindres détails nous permettent de rentrer dans le film malgré une action frontale uniquement. Tous les petits sons des objets, telle une portière qui claque par exemple, sont clairement présents sans se noyer dans le reste. Un peu comme s’il y avait différentes couches sonores face à nous, toutes aussi détaillées les unes que les autres. Le caisson vient en renfort avec des nappes puissantes et un bon impact, certes un peu monocorde. Mais tout le nécessaire pour des séances cinéma dynamiques est bien présent.

Prix et concurrence

Sony a choisi le parti prix de la restitution simple, avec peu d’artifices ou pas du tout, alors qu’il existe des modèles avec virtualisation appuyée dans cette gamme autour de 300 €. Vous pouvez prendre par exemple la TCL TS8132, les Hisense HS312 ou AX2107G, toutes compatibles Atmos. De son côté, LG avec la SP7 a choisi la virtualisation DTS. 

Certains de ces modèles peuvent avoir une ou deux entrées supplémentaires mais aucune ne donne accès à la musique en WiFi. Il y a évidemment la Sonos Ray au prix identique à la Sony HT-S400, qui accède à la musique en réseau et fonctionne en stéréo, mais qui est dépourvue de caisson de basse.

Finalement, la concurrente directe à la Sony est la JBL Bar 2.1 Deep Bass. Les fonctionnalités sont identiques et l’accent est mis sur la reproduction des basses fréquences. La JBL va plus loin, au détriment de la finesse, la Sony étant plus réaliste. Mais il faut aussi noter que la HT-S400 pourtant récente est déjà régulièrement en promotion à des tarifs parfois imbattables.

Test Sony HT-S400 lifestyle
©Sony

Sony Ht-S400 : l'avis de Clubic

8

Une barre de son que l’on pourrait trouver trop simplifiée et sous équipée. Et pourtant, elle propose une qualité de restitution sonore bien supérieure à ses concurrentes. C’est pour cela que vous la choisirez grâce à sa bonne cohérence barre/caisson, sa large scène sonore et son exploration des détails sans concession.

Les plus

  • Équilibre barre/caisson
  • Précision des détails
  • Facile à prendre en mains
  • Afficheur en façade

Les moins

  • Aucune projection surround
  • Pas de support du DTS

Films 8

Musique 9

Gaming 7

Connectivité 6

Ergonomie 9

Finitions 8

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers tests

Test Corsair Vengeance RGB DDR5-6000 CL36 : l'Américain baisse le tarif de sa DDR5, pas les performances
Test Oppo Find X5 Lite : un smartphone aussi performant que séduisant ?
Test be quiet! Shadow Rock 3 : une valeur sûre pour refroidir sans se ruiner
Test realme Narzo 50i Prime : sur tous les fronts, mais n'excelle nulle part
Test NZXT Kraken 120 : tout simplement le meilleur kit AiO 120 mm ?
Test Noctua NH-D15 : la référence absolue du ventirad est toujours au top
Test Cooler Master MA612 Stealth : un ventirad d'une rare élégance, mais pas si discret que ça
Test Mercusys Halo H80X : un kit Wi-Fi Mesh au rapport qualité-prix imbattable ?
Test Bowers & Wilkins PX7 S2 : le plus premium des casques ANC s’améliore presque partout
Test ASUS ROG Ryujin II 360 : quand le watercooling joue la carte du luxe
Haut de page